Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jeux Olympiques de Londres,
ce championnat du monde
du chauvinisme

Dans trois semaines, les JO débuteront... Les différents Etats pourront alors gonfler leurs muscles à chaque médaille d'or d'un de leurs citoyens.

Editorial

Publié le

Dans quelques jours démarreront les Jeux Olympiques de Londres. Ils intéressent peu les Français qui ont visiblement acheté moins de places que prévu (à des prix exorbitants, il faut le reconnaître). Enfin, on n'en parle peu ici, mais beaucoup à Londres, tout en étant persuadé que le monde entier en parle, les regarde, les attend, est au courant des moindres détails des préparatifs et impressionné par tant de prouesses et de sens de l'organisation. C'est fou cette tendance que nous avons à toujours être persuadé que le monde entier regarde ce que nous faisons par dessus notre épaule et s'en passionne.

Dans quelques jours donc nous découvrirons nos premiers médaillés, enfin il faut l'espérer. Nous aurons droit à notre annonce quotidienne du très surveillé compteur de médailles du jour. "Deux médailles d'argent aujourd'hui, toujours pas d'or"; "et non, pas de podium aujourd'hui, mais une formidable quatrième place pour ...".

Cette litanie des médailles nous tiendra en haleine bien sur, et nous remplira de fierté collective, nécessaire par ailleurs, alors tant mieux. La fierté de montrer au monde (celui qui nous regarde par dessus l'épaule) notre talent, nos héros, nos destins exceptionnels. Et pendant que nous exhiberons nos champions en vitrine au monde, convaincus de l'admiration planétaire qu'ils susciteront ... chaque autre pays tiendra son propre compteur, parlera de ses champions, s'enthousiasmera pour sa médaille de bronze sans citer le champion olympique, convaincu que nous serons béats d'admiration pour leurs athlètes comme nous sommes persuadés que ces autres pays le seront pour les nôtres. Mais chacun ne regarde que son compteur.

Dans cette galerie commerciale de chauvinisme et de vantardise, chaque nation ne regarde que sa vitrine. Et cette vitrine changera tous les jours, comme une mise à jour de nos champions tant exceptionnels que médiatiquement éphémères, traités dans l'écume de l'information, comme le reste, tout champions qu'ils sont. On nous rappellera notre meilleure performance olympique, comme un seuil à battre, un record à faire tomber. Nous courrons après comme on court après le compteur téléthon, à la différence près que si tout le monde ne peut pas être champion olympique tout le monde peut faire un don.

L'essentiel n'est plus de participer bien sur, mais bien de gagner, de dominer, de prouver sa suprématie. Les compétitions sportives, de tous temps, sont aussi des compétitions politiques, économiques, diplomatiques. On se souvient bien sûr de la grande époque de la guerre froide olympique entre les Etats-Unis et l'URSS. Et, plus légèrement, on s'amusait à pronostiquer il y a quelques jours que la Grèce l'emporterait sur l'Allemagne en quart de finale de l'euro, juste pour le plaisir du bon titre du lendemain "la Grèce sort l'Allemagne de l'euro".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Thierry5635 - 03/07/2012 - 13:59 - Signaler un abus Ne boudons pas notre plaisir

    Bien sûr, les JO coûtent cher et représentent des enjeux commerciaux au-delà des exploits des athlètes. Et alors ? Bien sûr, il est tentant de tout tourner en dérision dans une société déprimée qui doute de son avenir. Mais faut-il tout dénigrer comme les humoristes polémistes ? Bien sûr, certains esprits chagrins – j’en connais – affirment que les athlètes sont des petits tueurs dressés pour écraser les autres et qu’ils préfèrent à tout prendre que leurs gamins soient médiocres plutôt que champions. Faut-il pour autant nier les vertus de l’effort et de la rage de vaincre ? Au-delà de la guerre commerciale, des polémiques stériles, il reste l’aspect humain des compétitions, le dépassement de soi-même, la construction de légendes, la joie des supporters, les yeux des gamins qui s’illuminent quand un de leurs athlètes préférés monte sur le podium. Je suis un quinqua et je revendique le droit de conserver cette âme d’enfant, cette faculté de rêver. Alors, je suivrai les parcours de mes athlètes préférés, Christophe Lemaître, Rafael Nadal, Richard Gasquet, Laure Manaudou et Andy Schleck (s'il est remis) , sans qu’aucun donneur de leçon ne vienne gâcher mon plaisir.

  • Par golvan - 03/07/2012 - 15:38 - Signaler un abus Les JO devraient être

    Les JO devraient être purement et simplement supprimés. Voilà 120 ans le premier ministre grec avait refusé d'engager les finances publiques de la Grèce dans cette idée loufoque d'une noble français, parce qu'il refusait qu'on refusât à la Grèce une réputation de bonne gestion, amusant non ? Il avait éliminé du gouvernement et les JO modernes avaient pu commencer. Si jusqu'aux années 60 les coûts étaient raisonnables, l'explosion des dépenses (argent public) avaient commencé avec Munich, où le simple coût du toit du stade olympique avait coûté l'intégralité du coût des JO de Tokyo, huit ans auparavant... Et depuis bien sûr c'est l'envolée avec un budget anglais multiplié par trois par rapport au prévisionnel. Le serment olympique a disparu et les championnats du monde par discipline sont d'un niveau plus élevé. Il est temps de sortir de cette spirale mais ce sera difficile en France où toute la technostructure sportive est basée sur l'olympisme, et où les fédés olympiques sont mieux dotées que les non-olympiques. Seule la crise des finances publiques en Europe occidentale mettra un peu de raison dans la gabegie olympique, mais il est vrai que personne n'a jamais eu envie (suite)

  • Par golvan - 03/07/2012 - 15:51 - Signaler un abus (suite)

    jamais eu envie d'émigrer en RDA du temps de sa splendeur sportive. Le rapport entre l'attractivité d'un pays et son poids en médailles reste à démontrer mais ce ne sont pas tous ceux qui profitent des JO qui introduiront le débat. D'ailleurs initialement Pierre de Coubertin ne voulait pas d'hymne national sur les podiums, la victoire de l'athlète étant individuelle seul l'hymne olympique résonnait. Mais bien vite le nationalisme prit le dessus. D'autre part je crois qu'on se leurre sur le lien entre l'athlète et le pays qu'il représente, en particulier à une époque où les naturalisations faciles dénaturent le rapport entre l'athlète et son pays d'origine. Toutefois, en ce qui concerne les JO, aussi bien le CIO que les Etats ont développé de telles administrations de privilégiés que leur disparition n'est pas à l'ordre du jour.

  • Par BabaGanoush - 03/07/2012 - 16:06 - Signaler un abus Un peu de patriotisme.

    Je ne comprends pas cet article. Oui, c'est le but des JO. De supporter nos athlètes. Ils sont censés être nos héros et ceux de nos enfants. C'est vrai que l'on brille moins que beaucoup de nations et que l'on est bien en dessous de ce que nos infrastructures devraient permettre. Mais c'est beau le sport, c'est beau le dépassement de soi, c'est beau cette fête mondiale. Je ne suis pas patriote ou pas assez. Je ne suis aucun sport en particulier, mais je ne comprends pas le but de cet article. Si c'est de dire que le sport c'est con et que la fierté c'est nul. Ben oui, c'est nul. Et la fierté de nos vins, c'est puéril et le TGV, il est tout vieux et tout pourri et nos élites ne parlent pas anglais et on a aucune boîte de haute technologie etc... Bien sûr que tout ça c'est nul... Mais cette mentalité de tout dénigrer est tellement généralisée, tellement usée, que la prochain mode de pensée ça va être de se réjouir de tout et d'être fier de tout. Vive les JO. Vive le sport. Vive les athlètes français. Et qu'on chope un max de médailles.

  • Par golvan - 03/07/2012 - 18:10 - Signaler un abus @babaganoush

    Etre contre les JO ne signifie pas qu'on est opposé au sport de compétition et que l'on ne soutient pas les athlètes français. La question posée était de savoir si la réputation d'un pays était corrélé à son nombre de médailles olympiques et la réponse est non. J'ajouterai que l'enjeu olympique autorise tous les abus y compris bien sûr le dopage d'Etat. Lorsque les Jo modernes ont été créés, il n'existait pas de championnats du monde par discipline. Actuellement tous les sports majeurs organisent leur propre championnat mondial, d'un niveau supérieur au championnat olympique, pour cause de quota. Ces championnats sont déjà d'un coût élevé mais sans commune mesure avec les JO. Et si l'on aime le sport, de loisir ou de compétition, il faut reconnaître que l'argent public consacré aux JO et à leur préparation dans chaque pays, pourrait êtret bien plus utilement dépensé à sa pratique que gâché dans la gigantesque gabegie organisée tous les quatre ans. Il est d'ailleurs probable que la crise des finances publiques des pays occidentaux va contraindre le mouvement olympique à une cure d'austérité, contre son gré.

  • Par Nico Attal - 03/07/2012 - 19:27 - Signaler un abus Allons enfants...

    On va encore essayer, comme tous les quatre ans, de nous faire croire que la France est une nation sportive parce qu'on remporte quelques médailles dans de grandes compétitions internationales. Malheureusement nos champions sont les exceptions qui confirment la règle d'un manque de pratique sportive dans notre pays. Les héros d'un jour retomberont bien vite dans l'oubli. Dommage.

  • Par agepmi - 03/07/2012 - 20:20 - Signaler un abus zero médaille cette année

    Cette année la France risque de ne pas avoir beaucoup de médaille. En effet pendant les JO c'est le ramadan. Ça va être dur pour les journalistes d'expliquer les mauvais résultats, par contre ça en fera rire beaucoup... et j'en ferai partie ☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺

  • Par Grwfsywash - 04/07/2012 - 09:22 - Signaler un abus Samaranche, ça m'arrange...

    Samaranche est celui qui a fait de l'Olympisme ce qu'il est devenu aujourd'hui. Plus personne ne sait en dehors de la France qui fut Coubertin. Le CIO réclame dans ses conditions contractuelles avec les villes candidates des privilèges supra-nationaux que l'ONU n'a pas! Le CIO se considère l'UNESCO du sport. Il ne l'est pas, bien sûr, mais nos chers représentants politiques ne manqueraient la soupe pour rien au monde... N'est-il pas intriguant de voir cet ancien franquiste de Samaranche acoquiné avec d'anciens soviets mettre au point cette machine à pondre des sous? Totalitaires de tous pays, unissez-vous!

  • Par jpg2 - 04/07/2012 - 10:14 - Signaler un abus Centre du monde.

    Tout à fait d'accord avec cet article. Cet aspect "centre du monde", on le retrouve à tous les niveaux. De notre cité, notre rue en passant par notre commune, notre département jusqu'à des évènements soit disant planétaire comme les JO. Et effectivement, chaque nation regardera "ses" champions. champions qui souvent se délocalisent dans un pays plus avantageux fiscalement par la suite si ce n'est déjà fait. Sans parler du dopage. Vive le sport !

  • Par DEL - 04/07/2012 - 13:40 - Signaler un abus Jeunes Oubliés?

    Je n'aime pas la professionnalisation des J.O., car ceux-ci ont perdu avec celle-là l'aspect éminemment sympathique d'une rencontre internationale des jeunes de tous les pays. Comme tout, les J.O sont devenus simple affaire d'argent, doublé d'un leurre pour faire oublier tout le reste. Triste.

  • Par chacal - 09/07/2012 - 11:02 - Signaler un abus JO 2012 Paris

    Hmm, je me rapelle vivant à Paris au début du nouveau millénaire les pubs pour Paris 2012... et comme on s'est fait eu. Est ce un mal finalement que ce soit la perfide Albion qui les organise ? Quand aux nationalismes exacérbés et nombrilistes pratiqués, que dire. Oui ce serait peut être mieux que les drapeaux des pays ne soient pas affichés, que les hymnes ne soient pas joués, que les sportifs ne représentent qu'eux même... Mais on nous parlerait alors d'individualisme, de manque d'esprit déquipe... Et les gens pariraient sur les noms des sportifs, un Pierre Martin n'étant probablement pas un Ukrainien et un Pawel Brzemeskiewicze probablement pas un Jamaicain ;)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Renaudin

Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€