Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Voilà pourquoi les pauvres ont plus de difficultés à arrêter de fumer et ce que cela dit sur notre société

Le 31 mai est la journée mondiale sans tabac. Un récent rapport commandé par l'Etat montre cependant que les récents efforts de sensibilisation en la matière se sont montrés bien vains...tout particulièrement dans les milieux les plus démunis, pauvres, jeunes et chômeurs.

Journée mondiale sans tabac

Publié le
Voilà pourquoi les pauvres ont plus de difficultés à arrêter de fumer et ce que cela dit sur notre société

Une enquête de Santé Publique France montre que les non-diplômés et les chômeurs font partie des catégories sociales les plus touchées par le tabagisme. Leur consommation n'a pas diminué voire même augmentée ces dernières années alors que le tabac ne cesse de voir son prix augmenter depuis quelques années. Qu'est-ce qui explique ce paradoxe ?

Philippe Bataille : Tout d'abord il faut bien voir qu'il s'agit d'une tendance générale. Dans tous les pays du monde, ce sont les catégories sociales les moins favorisées qui sont concernées par les plus forts taux de tabagisme. C'est un phénomène qui a été clairement observé. On observe un accroissement très net du phénomène, et même un alignement au coût alimentaire : c'est donc même sa proportion qui augmente. Ce qui fait que le phénomène est d'autant plus marquant qu'il représente un coût économique pour l'individu de plus en plus important dans nos sociétés modernes. 

On sait que les pauvres payent tout plus cher que les autres.

Le tabac représente une dépense qui pour le coup est encore plus chère pour le pauvre que ce que cela peut représenter pour d'autres qui en plus en font l'économie. Le phénomène est aggravé et la conséquence sur le budget des pauvres en devient presque irrationnelle.

« Les fumeurs des catégories sociales les moins favorisées sont aussi nombreux que les autres à tenter d'arrêter de fumer mais ils y arrivent moins souvent » affirme la même enquête. Ces difficultés sont-elles comparables à celles qu'ont les mêmes catégories à combattre l'obésité et autres mauvaises habitudes alimentaires ? Quel est le biais commun ?

Vous avez raison d'élargir la question pour ne pas en rester au tabac et aux revenus. Il est important de comprendre ce qu'est la réalité du pauvre, à savoir que les critères de pauvreté peuvent aussi être les diplômes par exemple, tout comme les habitudes alimentaires... Quels que soient les indicateurs que l'on applique à la personne pauvre, tous sont rouges ou mauvais. On a vraiment une combinaison de facteurs défavorables y compris le tabac et qui se cristallisent  dans cette population dans laquelle l'explication est la moins vraisemblable. L'idée n'est pas de partir sur un approche qui s’intéresserait à la « culture » du pauvre, à ses habitudes, à ses normes ou la reproduction sociale, tout cela étant vrai par ailleurs. Il faut voir que le pauvre est dans un parcours personnel dans lequel les raisons d'arrêter de fumer ne sont pas suffisantes pour lui pour qu'il le fasse. Il peut arriver à tout le monde d'avoir un cancer, un problème au cœur, ou par exemple d'être fumeur. Pour régler ce problème, la réaction va être d'y mettre les moyens économiques, de changer de cadre, d'arrêter de travailler pour se concentrer sur une rémission. C'est un moment de reconsidération de ses habitudes et de transformations de celles-ci. 

Ces choses arrivent aux pauvres, mais ceux-ci n'ont pas de ressources pour prendre ce temps et ces moyens d'accompagner la reconsidération de ses pratiques habituelles. Prendre un abonnement dans une salle de sport, prendre du temps pour habituer son corps aux nouvelles pratiques, changer des pratiques à risques par des divertissements... tout cela paraît simple mais a un coût très important dans les faits ! La capacité à saisir l'opportunité qui facilite l'estime de soi, l'accompagnement et la confiance dans sa capacité à surmonter une difficulté, est moindre pour un pauvre que pour un riche. Car tout ce qui pousse à faire des choix ne facilite par le bon, c'est quelque chose que j'observe particulièrement dans le cas des maladies chroniques. Comment en ce qu'on les surmonte ? En lisant le livre de Christophe André, en faisant un effort de concentration et en trouvant en soi les ressources nécessaires pour surmonter une maladie souvent grave type cancer. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 31/05/2017 - 18:14 - Signaler un abus Taxes sur clopes a 85 % dès le 1 € en vigueur

    contre taxe a 75% après 1000 000 € supprimée = au bilan politique de la gôche bobo et de la drôate décomplexée ! Dormez braves gens ! Economisez vos dents ! mais foutez ces politicards a la retraite !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Bataille

Philippe Bataille est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Il est également membre du Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin. Ses recherches ont entre autres porté sur le racisme et la discrimination, le sexisme et le féminisme, et plus récemment sur l’expérience médicale et sociale de la maladie grave. Ses travaux actuels suivent ce qu’il advient de la catégorie de sujet dans la relation médicale et de soin. Les recherches en cours suivent des situations cliniques empiriques qui suscitent de si fortes tensions éthiques qu’elles bloquent le système de la décision médicale (éthique clinique), et parfois la conduite de soin (médecine de la reproduction et en soins palliatifs). Son dernier ouvrage est "Vivre et vaincre le cancer" (2016, Editions Autrement).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€