Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Julien Dray : "Comme dans Le Malade imaginaire, la règle d'or sera la purge qui tuera le malade européen"

Le projet de loi sur la ratification du traité budgétaire européen - qui prévoit la fameuse "règle d'or" pour interdire les déficits - sera examiné, ce mercredi, en Conseil des ministres. Le texte divise le PS où des voix, comme celle de Julien Dray, s'élèvent pour demander un référendum.

Saignée

Publié le 19 septembre 2012
 

Atlantico :  Le projet de loi organique autorisant la ratification du traité budgétaire européen est examiné, ce mercredi, en Conseil des ministres. Pourquoi êtes-vous opposé à ce texte ?  

Julien Dray : Ce traité est dangereux car il nous enferme dans des politiques d'austérité qui asphyxient les peuples. En entérinant la règle d'or, il prive les parlements nationaux de leurs marges de manœuvre et de leur autonomie en matière fiscale et budgétaire. La Cours de justice européenne pourra même prendre des sanctions en cas de non respect de cette règle.

Durant la campagne présidentielle, François Hollande avait promis de renégocier le traité européen. A-t-il tenu ses promesses ?

François Hollande a essayé de renégocier, mais il s'est heurté à l'inflexibilité d'Angela Merkel. Il y a eu certes quelques concessions en matière de relance avec notamment le fameux plan sur la croissance. Mais le montant de ce plan, environ 130 milliards d'euros, est totalement insuffisant au regard des besoins de l'Europe. Il y a 500 millions d'habitants en Europe. Pour être efficace, ce plan devrait être 10 fois plus important. Il n' y aura pas de gain d'activité économique.

Sur le plan des principes, c'est toujours bien que l'Europe se rende compte qu'elle a un rôle à jouer. Maintenant, c'est en masse sonnante et trébuchante que la réalité de ses intentions se mesurent. Et là, nous sommes loin du compte. Il faut une politique de grands travaux à l'échelle de l'Europe. La leçon de toutes les crises qu' à connu notre système économique sur ces cent dernières années, c'est que sans une intervention keynésienne de relance de la consommation et de la croissance, il n' y a pas d'issue. Il ne s'agit pas de faire des dépenses gratuites, mais des dépenses d'investissement.

Les politiques de rigueur ne sont-elles pas nécessaires pour réduire les déficits publiques ?

Il y a plusieurs manières de réduire les déficits. La méthode actuelle est celle de la purge. Mais comme le théâtre l'a montré avec le Malade imaginaire de Molière, la purge tue le malade en voulant le guérir. Les purges actuelles, qui ont touché la Grèce et l'Espagne et qui consistent à faire des coupes terribles dans les dépenses publiques, n'ont en aucune manière résolues la question des déficits. Au contraire, les plans de rigueur successifs n'ont fait que creuser la dette. Ces purges là ralentissent l'activité économique, le ralentissement économique crée des recettes fiscales moins importantes et ces recettes fiscales moins importantes obligent à de nouvelles mesures drastiques. Nous sommes ainsi plongés dans une spirale infernale. L’Europe risque de périr si elle ne se ressaisit pas. Inspirons nous du New Deal de Franklin Roosevelt durant la crise de 1929.

Vous aviez soutenu le traité constitutionnel en 2005. S’agit-il d’une volte-face de votre part sur la question européenne ?

J'avais appelé à voter "oui", mais la question de la règle d'or ne figurait nulle part dans le traité de 2005. En revanche, j'avais voté contre le traité d'Amsterdam qui déjà, à l'époque, imposait de ne pas dépasser les 3% de déficit. J'avais expliqué justement que cela constitutionnalisait une règle économique qui était une imbécilité ! L'histoire l'a d'ailleurs bien montré car en 2008, lors du déclenchement de la crise, cette règle arbitraire à volé en éclat et heureusement ! Pour éviter la faillite financière, tous les Etats ont été obligés de se mettre en mouvement. Il y a une cohérence entre ce que j'avais dit lors du traité d'Amsterdam et ce que je dis aujourd'hui. Le traité constitutionnel ne traitait pas de la question budgétaire.

Vous portez avec vous le poids de ces dernières années, vos ennuis judiciaires ou votre mise à l'écart durant la campagne présidentielle victorieuse de votre ami Hollande. On pourrait vous soupçonner de vouloir régler vos comptes…

Je ne réponds pas à cette question là ! Je veux bien parler du traité européen, le reste ne m'intéresse pas...

Vous avez contribué au congrès du PS en écrivant une pièce de théâtre. Après des années d’action politique, pourquoi avoir choisi de vous engager sous cette forme originale ?

C'était une manière très vivante de lancer le débat et de montrer que les choses n'étaient pas manichéennes. Je pensais que le théâtre pouvait amener plus facilement les gens à réfléchir que si j'avais dit simplement : c'est la pensée de Julien Dray, elle est à prendre ou à laisser.

Un récent sondage indiquent qu’aujourd’hui 64% des Français ne voteraient pas le traité de Maastricht… Comment expliquez-vous ce désamour entre les peuples et l’Europe ?

Malheureusement, le calcul qui avait été fait à Maastricht, qui était de créer une Europe politique et sociale à partir de  l'Europe économique du grand marché, n'a pas fonctionné. Il faut désormais un acte fort qui mette fin à cette construction européenne baroque et qui permette une réappropriation démocratique de l'Europe par les peuples. L'idée d'une assemblée constituante européenne serait une bonne réponse. Sur un certain nombre de questions, nous avons besoin de transferts de souveraineté, mais ces derniers doivent se faire au travers du Parlement européen avec un contrôle démocratique. Les élections européennes vont être un grand rendez-vous pour savoir si on peut faire une autre Europe, si le Parlement européen peut connaître sa nuit du 4 août et devenir un parlement souverain et si on continuera dans cette construction ubuesque de l'Europe qui progressivement a tué le beau rêve européen.

La ratification du traité budgétaire doit-elle être soumise à référendum ?

Vu l'importance de ce traité, il serait souhaitable qu'il y ait une consultation et que le référendum soit un élément de cette consultation.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ludo1963 - 20/09/2012 - 10:39 - Signaler un abus Qu il se taise ce Dray

    Ce serait une purge de taper dans les 50 milliards de commissions qui ne servent à rien ? Ou les conseils généraux où des types nuls gagnent 100000 euros par an sans rien faire ?
    Comment vous êtes vous payé vos montres à 20000 euros mr Dray ?
    Ne vous en déplaise la période d impunité est terminée les 30 années de conneries socialistes ,Chirac compris , vont se payer maintenant
    Alors s il vous plait taisez vous astiquez vos montres de -tres- riche en silence

  • Par cloberval - 19/09/2012 - 23:21 - Signaler un abus M. Delors à fait un euro boiteux

    et je tiens cela de son propre aveu.
    De plus au lieu de rajouter a la jambe de la défense de la monnaie celle qui manquait au traité de Maastricht (celle de la gouvernance économique enfin arrachée à l'Allemagne par Sarkozy en 2011) Chirac et Jospin n'ont rien trouvé de mieux que de faire ajouter une phrase creuse au traité pour tout remède et de laisser entrer la Grèce dans l'euro.

  • Par vangog - 19/09/2012 - 21:38 - Signaler un abus L'Europe est malade depuis que Mitterand et Delors

    ont mis leur nez rose dans les traités et ont imposé les volets de redistribution aux états dilapideurs, subventions aux copains socialo-entrepreneurs, réglementations de type usine à gaz socialistes, grâce aux fonds structurels Européens et autres subventions de type socialiste, ce tonneau des danaïdes qui est en train de noyer tous les états Européens prodigues (en gros, tous ceux qui ont subi une coalition socialo-communiste dans leur histoire, les autres restant miraculeusement préservés, à l'exception de l'Irlande écolo-gauchiste, mais c'est presque pareil).
    S'il avait le courage de l' honnêteté, Dray nous dirait qu'il regrette toute cette social-démagogie et qu'avec ses copains Socialistes mis dans la fonction publique de tous ces pays plombés, il souhaite, enfin, se mettre au travail et inverser la tendance en deux ans (ce qu'ont réussi à faire les Estoniens et Andrus Ansip, plombés par le plus dur des Socialismes, celui imposé par l'ex-URSS!)
    Chiche?...

  • Par Imragen - 19/09/2012 - 16:52 - Signaler un abus Mr Dray

    Si vous parliez de montres, votre discours aurait une certaine crédibilité, mais pour tout ce qui concerne le rétablissement des Finances Publiques, votre compétence parait réduite.
    Et manière dont s'y prennent vos amis, à contre courant de tout ce qui a marché dans le passé, en Europe, fait craindre que vous ne soyez pas le seul dans votre parti à reporter les problèmes sur les générations suivantes.
    Parlez nous d'horlogerie, s'il vous plait monsieur !!!!

  • Par Benvoyons - 19/09/2012 - 15:55 - Signaler un abus Mani - 19/09/2012 - 14:29 Votre colère est bonne

    Aujourd'hui je suis croyant

  • Par Mani - 19/09/2012 - 14:30 - Signaler un abus @ccompagnon

    "Ça fait 40 ans que les Français subissent la saignée." ... mais de quoi il parle, lui ? Quelle saignée ? On croit rêver... non mais sortez un peu de votre trou et regardez la réalité en face ! Si EN FRANCE on a subi "une saignée" depuis 40 ans, alors que dire du reste de la planète ?? On nage en pleine débilité, là. Un vrai malade imaginaire, tiens !

  • Par Mani - 19/09/2012 - 14:29 - Signaler un abus Référence littéraire, wow...

    "Comme dans Le Malade imaginaire, la règle d'or sera la purge qui tuera le malade européen" - euh... t'es sûr d'avoir lu le Malade imaginaire, Julien ? Parce que cette histoire de purge qui tue le malade, on ne l'y trouve pas...
    Et à l'arrivée, le raisonnement n'est pas bon en ce qui concerne la France... tout simplement parce qu'on est à des années lumière de tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une "purge" ! Alors bien sûr, il faudra diminuer certaines dépenses structurelles pour parvenir à l'équilibre. Mais une fois l'équilibre atteint, si on ne s'évertue pas à créer sans cesse de nouvelles dépenses, la "purge" (épouvantail de gauche s'il en est) sera déjà finie. Et qu'on cesse un peu d'essayer de nous faire croire que la dite "règle d'or" nous empêcherait de nous endetter pour investir, c'est évidemment totalement faux.
    D'autre part, tirer argument de cette crise, événement exceptionnel s'il en est, pour dire que la règle est dangereuse, c'est un peu fort ! Cette règle n'est pas une règle de crise, elle est justement prévue pour éviter de nouvelles crises de ce genre !

  • Par ccompagnon - 19/09/2012 - 13:39 - Signaler un abus 40 ans

    Ça fait 40 ans que les Français subissent la saignée.
    Mais attends, Julien, attends.
    Nous arrivons ! le peuple gronde...
    Ce n'est pas une saignée que tu vas avoir, mais une branlée !
    Et tu va regretter de ne pas avoir eu juste une "saignée".

  • Par Indigène Indigné - 19/09/2012 - 11:55 - Signaler un abus Atlantic-tac ? ??

    Après dsk voilà dray !
    Que venez vous faire ici M. dray ? ? ?
    Tester votre popularité ?
    Retournez à vos horloges et aux comptes des associations qui vous aident à les financer.
    Pour vous, un rappel à la loi. Pour l'autre fafa, responsable mais pas coupable.
    A essayer de revenir par la fenêtre quand la porte vous a été fermée, vous êtes comme votre confrère dsk, répugnant !
    Marre de ces bourgeois de gauche donneurs de leçons.
    Quel dommage que l'on ne retrouve plus la vidéo (super démago) du quizz chez ardisson suivi de votre complainte du 20è ardt où vous vous plaignez de la voiture de votre femme et de vos habits vieux et démodés.
    Ca vous a couté une montre à la faire disparaître ?

  • Par chateleine - 19/09/2012 - 11:45 - Signaler un abus moi je suis pour le

    moi je suis pour le referendum !pourtant je suis de droite,nous ne devons pas perdre notre souverainete!!

  • Par troiscentsalheure - 19/09/2012 - 10:25 - Signaler un abus Moins de déficit = moins de menteurs

    Le budget de la France n'est plus équilibré depuis 1974. Dray propose de faire la même chose au niveau de l'Europe. Les impôts augmentent car la dette augmente. Si on interdit les déficits les nantis de la taxation comme Dray disparaissent du champ politique. Merkel est comme les 45 % de Français non exonérés de l'impôt sur le revenu, elle ne veut plus payer pour les autres car c'est inégalitaire.

  • Par Benvoyons - 19/09/2012 - 10:12 - Signaler un abus Le PS est un monde de menteurs

    Monsieur Dray condamné ( une tape sur la main )?????? interdit de séjour au PS.
    Harlem Désir condamné avec paiement pour détournement etc etc...
    mais il a été amnistié par Tonton et bien il élu comme secrétaire du PS.
    La justice du PS
    Caton 1° est une honte pour la France avec son PS

  • Par Benvoyons - 19/09/2012 - 10:05 - Signaler un abus La purge c'est le PS avec Caton 1° et son grand Zéphyr

    Il faut réduire la l’État et les régions sans augmenter les impôts.
    La Suede, le Danemark, la Norvège, sont des pays Socialistes et ils ont réussi en faisant cela.
    Il faut croire que les socialistes Français sont des incapables et des menteurs.

  • Par Jaedena - 19/09/2012 - 09:44 - Signaler un abus Vous avez tout faux

    L'austérité qui tue, c'est celle que vous pratiquez, à base de hausses d'impôts généralisées. L'austérité qui sauve, c'est celle à base de REELLES dépenses publiques : voir cet article citant une étude du FMI : http://et-ma-liberte.fr/fr/article/3/reduire-les-depenses-publiques-est-il-si-dangereux
    Au bout de 3 ans, les effets sur le chômage et la croissance d'une austérité des dépenses publiques est complètement négligeable, alors que celle à base d'impôts entraîne le pays en dépression.
    Mais bon, de la part de quelqu'un qui veut résoudre un problème de surendettement par plus d'endettement ... Ben voui ma pauvre dame, cela fait juste 38 années de déficit budgétaires donc de relance budgétaire consécutives, avec un chômage toujours au plus haut et une croissance en baisse constante. Mais c'est parce qu'on en a pas fait assez. Si on avait relancé plus, on n'aurait pas de problème de dette.
    A l'opposé, les pays qui ont résolu sur le long terme leurs soucis de croissance, de dette et de chômage l'ont tous fait de la même façon : australie, canada, Nouvelle zélande et Suède : baisse de la taille de l'état, des impôts, des réglementations et liberté économique pro entrepreunariat.

  • Par michel_m - 19/09/2012 - 09:22 - Signaler un abus C'est un peu le but aussi...

    "il prive les parlements nationaux de leurs marges de manœuvre et de leur autonomie"...
    Ben oui.
    C'est un peu le but : nous mettre à l'abri des coups de folie de Normal 1er et ses amis...

Julien Dray

Julien Dray est député PS de l'Essonne.

Depuis mars 2004, il occupe le poste de vice-président en charge de la politique de la ville et de la jeunesse au conseil régional d'Ile-de-France. 

Il est l'auteur de L'épreuve (Cherche Midi, 2009), livre dans lequel il revient sur l'affaire judiciaire à laquelle il a été mêlé.

Voir la bio en entier

Fermer