Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

J-C.Lagarde : “François Hollande commet une faute grave car il fait la guerre à des barbares sans réarmer moralement la nation”

Pour le président de l'UDI, la coalition est la clé pour faire reculer la majorité socialiste, qui est la principale cause de la montée du Front national. A condition de bien rappeler une chose souvent oubliée dans le débat politique : le centre n'est pas la droite, et l'UDI a ses propres convictions qu'elle entend bien porter en toute indépendance.

Grand entretien

Publié le - Mis à jour le 27 Février 2015
J-C.Lagarde : “François Hollande commet une faute grave car il fait la guerre à des barbares sans réarmer moralement la nation”

Atlantico : La loi Macron a été passée en force, la motion de censure a été rejetée : quel bilan retirez-vous  de cette semaine ?

Jean-Christophe Lagarde : La Loi Macron avait vocation à dynamiser l’économie française, mais elle n’a fait que dynamiter la majorité. François Hollande avait obtenu une large majorité parlementaire, et en 2 ans et demi il l’a perdue. Il a d’abord perdu les communistes, puis les écologistes, et désormais une partie des socialistes. Au-delà de l’amateurisme qui l’oblige à convoquer en catastrophe un conseil des ministres pour avoir recours au 49-3, il est inquiétant de voir que sans majorité le gouvernement ne sera pas capable de réformer davantage.

Il a décidé d’utiliser son unique joker pour une loi limitée, et il ne pourra plus l’utiliser pour une réforme plus significative.

Pourtant, une vraie révolution économique est nécessaire, il est indispensable d’aller plus loin, de mettre en place un contrat de travail unique avec des droits progressifs pour les salariés, d’instaurer un système de retraite unique, de lever les seuils sociaux comme l’avait d’ailleurs évoqué François Rebsamen… Nous nous trouvons dans une situation où le gouvernement n’a plus les moyens de réformer, mais où le pays n’a pas non plus les moyens de rester paralysé.

Pourtant, une vraie révolution économique est nécessaire, il est indispensable d’aller plus loin, de mettre en place un contrat de travail unique avec des droits progressifs pour les salariés, d’instaurer un système de retraite unique, de lever les seuils sociaux comme l’avait d’ailleurs évoqué François Rebsamen… Nous nous trouvons dans une situation où le gouvernement n’a plus les moyens de réformer, mais où le pays n’a pas non plus les moyens de rester paralysé.

Vous parlez d’amateurisme. Est-ce François Hollande que vous désignez, Manuel Valls ou l’ensemble de la majorité ?

C’est l’exécutif dans son ensemble qui pose problème. Bien que les choses aillent mieux depuis que Manuel Valls est aux commandes, les socialistes n’en sont malheureusement pas à leur coup d’essai en matière d’amateurisme. Le fait de convoquer en urgence un Conseil des ministres à 13 heures le jour du vote de la loi relève de l’improvisation la plus totale. Nous n’avons pas le sentiment que le gouvernement est en capacité de prévoir l’avenir correctement.

7 députés UDI n’ont pas voté la motion de censure. Est-ce le signe que l’UDI, après l’élection interne conflictuelle qui vous avait opposé à Jean-Christophe Fromantin, est encore en proie à des divisions ?

Absolument pas, il s’agit essentiellement de députés outremarins qui, par nature, doivent entretenir de bonnes relations avec le gouvernement. Jean-Christophe Fromantin quant à lui a régulièrement des raisonnements ou des prises de position solitaires.  

Dans la perspective des départementales et des régionales, vous avez dit souhaiter la plus grande union entre l’UDI et l’UMP. Lors de l’inauguration du siège départemental à Mâcon, vous avec évoqué des problèmes que l'UMP doit régler. Quels sont-ils ?

Ce n’était qu’un problème local. Sur les élections départementales, dans 85% des cas, il y a des candidatures communes UDI-UMP, facilitées par les binômes qui permettent de trouver des équilibres politiques satisfaisants. Je souhaite, et l’UDI aussi, parvenir à un maximum d’alternances : puisque le pays est bloqué au sommet, il faut le faire redémarrer à la base. Il faut engager des politiques territoriales qui auront le mérite de concerner le quotidien des Français. Gérer le RSA, ce n’est pas la même chose selon que l’on est socialiste ou centriste : plus que donner un chèque pour faire survivre les gens, la priorité doit être de les aider à reconstruire une vie autonome.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 22/02/2015 - 11:06 - Signaler un abus J.C. Lagarde

    7 pages pour nous détailler les querelles picrocholines de l'UDI, internes et vis à vis de l'UMP. C'est trop! Le seul point intéressant est cette remarque que Fr. Hollande n'a utilisé le massacres de Charlie Hebdo et ceux de Coulibaly pour ne mobiliser que ceux qui sont prêts à approuver toutes les provocations les plus grossières au nom de la liberté d'expression, sans en appeler à un sursaut moral contre les barbares.

  • Par vangog - 22/02/2015 - 12:17 - Signaler un abus "Les choses vont mieux depuis que Valls est aux commandes"

    ...on croit rêver! 20000 chômeurs supplémentaires chaque mois, autant de pauvres et de mal logés en complément, une dépense publique qui a atteint le record mondial de 57,7%, des dettes abyssales de tous les échelons publics pour une dizaine de générations, l'explosion du communautarisme, pour ne citer que le principal...et vous êtes content de Valls, Lagarde? Citez-moi une politique de Valls qui ait reussi, non par vos fantasmes, mais par ses résultats? Est-il, pour vous, comme pour les Medias gauchistes, le prochain President que vous avez choisi pour redresser la France? Ce sera quoi son slogan de campagne? "Le changement, c'est après-demain!" Certains Francais ont de la M. devant les yeux, et dans les oreilles...

  • Par Anouman - 22/02/2015 - 13:12 - Signaler un abus UDI

    Ce parti n'attire pas car il n'a pas beaucoup d'idées, ne sait jamais où se situer et n'a pas de personnalité intéressante en son sein. L'article montre bien qu'ils n'ont rien à proposer d'intéressant. Mais c'est leur problème.

  • Par jurgio - 22/02/2015 - 14:16 - Signaler un abus L'UDI un pied dans le mitterandisme

    et l'autre dans le vide. Il ne s'accorde avec l'UMP que pour des élections. .

  • Par bjorn borg - 22/02/2015 - 16:39 - Signaler un abus mimolette

    on a tout dit et son contraire sur mimolette, passons donc à autre chose. Pas facile ça pour Atlantico ! Lol Trouvez des sujets doit être un terrible casse-tête. Yé n'aurai pas voulu être à leur place. Oh que non !

  • Par ALUN - 22/02/2015 - 17:43 - Signaler un abus Exercice périlleux

    On peut critiquer l'UDI pour son manque de "consistance" mais l'exercice d'une politique essayant de prendre le meilleur et d'avoir une position modérée n'est pas facile. L’esbroufe démagogique du fn/ps/fg/eevl est tellement plus facile et "séduisant".

  • Par vangog - 22/02/2015 - 18:20 - Signaler un abus @ALUN c'est quoi une "position modérée"?

    C'est la position du missionnaire?...quand tout va bien et qu'on a 6% de croissance ( c'est, bien-sûr, une image...), 2% de chômage et des dettes en amélioration, la "position du missionnaire" peut permettre de "faire durer"... Mais lorsqu'on a 10% de chômage, sans compter les DOMs, des dettes qui s' aggravent et une croissance à l'horizontale, alors, il vaut mieux changer de position! La France n'a pas besoin de synthétistes, genre Flamby, ni de modérés genre Macron, mais de dirigeants qui prennent des décisions courageuses pour la réformer. Ce n'est pas au centre qu'on trouve ce type de dirigeant...

  • Par Liberte5 - 22/02/2015 - 18:42 - Signaler un abus Pas facile de convaincre..!!!

    Difficile de faire croire qu'avec de l'eau tiède on peut sortir la France du bourbier où elle se trouve.S'il y a quelques personnalités comme J.C Fromantin qui ont des convictions solides et des idées claires, la grande majorité des membres de l'UDI pourrait sans problème aller au PS. Sur l'immigration massive et sur les islamistes en France, il se couche. Il n'y a rien à attendre de l'UDI.

  • Par jurgio - 22/02/2015 - 20:59 - Signaler un abus Une guerre de prestige personnel

    Hollande croit redorer son blason 2017 dans un domaine où il n'a pas de concurrent et pas besoin de sa majorité. Grosse inquiétude. On laisserait une grenade dans les mains à qui ne sait pas lacer ses chaussures ?

  • Par Henrik Jah - 23/02/2015 - 01:25 - Signaler un abus Tiens tiens

    L'UDI, c'est pas le parti par hasard qui a inscrit sur sa liste le "parti des musulmans" qui veut relancer le pays par le halal? Je crois bien que si. Que JC Lagarde garde sa morale et par la même occasion son communautarisme.

  • Par cadi67 - 23/02/2015 - 07:44 - Signaler un abus Supplétif

    Vous pouvez dire ce que vous voulez, votre parti ne sert qu'à récupérer des gogos qui veulent avoir l'impression de ne pas voter UMP. D'autre part, les conditions grotesques de votre élection à la tête de l'UDI ne démontre qu'une chose : votre seule et unique finalité est d'être élu. A des fins uniquement personnelle. Les Français ensuite peuvent bien être à votre service, mais vous au service des Français... Faut pas rêver.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Christophe Lagarde

Jean-Christophe Lagarde est président de l'UDI depuis 2014, député de la 5e circonscription de la Seine-Saint-Denis depuis 2002 et maire de Drancy depuis 2001.

Soutien de François Bayrou pendant la campagne présidentielle de 2007, il rejoint ensuite le Nouveau Centre, puis fonde, en 2012, le parti de centre-droit Force européenne démocrate. En septembre 2012, il rejoint l'UDI lancée par Jean-Louis Borloo.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€