Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jaurès, Mendès et les autres… La gauche française se meurt-elle de ses idoles ?

Accompagné, entre autres, de Najat Vallaud-Belkacem et de Kader Arif, secrétaire d'Etat aux anciens combattants et à la mémoire, le président est attendu ce 23 avril dans le Tarn, à Carmaux, pour rendre hommage à Jean Jaurès. Une grande figure politique et socialiste de France, assassinée en 1914. François Hollande fait ici preuve d'un attachement aux symboles d'hier qui pourrait traduire une crise idéologique importante au PS.

Héros et reliques de jadis

Publié le
Jaurès, Mendès et les autres… La gauche française se meurt-elle de ses idoles ?

Jean Jaurès. Crédit wikipédia

Atlantico : François Hollande doit se rendre ce mercredi à Carmaux pour rendre hommage à Jean Jaurès. Que peuvent apporter les grandes figures de la gauche au débat politique actuel ? Que cherchent les politiques en les convoquant ainsi ?

Olivier Rouquan : La France aime les commémorations. Tous les Présidents successifs ont cultivé la mémoire des figures charismatiques marquant l'identité nationale. Le Panthéon, bien sûr, est le lieu de mémoire orientant un sacré laïque, site de "canonisation" républicaine. François Mitterrand, dès son "intronisation", s'est recueilli devant la tombe de Jaurès, installée à la colline Sainte Geneviève en 1924. Dès la IIIème République, de grandes cérémonies républicaines érigent de telles statues cristallisant les valeurs passées et les projections à venir.

François Hollande entretient une telle symbolique, dans le cadre de la célébration de la guerre 14-18. Jean Jaurès est devenu une figure consensuelle, invoquée par Nicolas Sarkozy en 2007. Mais avant tout socialiste, pacifiste, tribun, mettant la gauche sur la voie de la réforme et de la gestion des affaires, Jean Jaurès incarne un humanisme attaché aux libertés individuelles, ouvert et tolérant, profondément réconciliateur qui participera notamment à l'élaboration de la loi de 1905.

Ceux qui à gauche se réclament de Jaurès, Mendès-France, Blum etc. vont-ils d'ailleurs au bout de la démarche ou est-elle seulement cosmétique ? Que gagneraient-ils à s'inspirer vraiment des actions de ceux dont ils souhaitent faire leurs illustres parrains ?

Concernant Jean Jaurès, je pense que sa mémoire peut être utilement invoquée pour rappeler que la force de l'engagement politique est fondé sur des convictions. À notre époque, ce n'est pas négligeable.

Pour autant, le combat de sa vie à été mis au service d'un socialisme réaliste. La filiation idéologique de ce point de vue concerne nombre de leaders contemporains du PS, par rapport à une gauche plus "ultra", refusant les compromis gestionnaires. Par contre, les mêmes semblent moins tribuns, charismatiques, ancrés dans la proximité. Le laminoir de la technostructure est passé par là...

En quoi ces hommages dénoncent-ils une crise idéologique au sein du PS ?

L'invocation des ancêtres, de la coutume, raconte une histoire. La mode du "storytelling" remonte en fait à la nuit des temps de la politique symbolique. L'invocation des héros est d'autant plus requise, qu'en effet, l'époque est celle de l'accélération, de la revendication de l'instantané. L'époque est aussi celle de la crise identitaire, des doutes sur la grandeur nationale et même parfois, de la volonté de vivre ensemble. Cela dépasse largement les problèmes du Parti socialiste.

La valorisation mémorielle permet de donner du sens, de relativiser, de se situer dans une durée plus longue et à force de signaux, de tracer des perspectives. Le moment l'exige pour le Parti socialiste, certes déboussolé, mais aussi pour la France. Le chef de l'état ne s'y trompe pas.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gamelledebouse - 23/04/2014 - 09:07 - Signaler un abus Content

    Quand on voit la tronche des forces de progrès on est content d'être réac .

  • Par enfer - 23/04/2014 - 10:05 - Signaler un abus ...Jaures....Une escroquerie centenaire...

    ....Jaures n'était pas un patriote, ses interventions à l'Assemblée Nationale, contre la modernisation de l'armée française le prouve largement...Mais d'où lui venait ce pacifisme qui nous a couté des centaines de milliers de morts sur les champs de bataille? .....Trés probablement de sa proximité avec les "grands" pacifistes allemands...Bien tenus en main par les services secrets de l'empereur Guillaume .....Ces braves gens ont été jusqu'à lui financer son "Humanité"....Le cheminement de l'argent qui a servi à créer ce journal est clair au travers des filiales des banques Rothschild....On peu suivre son trajet de Berlin à Paris... Jaures est le type même du socialo qui fait vomir...Adoré par des socialos émétiquaires....

  • Par Ravidelacreche - 23/04/2014 - 10:23 - Signaler un abus Leon Blum

    A ne pas confondre avec l'espion Russe d'Ukraine!

  • Par MEPHISTO - 23/04/2014 - 10:53 - Signaler un abus Cette gauche passéïte , loin

    Cette gauche passéïte , loin d' être parfaite à cause de son pacifisme qui n' a pas su éviter les 2 guerres mondiales , était progressiste pa

  • Par MEPHISTO - 23/04/2014 - 10:53 - Signaler un abus Cette gauche passéïte , loin

    Cette gauche passéïte , loin d' être parfaite à cause de son pacifisme qui n' a pas su éviter les 2 guerres mondiales , était progressiste pa

  • Par copélia - 23/04/2014 - 12:03 - Signaler un abus la politique du pis-aller

    du Veau d'or à la vache-à-lait

  • Par LeditGaga - 23/04/2014 - 14:23 - Signaler un abus Choix facile

    Entre Jaurès et Mendès, je préfère le deuxième, surtout Eva !

  • Par jurgio - 23/04/2014 - 14:54 - Signaler un abus Personne n'aurait connu le nom de Jaurès

    si on n'avait pas baptisé à outrance des avenues dans tous les coins de France. Déjà de la subversion et de la propagande communiste ! Des discours pleins d'idéologie fumeuse et un vide sidéral devant la réalité.

  • Par carioca - 23/04/2014 - 18:42 - Signaler un abus est ce raisonnable...

    ... d'encenser ainsi la mémoire de cet antisémite notaoire, qui dans une époqie où l'antisémitisme était pourtant à la mode, a été expulsé de l'assemblée pour propos antisémites, qui a dénoncé les "Juifs rapaces comme cette bande de Rothschild qui écrasent l'Europe entière de leur tyrannie et de leurs milliards", qui a écrit "La race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n'est pas par la fièvre du prophétisme, manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corruption et d'extorsion."... et plein d'autres douceurs de cet acabit!!

  • Par jean fume - 23/04/2014 - 21:28 - Signaler un abus La socialie a perdue la foi !

    Ils se cherchent des idoles à célébrer !

  • Par Blurp - 23/04/2014 - 23:30 - Signaler un abus Un mort chez les socialos...

    Ce n'est pas aux piedx de Jaures que Sa Très Gracieuse Normalité a déposé la gerbe mais sur la tombe du socialisme! Serait-ce un sentiment de culpabilité qui l'anime?

  • Par Liberdom - 24/04/2014 - 01:36 - Signaler un abus Nul !

    Marre des commémorations ringardes de droite comme de gauche qui nous gavent. Marre des idoles, des statues du commandeur, des références brefs des cons qui nous renvoient à la Bordurie de Plekzy Gladz. C'est bien le job de clown : chialer sur la tombe des "grands hommes" dont beaucoup ont apporté leur pierre à un édifice merdique générateur de misère dans la grandeur... Oui marre...

  • Par hgo04 - 24/04/2014 - 07:15 - Signaler un abus Même JAURES le dit:

    « L'abondance est le fruit d'une bonne administration. » de Jean Jaurès Abondance et bonne gestion... Nous sommes en pleine décrépiudte.. que devons nous penser de cette gestion???

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Rouquan

Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur,  Droit constitutionnel et gouvernances politiques, chez Gualino, septembre 2014, Développement durable des territoires, (Gualino) en 2016, Culture territoriale, (Gualino) 2016 et En finir avec le Président, (Editions François Bourin) en 2017.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€