Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jean Lassalle mérite-t-il un second coup d’œil ?

L’étrangeté assumée de Jean Lassalle le cantonne médiatiquement au rayon des farces et attrapes de cette présidentielle, avec les farfelus souverainistes et les trotskystes médiévaux. C’est peut-être dommage.

Hors-usinage

Publié le
Jean Lassalle mérite-t-il un second coup d’œil ?

Je viens, littéralement, de découvrir Jean Lassalle « pour de bon » et je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Je voudrais même faire amende honorable auprès des deux ou trois personnes, guère plus en fait, je n’y peux rien, qui m’ont déclaré vouloir voter pour lui et que j’ai plutôt eu tendance à regarder avec des yeux ronds, mi-incrédules mi-condescendants, l’idée qu’on puisse apprécier sérieusement ce farfelu à la voix rocailleuse ne m’ayant jamais traversé l’esprit.

 

Ce n’est pas une épiphanie, je ne vais certainement pas voter pour lui moi-même, et sa prestation le jour du fameux « grand débat » était trop surréaliste pour qu’on puisse vraiment avoir envie de l’envoyer à l’Élysée, mais il y a chez ce berger du Béarn une dimension de bon sens humaniste qui interpelle – un mélange de naïveté et de rouerie terrienne qui mérite un deuxième coup d’œil.

 

D’abord, il a quelques propositions intéressantes, une approche plutôt pragmatique et pas si courante de l’apprentissage, un regard décalé sur le développement rural qui tranche à la fois avec l’écologisme sans gluten des clients de Biocoop et le poujadisme hypocrite des serreurs de main du salon de l’agriculture, et surtout une vraie trouvaille : ses « bootcamps » d’été permettant de remettre à niveau des chômeurs jeunes et vieux encadrés par des profs et des professionnels volontaires dans un pays où le fossé entre compétences disponibles et besoins des entreprises n’a jamais été aussi large.

 

Même son attitude étrange, pour ne pas dire carrément douteuse, sur la Syrie (il a rencontré Assad au cours d’un voyage de parlementaires légitimement controversé et n’est pas « convaincu » que sa culpabilité dans le massacre des populations civiles soit « avérée »), prend une autre tournure lorsqu’on l’écoute en parler : il serait allé, façon Candide voltairien, lui demander si c’était le cas, le boucher de Damas lui aurait répondu que non, il aurait cru lire de la sincérité dans son regard, ça lui aurait suffit. Disons au moins qu’il ne lui en fallait pas beaucoup, sur ce coup, à notre paysan madré…

 

Mais je regrette tout de même qu’un mouvement général auquel j’ai contribué, plus par suivisme flemmard, goût de la dérision et absence de curiosité, ait permis d’empiler ce type avec les Cheminade, Asselineau et autres trotskystes médiévaux au rayon des petits candidats exotiques sans conséquences, pour ne pas dire au rayon des farces et attrapes.

 

Il faut dire qu’il est parfois difficile à prendre au sérieux, Lassalle, avec ses envolées lyriques absconses, ses chansons folkloriques sur les bancs de l’Assemblée, ses randonnées à travers la France en costume cravate et sac-à-dos. Mais c’est sans doute que, même avec le plus aiguisé des sens critiques, on finit toujours par se forger une idée formatée de ce à quoi doit ressembler un « homme politique », de la manière dont il est censé s’exprimer. C’est dommage.

 

Lui, il le répète partout, est persuadé que les électeurs peuvent se montrer plus ouverts à la différence et qu’il créera une surprise que les sondeurs sont incapables de percevoir. J’en doute, mais que mes deux ou trois lassalistes soient en réalité plusieurs centaines de milliers à patienter discrètement dans la coulisse n’est pas totalement absurde. On se prend d’ailleurs à rêver que les déçus, les déboussolés, les renverseurs de tables, le jour J, choisissent un bulletin portant son nom plutôt que celui d’un vendeur de tapis chavézien ou d’une extrémiste xénophobe pour exprimer leur désir de changement avec un poil plus d’optimisme.

 

Personnellement, je le verrais bien grimper sur le char de Macron, non pas pour lui servir de supplétif, mais plutôt à la manière du plébéien chargé de rappeler le sens de leur victoire et leur propre mortalité aux généraux triomphants de la Rome antique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 16/04/2017 - 10:50 - Signaler un abus Pas mal sauf le char de Macronus Minus

    Ave!

  • Par vauban - 16/04/2017 - 14:03 - Signaler un abus D'accord avec deudeuche

    La fin du commentaire.obére tout le reste Micron c 'est du vent universaliste et financier Lassale c'est de l'expérience les pieds ancrés dans la terre de FrancSerraf c'est du bâclé pour justifier ses piges À dégager!

  • Par Deneziere - 16/04/2017 - 15:20 - Signaler un abus Vauban... il ne faut pas prendre Serraf au premier degré

    Ce que je lis de la dernière phrase de Serraf, c'est que si la France urbaine métropolisée oublie la France des clochers, alors on va être très mal. C'est vrai. Et puis aussi Lasalle et Micron sont tellement opposés que le rapprochement a un contraste d'un surréalisme comique.

  • Par Hugues Serraf - 16/04/2017 - 15:51 - Signaler un abus @Deneziere

    Vous avez dû remarquer que Lassalle avait été le compagnon de route de Bayrou pendant une trentaine d'années.

  • Par langue de pivert - 16/04/2017 - 15:56 - Signaler un abus Commentaire bête et méchant ! Comme moi ! ☺

    Avec un bon traducteur on en fera quelque chose ! Pure méchanceté gratuite de ma part : M. Lasalle est un homme respectable qui ne fait de mal à personne et qui ne peut qu'attirer la sympathie ! Je ferais avec plaisir une rando dans nos montagnes avec lui et nous passerions une bonne journée. Mais (ah ben wouai y'a un mais :-) J'avoue être agacé par ces personnes qui se servent de l'élection présidentielle comme caisse de résonance pour développer leurs idée, leur état d'âme, leur vision du monde, leur fantasmes, leurs lubies, leurs névroses leur... ! (et aux frais des contribuables) Une élection présidentielle c'est fait pour choisir un président qui souhaite exercer le pouvoir ! Non ?

  • Par cloette - 16/04/2017 - 16:23 - Signaler un abus "les pieds ancrés dans la terre"

    comme le coq qui chante les pieds dans la mierda .Il ne veut pas être président, que fait- il donc là ? Ceci dit il est assez drôle , avec un ego gros comme ça .

  • Par jc0206 - 16/04/2017 - 22:32 - Signaler un abus Un vrai

    Brave homme ce Jean Lasalle mais qu'est-il venu faire dans cette galère ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€