Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Europe, 27 membres mais 5 familles : savez-vous classer chaque pays dans le bon groupe ?

La crise de la zone euro a mis en exergue une Europe à deux vitesses. Mais en dépit des critiques souvent formulées envers le couple franco-allemand, l'unité européenne reste profondément dépendante d'une union sincère et véritable entre ces deux pays pour combler les déséquilibres.

Faux jumeaux

Publié le

Tandis que s’affirme peu à peu un monde multipolaire, dont le centre d’impulsion s’est déplacé – certainement pour la première fois depuis plus d’un millénaire – hors de la sphère occidentale, et alors même que son point d’équilibre ne semble pas encore avoir été trouvé, il convient de s’interroger sur la place de l’Europe dans cette nouvelle configuration géopolitique.

En raison de la crise monétaire et financière et celle structurelle des dettes souveraines, il se dessine ce que les commentateurs nomment depuis longtemps désormais une « Europe à plusieurs vitesses », dont l’expression n’est pourtant pas nouvelle.

Nous assistons précisément, au travers des « sommets de la dernière chance » successifs , à une modification profonde des rapports de force et des zones d’influence diplomatique, où la France semble s’être détachée – au moins partiellement – de l’Allemagne, pour s’arrimer aux pays de l’Europe du Sud.

Cela n’est probablement pas sans créer, au sein même du gouvernement des divergences dès lors que, dans le cadre de sa campagne aux primaires socialistes, Arnaud Montebourg, aujourd’hui ministre du Redressement productif, souhaitait pour sa part « passer un accord stratégique industriel avec l’Allemagne, en définissant vingt secteurs dans lesquels nous avons un intérêt industriel commun et mettre en place des partenariats pour relancer l’innovation que chaque Etat n’arrive pas à soutenir. »  Aussi estimable et souhaitable soit-il, ce vœu ne semble pas être à l’ordre du jour à l’Elysée.

Parallèlement, le pays germanique pèse désormais de tout son poids pour accélérer la création d’une fédération des Etats européens.

Face à ce constat, il nous paraît opportun de souligner les traits et caractères essentiels - sinon consubstantiels – de l’Europe pour mieux analyser sa dimension propre face à ces enjeux déterminants. Partant du principe que pour anticiper l’avenir, il faut connaître l’histoire, nous en appelons à Nietzsche qui a écrit que « L’avenir appartient à celui qui a la plus longue mémoire. »

Or, de par sa situation géographique, l’Europe est la dernière parcelle terrestre du continent indo-européen avant l’Océan. Ainsi, depuis toujours, et au fil des âges qui se sont succédés, diverses peuplades s’y sont installées et fondèrent ainsi l’identité européenne. La terre européenne est donc un point de rencontre, la croisée de plusieurs, voire de toutes les peuplades occidentales.

Elle n’est cependant pas monolithique et il est possible d’en cerner des frontières physiques et de dégager des blocs plus ou moins rigides.

Ayant succédé à la Rome éternelle, l’Europe fut constituée, dans les premiers temps du Moyen-Age, par le grand empire des Francs, centré sur les pays du Rhin et du Rhône (espace qui prendra ensuite le nom de Lotharingie suite au partage de l’héritage politique de Charlemagne) s’étendant des Pyrénées à l’Elbe, des îles frisonnes à la Lombardie et de la Toscane aux marches de la Bretagne, restée celte, jusqu’au territoire de l’actuelle Autriche.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 25/07/2012 - 10:54 - Signaler un abus 27 membres mais 5 familles

    Ou est la parité dans tout ça ? :o)

  • Par a_normal - 25/07/2012 - 21:13 - Signaler un abus "la France semble s’être détachée" : non c'est Hollande !

    La France n'est plus présente en Europe depuis Hollande. La politique socialiste se définissant comme refusant la réalité économique, il est tout à fait normal qu'Hollande ait coupé les ponts avec l'Allemagne essayant de s'accrocher à un bloc méditerranéen qui est dans la situation économique que nous allons connaitre avec Hollande. La France n'existe plus ! D'ailleurs c'est un pays honteux, les Français, ceux qui avaient leur famille en France, pas les immigrés bien sûr, sont justes bons à envoyer les juifs dans les camps de la mort, faisant encore "mieux" que les nazis !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier de Maison Rouge

Olivier de Maison Rouge est avocat, docteur en droit et membre du Comité scientifique de l’Institut International d’Intelligence Economique et Stratégique

Il tient un blog sur le droit de l’IE et a récemment collaboré au Manuel de l’IE (PUF Major)

Site : www.demaisonrouge-avocat.com

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€