Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La science souffre
d'un manque de culture"

A partir de ce mercredi et jusqu'au 16 octobre se déroule en France la 20ème édition de la Fête de la science. Mais dans quel état se trouve la culture scientifique de notre pays ?

Fête de la science

Publié le - Mis à jour le 15 Octobre 2011

A l'occasion de la fête de la science, Jean-Marc Lévy-Leblond regrette l'isolement des disciplines scientifiques, et déplore le manque de culture de nos scientifiques.

Atlantico : La France souffre-t-elle d'un manque de culture scientifique ?

Jean-Marc Lévy-Leblond : La France ne manque pas plus de culture scientifique que le reste du monde.  En vérité, c'est la science qui manque de culture, et qui en souffre. 

La science moderne, au 17ème siècle, naît dans la culture, en est partie prenante. Descartes, Pascal ou Galilée, etc., sont à la fois des physiciens et des philosophes, des écrivains et des mathématiciens.

Mais avec l'apparition et la multiplication des académies et des institutions spécifiquement scientifiques, le hiatus s'accroît entre sciences et humanités.

L'isolement culturel des disciplines scientifiques va paradoxalement s'accentuer avec l'accroissement même du pouvoir de la science, lorsque, au 19ème siècle, elle va s'isoler dans ses propres facultés et ses laboratoires.

Les scientifiques désormais spécialisés ne bénéficieront plus d'aucune formation littéraire, historique ou philosophique. A la fin du 20ème et le début du 21ème siècle, les succès techniques et industriels mêmes de la science se retournent contre elle en l'instrumentalisant, et  en mettant l'accent  sur son applicabilité et sa marchandisation. Les recherches qui relèvent essentiellement  d'un intérêt conceptuel sont menacées, et le contexte philosophique, historique, social de la recherche de plus en plus ignoré.

 

Vous réfutez donc l'idée qu'il existe une culture scientifique ? 

A partir du moment où nous ajoutons une épithète (une étiquette !) au mot culture, il perd sons sens. Une culture scientifique, qui ne serait pas partie prenante de LA culture, ne peut correspondre à aucune réalité. 

 

Mais n'est-ce pas différent ailleurs qu'en France ?

Non. C'est peut-être même pire dans le monde anglo-saxon, car le problème n'y est même pas perçu. Si vous parlez de « scientific culture », les Britanniques ou les Américains ne comprennent pas du tout de quoi vous parlez. Certes, on y trouve d'excellentes  recherches et des enseignements en histoire des sciences, mais qui relèvent surtout de domaines spécialisés. D’ailleurs dans le monde anglo-saxon, la philosophie des sciences est une discipline "dure", qui se veut elle-meme très scientifique.


La formation des scientifiques d'aujourd'hui vous paraît incomplète...
 

Leur formation disciplinaire est souvent très poussée, mais déculturée. La plupart des scientifiques aujourd'hui ne connaissent pas les travaux fondateurs de leur domaine, ce qui est quasiment unique dans les formations intellectuelles. Quand vous témoignez à de jeunes philosophes, de jeunes artistes ou de jeunes musiciens qu'un jeune physicien aujourd'hui n'a pas lu une seule page de Newton ou de Galilée, ni même d'Einstein, ils sont absolument sidérés.

L'implantation des lettres ou des arts est suffisamment ancienne pour que nous enseignions les textes anciens de Racine, Shakespeare, Virgile ou Homère. Mais la science a été prise d'un tel vertige de modernité que les scientifiques s'imaginent qu'il suffit de dire  "théorème de Pythagore" ou  "loi de Galilée", et de payer ainsi leur dû aux grand hommes. Les scientifiques ont tendance à croire qu'une fois une découverte faite, c'est pour toujours, et qu'il n'est pas nécessaire de s'interroger sur les conditions historiques, philosophiques, voire politiques de ces découvertes, ni sur l'évolution (passée et future !) de leur signification.

La faiblesse, voire l'absence de culture des scientifiques s'explique en fait très simplement : cet aspect ne compte ni dans leur formation, ni dans leur évaluation.  Au demeurant, ils sont désormais soumis à de telles pressions de publication, de compétition, qu'il ne peuvent guère faire autre chose que leurs calculs et leurs expériences — penser aux tenants et aboutissants de leurs recherches devient un luxe dangereux.

Et cet état de choses est auto-reproducteur : tant que les études scientifiques ne feront pas une place plus large à la culture historique, philosophique et littéraire, on ne voit pas comment les enseignants, tant du secondaire que du supérieur, seraient en mesure de partager une culture qu'eux mêmes ne possèdent pas.

 

Pour terminer, un mot sur la fête de la science ?

La science n'est pas à la fête. Nous manquons bien sûr de postes et de crédits, mais surtout de visions à long terme et d'engagement social. La politique actuelle est dérisoire : on brime ou on exploite le monde scientifique, et en même temps on prétend fêter la science… 

Et, plus profondément, nous avons de bonnes raisons de penser que la science n'est pas seulement une activité festive. Elle résoud certes des problèmes, mais en pose d'autres qui ne sont pas spécialement réjouissants. On ne peut séparer les deux faces de la médaille.

Prenons garde que, la science, la société ne finisse par lui faire sa fête ! 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ex abrupto - 12/10/2011 - 12:03 - Signaler un abus Oui les étudiants en science

    Oui les étudiants en science manquent cruellement de culture générale. Mais les verbo-litéraires qui ont envahi les média sont incapables de commenter les domaines scientifiques par manque sidéral et massif de connaissances scientifique et d'esprit scientifique: voir comment ils viennent de traiter sur le ton du scoop la question des neutrinos "trop" rapide.

  • Par Ex abrupto - 12/10/2011 - 12:21 - Signaler un abus Oui les étudiants en science

    Oui les étudiants en science manquent cruellement de culture générale. Mais les verbo-litéraires qui ont envahi les média sont incapables de commenter les domaines scientifiques par manque sidéral et massif de connaissances scientifique et d'esprit scientifique: voir comment ils viennent de traiter sur le ton du scoop la question des neutrinos "trop" rapides.

  • Par ZOEDUBATO - 12/10/2011 - 17:00 - Signaler un abus Le vrai problème de la culture scientifique est double

    1/ Le lycée ne forment pas les élèves à remonter aux vrais causes et ne leur apprend pas de méthodes rigoureuses 2/ La politique intervient dans le raisonnement, détourne les conclusions, maquillent les résultats et ne financent que les études idéeologique politiquement correct qui collent avec leur idéologie (cf : l'écologie politique des verts et la Gauche)

  • Par Gilles - 13/10/2011 - 08:34 - Signaler un abus Passé

    La R&D a quitté depuis longtemps la France. Les multinationales pharma n'y fabriquent plus que des génériques. Et encore. La recherche est concentrée outre-Atlantique, en Suisse et en Asie.

  • Par Lézard florissant - 13/10/2011 - 09:16 - Signaler un abus Et pourquoi pas l’astrologie ?

    Les scientifiques n’ont pas de culture ? La belle affaire ! On est submergé par les sociologues, par les philosophes. Que les scientifiques nous trouvent de belles molécules, des étoiles, des énergies nouvelles. Tant pis pour Spinoza. Qui regrette l’époque de l’alchimie ? Et quantité de scientifiques écrivent (Reeves, Allègre, Stephen Gould…)

  • Par LudoBan - 13/10/2011 - 10:01 - Signaler un abus Cloisonnement

    Ancien étudiant de l'UNSA, je ne peux que souscrire à ce constat, monsieur le Professeur. Pourtant, ce ne sont pas uniquement les scientifiques qui manquent de "culture" : ce sont tous les étudiants en général. Vous le rappelez, il y a un isolement des scientifiques par rapport aux autres disciplines. Mais le même constat peut être fait concernant les autres disciplines universitaires.

  • Par LudoBan - 13/10/2011 - 10:06 - Signaler un abus Chaque secteur

    Les juristes ne connaissent pas la science, alors que ce devrait être indispensable, les littéraires ignorent jusqu'aux additions, etc. Le drame vient du discrédit qui est jeté sur des matières qui ne sont pas des sciences dures, censées se suffire à elles-mêmes. C'est l'absurdité et le dogmatisme du mandarinat à la française, et le fait de techniciser à l'extrême qui nous y ont conduit.

  • Par LudoBan - 13/10/2011 - 10:11 - Signaler un abus Les anglo-saxons au contraire

    Les anglo-saxons au contraire valorisent les parcours qui amènent à la réflexion, quels qu'ils soient (être recruté avec une thèse en littérature classique n'y est pas rare alors qu'en France cela confine à l'enseignement public).Cessons donc uniquement de dire que seule la connaissance technique importe, et réhabilitons la réflexion, voila ce qui peut nous amener à de nouveau avoir de la culture

  • Par LudoBan - 13/10/2011 - 10:15 - Signaler un abus Mais hélas, cela n'est pas

    Mais hélas, cela n'est pas toujours en effet compatible avec les idéologies qui ont trop souvent leurs mots à dire dans les travaux de recherche. A force de mettre des à priori et des interdits on sclérose toute capacité de remise en cause et de réflexion. Lyssenko vit toujours au sein de l'Université Française, et c'est cela qui tue les aspirations légitimes des étudiants...

  • Par Caton - 13/10/2011 - 11:36 - Signaler un abus Je suis d'accord avec les

    Je suis d'accord avec les analyses faites ici mais les scientifiques eux-mêmes doivent s'amender, docteur j'ai subi de façon ahurissante l'hostilité de beaucoup de collègues pour mon goût des humanités comme si le fait de lire de la philosophie corrodait progressivement ma rigueur scientifique! Cette attidude desséchante aboutit a des générations incapable de lire Linné sans traduction!

  • Par Caton - 13/10/2011 - 11:42 - Signaler un abus Je suis d'accord (bis)

    Si tant d'étudiants (y compris les miens) se détournent de la Recherche c'est qu'ils ne sont pas suicidaires! Les directeurs de recherche n'ont dans leur majorité aucun sens des responsabilités envers les thésards: il est mal poli de parler de rémunération, de conditions de vie et de projet de carrière, ces braves jeunes doivent offrir 3 à 5 ans de leur vie sans aucune assurance!

  • Par Eriik - 16/10/2011 - 10:22 - Signaler un abus Et les autres ...

    Si les scientifiques manquent de culture ... que dire des "non scientifiques", du citoyen lambda, du français moyen ? Et pourtant ces populations semblent maîtriser nos sujets d'expertise mieux que nous: risque des OGM, industriel pharmaceutique, gaz de "shit", sûreté nucléaire, ... Si notre culture est perfectible, c'est aussi que nos sujets de travail sont vivants et progressent

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Lévy-Leblond

Jean-Marc Lévy-Leblond est physicien et essayiste. Il est professeur émérite de l'université de Nice-Sophia Antipolis. Son dernier livre s'intitule La science (n')est (pas) l'art

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€