Vendredi 18 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

JO : Londres a remporté son pari olympique

Malgré la crise, la capitale anglaise est en train de remporter brillamment son pari olympique. Regard d'un témoin convaincu.

Simply the best

Publié le 11 août 2012
 

Ceux qui pensaient que Londres offrirait des Jeux sans flamme à un monde en crise en sont pour leurs frais. La ville est en ébullition depuis le début de la compétition et la population s’est totalement mise au diapason de la fièvre olympique. Du chauffeur de taxi au commerçant, la ferveur est perceptible à tous les coins de rue.

Les Britanniques se sont appropriés cet évènement unique et participent, chacun à leur niveau, à la réussite de ces JO 2012. Mieux, Londres s’est transformée en véritable capitale du monde depuis la fin juillet, offrant un spectacle remarquable d’échange et de mélanges.

Les supporters brésiliens, chinois, français ou américains déambulent aux alentours de BigBen dans une ambiance joyeuse de partage et de rencontres. Les épreuves sportives rythment les journées dans un esprit de fairplay total.

Et le brassage formidable de ces jeux se fait également chaque soir dans les Maisons des pays, où les athlètes discutent en toute décontraction avec les partenaires de l’évènement (décideurs économiques et politiques pour la plupart) émerveillés comme des enfants devant les performances des champions.

J’ai eu le grand bonheur de pouvoir longuement discuter avec des athlètes de légende comme Carl Lewis, Marie-José Perec, Ian Thorpe ou Nasser Al Attiyah vainqueur du Paris-Dakar et médaillé olympique 2012 au tir à la carabine. Cela m'a permis de mieux comprendre à quel point ces champions d’excellence représentent des exemples dans notre société et commentleur dynamisme peut insuffler de l’énergie à toutes les générations.

Londres capitale festive certes, mais également capitale diplomatique. La magie des Jeux permet en effet de mêler avec bonheur la convivialité et l’esprit de fête aux problématiques politiques. Les JO de Londres ont ainsi permis d’aborder pour une fois les défis du moment dans une atmosphère apaisée.

C’est ainsi qu’une visite du président de la République française s’est transformée en rencontre informelle permettant de raffermir l’amitié franco-britannique, quand François Hollande, tout sourire, est allé assister à un match de handball en présence d’un David Cameron tout aussi détendu.

Mais l’impact diplomatique des JO ne peut pas se réduire à une visite d’Etat. Au cours des trois semaines de compétition, les hôtels de Londres bruissent de discussions informelles sur la crise de l’Euro, la crise malienne ou la situation en République démocratique du Congo.

Lors de mon passage à Londres, j’ai également été témoin de scènes qui démontrent si besoin est que l’impact des JO dépasse largement le simple cadre du sport. Des entrepreneurs, notamment fondateurs de start-ups, profitent de l’aubaine olympique pour venir à la rencontre d’investisseurs et pour lancer des levées de fonds qui n’auraient pas été possibles dans un autre cadre.

Sur tous les plans, la fête olympique organisée par Londres est un succès qui devrait servir de leçon aux décideurs politiques à l’heure de se porter candidat à l’organisation de grands évènements sportifs. Les Jeux en valent largement la chandelle.

 


Richard Attias

Richard Attias est un homme d'affaire et fondateur du New York Forum, un espace de rencontre et de débats dédié aux enjeux de l'économie globale

Il avait auparavant été l'organisateur du Forum mondial de Davos et de diverses rencontres internationales (Gatt, Apec, Clinton Initiative,...)

Voir la bio en entier

Fermer