Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Joyeux 45ème anniversaire Internet : le récit du premier jour du réseau mondial

Le 29 octobre 1969, des chercheurs américains ont réussi l'incroyable exploit de mettre en relation deux ordinateurs distants de 550 kilomètres. Une révolution : Internet est né.

Révolution

Publié le
Joyeux 45ème anniversaire Internet : le récit du premier jour du réseau mondial

Une vue détaillée du processeur de l'ordinateur de l'UCLA qui a envoyé le premier message. Crédit Reuters

Quelle date donner à la naissance d'Internet ? Est-ce la naissance du Web ? Est-ce que c'est l'adoption du protocole TCP/IP ? De nombreuses autres avancées scientifiques pourraient être le symbole de cette naissance mais il y en a une qu'il est difficile de nier c'est bien la première connexion de ARPANET, souvent qualifié d'ancêtre d'Internet, grâce à l'installation du premier nœud de raccordement entre l'université de Californie à Los Angeles (UCLA) et celle de Stanford. Le 29 octobre 1969, les premières données sont échangées à une vitesse de 50kbits/s.

Autour d'un ordinateur, ceux qu'on appellerait aujourd'hui des geeks s'activent pour tenter d'établir un nœud entre leur machine et un terminal informatique, via le réseau téléphonique, et établir une connexion. Au terme du processus, ils essaient de se connecter avec une autre machine. En retrouvant le journal de bord des informaticiens qui vont révolutionner les méthodes de communication, cette découverte planétaire est dévoilée de manière très précise.

Ce 29 octobre 1969, il est 22h30 en Californie quand les chercheurs de l'UCLA réussissent à parler au Sri Lanka. Ils n'ont pas encore réussi à traverser l'océan, mais ce nom noté fait référence à l'ordinateur utilisé à Stanford, un SDS 940, avec qui, pour la première fois au monde, l'ordinateur de l'UCLA communique. Deux ordinateurs qui se parlent… De la magie pour l'époque! L'histoire du premier message envoyé entre deux machines, pourtant l'objectif recherché, relève pourtant d'un heureux hasard.

Au moment de cette expérience réussie, les deux équipes de scientifiques sont ensemble au téléphone. Bill Duvall, chercheur à l'UCLA, tape un "L" et demande "vous recevez un L?". La réponse se fait attendre mais oui les scientifiques de Stanford reçoivent ce "L", envoyés à plus de 550 km de là. Ils répètent l'expérience avec un "O", encore une réussite… qui s'arrête là. Pour le "G", l'ordinateur s'arrête de fonctionner. Les chercheurs voulaient taper "L.O.G.I.N.", ils obtiendront "L.O.".

L'un des pères fondateurs d'internet, le chercheur Leonard Kleinrock, aime raconter cette histoire. Un mois auparavant, avec deux de ses étudiants, Charley Kline et Bill Duvall, cette désormais gloire de l'UCLA réussissait déjà à échanger quelques données entre deux gros ordinateurs reliés par un câble de 4,5 mètres de long.

Après avoir réussi à mettre en contact les ordinateurs des deux universités, ce procédé va être appliqué à quatre autres écoles puis 23 seront mises en réseau. L'ARPANET est né. "Le développement de l'ARPANET, qui n'avait aucune ambition commerciale à l'époque, démontre le pouvoir de la recherche fondamentale et l'importance qu'elle a dans notre société", témoigne Bill Duvall. Ajoutant que "quelques groupes de recherches étudiaient le potentiel de calcul en réseau et comment ces systèmes pourraient être utilisés pour stocker des informations mais ils se sont heurtés à un obstacle: ils ont manqué d'un réseau pour tisser un projet commun."

Rapidement, la découverte des ces chercheurs a intéressé le gouvernement des Etats-Unis. En pleine période de Guerre froide, le mythe veut que la création de ce système permette à l'Amérique de se prémunir d'une attaque nucléaire. ARPANET étant un réseau sans système central et les ordinateurs étant autonomes, si l'une des parties de la structure était détruite, les autres pourraient continuer de fonctionner. Le pays était sauf et le monde allait profiter de cette incroyable découverte : internet.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ex abrupto - 31/10/2014 - 16:20 - Signaler un abus Celà faisait longtemps

    qu'on envoyait des données sur le réseau en point à point sur de grandes distances, même de façon quasi industrielle (mais pas très fiable: nombreuses reprises). Ce qui est nouveau c'est que c'est du "Host to Host" et que c'était prévu pour fonctionner avec un réseau "maillé" (et ça fonctionnait sous courte distance). Le développement s'est fait grâce à l'amélioration de l'électronique qui a réussi à envoyer des messages binaires avec de plus en plus de fiabilité et de vitesse. Les journaleux verbo-littéraires pourraient faire un petit effort de documentation et de compréhension (là, c'est dur dur...)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€