Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 03 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

JO de Londres : mais comment Roger Federer réussit-il à rester à un tel niveau ?

C'est ce samedi que le Suisse entre dans la compétition. Trois semaines après sa victoire à Wimbledon, réussira-t-il à relever ce dernier défi, lui qui n'a jamais remporté la moindre médaille olympique ?

Ace

Publié le

Atlantico : Les JO de Londres sont-ils le dernier défi pour Roger Federer sachant qu’il a gagné tous les tournois du Grand Chelem, mais n'a jamais remportés les Jeux Olympiques ?

Denis Grozdanovitch : Les Jeux Olympiques me semblent tout à fait annexes. C’est peut être important pour lui mais ce n’est pas un tournoi majeur. Ce qui compte vraiment, ce sont les quatre tournois du Grand Chelem (Roland Garros, Wimbledon, US Open et Open d’Australie).

Au-delà de cela, Roger Federer est un joueur extraordinaire. Il possède une fluidité naturelle exceptionnelle liée à un pouvoir de concentration gigantesque.

Nadal dit lui-même que quand Federer entre dans un état de « transe » dû à sa concentration, on ne peut plus rien faire « sauf le déconcentrer ».

Il possède également une fluidité gestuelle inouïe qui lui permet d’être toujours là, malgré ces 31 ans, sans se fatiguer. Il y a une autre raison très technique à cela, c’est le seul joueur qui défend en demi-volée. Il ne recule jamais. Ainsi, il se fatigue moins que les autres. Cela est dû à son habileté exceptionnelle : personne n’arrive à le faire à part lui.

C'est pour cette raison qu'il durera plus longtemps que les autres ?

J’ai toujours dit que Federer durerait plus longtemps que Nadal. Les joueurs très laborieux comme Nadal ou Djokovic se blessent fatalement. Ils se dépensent beaucoup plus que Roger Federer.

Federer a aussi inventé des coups. Il peut enchainer deux trois coups d’affilée, puis faire le point avec son coup droit décroisé qui sort au niveau de l’angle de carré de service. C’est un coup de génie qui prend tout le monde de court. Il a également réinventé l’amorti.  

Le paradoxe en tennis c’est qu’on peut être moins fort mais toutefois progresser si l’on arrive à se maintenir. Avec l’âge, ce que l’on améliore le plus, c’est l’anticipation. Federer peut encore progresser de manière à se maintenir, au moins dans les cinq meilleurs, et pendant encore longtemps.

Comment jugez-vous l'évolution de Federer depuis ses débuts ?

C’est un talent qui a éclaté d’un seul coup mais qui n’a pas beaucoup progressé. Nadal a beaucoup plus progressé dans son jeu. Cela s’explique par le fait que Federer est un prodige naturel. Je ne pense pas qu’il travaille beaucoup son tennis.

Ce qui est étonnant, c’est de voir comment il arrive à gagner des matchs même quand il joue mal. Il sait s’adapter.

Y’a-t-il des exemples de joueurs qui se soient maintenus à un tel niveau aussi longtemps ?

Les deux plus étonnants sont Ken Rosewall et Jimmy Connors. Mais le meilleur, à mes yeux, a été Pancho Gonzales. C’était numéro un mondial pendant quinze ans et il n’a été battu par personne. Il avait arrêté la compétition à l’âge de 35 ans et à 45 ans il a rejoué Roland Garros. Il est malgré tout arrivé jusqu’en demi-finale. C’était une autre époque mais cela reste très impressionnant.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Nico Attal - 28/07/2012 - 11:56 - Signaler un abus Roger ne nous fait pas prendre des vessies pour des lanternes...

    Ou en tout cas, pour citer un célèbre commissaire, il ne nous fait pas prendre l'Helvétie pour des gens ternes...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Grozdanovitch

Denis Grozdanovitch est écrivain et ancien joueur de tennis professionnel. Il a sorti récemment son dernier livre, La secrète mélancolie des marionnettes.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€