Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jour de carence : ces étonnantes particularités de la fonction publique en matière d’absentéisme

L’Insee a publié, le 10 novembre dernier une étude sur le jour de carence dans la fonction publique de l’Etat. Instauré dans la fonction publique entre le 1er janvier 2012 et le 1er janvier 2014, le jour de carence est un dispositif consistant à ne pas rémunérer un fonctionnaire dès son premier jour de congé lié à un arrêt maladie, et ayant pour but de limiter l’absentéisme dans la fonction publique.

Un seul être vous manque...

Publié le
Jour de carence : ces étonnantes particularités de la fonction publique en matière d’absentéisme

Quel est l’intérêt d’un tel dispositif ? Le public est-il plus touché que le privé par l’absentéisme ? Eléments de réponse de François Ecalle, ancien rapporteur général du rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques et président de l’association Fipeco. 

L'absentéisme public est-il plus ou moins important que l'absentéisme privé ? Comment expliquer la différence ? 

Je limiterai ma réponse à l’absentéisme pour raison de santé, au cœur de l’actualité du fait du rétablissement du jour de carence dans le secteur public. Selon le rapport de 2017 sur l’état de la fonction publique, 4 % des fonctionnaires ont été absents pour raison de santé au moins un jour au cours d’une semaine de référence en 2016, contre 3,8 % des salariés du secteur privé. Ce taux d’absence est plus élevé dans les fonctions publiques territoriale (5,1 %) et hospitalière (4,7 %) que dans celle de l’Etat (3 %)

Ces statistiques, tirées des réponses des ménages à l’enquête de l’Insee sur l’emploi, sont les plus fiables pour comparer chaque année les absentéismes public et privé.

Une enquête moins fréquente sur les conditions de travail apporte des informations complémentaires. Elle montre que 33 % des fonctionnaires ont eu au moins un arrêt de travail pour maladie en 2013, avec peu d’écarts entre les trois fonctions publiques, contre 28 % dans le secteur privé. La durée de ces arrêts est toutefois plus faible dans le public, en grande partie du fait des enseignants.

Selon des sources moins homogènes (bilans sociaux notamment), le nombre moyen de jours d’absence pour raison de santé dans l’année est de 12,3 dans les services de l’Etat, de 22,4 dans les collectivités locales et de 22,7 dans les hôpitaux (personnel non médical ; 5,6 pour le personnel médical), en 2012, 2013 ou 2015 selon les secteurs. Le cabinet Ayming fait état de 16,6 jours d’absence dans le secteur privé en 2015, toutes raisons confondues. Il n’est cependant pas sûr que ces chiffres soient comparables.

Ces différences entre les taux d’absentéisme peuvent résulter des caractéristiques moyennes des agents de chaque secteur au regard de facteurs tels que les conditions de travail, l’âge, le sexe, l’état de santé, le niveau de formation… En exploitant avec des méthodes économétriques les données de l’enquête sur les conditions de travail en 2013, la direction générale de l’administration et de la fonction publique a estimé l’impact de chacun de ces facteurs. Elle en a conclu que, toutes choses égales par ailleurs c’est-à-dire en neutralisant l’impact de tous ces facteurs, la probabilité d’avoir au moins un arrêt de travail dans l’année est supérieure dans le secteur public à celle observée dans le secteur privé, de 6 % dans les hôpitaux, de 29 % dans les services de l’Etat et de 43 % dans les collectivités locales.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vauban - 29/11/2017 - 10:03 - Signaler un abus Médeciin

    Je suis totalement effaré et atterré par La prodigalité de mes confrères et surtout de mes consœurs en matière d' arrêt de travail totalement sans fondement ni base médicale sérieuse Le corps médical généraliste prends dans certaines zones tous les attributs de l'assistanat social comme La justice comme l'EN

  • Par Atlante13 - 29/11/2017 - 13:11 - Signaler un abus "Je limiterai ma réponse

    à l’absentéisme pour raison de santé." y a pas à dire, ça commence bien, regardons le problème par le petit bout de la lorgnette. Après ça on emberlificoté les chiffres et les données en tous sens, ce qui finit par laisser le lecteur perplexe. Une conclusion s'impose tout de même, dans le service public on est plus souvent malade, sûrement le fait de conditions de travail insupportables. Mais ce qui me gène, c'est ce "je limiterai...", car tout le monde sait très bien que, un les certificats médicaux sont assez souvent complaisants, et deux que les absences non médicalisées sont oubliées et non comptabilisées. Une conclusion s'impose donc, il faut supprimer d'urgence le travail dans le service public.

  • Par Yves3531 - 30/11/2017 - 08:07 - Signaler un abus J’ai arrêté de lire à partir de...

    « je limiterai ma réponse »... on se doute alors dès le début de cet article que les 3 pages commises par ce « rapporteur de la cour des comptes » n’ont pour objet que de noyer le poisson. Bref, on n’a pas de temps à perdre à continuer à se faire endormir et enfumer - et c’est hélas sur Atlantico....

  • Par Deudeuche - 30/11/2017 - 08:27 - Signaler un abus Carence de la fonction publique

    Vaste sujet!

  • Par Anguerrand - 30/11/2017 - 10:16 - Signaler un abus La plus grande inégalité française

    L'écart entre les fonctionnaires et le privé. Les syndicats qui ne représentent plus rien si ce n'est le marxisme et les fonctionnaires savent qu'ils peuvent bloquer toute l'économie et l'utilisent autant qu'ils le peuvent. Le pire est bien sûr les régimes spéciaux qui vivent à nos dépens. Il n'y a pas un seul désavantage par rapport au privé. Merci SUD, CGT, FO qui étouffé nombres de notre fois l'économie et qui bien sûr font semblant ensuite de s'étonner de la faiblesse de notre économie et des bas salaires. La SNCF en grève, en moyenne, ce sont 2 rames non commandées à Alstom, ensuite ils iront pleurer avec les chômeurs chez Alstom. La dette de la SNCF 45 milliards est en grande partie dûe à cause des grèves ruineuses. Les voyageurs des RER continueront grâce à eux de voyager dans des trains hors d'age.

  • Par Plongeur - 30/11/2017 - 14:11 - Signaler un abus L'art d'enfoncer des portes ouvertes

    Pas besoin d'études couteuses pour comprendre que l'absentéisme est lié à l'emploi à vie et à la progression automatique liée à l'ancienneté. Un intouchable aurait tort de se gêner.

  • Par moneo - 30/11/2017 - 16:56 - Signaler un abus evident

    le burn out des fonctionnaires si bien décrit par ZOE SHEPARD

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Ecalle

François Ecalle est ancien rapporteur général du rapport annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ;  ancien membre du Haut Conseil des finances publiques, Président de FIPECO et fondateur du site www.fipeco.fr sur les finances publiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€