Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jean-Pierre Raffarin :
"Et si on s'inspirait de la Chine plutôt que d'en avoir peur ?"

De retour de Chine, l'ancien Premier ministre, répond enthousiaste à un certain pessimisme sur l'empire du milieu exprimé, dernièrement, par une lettre ouverte de Marielle de Sarnez publiée dans nos colonnes.

Sinophilie

Publié le

A lire aussi la tribune de Marielle de Sarnez publié dans nos colonnes ce week-end

En deux mois j'ai conduit deux missions à l'étranger: au Brésil et en Chine. Ce qui saute aux yeux dans ces pays, c'est l'énergie de la jeunesse : joie de vivre mais aussi travail.

En Chine un élève de 4e arrive le matin dans la classe une demie heure avant le cours de 8h pour se préparer ; après 17h une majorité suit les cours complémentaires et le soir ils font leurs devoirs jusqu'à 23h.

Disons la vérité : ils travaillent beaucoup plus que nous. Trop ? Les enfants de nos expatriés s'adaptent bien à ce rythme, malgré tout. L’adaptation reste la caractéristique de l'enfance. J'ai même rencontré des Français partis pour donner une meilleure éducation à leurs enfants.

Si on ajoute à cette puissante éducation (plus forte en Chine qu'au Brésil) de grandes libertés d'initiatives, de projets (culturels économiques sociaux ou sportifs), de création en général, on comprend pourquoi la Chine et le Brésil attirent, chacun à leur façon, les jeunes du monde entier.

Il faut avoir le courage de dire que, souvent, ils les rendent heureux.

J'ai rencontré des centaines de jeunes expatriés séduits à l'étranger par les études, les entreprises, les ONG, les conditions de vie, mais aussi par les autres jeunes.

Dans ce contexte, le discours de Nicolas Sarkozy aux jeunes de France était particulièrement pertinent si on veut espérer faire revenir au pays nos "Ulysse" après un long voyage. Et aussi retenir ici tous ceux qui ont tout pour y être heureux.

La direction est tracée, il faudra passer à l'action. Il sera nécessaire de s'équiper de baskets pour courir plus vite. Les jeunes ont besoin d'aventures de responsabilités, de confiance parce qu’ils seront en grande partie créateur de leur emploi. L'économie, la culture, la communication sont pour eux sans frontières. Ces lignes de force me semblent profondément inscrites dans le Projet de Nicolas Sarkozy

Pour les socialistes, le jeune est d'abord un être social à l'intérieur d'un modèle national figé. Ils ignorent le monde. Qui n'a pas vu de près la jeunesse chinoise est bien mal armé pour aider la jeunesse française. Qui ne suit pas le développement des BRICS ne mesure pas les changements de la culture mondiale. La culture des émergents devient la pensée dominante dans le monde.

Il y a trente ans un jeune lusophone brésilien se sentait latin. Aujourd'hui, parce qu'il est "émergent", il se sent aussi proche des Chinois et des Indiens.

Je suis inquiet du manque de curiosité internationale de François Hollande. Pour moi, l'élection de Nicolas Sarkozy est une condition nécessaire pour que la France reste connectée aux changements du monde. Nécessaire mais pas suffisante. Il faudra aussi que l’on apprenne à aimer le monde si on veut y vivre heureux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par laurentso - 03/04/2012 - 11:57 - Signaler un abus Sauf qu'en Chine, M. Raffarin

    on commence à voir des grèves perlées, des malfaçons ou du "coulage" comme aux Etats-Unis et en Europe à la fin des années 1960. Les ouvriers chinois, un peu mieux formés et éduqués qu'il y a vingt ans, commencent à en avoir marre des cadences infernales, des horaires impossibles et veulent participer à la société de consommation, voire même celle des loisirs. Déjà, des entreprises chinoises "délocalisent" vers l'Afrique... Et pour ma part, je connais surtout des Chinois (diplômés) qui viennent en Europe pour bosser (dur, à n'en pas douter) dans les grandes boites européennes, notamment britanniques. Il n'en reste pas moins que la tradition de travail de la Chine n'est pas une légende. De là à parler d'épanouissement par le travail, il y a un pas...

  • Par RcommeRobert - 03/04/2012 - 12:12 - Signaler un abus Une tardive conversion au communisme.

    Quelle est l'âge du départ à le retraite pour les politiques ?

  • Par fms - 03/04/2012 - 13:22 - Signaler un abus 7h30 - 23h...

    Je suis effaré par la mise en avant de ces horaires de travail pour des enfants de 12 ans dans le discours sur la réussite chinoise. A part du bourrage de crâne, je ne vois pas en quoi ces enfants profitent de l'enseignement et développent un sens critique. Je propose à M. Raffarin de lire quelques ouvrages sur les mères-tigres et surtout les critiques de ce type d'éducation. Que voulons-nous former : de gentils exécutants abrutis, ou des cerveaux performants et capables d'innovation ? Le système éducatif chinois réalise une sélection sans pitié dès le plus jeune âge, doit-on comprendre de M. Raffarin qu'il est aussi efficace que son système judiciaire comme nous le recommandait une ancienne candidate à la présidentielle ?

  • Par laurentso - 03/04/2012 - 13:31 - Signaler un abus Au fait, certains lycées privés parisiens

    font du 8h-19heures 6 jours sur 7. Avec des résultats tout relatifs, d'ailleurs... A "r comme robert", quel est le rapport entre la Chine et le Communisme ?

  • Par ropib - 03/04/2012 - 13:59 - Signaler un abus débile

    Les chinois préparent déjà le virage que nous sommes en train de prendre, tenter un demi-tour serait la sortie de route. Nous n'avons pas le choix, nous sommes dans une dynamique civilisationnelle et nous sommes en avance sur la Chine, pas l'inverse. Les travailleurs des pays qui ont terminé leur révolution industrielle ne veulent pas travailler comme des chinois, les entrepreneurs non plus et ils ne veulent pas non plus embaucher des travailleurs chinois, les investisseurs veulent des rentabilités d'entreprises chinoises tout en étant entourés de gens qui vivent dans un pays développé... c'est un peu incohérent. Il faudrait surtout que les investisseurs des pays développés redeviennent des entrepreneurs. Il y a un cap à franchir, de nombreuses opportunités à prendre, du travail à ne plus savoir à qui en donner... encore faut-il ne pas avoir trop peur de l'avenir.

  • Par golvan - 03/04/2012 - 15:52 - Signaler un abus Raffarin , Bouvard, et

    Raffarin , Bouvard, et Pécuchet. L'enthousiasme du gros monsieur Raffarin rappelle l'enthousiasme des communistes français de salon qui allaient visiter l'Union Soviétique et en revenaient émerveillés tout en se gardant bien d'y émigrer. Ou, de l'autre bord, d'autres ravis admirateurs de cette belle jeunesse aryenne en short et raffolant de l'exercice physique, de retour d'un Reich si futuriste. Bref, je ne raffole pas des ahuris qui ont vécu toute leur vie des subsides de l'Etat (tel Mélenchon d'ailleurs) et qui se pâment devant le rendement et la surexploitation des faibles en baptisant ça l'esprit d'entreprise. C'est d'ailleurs ce qu'explique intelligemment "ropib". J'ajoute que lorsque Raffarin était allé voir les dirigeants chinois, en marche arrière le pantalon baissé, au moment des JO de Pékin pour faire comprendre aux Chinois que la France aimait beaucoup la Chine malgré ses facéties au Tibet, je m'étais senti humilié en tant que Français. A part refuser une augmentation de TVA pour les parcs de loisir (cf le futuroscope de Poitiers) par pur clientélisme, c'est quoi la vision de l'économie française du gros monsieur Raffarin ?

  • Par Tuffgong - 03/04/2012 - 16:26 - Signaler un abus ?

    Si quelqu'un peut m'expliquer pourquoi et comment l'ump et le pc chinois ( sic ) ont signés un accord ...

  • Par Philippe1968 - 03/04/2012 - 22:20 - Signaler un abus on vous prend au mot M Raffarin

    M Raffarin, nous vous proposons de faire du protectionnisme monétaire comme en Chine : cela reviendrait à dévaluer l'euro de 70% au minimum par rapport à toutes les monnaies, on pourrait aussi fermer les Marchés publics aux entreprises étrangères et aussi interdire les syndicats et établir une carte de séjour pour les habitants de La Creuse qui veulent travailler à Paris Ou alors on peut signer pour un protectionnisme européen sur www.signezpourunprotectionnismeeuropeen.fr!

  • Par protagoras - 04/04/2012 - 01:07 - Signaler un abus La Chine, un exemple ?

    Non content d'avoir été un Premier ministre nul, le voilà qui vient chanter les louages de la Chine qui, comme chacun le sait, est une démocratie exemplaire dont nous devrions nous inspirer. Se foutrait-il de nous ? Hélas, non. Car c'est un incorrigible benêt. Il me rappelle le voyage d'Edouard Herriot en URSS, qui au plus fort des procès de Moscou instruits par le Petit Père des Peuples, était revenu conquis par les réalisations de l'URSS. A sa décharge, il n'était pas le seul.

  • Par xiaosimon - 08/04/2012 - 10:49 - Signaler un abus Ben voyons

    Mais oui Monsieur, on l'aime bien la Chine ... comme vous. Et je veux bien vous prendre au(x) mot(s). Déjà le plus dur pour votre candidat: Retraite à 60 ans, comme en Chine. Le droit d'ouvrir une échoppe, y compris être tailleur dans la rue, comme en Chine. D'ouvrir une vente de bouffe ambulante sans avoir l'hygiène sur le dos et sans avoir de patente à payer, comme en Chine. De le faire à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, 7 jours sur 7, comme en Chine. D'ouvrir le son en grand pour attirer le chaland, à fond la caisse, sans plaintes des voisins, comme en Chine. De mettre mes chaises sur le trottoir pour mes clients sans voir débarquer la police municipale, comme en Chine. De la vrai économie libérale quoi; celle qui permet à tout un chacun de s'en sortir avec les moyens du bord sans que l'on me l'interdise pour je ne sais quelle raison. Puis: un système de santé très cher sinon inaccessible mais avec de la pub libre en permanence pour les médicaments: pas d'hypocrisie, non? Et des cités dortoir pour que l'ouvrier soit à disposition du patron 24h sur 24. Comme au bon temps des cités de chez Michelin (Oh, par exemple hein!) Pas de sécu ni de retraite. Pas de vacances.

  • Par xiaosimon - 08/04/2012 - 10:58 - Signaler un abus Ben voyons (2)

    Puis une ficelle dans le cul de nos poufiasses (Fio dental) comme au Brésil... Et j'en passe. Après le comme en Allemagne, voici le comme en Chine et le comme au Brésil! C'est pourquoi à la fin? Pour appeller à voter Sarkozy? Pourquoi pas le comme en France? Et la prochaine fois que vous venez nous visiter monsieur, essayez, par politesse d'ouvrir une bouteille de "Kele" que les cadres Chinois vous avaient préparé, depuis deux jours, juste par respect. Dépassez les cinq minutes chrono. Finalement vous n'avez pas visité, "on" vous a baladé montré et qu'avez-vous vu, franchement?

  • Par NYOR - 08/04/2012 - 18:53 - Signaler un abus Travailler de 7h À 23H

    Et même plus, j'ai connu en sup' et en spé'. Quel enseignement j'en tire ? Que je n'ai jamais été aussi bon que lorsque j'ai su panacher entre travail et loisir, et non "bourriner" comme ça comme on disait... Encore des idées reçues. Ce qui compte, ce n'est pas la masse de travail, c'est la qualité. Maintenant si le propos est de toujours essayer de s'inspirer du monde autour au lieu d'en avoir peur, je ne peux que vous suivre. Golvan, Et oui pour le déballonnage qui m'a fait honte aussi. Et ils s'en trouvent encore pour vanter le courage de Sarkozy...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Raffarin

Jean-Pierre Raffarin est président de la commission des Affaires étrangères et de La Défense. Il a été Premier ministre de Jacques Chirac de 2002 à 2005.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€