Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 31 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour Louis Aliot, les homosexuels rejoignent le FN à cause des banlieues et de l'Islam

Sylvain Crépon a analysé le sens et la portée des thématiques mises en avant par la nouvelle équipe du Front National : anticapitalisme, ouvriérisme, laïcité, féminisme et même défense des homosexuels... "Enquête au cœur du nouveau Front national" éclaire sur les mutations d'un parti qui prétend reconfigurer le système politique français (Extrait 2/2).

Confusion

Publié le

Marine Le Pen l’assure : son père « ne s’est jamais positionné contre l’homosexualité ». Étrange affirmation lorsque l’on connaît l’histoire du personnage. Il suffit de fouiller un peu dans ses discours ou interviews égrenés au fil de sa carrière politique pour tomber sur de nombreuses déclarations qui laissent entendre le contraire. Lors de sa première intervention à l’émission « L’Heure de vérité » sur Antenne 2 le 13 février 1984, et alors que le FN est en pleine ascension électorale, il déclare par exemple que « l’homosexualité n’est pas un délit, mais constitue une anomalie biologique et sociale ».

Et d’ajouter par ailleurs que « l’activisme homosexuel fait peser une menace mortelle sur notre civilisation », voire même que l’homosexualité « nous conduit, si elle se développe, à la disparition du monde ».

Lors de son discours prononcé à l’université d’été du Front national en 1995, le chef frontiste lance à l’assistance : « Je confesse qu’il doit y avoir des homosexuels au FN, mais il n’y a pas de folles. Les folles, on les envoie se faire voir ailleurs. » Une déclaration qui sonne étrangement quelques jours seulement après le décès, dans des circonstances troubles, de Jean-Claude Poulet-Dachary, adjoint du maire Front national de Toulon Jean-Marie Le Chevallier, dont la presse vient de révéler, l’homosexualité « tapageuse ». Cet ancien légionnaire, devenu une figure de la communauté homosexuelle locale, était connu en effet pour fréquenter assidûment des boîtes gays de la région où il aimait parfois se présenter en travesti.

Près de dix ans plus tard, alors que sa fi lle dirige sa campagne présidentielle et s’efforce de mettre en place la fameuse dédiabolisation, Jean-Marie Le Pen semble avoir mis de l’eau dans son vin vis-à-vis de l’homosexualité. Il déclare ainsi le 21 décembre 2006, lors d’une interview sur BFM, ne pas souhaiter interdire le Pacs, bien que son abrogation figure dans le programme de son parti : « Je ne vois pas beaucoup d’intérêt à cette formule, mais dans le fond, si elle permet à certaines personnes de se témoigner réciproquement de leurs intérêts matériels, je ne vois pas d’inconvénient. » Dont acte. Mais quelques mois plus tard, le 20 février 2007, en pleine réunion de campagne devant des chasseurs, sa verve virile et ses blagues de mauvais goût reprennent le dessus : « Dans le Marais de Paris, on peut chasser le chapon sans date d’ouverture ou de fermeture, mais dans le marais de Picardie, on ne peut chasser le canard en février. » La dédiabolisation n’était décidément pas possible avec ce père ingérable.

Aussi sa fille surprend-elle l’opinion lorsqu’elle clame haut et fort que son parti n’est absolument pas homophobe, à l’exception d’une frange marginale, tels « certains dirigeants traditionalistes[1]», à présent partis ou sur le départ. Louis Aliot, le vice-président en charge du projet, indique de son côté que l’homophobie fait certes partie de la panoplie haute en couleur d’un Roger Holeindre, ancien de l’Indochine et de l’Algérie, baroudeur invétéré pour qui la posture virile était indissociable de son engagement nationaliste et qui « à chaque discours parlait des pédés[2] ». Mais elle ne serait certainement pas le fait des cadres actuels.

Beaucoup de dirigeants et de militants expriment en ce sens une certaine empathie à l’égard de cette population dont ils assurent qu’elle subirait l’agressivité homophobe des musulmans de certains quartiers populaires. Ce qui expliquerait que beaucoup d’homosexuels aient, selon eux, rejoint le FN ces dernières années. C’est, en tout cas, ce qu’a tenu à m’expliquer Louis Aliot. Écoutons-le :

Question : J’ai interviewé des homosexuels qui ont rejoint le Front national.

Louis Aliot : Ah oui, mais il y en a hein. Beaucoup même.

Q. : Et ça, c’est quand même quelque chose qui me surprend.

L.A. : Ils souffrent. Ils souffrent ces gens hein. Dans les banlieues euh… ils sont montrés du doigt, ils sont euh… c’est dur de euh… J’en connais beaucoup qui vivent ça vraiment comme une ségrégation quelque part dans certains quartiers.

Q. : C’est le discours de Marine qui… ?

L.A. : Oui, oui. Mais qui est basé sur des réalités hein ! C’est des gens qu’on a vus, qui sont venus nous dire : « Voilà comment ça se passe en banlieue. »

Q. : Et donc, ce ralliement, pour vous, se fait sur la base de problèmes dans les banlieues ?

L.A. : Ah oui, qui sont liés à l’intégrisme musulman, quoi qu’on puisse en dire hein. Mais il ne faut pas en faire non plus une question centrale (...)

Le Front national érigé en défenseur des homosexuels dans les quartiers difficiles ! Voilà qui ne manque pas de surprendre, surtout de la part d’un militant radical, adepte d’un discours aussi viril que martial. Ce genre de propos est pourtant devenu aujourd’hui un argument de campagne. Ce seraient donc autant les persécutions provoquées par les musulmans que les déclarations de Marine Le Pen visant à les dénoncer qui auraient amené des homosexuels au Front national.

_________________________________________

Extrait de Enquête au cœur du nouveau Front national , Nouveau Monde Editions (1 mars 2012)

 

[1] Entretien réalisé le 25 octobre 2011.

[2] Entretien réalisé le 31 mai 2011.

[3] Entretien réalisé le 3 octobre 2011.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Eliakim - 01/04/2012 - 10:04 - Signaler un abus Et c'est pourtant en partie vrai

    Etant de culture musulmane, je peux dire, qu'en effet, une partie non négligeable des musulmans sont, outre antisémites notoire, aussi homophobes (et sexiste mais c'est autre chose). Certes, pour la plupart, cela se fait sans violence, ce ne sont que des "opinions", ou plutôt des codes hérités de la culture d'un islam archaique et traditionaliste. Mais dans le contexte de certaines cités, les passages à l'actes sont plus nombreux, les humiliations, les insultes. Et pire encore, imaginez un Mohamed, un Farid, un Rachid ou une Anissa ou Malika homosexuel !!! C'est tout simplement impossible, celui ci ou celle ci se cachant comme se cachait les homosexuels à une époque pas si lointaine. Tout cela est vrai, vérifiable, facilement observable. N'importe quel journaliste un peu objectif, neutre et dépouillé de son idéologie nauséabond de moralisme virtuel, pourrait aller planter sa camera et ses micros pour le voir nettement. Je sais de quoi je parle, je vis dans ce milieu et je le vois et l'entend quasi quotidiennement : antisémitisme, homophobie, sexisme, supériorité de l'Islam voir même d'une certaine "race" arabe sur les autres. Toutefois cela change doucement mais surement

  • Par jbouille - 01/04/2012 - 12:25 - Signaler un abus A Laurentso

    Je suis PD mais comme je suis bien éduqué, moi, je ne vous insulterai pas car vous l'avez déjà fais contre vous. Eh bien oui, entre la burka et le FN, je voterai le FN ne vous en déplaise. Etre homo dans une cité à forte population musulmane est une vraie difficulté (insultes, gestes déplacés).

  • Par laurentso - 01/04/2012 - 13:14 - Signaler un abus à jbouille

    j'utilisais l'expression "pd" par provocation. Et aussi parce qu'elle est utilisée par les homos, me suis-je laissé dire. Mais si l'expression vous choque, je la retire. En revanche, si vous votez FN, je me verrais dans l'obligation de vous traiter de gros con, ce qui me navrerais beaucoup.

  • Par Diego - 01/04/2012 - 19:22 - Signaler un abus Lamentable !!!!!

    Lamentable !!!!! on en est rendu à s’intéresser aux votes des minorités sexuelles...A quand un autre article pour nous indiquer comment votent les autres minorités sexuelles? Et Dieu seul sait si il y en a !!!!!

  • Par Rosine - 01/04/2012 - 21:40 - Signaler un abus et alors? une gouine

    me dit-on dirige une grande organisation patronale, mais on le cache! Au moins à droite-extrême depuis Vichy il y a des Gestapettes!

  • Par Rosine - 01/04/2012 - 21:42 - Signaler un abus les "Arabes" et l'homophobie

    bien sûr, un gamin "Arabe" est généarlement joli comme une fille, me dit un copain d'Aix, des "gazelles"...du coup le machisme "arabe" en prends un coup et redirige l'agression.

  • Par Peinoudore - 02/04/2012 - 06:51 - Signaler un abus Les bi aussi

    Tous derrière Marine

  • Par txo - 02/04/2012 - 10:34 - Signaler un abus Non pertinence de la démonstration

    Dans un contexte où l'exécutif et les principaux partis changent d'avis chaque mois (et encore sagit-il là de quasi moyen terme), sur à peu près tous les sujets d'importance, fonder votre critique sur un recension historique pluriannuelle manque de pertinence et de force. Si vous souhaitez atteindre ce but - mais peut-être en poursuivez-vous un autre ? : l'aporie existant entre le FN et le monde gay, examinez plutôt les actes posés par les éluEs fontistes dans les collectivités locales où ils ou elles siègent. Systématiquement, ces élus s'abstiennent ou votent contre tous les financements ou toutes les mesures symboliques susceptibles à faire droit (ou de faire simplement avancer) les revendications LGBT : mariage, homoparentalité, adoption, pma, lutte contre la pandémie. Le fait qu'il existe des homosexuels tentés par le FN est un indicateur assez faible concernant un supposé partage des valeurs dans lesquelles les homos se retrouveraient en phase avec le programme de ce parti.

  • Par cyclonique - 02/04/2012 - 10:54 - Signaler un abus VIVE LE FN

    Le peuple de France est exploité depuis un siècle par l’oligarchie politico-médiatique de droite et de gauche avec le salariat et ses soi-disant protecteurs, le « contrat de travail », les « syndicats » et le « chômage ». Les peuples d’Afrique et ses richesses exploité par ces même UMPS et ses soi-disant protecteurs : « Les donneur de leçons, père la moral et père la vertu, apôtres de l’anti-américanisme, antiracismes, multiculturalisme et autre droit à la différence. Le peuple de France est à votre porte, votre enfumage permanent n’enfume plus que vous. Vive le Front National, Vive Marine Le Pen !

  • Par freddy - 02/04/2012 - 12:04 - Signaler un abus Je me souvient d'avoir regardé défiler une gay-pride

    ambiance sympathique,tout ça. Arrivent des jeunes issus de la diversité qui gueulent tout fort: bah, des pédés, des pédés,..... Les gens faisaient semblant de rien entendre.

  • Par reconquista - 02/04/2012 - 12:52 - Signaler un abus respect

    C'est clair les homosexuels sont respectés au FN. N'en déplaise aux colporteurs de contre vérités.

  • Par reconquista - 02/04/2012 - 13:01 - Signaler un abus les femmes aussi

    Pas grand'chose à voir avec le sujet, quoique ... de plus en plus de femmes au Front

  • Par sheldon - 02/04/2012 - 15:31 - Signaler un abus Pourquoi s'en étonner ?

    Pour les homosexuels les pires répressions viennent des mouvements religieux extrémistes. La mise à mort (oui comme celle d'un animal impur) est encore beaucoup prononcée dans les dictatures islamistes. A Marseille il est courant que des jeunes "issues de la diversité" jettent des pierres du haut de la falaise sur les nudistes situés plus bas (vers la Madrague de Montredon). N'oublions pas aussi que la "force guerrière" a souvent fasciné les homosexuels masculins (cf les "Sturmabteilung", ou SA) !

  • Par ヒナゲシ - 02/04/2012 - 21:25 - Signaler un abus Je n'en crois pas un mot !

    Il y a tout juste deux mois — ici-même ! — une étude statistique disait exactement le contraire, à savoir que les homos & bis ne se précipitent nullement dans les bras lepénistes : http://www.atlantico.fr/decryptage/sociologie-vote-minorites-sexuelles-gays-homosexuels-lesbiennes-ifop-cevipof-francois-kraus-270938.html @ Diego : si le sujet vous ennuie, nul ne vous empêche d'avoir d'autres lectures. Une suggestion au hasard : http://www.bergeret.org/blog/wp-content/martine.jpg

  • Par Carcajou - 02/04/2012 - 22:29 - Signaler un abus Désinformation

    @ヒナゲシ - 02/04/2012 - 21:25 Bel exemple de manipulation, pavot sans opium. L'article que vous citez traite des homosexuels et de la droite parlementaire essentiellement. En ce qui concerne le FN, voici ce qu'il en dit: "Quant à l’extrême droite, elle renforce son assise auprès d’un électorat où le potentiel de vote en faveur de Marine Le Pen (19,5%) est aujourd'hui supérieur aux suffrages recueillis par son père en 2007 (14%)." La relativisation tient essentiellement au fait que l'électorat FN a plus progressé chez les hétéros que chez les homos. Donc ce que dit l'article ci-dessus n'est en rien démenti par celui du 20 janvier 2012. Il en serait même la confirmation. D'autant que l'auteur avance que l'électorat homo est stable dans ses choix. Bien essayé, mais vos vapeurs ne m'ont pas enivré.

  • Par ヒナゲシ - 02/04/2012 - 23:46 - Signaler un abus Persistance !

    D'accord Kuzuri, j'aurais dû écrire que la *proportion* de LGBT qui envisagent de rejoindre le FN n'est pas supérieure à celle des hétéros : • 19 % des « non-hétéros » vs 19,5 % de la population générale ; • en 2007 c'était 14 % des LGBT contre 10,5 % de la population générale. En proportion, l'intention FN chez les LGBT aurait donc baissé entre 2007 et 2012… Dans l'article déjà cité d'Atlantico, on retiendra ce propos : « Fait marquant et partiellement contre-intuitif, la tentation de l’extrême droite est aussi forte dans les rangs des personnes affirmant une part d’homosexualité (17 % chez les homosexuels, 20 % chez les bisexuels) que chez l’ensemble des Français (19,5 %) : Marine Le Pen recueillant le même nombre de suffrages chez les hétérosexuels (19,5 %) que chez les non-hétérosexuels (19 %). » Je persiste donc en déclarant que le présent article nous parle d'un non-événement.

  • Par Carcajou - 03/04/2012 - 00:03 - Signaler un abus C'est mieux en le disant

    @ヒナゲシ - 02/04/2012 - 23:46 Vous n'auriez surtout pas dû écrire qu'un article 2 mois plus tôt disait le contraire de celui d'aujourd'hui.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sylvain Crépon

Sylvain Crépon, docteur en sociologie et chercheur au laboratoire Sophiapol de l'université Paris-Ouest-Nanterre, étudie le Front national depuis le milieu des années 1990.

Auteur de plusieurs travaux de référence sur l'extrême droite, ses recherches portent également sur les minorités religieuses en France et en Europe.

Son dernier livre : Enquête au coeur du nouveau Front national (Nouveau Monde Editions, mars 2012)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€