Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Italie, Allemagne, Royaume-Uni : les 3 maillons (faibles ?) sur lesquels l’Europe joue son avenir à partir de dimanche

En Italie, Berlusconi revient. En Allemagne, Merkel vacille. Et en Grande-Bretagne, Theresa May déraille sur le Brexit. Décidément, c’est la semaine chaude pour l’avenir de l’Europe.

Atlantico Business

Publié le
Italie, Allemagne, Royaume-Uni : les 3 maillons (faibles ?) sur lesquels l’Europe joue son avenir à partir de dimanche

Il y a des semaines comme cela. Celle qui démarre ce dimanche va être très chaude pour l’Europe et son avenir. En Italie, on vote pour mettre en place une nouvelle majorité qui pourrait être dominée par des mouvements populistes plus ou moins téléguidés par Berlusconi.

En Allemagne, on consulte les militants pour savoir s’ils acceptent les modalités du compromis arraché par Angela Merkel pour asseoir sa coalition entre le SPD et la CDU et ça n‘est pas gagné.

Pendant ce temps-là, la Grande-Bretagne de Theresa May ne réussit pas à trouver une solution pour un Brexit qui ménagerait les intérêts des anglais. Résultat : Theresa May sombre dans la colère et l’impuissance.

Cette accumulation de catastrophes annoncées surgit au moment où le sentiment d’appartenance européenne a plutôt tendance à se renforcer, nous disent les sondages.

L’activité économique et la détermination du président français ont crédibilisé les projets de réformes. Mais comment réformer l’Europe si, sur le terrain politique, trois des plus puissants pays d’Europe ont des états d’âme sérieux.

Ce qui va se jouer en Italie est extrêmement important. L‘Italie aura voté ce dimanche et les Italiens pourraient ramener Berlusconi aux portes du pouvoir.

Alors, Silvio Berlusconi, pour plein de raisons juridiques et fiscales, ne pourra sans doute pas prétendre à exercer ce pouvoir, mais il aura la majorité pour tirer les ficelles de la politique qui sera appliquée. Or, l‘Italie qui avait entrepris un redressement absolument spectaculaire pourrait se retrouver dans des courants populistes qui lui feraient abandonner les efforts consentis jusqu‘alors et qui commençaient à porter leurs fruits et à ramener l’Italie dans le club des pays leaders de l’Union européenne. Ce retournement de positionnement en Italie interviendrait à un moment charnière où les banques restent très fragiles et peuvent avoir besoin de la solidarité européenne. Cette solidarité est évidemment conditionnée par la détermination des italiens à respecter les règles de l’Union. En clair, si les amis de M. Berlusconi ont les moyens de prendre du recul par rapport à Bruxelles, on voit mal les banques italiennes s’en sortir indemnes. Or, l’Italie n’est pas la Grèce. L’Italie appartient à la zone euro et elle en est un des piliers incontournables et systémiques.

En Allemagne, les militants du SPD vont dire ce dimanche s’ils acceptent que leur parti participe au prochain gouvernement de Mme Merkel ou pas. Les vieux briscards du SPD ne sont pas enthousiastes, ils considèrent que leurs expériences passées leur ont couté très cher sur le terrain politique. Beaucoup de cadres du SPD auraient souhaité faire une cure d’opposition. Ils ont finalement accepté de négocier un compromis. Ce compromis leur est très favorable, à la fois en termes de postes obtenus dans le prochain gouvernement et dans l’orientation de la nouvelle politique économique. La consultation des membres du SPD devrait donc permettre à Mme Merkel de gouverner. Sauf que du côté de sa famille, les adhérents de la CDU sont eux aussi colère contre la chancelière qui aurait, selon eux, fait trop de concession. Mme Merkel pourra gouverner dans le cadre de l’accord de gouvernement qu‘elle a scellé avec le SPD, mais elle devra gérer la frustration de beaucoup de ses amis. La gouvernance promet d’être compliquée et la ligne politique assez peu lisible. La perspective d’un assouplissement de la politique économique attendu par l’ensemble de l’Europe n’est pas assurée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 03/03/2018 - 10:31 - Signaler un abus C'est du Sylvestre

    Il a bien vu trois trains qui risquaient de dérailler, il ne nous parle pas du quatrième qui est un tas de ferraille (le Frenchbabwé) ni des causes du déraillement : la montagne d'ordures de l'Europe

  • Par A M A - 03/03/2018 - 12:25 - Signaler un abus Ramassis de pays battus et

    Ramassis de pays battus et ruinés par les guerres mondiales, et mise en exploitation par les grands vainqueurs, l'Europe s'est crue une grande puissance, ce qui peut paraître paradoxal. Le seul vainqueur européen, la Grande Bretagne prend le large. Encore un peu de temps et il ne restera plus que l'Allemagne, comme puissance européenne, le vainqueur initial de l'EUROPE. Redressée et dominante, elle a finalement vaincu à nouveau ses anciens vaincus, eux qui prétendaient partager la victoire des américains et des russes en tondant les collaboratrices.. Malheur aux vaincus....

  • Par Ganesha - 03/03/2018 - 12:52 - Signaler un abus Comique ?

    Aujourd'hui, cet article nous livre un joli festival de bêtises et de contre-vérités ! Exemples : 1) ''le sentiment d’appartenance européenne a plutôt tendance à se renforcer, nous disent les sondages'' 2) ''L’activité économique et la détermination du président français ont crédibilisé les projets de réformes'' 3) ''les efforts consentis jusqu‘alors et qui commençaient à porter leurs fruits et à ramener l’Italie dans le club des pays leaders de l’Union européenne''. Mr Sylvestre envisagerait-il de se reconvertir dans une carrière de comique, à l'instar de Canteloup sur TF1 (lui me fait vraiment rire !), ou, de ce que furent, il y a quelques années, les Guignols de Canal + ?

  • Par Ganesha - 03/03/2018 - 13:13 - Signaler un abus AMA

    Votre proposition d'explication est manifestement inexacte ! Elle est contredite par la réalité historique. Les pays européens se sont magnifiquement reconstruits de 1945 à 1980. La crise a débuté avec l'introduction d'une idéologie criminelle, délétère et inhumaine : l'ultra-libéralisme. Mais les jours de l'Europe de la ''Concurrence libre et non-faussée'' sont comptés !

  • Par Atlantica75000 - 03/03/2018 - 18:10 - Signaler un abus Info ?

    Il paraîtrait que l'Italie a accepté officieusement tous les migrants pour ne pas se faire taper sur les doigts (voire plus) par la Commission ? Et vu la santé de son système bancaire ! Des infos intéressantes monsieur Sylvestre ?

  • Par ajm - 03/03/2018 - 18:59 - Signaler un abus Maillon fort.

    Heureusement on a un maillon fort en Europe: le Luxembourg.

  • Par gerint - 03/03/2018 - 19:24 - Signaler un abus Le sentiment d’appartenance Européenne renforcé?

    Cela me surprendrait beaucoup. Macron accroché à lUE comme un roquet à son os perd pied dans l’opinon en appliquant avec ferveur les GOPE de Bruxelles. Il s’en fout sans doute car il ne respecte pas les Français hors de sa caste mais cela contredit ce renforcement. Pareil pour les “maillons faibles” cités, pour la Pologne, pour la Hongrie...

  • Par assougoudrel - 03/03/2018 - 19:52 - Signaler un abus Si ces trois là sont des

    maillons faible, le maillon français est rompu depuis belle lurette. La France est comme les façades des bâtiments près de l'aéroport de Sarajevo: belle devant ( pour ne pas choquer) et derrière, les ravages de la guerre avec des trous d'obus et d'impacts partout.

  • Par vangog - 03/03/2018 - 20:12 - Signaler un abus Les « nationaux » européens sont proches de la victoire!

    Ne t’inquiète pas Sylvestre, car il y a plus de chances que la grande réforme européenne vienne d’une coalition patriote que du minet-à-cougars, déjà largué sur la scène française!...une Europe des Nations est proche de voir le jour, pour remplacer cette technocrature impuissante et moribonde que tous les peuples haïssent...et, oh joie! Les Englishs pourront même collaborer à cette Europe des Nations, rénovée, protégée par de vraies frontières, collaborative et juste dans ses échanges avec le reste du monde... Résolution de tous les problèmes créés par les partis archaïques, et naissance des vrais partis pour leur peuple (Ooooooh, populiste!)...elle est pas belle la vie de la semaine prochaine?...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€