Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jérusalem capitale d’un État juif ? Oui bien sûr mais il faudra quand même en laisser un morceau aux Palestiniens !

La décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël soulève un concert d’indignations. Une unanimité bien suspecte...

Si je t’oublie…

Publié le
Jérusalem capitale d’un État juif ? Oui bien sûr mais il faudra quand même en laisser un morceau aux Palestiniens !

Depuis toujours la ville de Jérusalem est fusionnellement liée à l’histoire du peuple juif. Depuis toujours, sans jamais s’en lasser, les Juifs psalmodiaient une prière qui valait certificat d’identité : « Jérusalem si je t’oublie, que ma main se dessèche ». Depuis peu, le drapeau Israélien flotte sur la totalité de la ville.

Jérusalem a un prix : celui des larmes et du sang versé. Et ce prix, les Juifs israéliens l’ont abondamment payé. En 1948, quand la Haganah défendait la vieille ville contre les assauts de la Légion Arabe, encadrée par des officiers britanniques, les combattants juifs sont tombés par centaines. Et ils ont été vaincus. En 1967, au prix là aussi de centaines de morts, les soldats israéliens ont pris la ville et ont pu accéder au mur des Lamentations interdit aux Juifs par les autorités jordaniennes.

C’est une situation de fait. Et même si évidemment, elle ne crée pas le droit, c’est elle qui fait l’Histoire. Cette dernière est une déesse cruelle. Elle avance toujours dans la violence et dans la fureur. Les proclamations indignées, les résolutions des organismes internationaux ne sont que peu de poids face à elle.

Pendant deux siècles, l’Alsace-Lorraine terre germanique, a été française. Elle a cessé de l’être en 1871 après la défaite de Sedan. Et elle a été allemande jusqu’en 1918. La victoire de nos armes l’a alors rendue à la France. Notre défaite en 1940 a fait qu’elle a de nouveau été incorporée à l’Allemagne. Mais en 1945, Hitler vaincu, elle nous est revenue. L’Histoire c’est ça. Généreuse avec les vainqueurs, impitoyable avec les vaincus.

Tout le reste n’est que pathétiques gesticulations sur les planches d’un théâtre nommé monde. C’est pourquoi l’unanimité des réactions –de Macron au Hamas– a quelque chose de pitoyable. Cracher sur Trump et Nétanyahou, ça ne mange pas de pain et ça peut rapporter quelques dividendes auprès des populations arabes et musulmanes. Il y a bien d’autres choses à dire. Mais pour ça, il faut de la lucidité et de l’honnêteté.

Donald Trump ne cherche pas à faire plaisir aux Israéliens mais aux évangélistes américains, sa plus fidèle base électorale. Ces derniers sont plus juifs que les plus juifs des Juifs, plus sionistes que les plus sionistes des sionistes. Telles sont ses raisons et ce ne sont pas les meilleures.

C’est aux dirigeants israéliens d’être sages. Froidement et en oubliant un peu la prière millénaire des Juifs. Il y a à Jérusalem des centaines de milliers d’Arabes. Ils jouissent d’un statut privilégié qui ne les encourage pas à devenir citoyens d’une Palestine dont la naissance est souhaitable. Il n’est pas possible, pour des raisons démographiques (Palestiniens sous contrôle israélien, Arabes israéliens) que les Arabes de Jérusalem n’aient pas un morceau symbolique de la ville. Paris vaut bien une messe avait dit Henri IV.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 08/12/2017 - 08:16 - Signaler un abus c'est ce qu'ils feront ...

    Avec le temps ...

  • Par assougoudrel - 08/12/2017 - 09:27 - Signaler un abus Les têtes chaudes

    refroidiront et il sera plus aisé de discuter, mais dans combien de temps? L'agitation grimpera jusqu'à quel niveau avant l'essoufflement?

  • Par Alain Briens - 08/12/2017 - 10:28 - Signaler un abus Excellente analyse !

    Ce n'est pas tant la décision qui consterne que l'absence totale de vision dans laquelle elle s'inscrit. Prendre des décisions de politique internationale pour assoir sa base électorale est navrant. Maintenant, était-ce bien le moment de changer le statu-quo ? A l'heure où Israël n'a jamais été aussi fort (ou plus exactement ses voisins aussi affaiblis, si on excepte la douloureuse épine du Hezbollah), n'était-ce pas l'heure de tendre la main plutôt que de provoquer ? C'est quand on est fort qu'on peut se permettre des concessions sans qu'elles ne passent pour des faiblesses. Il est aussi à craindre que le prix à payer ne soit un refroidissement des relations avec des régimes arabes qui n'ont jamais été aussi désireux d'enterrer la hache de guerre, à commencer par l'Arabie Saoudite bien sûr, mais aussi l'Egypte, les Emirats, la Jordanie, le Maroc...au total il me semble que les inconvénients l'emportent sur les avantages.

  • Par ISABLEUE - 08/12/2017 - 10:48 - Signaler un abus Jérusalem est et a toujours été la capitale d'Israel

    Que les tarés qui sont à l'âge de pierre soient en rage ??? Ils sont déjà enragés.. Soutien aux valeureux soldats d'Israel.

  • Par J'accuse - 08/12/2017 - 10:54 - Signaler un abus Le "peuple élu" en fait trop à sa guise

    Mais non, pas depuis toujours ! Les mythes fondateurs du judaïsme sont transformés en Histoire, sur le dos de ceux qui ne sont pas devenus, ou ne sont pas restés, fidèles à Yahvé. Les Palestiniens de Jérusalem jouiraient d'un statut privilégié ! Je crains qu'ils ne soient en réalité pas ravis de ce statut... Et espérer des concessions des Israéliens, c'est comme attendre le Messie: c'est pas pour demain.

  • Par Marie-E - 08/12/2017 - 11:38 - Signaler un abus laisser un morceau aux Palestiniens ?

    si c'est un morceau de l'Etat israélien (je rappelle que la Palestine foyer national du peuple juif a été rognée de 75% au profit de la Jordanie entièrement constituée de population arabe) oui éventuellement mais seulement si les blocs d'implantation en particulier de la zone C restent israéliens. ..... par contre si c'est un morceau de Jérusalem c'est NON : aujourd'hui ce qu'ils veulent c'est la Vieille Ville avec le Mur Occidental et le Mont du Temple actuellement géré par le Waqf sous autorité jordanienne. Et depuis 2 jours on les entend revendiquer la totalité de Jérusalem capitale éternelle de Palestine...ça évolue tous les jours , la takia aussi. Qu'ils négocient 1/ pour avoir une capitale à Ramallah ou Abu Dis (avec éventuellement les 1 ou 2 quartiers arabes qui étaient d'ailleurs en partie juifs avant 1949 et on peut échanger les 3 villages de Galilée fans du Djihad islamique car c'est dangereux pour les juifs, 2/ pas de retour des réfugiés qui sont partis 600 000 et qui sont arrivés plus de 5 Mls avec indemnisation des 600 000 et des 650000 juifs expulsés des pays arabes, 3/ tout le reste est négociable : il suffit de le vouloir

  • Par vangog - 08/12/2017 - 13:33 - Signaler un abus Vae victis! Comme écrivait Jules...

    La décision de Donald représente un espoir de paix pour le Proche-Orient. L'espèce de statut hybride qui laissait espérer aux Palestiniens que Jérusalem fut, un jour illusoire, la capitale de deux états, est enfin terminé. Et, grâce à Donald, se terminera le chantage continuel à bases de terrorisme et de lobbyisme international sur base d’association immigrationnistes pro-palestiniennes...La bécasse de France-24 prend une voix chevrotante, et des sourcils froncés, en prévoyant (espérant?...) un affrontement sur l’esplanade des mosquées, ce vendredi...cet affrontement n’aura pas lieu, contre l’avis des prophètes de malheur! Les Israéliens ont gagné le droit de vivre sur une petite bande de terre qu’ils ont gagnée sur le désert et sur les états arabes coalisés contre eux. Il reste au peuple arabe des territoires immenses, de Medine à la Mecque, pour accueillir et abriter un peuple palestinien, qui n’avait jamais créé d’etat, auparavant... L’Alsace-Lorraine, comme les Alpes maritimes sont retournés à la France, qui ne les rendra plus! Grâce à Trump, Israël est passé d’un état à une Nation, avec une capitale sans partage, seul gage de paix, et elle ne reviendra pas en arrière...

  • Par cloette - 08/12/2017 - 13:40 - Signaler un abus @Marie E

    Je n'ai jamais compris les finesses de ce partage, j'avais pourtant lu ( il y a longtemps) ô Jérusalem, mais j'ai oublié, et ne comprends pas pour la Jordanie ( il y avait une royauté, mais c'était une colonie anglaise ) Elle faisait sans doute partie de la Palestine, mais finalement ce n'est pas le cas ? Les Palestiniens ne l'ont pas accepté car ils étaient majoritaires, et ils espèrent d'ailleurs toujours d'après ce que j'ai compris, un seul Etat et non deux ...

  • Par Marie-E - 08/12/2017 - 14:21 - Signaler un abus ah la Jordanie dont tout le monde cache la naissance

    Pendant la 1ère Guerre mondiale, les Anglais conquièrent sur l’Empire ottoman des territoires limités au sud par la ligne Aqaba - Bassorah et au nord par la ligne Acre - Damas - Mossoul. En 1920, lors de la Conférence de San Remo et dans le mandat donné aux Britanniques sur la Palestine en 1922, les alliés redéfinissent les frontières de la région en la scindant en quatre mandats. Celui de Palestine mandataire comprend les territoires situés entre la Méditerranée et le désert de Syrie, territoires correspondant aujourd’hui à Israël, à la Cisjordanie, à la Bande de Gaza et à la Jordanie. En 1923, lors de l’officialisation du Mandat sur la Palestine, avec la volonté de respecter les promesses formulées envers Hussein Ibn Ali et le mouvement sioniste, les Britanniques scindent la région en deux parties : la Palestine à l’ouest du Jourdain, où parmi les diverses promesses (parfois contradictoires) faites par les Britanniques avant 1918, on compte celle d’un « foyer national juif », et l'« Émirat hachémite de Transjordanie » à l’Est (ou Transjordanie, la future Jordanie en 1946 qui comprendra Palestiniens majoritaires et Bédouins venant d'Arabie.

  • Par cloette - 08/12/2017 - 14:59 - Signaler un abus Bon,

    Quelle embrouille, Les Palestiniens auraient mieux fait d'accepter le partage,( Il n'y avait pas d'Etat palestinien, ni de territoire administré par autre que les Anglais, et les Juifs étaient chez eux bien que moins nombreux , par aussi leur histoire ) et d'accepter aujourd'hui la capitale Jérusalem . Normalement ce qui donne de bonnes relations entre pays ,c'est le commerce, il faudrait mettre en valeur la bande de Gaza, , ou l'échanger et en trouver un autre, et établir des échanges...

  • Par Anguerrand - 08/12/2017 - 17:40 - Signaler un abus On joue avec le feu

    Les israéliens jouent avec la complicité des USA un jeu dangereux. Tél Aviv pouvait très bien rester la capitale, d'autant qu'en Cisjordanie ils s'attribuent des territoires et y construisent. 60 ans que ces deux peuples se font la guerre et bien que de meme origine ethnique. Israël reste toujours sur des positions durs qui ne permettent pas aucun accords de paix. Les colonies sont passés de mode. Que dirions nous si les allemands ou les espagnoles s'appropriaient une partie de notre territoire ?

  • Par Marie-E - 08/12/2017 - 18:01 - Signaler un abus Tel Aviv

    n'a jamais été la capitale d'Israël. Ce sont les autres pays qui ont décidé que c'était Tel Aviv. et qui ont installé leurs ambassades à Tel Aviv. Résultat : comme tous les ministères, le gouvernement , le Président, la Cour Suprême, tout est à Jérusalem ils vivent pour les 3/4 en squattant des locaux à Jérusalem pour éviter l'heure de route particulièrement pénible entre les 2 villes. Jérusalem est la capitale depuis 1949 d'Israël et elle n'est pas prête d'être délocalisée à Tel Aviv. Cela vous a gêné quand la Jordanie a envahi la judée Samarie pour l'occuper en virant les juifs, en y amenant des Jordaniens et en l'annexant : reconnaissance par les Anglais et le Pakistan, aucune réaction de l'ONU. Quand Israël a repris ces territoires, l'ONU s'est affolée et tous les crétins utiles aussi. Il n'y a pas de colonies : il y a des implantations respectant les zones des accords d'Oslo. Marre de la mauvaise foi des ignares. Les musulmans essayent de faire peur par leur nombre. C'est tout. Ils n'ont aucune base légale pour s'approprier les territoires, il faut qu'ils négocient et jamais Jérusalem ni Hevron ville sainte .

  • Par lasenorita - 08/12/2017 - 18:18 - Signaler un abus ¨Jérusalem doit être ''internationale''.

    A Jérusalem: les Catholiques ont le tombeau du Christ, les Juifs le mur des Lamentations et les musulmans leur grande mosquée...cette ville appartient aux 3 religions!.. Les musulmans sont arrivés en Palestine qu'au 7ième siècle.. La religion catholique est née en Palestine, les Chrétiens étaient des Juifs.. Les musulmans étaient des envahisseurs qui venaient d'Arabie, le pays de leur prophète Mahomet!. .En Afrique du Nord, aussi, les musulmans n'y sont venus qu'au 7ième siècle...avant leur ''colonisation'', le Maghreb était peuplé de Berbères chrétiens et de Juifs!.. donc les non-musulmans sont plus anciens que les musulmans en Afrique du Nord!...

  • Par Deudeuche - 08/12/2017 - 18:28 - Signaler un abus M Rayski question de vocabulaire

    Les “Évangélistes” sont des Évangéliques. Demandez au Conseil National des Évangéliques de France, il vous expliquera.

  • Par Anouman - 08/12/2017 - 21:06 - Signaler un abus Histoire

    M. Rayski votre comparaison entre l'Alsace passant de main en main au gré des conflits armés et au profit des vainqueurs ne me semble pas pertinente dans ce cas précis. Car si le monde d'après 45 avait continué à fonctionné ainsi, nul doute que les Israëliens auraient dégagé les Palestiniens de Jérusalem et de tous les endroits où ils les emmerdent ce qui aurait résolu le problème (localement en tous cas). Ce n'aurait pas forcément été juste ou humain ou je ne sais quoi d'élevé mais cela aurait été clair. Mais la stratégie aujourd'hui est est de faire de la pseudo-diplomatie (le "processus de paix dont on entend parler depuis si longtemps) sachant qu'elle n'aboutira jamais à rien sauf disparition d'une des parties. Et, je peux me tromper, mais les Palestiniens ne se contenteront pas d'un bout de Jérusalem. Si on leur en donne un bout ils en réclameront un autre. Là où je vous rejoint c'est que la critique unanime de Trump est plus que pitoyable, mais elle n'est là que pour excuser les violences qui l'ont suivie et qui ne sont pas plus légales que le reste.

  • Par jurgio - 08/12/2017 - 23:17 - Signaler un abus Je ne vois pas, en effet, les Palestiniens qui se disent volés

    se contenter d'un billet de consolation tiré du portefeuille perdu !

  • Par Anguerrand - 09/12/2017 - 11:49 - Signaler un abus Je n'ose répondre à Marie-E

    Les israéliens ont toujours tout fait pour agrandir leur état, la Cisjordanie serait donc selon vos dires un territoire juif ou gagné par la guerre ? Jérusalem n'est pas une Ville comme les autres, c'est la ville Sainte aux 3 religions et non la propriété d'Israel. Maintenant il y en marre de cette guerre et il faudra bien que les israéliens fassent un effort dans les négociations et ce n'est pas comme cela qu'ils y réussiront. Marre aussi que cette guerre se répercute en France, que les attentats et la haine des arabes contre lesjuifs, dont vous faite parti Marie- E. Cette haine provoquée en bonne partie par les israéliens nous rend la vie difficile et notamment pour les juifs de France. Alors juifs de France soyez plus intelligents que les dirigeants d'Israel, et dites leur qu'il faut une négociation juste pour les 2 partis. Le calme reviendra aussi en France.

  • Par jurgio - 09/12/2017 - 14:49 - Signaler un abus D'un autre côté... c'est en pliant et en reculant petit à petit

    que l'on fait avancer et s'étendre les Musulmans... Est-il interdit de voir plus loin pour pouvoir se tranquilliser au présent ?

  • Par Marie-E - 09/12/2017 - 18:38 - Signaler un abus Anguerrand il n'y a rien à répondre

    La Cisjordanie a été gagnée par guerre en 67 sur la Jordanie qui l'avait occupée lors de l'attaque d'Israël en 1948. C'est certain. Je n'ai jamais dit que Jérusalem était une ville comme les autres : la Vieille Ville est sainte pour le peuple juif. Je comprends qu'elle soit sacrée également pour les chrétiens en raison de la présence du Saint Sépulcre, du Mont des Oliviers et des vestiges du Temple... Pour les musulmans désolée mais elle n'est devenue sainte que récemment : la preuve qu'en ont fait les Jordaniens entre 1949 et 1967 ? RIEN. Ensuite Israël garantit la liberté de culte pour TOUTES les RELIGIONS. Ce qui gêne c'est la souveraineté juive sur une terre que d'autres ne veulent pas accorder aux juifs. Les Palestiniens n'ont rien gagné : les pays arabes ont pris des décisions surtout celle de les faire partir en 48 pour chasser les juifs. Raté : ils ont perdu toutes les guerres...heureusement sinon les juifs repartaient en exil. S'ils veulent un territoire, ils discutent : rien ne leur est dû. Vous ne connaissez pas la bataille de Jérusalem en particulier dans les tranchées de la colline des munitions. Les juifs ont regagné la ville dont ils avaient été chassés en 48.

  • Par ELIED - 09/12/2017 - 18:48 - Signaler un abus Historiquement

    Jérusalem est bien la ville sainte originelle des juifs. C'est vrai que comparer le statut de cette région à celui de l'Alsace-Lorraine n'est peut-être pas la meilleure idée, quoique...Cette histoire de partage de la région sous statut des britanniques, pays colonisateur s'il en est (voir le Commonwealth) au moment des 2 guerres mondiales me ferait plutôt penser au sort de la Yougoslavie, mais c'est sans doute seulement mon point de vue. Personnellement je crois que malgré tous les problèmes que pose cette question, il serait tout à fait logique (mais y a-t-il une logique quand il s'agit du sort des peuples?) qu'au bout du compte la terre ancestrale des juifs leur soit rendue intégralement. Les arabes l'ont envahie à une époque donnée, s'y sont installés et s'en sont déclarés propriétaires. Qu'ils en soient chassés purement et simplement aujourd'hui ne serait que justice comme cela fut le cas de l'Andalousie quand les Arabes y furent vaincus. Mais c'est sans doute un raisonnement un peu simpliste aux yeux de tous les acteurs politiques et surtout commerciaux qui veulent régenter le monde sans se préoccuper ni des peuples (qui paient la facture humaine) ni de leur histoire.

  • Par ELIED - 09/12/2017 - 18:48 - Signaler un abus Historiquement

    Jérusalem est bien la ville sainte originelle des juifs. C'est vrai que comparer le statut de cette région à celui de l'Alsace-Lorraine n'est peut-être pas la meilleure idée, quoique...Cette histoire de partage de la région sous statut des britanniques, pays colonisateur s'il en est (voir le Commonwealth) au moment des 2 guerres mondiales me ferait plutôt penser au sort de la Yougoslavie, mais c'est sans doute seulement mon point de vue. Personnellement je crois que malgré tous les problèmes que pose cette question, il serait tout à fait logique (mais y a-t-il une logique quand il s'agit du sort des peuples?) qu'au bout du compte la terre ancestrale des juifs leur soit rendue intégralement. Les arabes l'ont envahie à une époque donnée, s'y sont installés et s'en sont déclarés propriétaires. Qu'ils en soient chassés purement et simplement aujourd'hui ne serait que justice comme cela fut le cas de l'Andalousie quand les Arabes y furent vaincus. Mais c'est sans doute un raisonnement un peu simpliste aux yeux de tous les acteurs politiques et surtout commerciaux qui veulent régenter le monde sans se préoccuper ni des peuples (qui paient la facture humaine) ni de leur histoire.

  • Par Marie-E - 09/12/2017 - 19:01 - Signaler un abus Anguerran (fin)

    "je n'ose répondre à Marie E" Osez je vous en prie. Je suis très passionnée, je ne me soigne pas mais je le sais. Il est vrai que vivant près de la Finul, au nord, je sais qu'elle est incapable de protéger les lieux saints. Vite débordée ou elle laisserait le champ libre (1956 avec l 'Egypte) ou elle appellerait au secours (2014 sur le Golan). Donc autant garder Tsahal qui fait très attention (garde frontières druzes donc musulmans assassinés sur 'Esplanade des Mosquées). Sinon je sui en colère pour l'autorisation de manifester de BDS à Paris avec pour slogan "Al Quds capitale de la Palestine de la Méditerranée au Jourdain". --> pas de négo souhaitées. Mais je ne suis pas alarmiste contrairement aux média français qui voient du sang partout : je préfère lire "Echec cuisant de la "journée de la rage"(info # 010912/17) Par Ilan Tsadik à Sdérot © Metula News Agency : Comme le chef de la Ména palestinienne, Sami el Soudi, l’énonçait clairement dans son article de jeudi, il ne fallait pas s’attendre à voir des centaines de milliers de personnes dans les rues de Cisjordanie, après l’appel par le Fatah et le Hamas à un "jour de rage" pour protester contre la décision des USA.

  • Par Le gorille - 10/12/2017 - 03:13 - Signaler un abus Évangéliques ? Évangélistes ?

    @Dedeuche ! Voyons ! Ne vous accrochez pas à la sémantique ! -istes, -iques, quelle différence ? Faut pas oublier qu'ils se sont mis hors de l'obédience du pape, et qu'avec la dérive des ans (pas encore des siècles, trop jeunes encore !), ils se sont rapprochés des juifs.... Bon, ce ne sont pas eux qui en sont les plus proches, il faut aller chercher les Advent... -istes ! Ceux-ci ont même recalé le dimanche pour le sabbat, et pour le reste, je vous laisse à vos archives ! Bref, quand on s'égare hors du chemin romain, le reste importe peu ! Hic ! J'ai le hoquet ! ma banane est passée de travers !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€