Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Kim Jong-un : la solitude du dictateur de fond

Kim Jong-un enfile les chaussons de Kim Jong-il, qui les tenait lui-même de Kim Il-sung. Sera-t-il à la hauteur de ses prédécesseurs dans le rôle du seul dictateur universellement détesté ?

Zone franche

Publié le

J’ai bien cherché, mais je n’ai rien trouvé : pas la queue d’un article au moins timidement favorable à feu Kim Jong-il et au régime nord-coréen dans la presse française ! C’est étonnant parce que les dictateurs ne sont pas si universellement mal traités par nos gazettes lorsqu’ils ont au moins le bon goût d’être les ennemis de nos ennemis (les États-Unis, les « marchés », le capitalisme, « l’Occident »...)

Prenez Castro, par exemple. C’est un autocrate borné et sanguinaire qui, après avoir tenu son peuple en laisse quatre décennies durant, a filé son bureau et sa casquette à son frangin pour qu’il poursuive son grand œuvre mais ça n’empêche pas un tas de gens très convenables de ne lui reconnaître que des qualités.

Même pour Saddam Hussein et Kadhafi, il s’est trouvé des défenseurs de la résistance sudiste aux noirs desseins du Nord pour expliquer que, bon, d’accord, ils n’étaient pas totalement blancs-bleus mais que tout de même, ils avaient sans doute leurs raisons…

Avec le « Cher Dirigeant » coréen, c’est différent. Jusqu’au Monde Diplomatique qui donne le sentiment de ne pas spécialement apprécier ce petit bonhomme grotesque ayant hérité de son papounet ce qui se fait de mieux comme adaptation 3D du 1984 d’Orwell ! Bon, je ne dis pas qu’il n'y a jamais eu, parfois, une ou deux petites voix pour expliquer que lorsqu’un missile est expédié dans la direction générale de Séoul, c’est sans intention de nuire et que les Américains n’avaient qu’à pas commencer. Mais c’est rare.

Je ne dis pas non plus qu’il n’existe pas, ici et là, des gens pour assurer que la Corée d’en bas, avec ses multinationales agressives et son tropisme affairiste, c’est à peine mieux que la Corée d’en haut avec ses famines et sa police politique. Mais globalement, il fallait vraiment aller jusqu’à Pékin ou à Téhéran pour lui dénicher des potes, à ce vieux Kim Jong-il (et encore : il paraît qu’à Pékin, on fatigue un peu, désormais).

Kim Jong-un, le dauphin de cette monarchie stalinienne, aura fort à faire pour se montrer à la hauteur de ses prédécesseurs. Etre détesté par tous, ce n’est pas à la portée du premier venu et sans doute ce gamin de vingt-huit printemps éduqué dans les meilleures écoles suisses et amateur de basket mettra-t-il un certain temps à se couler confortablement dans l’uniforme paternel.

Mais bon, comme dit Spiderman, « de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités ». Ce qui serait marrant pourtant, c’est que le « Grand héritier » (on l’appelle comme ça, apparemment) se mette à réformer et à s’ouvrir au monde rejouant la pièce chinoise du dragon exportateur à prix cassés. Il serait toujours universellement détesté, mais le Monde Diplo deviendrait plus virulent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Thomas Bishop-Garnier - 20/12/2011 - 08:17 - Signaler un abus L'hommage au contingent français en Corée !

    C'est l'occasion de rendre hommage au contingent français qui a participé au combat pour la liberté, durant la Guerre de Corée, dans les années 50 et sous mandat de l'ONU. Sans cette intervention internationale, toute la peninsule coréenne serait aujourd'hui sous cette dictature nord-coréenne, heritage des années Staline et Maozedong.

  • Par Taladris - 20/12/2011 - 10:28 - Signaler un abus Oui, grâce au soutien de la

    Oui, grâce au soutien de la France (et surtout des Etats-Unis), les sud-coréens ont eu droit aux dictatures des généraux Syngman Rhee et Park Chung-hee. Si la Corée du Nord est aujourd'hui encore une dictature, il ne faut pas oublier que ce fut aussi le cas de la Corée du Sud pendant longtemps. Et que les puissances occidentales ont aidé à installer et maintenir ces pouvoirs (au massacre de Jej

  • Par FIGAROCB - 20/12/2011 - 10:37 - Signaler un abus Corée du Nord !

    C'est le dernier bastion du dirigisme communisme à l'état pur : la dictature du prolétariat ! Plus exactement, la dictature contre le peuple : l'affamer, lui interdire toutes pensées contraire, bref, ce que les soviets ont fait subir à toute l'Europe de l'est pendant des décennies. Certains veulent nous faire avaler cette couleuvre ! Ne pas se tromper lors du vote de 2012 !

  • Par Varois - 20/12/2011 - 11:56 - Signaler un abus Silence

    Quel silence de la part des communistes français !! Tout comme on ne les a pas entendu sur le mort de Vaclav Havel, celui qui a contribué à la chute du communisme en urss !! Auraient ils quelque chose à se reprocher ou bien ont ils enfin découvert tout le mal que le communisme fait aux peuples ?? Une lueur de lucidité ???

  • Par Philippe17000 - 20/12/2011 - 12:50 - Signaler un abus T'as mal cherché Hugues...

    notamment chez tes anciens potes ! ;-)) http://www.rue89.com/2011/12/20/paris-ou-dans-la-creuse-pleure-aussi-kim-jong-il-227651

  • Par Demystificateur - 20/12/2011 - 18:46 - Signaler un abus Les pleureuses !

    des intermittentes du spectacle....Il y en a là bas aussi !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€