Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Justice en crise : les chiffres qui montrent la profondeur de la défiance des Français

Le CEVIPOF vient de rendre publique sa grande enquête annuelle sur la confiance des Français de janvier 2016 qui révèle l'état désespéré de l'opinion publique. Les Français se méfient de plus en plus du monde politico-médaitique mais aussi de l’institution judiciaire, pilier de notre démocratie qui semble aujourd’hui ébranlée.

Plus de confiance aveugle

Publié le
Justice en crise : les chiffres qui montrent la profondeur de la défiance des Français

Les Français sont seulement 44% à continuer à avoir confiance dans le système judiciaire, en quoi cette défiance des Français dans la justice pourrait-elle découler d’une forme de partialité d’une justice trop idéologisée (plutôt de gauche?), de la surabondance de lois qui finiraient par ne pas être appliquées  ou encore des affaires politiciennes qui ne semblent jamais aboutir?

Alexandre Giuglairis : Savoir que plus d'un Français sur deux n'accorde pas sa confiance à la justice, alors qu'elle est l'institution censée protéger les justiciables au moment où ils sont les plus vulnérables, est une donnée qu'il faut prendre sérieusement en compte. Le manque de transparence de l'institution judiciaire est sans nul doute le principal responsable de cette défiance. Le « deux poids deux mesures » est souvent ressenti par les Français. Par ailleurs, certaines affaires médiatisées ont causé du tort à la crédibilité de la justice.

Presque tous les jours des multirécidivistes sont condamnés à des peines alternatives à l'incarcération et à l'inverse, il arrive qu'une sévérité excessive frappe des personnes qui devraient faire l'attention d'une clémence à défaut d'une impunité à l'image de la condamnation de Madame Sauvage qui a abattu son mari qui violentait et violait depuis des années ses enfants. A cela s'ajoute les discours laxistes et déconnectés de toute réalité de la garde des Sceaux. L'excuse continuelle qu'elle accorde aux délinquants a fini d'user les Français qui attendaient de sa part une plus grande considération pour les victimes. Enfin, les Français sont logiquement méfiants des chiffres annoncés en matière de lutte contre la délinquance. L'opacité de ces données l'explique. Le plus choquant pour les Français est d'entendre en réponse à la hausse de la délinquance qu'il ne s'agit que d'un « sentiment d'insécurité ». Les violences concernent indifféremment les territoires, les milieux sociaux et les âges. Il est ainsi logique que la sécurité soit toujours l'une des principales préoccupations des Français à chaque élection.

Régis de Castelnau : Je crois que cette défiance relève d’une attitude générale vis-à-vis des pouvoirs publics On ne s’attardera pas sur la catastrophe concernant la classe politique elle-même dont la gravité se révèle sondage après sondage, élection après élection. Mais les deux autres composantes du triangle démocratique, la presse et la justice sont aussi frappés de cette perte de confiance qui commence à tourner à la détestation. Concernant la Justice, s’il y a des causes générales, un certain nombre d’éléments précis peuvent être relevés pour expliquer le désamour. La délinquance qui pourrit la vie des gens, violences, vols, cambriolages, celle qui provoque le fameux « sentiment d’insécurité », force est de constater que le problème n’est même plus de parler de « justice laxiste » mais de dépénalisation pure et simple. Les procédures et les peines prononcées n’ont réellement aucune conséquence sur délinquants faute de moyens. Comment expliquer aux citoyens qu’il est normal que tel ou tel braqueur ou criminel disposait d’un casier judiciaire d’une douzaine de condamnations dont il n’avait effectué aucune.

Ce qui est essentiellement de l’impuissance de l’appareil judiciaire est considéré comme une attitude volontaire. À ceci vient s’ajouter une répression très ferme de tous ce qui relèvent peu ou prou de « l’autodéfense ». La crainte justifiée de voir les choses déraper conduit les tribunaux à une sévérité excessive. Sans mesurer l’effet désastreux sur l’opinion publique. Il y a également l’instrumentalisation visible de la justice par les pouvoirs publics, économiques, et par la presse. Instrumentalisation qui alimente tous les fantasmes comme par exemple dans l’incroyable feuilleton des affaires concernant Nicolas Sarkozy. La réaction de l’institution judiciaire à ces dérives est inexistante et le corporatisme des magistrats peut faire des ravages. Au-delà du manque de rigueur dans la conduite de certaines procédures, on en constate l’expression dans l’intervention permanente des syndicats de magistrats, devenue officines politiques complètement oublieuses du devoir de réserve et surtout de l’exigence d’impartialité. L’invraisemblable affaire du « mur des cons » ou la condamnation d’Henri Guaino  pour sa critique du juge Gentil ont provoqué dans l’opinion publique des dégâts que la majorité des magistrats ne soupçonne même pas.

Le sondage révèle que près d’un Français sur deux  est toujours favorable à la peine de mort. Cette radicalisation de l’opinion est-elle révélatrice du désaveu d’une justice trop laxiste et d'un désir une justice plus punitive ? 

Alexandre Giuglairis :La popularité de la peine de mort s'explique par l'incapacité de la justice à sanctionner avec fermeté les criminels et les plus dangereux délinquants ainsi que par les discours de la chancellerie. Je tiens à souligner à cet égard que l’adhésion au rétablissement de la peine de mort a cru de 15 points dans l’opinion, entre octobre 2011 et décembre 2013 ! La peine de mort n'est évidemment pas une solution, mais si une large partie des Français souhaite aujourd’hui son rétablissement, c'est parce qu’elle est interprétée comme un signal de fermeté et un sentiment d’inefficacité de notre arsenal pénal, tel qu’il existe. Prenons l'image d’un chauffage dont la température tarde à augmenter, le réflexe est de monter au maximum alors que cela est parfaitement inutile. Le rétablissement de la peine de mort ne permettra pas aux autres peines d'être mieux exécutées et ainsi d’avoir une justice plus efficace et plus dissuasive. Nous sommes convaincus que l'application systématique et rigoureuse des peines de prison fermes permettrait non seulement de faire baisser la délinquance, mais aussi détournerait les Français de solutions radicales. Une sanction ferme, sévère, rapidement mise à exécution et respectée jusqu'à son terme, voilà le modèle de peine que nous devons appliquer.

Régis de Castelnau : C’est une évidence. Au moment de l’abolition, les Français étaient majoritairement favorables au châtiment suprême. Au début des années 2000, ceux qui souhaitaient le rétablissement étaient environ 35 %. Le fait que ce chiffre soit remonté à près de 55 % témoigne d’une exaspération qui se transforme en rage. La peine de mort concernait deux personnes par an avant son abolition. La rétablir ne servirait rigoureusement à rien, mais c’est pour le retour du symbole que les Français se prononcent. Pour que la punition retrouve sa place, évacuée qu’elle a été au profit, et avec les meilleures intentions du monde, de la réinsertion. C’est une question délicate, car pour les infractions les plus graves, celles qui relèvent des cours d’assises avec leur jury populaire, on a constaté une aggravation de la répression. Durée des peines, caractère incompressible, tout l’arsenal mis en place après l’abolition a été largement utilisé. Il y aurait donc une sorte de paradoxe à vouloir une répression accrue en souhaitant le rétablissement de la peine de mort, alors même que cela concernerait une délinquance qui n’en relève pas. Mais il faut prendre en compte cet indicateur et trouver  rapidement les solutions qui s’imposent. Il n’est pas possible d’entendre un ministre de l’intérieur se réjouir après la Saint-Sylvestre d’une baisse du nombre de voitures incendiées de 14 %, ce qui représentait quand même 814 véhicules détruits ! Et autant de familles privées de leurs moyens de transport indispensables.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 20/01/2016 - 11:47 - Signaler un abus Des juges qui préjugent en fonction de leurs idées politiques

    Le mur des cons l'a bien prouvé, meme des parents d'enfant victimes etait sur ce mur. Aucune sanction, comment faire confiance à de tels juges ? Je suis pour l'élection des juges, beaucoup auraient dû soucis à se faire,

  • Par Alain Proviste - 20/01/2016 - 13:12 - Signaler un abus LE CONTRAIRE SERAIT ETONNANT

    Les gauchistes-trostystes ont noyauté les médias et la justice pour "changer le peuple" et même "changer de peuple". Ça finit quand même par se voir.

  • Par Borgowrio - 20/01/2016 - 19:37 - Signaler un abus La justice ? un bien grand mot

    En fait , la peine de mort n'a pas été remplacée , comme promis . Un monstre qui sodomise une petite fille et la mutile et la tue , fait au grand maximum 15 ans voire moins . Donc il récidive . La peine de mort dans ce cas est pour la victime qui tombe dans ses pattes . Je me met à la place des familles dont leur enfant innocente a été condamnée à mort par la "justice" . Un record du monde appartient à la France , un assassin d'enfant a été condamné trois fois à perpétuité .... Cerise sur le gâteau , un rapport non publié par Sarkosy faisait état d'un absentéisme des juges de 33 % .1 sur 3 n'est pas à son travail

  • Par VV1792 - 20/01/2016 - 21:20 - Signaler un abus Lorsque la Nation est en

    Lorsque la Nation est en peril, on prend des mesures qui imposent de la preserver, car si elle disparait dans l' anarchie, l' existence ou non de la democratie n' est deja plus la question...

  • Par vangog - 20/01/2016 - 22:43 - Signaler un abus Je suis favorable à l'élection des juges, moi aussi...

    La seule façon d'extirper le gauchisme de cette institution, est de la rendre totalement démocratique et, surtout, sans la très bête parité sexuelle gauchiste.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Régis de Castelnau

Avocat depuis 1972, Régis de Castelnau a fondé son cabinet, en se spécialisant en droit social et économie sociale.

Membre fondateur du Syndicat des Avocats de France, il a développé une importante activité au plan international. Président de l’ONG « France Amérique latine », Il a également occupé le poste de Secrétaire Général Adjoint de l’Association Internationale des Juristes Démocrates, organisation ayant statut consultatif auprès de l’ONU.

Régis de Castelnau est président de l’Institut Droit et Gestion Locale organisme de réflexion, de recherche et de formation dédié aux rapports entre l’Action Publique et le Droit.

Voir la bio en entier

Alexandre Giuglaris

Alexandre Giuglaris est délégué-général de l’Institut pour la Justice.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€