Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Premières fissures avant naufrage ? Le Japon face à son premier déficit commercial depuis plus de 30 ans

L'année 2011 a été dévastatrice pour le Japon. Les Japonais eux-mêmes disent avoir vécu « la plus grave crise en 65 ans depuis la Seconde Guerre mondiale». La catastrophe de Fukushima et ses conséquences économiques ont provoqué le premier déficit commercial enregistré par le pays depuis 30 ans. Comment le Japon va-t-il se sortir de cette spirale infernale ?

Annus horribilis

Publié le

Depuis le milieu des années 1970, les exportations ont joué un rôle clef dans le dynamisme de l’économie japonaise. Au cours des dix dernières années, la dépendance aux exportations de cette économie a pourtant été à double tranchant. Atout maître pour sortir de la crise des années 1990, elle est devenue un terrible handicap pendant la crise mondiale de 2008 et 2009. Néanmoins, les excédents de balance commerciale engrangés depuis la fin des années 1970 ont gonflé la balance courante depuis une trentaine d’année et contribué à donner à la dette publique brute japonaise une assise financière si robuste qu’ en dépit de son montant colossal (212% du PIB en 2011 d’après l’OCDE), elle conserve encore une notation de bonne qualité (AA- chez Standard and Poor’s).

Le déficit commercial enregistré en 2011, pour la première fois depuis 30 ans, pose néanmoins plusieurs questions. S’agit-il d’un tournant marquant le déclin de la compétitivité japonaise et conduisant à l’enclenchement d’une spirale négative allant du déficit de la balance commerciale à celui de la balance courante, puis à l’incapacité à financer la dette ?

Le caractère atypique du déficit commercial en 2011

2011 a été une « annus horribilis » pour le Japon, frappé par la « la plus grave crise en 65 ans depuis la Seconde Guerre mondiale»[1]. Au drame humain de la triple catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011, se sont conjugués des défis majeurs pour les exportateurs de l’archipel.

Tout d’abord, les secteurs présents dans les régions dévastées occupaient une place centrale dans les chaînes d’approvisionnement de secteurs vitaux comme l’automobile ou l’électronique. Il en a résulté, pour Toyota par exemple, une chute de 57% de sa production domestique en mars 2011. De surcroît, à la chute des exportations s’est ajoutée la hausse d’importations de composants ou produits de substitution. Ensuite, des problèmes aigus de logistique ont été posés aux entreprises, tant au niveau du transport qu’à celui de l’approvisionnement en essence et en électricité.

Si les questions de transport et d’essence ont été assez vite résolues, les pénuries d’électricité ont posé une difficulté plus grave. A l’arrêt des centrales endommagées de Fukushima s’est greffé le problème des ajournements de redémarrage des centrales en maintenance. Actuellement seules 5 centrales sur le parc de 54 sont en activité. De ce fait, ce sont les centrales thermiques qui ont assuré le relais de la production d’électricité. Des importations massives de pétrole et de gaz naturel liquéfié (+37,5% en valeur) ont été nécessaires. Si bien que dans ce contexte de crise, les importations ont bondi de 12% en 2011.

Elles expliquent en majeure partie le déficit commercial japonais de 2011 car la contraction des exportations n’a atteint que 2,5% malgré la crise domestique, la hausse du yen et le ralentissement de l’économie mondiale, notamment européenne, sans compter les inondations en Thaïlande ! Ce déficit, lié essentiellement au choc Fukushima, pourrait se reproduire en 2012, mais il devrait disparaître par la suite avec la remise en marche d’un certain nombre de centrales nucléaires.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Apicius - 02/02/2012 - 13:51 - Signaler un abus Désinformation ou stupidité de l'auteur ?

    La catastrophe qu'a connu le Japon, c'est le tremblement de terre et le tsunami !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Invoquer d'entrée Fukushima relève du militantisme imbécile ( oui, c'est un pléonasme). Article sans intérêt donc.

  • Par ヒナゲシ - 02/02/2012 - 19:08 - Signaler un abus Militantisme imbécile (… la paille & la poutre)

    Certes, 20 000 morts & disparus dus au tsunami, et des dommages causés aux habitations par les tremblement de terre (très peu de morts en l'occurrence). Mais Fukushima représente une catastrophe d'une ampleur considérable : la mise à l'arrêt de 90 % des centrales actuelles en est la conséquence directe ; le démantèlement et la décontamination de Fukushima prendront de 30 à 40 ans — et coûteront des dizaines de milliards de dollars ! Du jour au lendemain ce sont la plupart des pays (voisins, mais aussi Europe & USA) qui ont établi des embargos contre les denrées japonaises, par crainte de contamination radioactive. Ce sont l'agriculture et l'économie de toute une région qui sont sinistrées durablement. Tout récemment encore on vient de découvrir que des milliers de tonnes de matériau ayant servi à fabriquer du béton ont été utilisées pour construire des immeubles d'habitation dans tout le pays. Hélas, le matériau provient d'une carrière à ciel ouvert contaminée par… du césium radioactif ! Etc. Chaque jour apporte son lot d'angoisse et témoigne que l'« affaire Fukushima » va peser dans l'économie et la vie du Japon pour de nombreuses décennies.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Evelyne Dourille-Feer

Evelyne Dourille-Feer est Docteur en économie et japonologue (ancienne élève de l'Université de Keïo, maîtrise de japonais à l'INALCO).

Elle est économiste au CEPII et enseigne l'économie japonaise à l'Université Paris Dauphine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€