Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

“L’islam nous déteste” ou comment mal mettre le doigt sur une vraie peur de l’Occident (et pourquoi on ne devrait surtout pas laisser à Donald Trump et ses analyses primaires le monopole sur le sujet)

Alors que Donald Trump a déclaré ce mercredi que "l'islam nous déteste", la question des rapports entre cette religion et les sociétés occidentales fait toujours autant parler. Habitué des formules chocs et provocations de tout poil, le milliardaire américain pose cela dit le doigt sur un réel problème de société.

Peur véritable

Publié le - Mis à jour le 18 Mars 2016

A l'inverse, dans quelle mesure la religion musulmane porte-t-elle en elle-même un rejet de l'Occident ? Que signifie le fait que tant de drapeaux du "Grand Satan" américain soient brûlés publiquement dans les pays arabo-musulmans (sachant qu'Hillary Clinton, elle, distribue les excuses à tous ces pays au moindre Coran brûlé par un pasteur intégriste) ?

Alexandre Del Valle : Parler d’une opposition Islam/Occident est une confusion de langage très répandue dans les médias et ailleurs. Or, on ne peut pas opposer islam et Occident, car s’il y avait une opposition à faire, ce serait plutôt entre le Moyen-Orient ou le monde arabo-musulman d’une part et, de l’autre, le monde occidental-judéo-chrétien, ou encore entre l’islam et la chrétienté. Mais opposer une religion, qui est abstraite, à une entité géopolitique faite d’hommes, c’est une confusion, c’est mettre en parallèle deux catégories différentes. 

En réalité, une partie du monde musulman a été radicalisée suite au succès des actions menées par les Saoudiens pour répandre un islam violent et radical, puis suite aux différentes guerres malheureuses menées par les Etats-Unis ou l’Occident en terre d’islam et qui ont rappelé les Croisades et le colonialisme, à tort ou à raison.

Mais la partie du monde musulman qui a été fanatisée ne s’en prend pas qu’à l’Occident : elle s’en prend en premier lieu aux musulmans mécréants, modérés, soufis, progressistes, chiites, etc. En effet, le premier ennemi de cet islam radical salafiste, ce n’est pas l’Occident mais le mécréant et le monde "infidèle" dans son ensemble, ce qui inclut l’Inde, la Chine, les idéologies non-islamiques, mais aussi et d’abord les minorités non sunnites-salafistes en terre musulmane : alaouites, chiites, soufis, druzes, sans oublier les communistes, les nationalistes, les socialistes et tous ceux qui adhèrent à une idéologie non-sunnite orthodoxe. 

L’opposition établie entre islam et Occident est selon moi fallacieuse et c’est une preuve d’occidentalo-centrisme que de penser que les seules victimes ou cibles absolues du totalitarisme islamiste sont les anciens colonisateurs ou "impérialistes" occidentaux. En outre, encore une fois, on ne peut pas opposer un monde concret à une idée, une idéologie. On peut opposer deux mondes ou deux idéologies hostiles, antagonistes. Or, l’islamisme menace et défie le reste de l’Humanité non soumise à son système totalitaire impérialiste… Les islamistes font exploser des nombres, mitraillent et coupent des têtes en Afrique, en Inde, en Chine, en Russie et pas seulement chez nous...

Quant aux positions d’Hillary Clinton, elles relèvent de la logique inverse de celle de Trump tout en utilisant le même moteur mais inversé, celui du politiquement correct et de la polarisation autour du thème de l’islam et du multiculturalisme. En effet, Hillary Clinton, comme Donald Trump, a l’air de parler de l’islam, lui en étant très populiste et caricatural ; elle en faisant du politiquement correct. Mais en réalité, l’un comme l’autre ne s’intéressent pas tant à l’islam en tant que tel ou aux musulmans qu’à l’idéologie dominante multiculturaliste. L’islam symbolise par excellence la minorité, la communauté différente des WASP. Le cœur du politiquement correct consiste à défendre les minorités contre la majorité européenne-chrétienne. Donald Trump surfe sur la vague devenue à la mode de l’anti politiquement correct (phénomène que l’on constate aussi en France au vu du succès de personnalités comme Zemmour ou Houellebecq) et fait du buzz négatif, tandis qu’Hillary Clinton pense que c’est encore un fonds de commerce que de surfer sur le politiquement correct qui permet de stigmatiser son adversaire en le diabolisant, ce que ce dernier assume avec ironie et art consommé de la provoc.

Je ne suis donc pas sûr qu’en leur for intérieur, Trump soit aussi anti-musulman qu’il le revendique et Clinton aussi pro-musulmane qu’elle le dit : les valeurs progressistes d’Hillary Clinton étant très mal vues dans l’islam orthodoxe et inversement, en certains aspects. Quant à Trump, il ne voit peut-être pas dans l’islam une religion si horrible qu’il ne le laisse entendre, mais l’islamophobie est porteuse électoralement et surtout médiatiquement depuis que les lobbies islamiques ont réussi à faire passer les musulmans pour l’équivalent des juifs d'hier et l’islamophobie pour l’équivalent de l'antisémitisme, donc une forme de généalogie nazie-fasciste. Tous les deux instrumentalisent donc l’islam pour ringardiser l’adversaire et s’adresser au public électoral et au monde. Ce niveau d’analyse me semble être le plus pertinent et est un peu plus élevé que l’analyse primaire qui consiste à diviser entre d’un côté les gentils pro-musulmans et de l’autre les méchants anti-musulmans, car la société américaine est traversée depuis des années par un vaste débat sur le multiculturalisme et la remise en question de l’idéologie politiquement correct, dont l’islamiquement correct est le nouveau centre névralgique et clivant.

Dans son dernier ouvrage Qui nous sommes (paru après Le choc des civilisations), Samuel Huntington considérait lui aussi que la société américaine est défiée depuis les années 1990 par un problème selon lui qui ne se résume pas à l’islam mais concerne le multiculturalisme de façon générale et l’avenir de l’identité européo-judéo-chrétienne majoritaire menacée démographiquement par des non-Européens ou des non-chrétiens. Dans son livre, Huntington pose plusieurs questions : allons-nous rester une société majoritairement anglo-saxonne et protestante ou allons-nous devenir une société à dominante hispanique et noire et de plus en plus islamique ? Va-t-on rester une société monoculturelle ou allons-nous perdre notre identité euro-anglo-saxonne protestante ? Il s’agit, selon moi, du cœur du grand débat qui oppose identitairement la société américaine aujourd’hui.

Malik Bezouh : Notons tout d'abord que le préjugé est une donnée universelle. Par suite, aucun groupe humain ne peut échapper à cette tendance consistant à réduire l'altérité à un ensemble de stéréotypes. C'est vrai pour l'Occident vis à vis de l'Orient musulman et c'est vrai pour l'Orient musulman vis à vis de l'Occident. Et dans le cas qui nous préoccupe, en l'occurrence le regard de l'Orient musulman sur l'Occident, l'on ne peut nier qu'une fraction de l'Orient musulman a développé des sentiments, imbibés de colère, voire d'hostilité, pour l'occident, jadis croisé, hier colonisateur, aujourd'hui matérialiste.

Bien que multiples, les causes de ce ressentiment peuvent se réduire à ces deux éléments suivants. Le premier est d'ordre géopolitique. En effet, l'Orient musulman perçoit l'interventionisme occidental, en particulier en Irak, à travers ses différentes "guerres du Golf", comme le prolongement d'une politique post-coloniale qui ne dit pas son nom. Ces guerres du Golf » successives en Irak, aux motifs pour le moins discutables, ont eu des effets dramatiques : destruction d'un pays, hécatombe en termes de pertes civiles, germination de l'extrémisme musulman annonçant les groupes ultra-violents à l'image de Daesh. Notons en outre, que dans une partie monde arabe, l'Occident est perçu comme trop favorable à Israël. Second élément à présent dont la nature est de type civilisationnel. Il s'agit de l'inquiétude d'une partie du monde musulman face à un Occident dont la modernité, charriant l'hédonisme, le consumérisme, le libertarisme, la perte des valeurs familiales et la mise au banc de Dieu, suscite de nombreuses interrogations, pour ne pas dire des peurs profondes dans les sociétés musulmanes marquées encore par une forte prégnance de la transcendance et des valeurs traditionnelles. Ces peurs sont, notons-le, constituent l'un des moteurs de l'intégrisme musulman.

En ce qui concerne les drapeaux américains brûlés, rappelons que ces manifestations, condamnables, sont souvent le fait de nationalistes extrémistes ou d'islamistes radicaux. Par suite, elles ne sont pas forcément représentatives des opinions publiques, la plupart du temps muselées ou manipulées par des Etats tels que l'Iran ou la Syrie qui, depuis des années durant, font de l'Occident et d'Israël un exutoire dans lequel s'épanche toutes les frustrations de leur population ployant sous le poids du despotisme politique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mike Desmots - 12/03/2016 - 12:54 - Signaler un abus Donald Trump parle avec les vrais mots de la rue..!

    Surtout , ne pas laisser la liberté aux primaires privilégiés de la désinfo ..la chance de nous faire croire ....que le contraire de l'inverse est une réalité politico/moraliste pour tous .... surtout vu que nous sommes vacciné ..., les marxo/socialistes au pouvoir nous ont déjà fait le coup......

  • Par Liberdom - 12/03/2016 - 13:08 - Signaler un abus Defoulement

    Populiste, stéréotypes, altérité... Un déluge de novlangue pour taper sur D. Trump et au passage le regret de l’existence de la liberté d'expression aux USA. La bienpensance franchouillarde à de beau jours devant elle. A world of shit....

  • Par zouk - 12/03/2016 - 13:21 - Signaler un abus Pays musulmans et Occident

    Nous ferions bien de comprendre ce contre quoi nous met en garde Malik Bezouh, notre civilisation joue contre elle même, non seulement en Pays musulmans, mais dans tout l'Occident: dérision, provocations de plus en plus choquantes, ce sont des attentats contre toutes nos traditions, nos fondements. Non, tout n'est pas permis et encore moins recommandable comme le prétendent les libertarismes variés. ET rassurez vous Mike Desmots, je ne parle pas de l'hypocrite moralisme de la gauche, piteuse entreprise de démolition pour nous mettre à son pas.

  • Par Neurohr Alain - 12/03/2016 - 13:56 - Signaler un abus Catastrophe intellectuelle, stylistique et orthographique

    Atlantico nous a habitués à des articles passionnants mais écrits avec les pieds et bourrés de fautes d'orthographe. Ici, nous avons affaire à un article lamentablement écrit, lamentablement orthographié et lamentablement pensé. La phrase de Trump est certes osée, elle n'en est pas moins très juste. Les populations musulmanes, en Europe et hors d'Europe, vivent dans une jalousie terrible vis-à-vis des Occidentaux, ceux qu'ils côtoient dans la rue ou voient sur leurs ordinateurs et écrans de télévision. Le sommet du ridicule de l'orthographe atlantiquesque est atteint avec les ''guerres du Golf''. 18 trous ou 9 trous ? Rappelons que ces deux guerres se sont déroulées au bord du GolfE arabo-persique. Le titre de l'article et son sous-titre sont particulièrement confus et pleins de contradictions.

  • Par lasenorita - 12/03/2016 - 14:05 - Signaler un abus Attentat du 13.11.2015 et mes souvenirs de Pieds-Noirs.

    L'attentat du 13 novembre 2015,à Paris, me rappelle ceux faits par les musulmans pendant la guerre d'Algérie: les corps de mes amis et de ma tante ensanglantés, des ''civils innocents''...Les ''héros'' de la ''guerre d'indépendance'' étaient, en réalité, des Barbares, des LACHES, comme les terroristes ''armés'' du Bataclan qui s'attaquaient à des personnes ''désarmées''...Les fellaghas tuaient, torturaient des femmes, des enfants, des civils sans arme...ils tendaient des pièges à nos soldats, ils ne les affrontaient pas ouvertement, ainsi que le faisaient les Allemands pendant les guerres mondiales....Quand notre armée a déposé les armes après le 19 mars 1962,pour ''respecter''....les'' Accords d'Evian'' ,le F.L.N. en a profité pour massacrer les Harkis ''désarmés, des ''civils innocents à Oran et ailleurs, etc...etc...ils ont chassés TOUS les non-musulmans de leur pays natal sous les yous-yous joyeux des musulmanes qui se disaient ''on va s'installer dans leurs belles maisons et profiter de leur belle vaisselle qu'ils ont abandonnée..''etc...etc..

  • Par goethe379 - 12/03/2016 - 14:11 - Signaler un abus Orthodoxe

    C'est précisement l'Islam orthodoxe que véhicule les islamistes. Il n'y a qu'un seul Islam, qui est ou pas suivi à la lettre. Pour ces derniers, ils n'ont aucune place en occident. Trump aurait dù dire: les musulmans nous détestent, là, il aurait eu raison en grande partie

  • Par Olivier62 - 12/03/2016 - 15:03 - Signaler un abus Qui sont les véritables "extrêmes" ?

    Vous dites : "Le grand tort des partis modérés de gauche et de droite est d’avoir laissé aux extrêmes les sujets d’identité et de sécurité qui préoccupent tant les citoyens lambda" Mais les partis dits "modérés" ne le sont pas du tout s'agissant des sujets identitaires, puisqu'ils organisent délibérément le remplacement à terme de leur propre population, en faisant venir des millions d'immigrés totalement ingérables et inassimilables. Ce comportement est totalement criminel car il va aboutir à des situations de guerres futures ethnico-religieuses tout à fait redoutables, et à l'explosion des sociétés européennes ! C'est il est vrai le but recherché, mais qu'on ne parle pas d'extrémisme s'agissant des partis qui s'opposent à cela.

  • Par Lafayette 68 - 12/03/2016 - 15:08 - Signaler un abus Il y a bien un problème

    Les commentaires sont sensés et si Trump est peut-être maladroit, qui donc fait le boulot aux EU et chez nous pour aborder la vraie question : l'islam (qui ne peut se réformer au risque de sa disparition ce qui est impensable) ,n'est pas compatible avec nos valeurs démocratiques occidentales et nous ne sommes pas, avec nos valeurs, des terres d'islam (ce qui pose la question de l'immigration réglementée, de l'assimilation imposée, de la défense absolue de la primauté de notre droit et non d'accommodements à la Juppé-Hollande). Les guerres de religion "inter-islamiques" en pays islamiques ne nous regardent pas.Mais l'achat de pétrole et d'uranium ,les ventes d'armes (avec légion d'honneur...) doivent être aussi au coeur de notre réflexion : c'est le moment de rechercher notre indépendance énergétique par les énergies renouvelables et une meilleure performance énergétique,de retrouver la maîtrise de nos frontières et donc la défense de notre culture (éducation remise en ordre)tout en acceptant celle des autres ( fin de la diplomatie de type BHL et consorts ).Reste la question délicate de la nécessaire défense d'Israël au coeur de ce monde islamique pluriel .

  • Par fasanan - 12/03/2016 - 15:19 - Signaler un abus ignorant !

    Ce monsieur devrait commencer à lire le coran avant d'écrire un article pareil

  • Par Deudeuche - 12/03/2016 - 15:27 - Signaler un abus Le lit de l'islamisme en Occident

    la déconstruction anthropologique libertaire. Fin de nôtre identité, pâte à modeler à reformater; Inch Allah!

  • Par Mike Desmots - 12/03/2016 - 15:59 - Signaler un abus @fasanan ..pourquoi lire le coran ?

    Il y avait ..bien avant la publication du livre du coran , vers les années 1435/1560...plein de livres religieux et 'écrits intéressants, des autres religions et civilisations ...chez les chrétiens, les hébreux ,les philistins, les cananéens, les phéniciens , les grecques, les égyptiens, les romains, les araméens , les byzantins , et beaucoup d'autres ...

  • Par langue de pivert - 12/03/2016 - 16:24 - Signaler un abus Ouais bof !

    Laisser les musulmans s'étriper seuls entre-eux en terres d'islam et extirper cette secte de merde de l'occident ! Après la façon des uns et des autres d'en parler n'a pas beaucoup d'importance !

  • Par jurgio - 12/03/2016 - 17:45 - Signaler un abus Un article bien confus

    qui ne plaide pas pour la bienveillance envers l'islam après tant d'efforts grotesques pour le justifier. On y apprend qu'un livre ne peut pas prêcher la haine (Pourquoi, au juste, a-t-on interdit Mein kampf ?...) qu'il existe un islam orthodoxe (les « vrais croyants » vont être rassurés et pouvoir parler enfin de quelque chose de précis...) et enfin on peut ajouter un mot nouveau : essentialisation. De qui se moque-t-on ici ? De ceux qu'on prétend ne pas savoir lire ? Un préjugé est, par ailleurs, toujours une chose nécessaire puisque c'est un point de départ pour une intelligence qui ne peut démarrer à vide, nul n'ayant la science infuse. C'est la validité des contre-arguments qui peut alimenter ou faire changer un jugement et, là, rien de convaincant.

  • Par Anguerrand - 12/03/2016 - 17:48 - Signaler un abus L'islam nous déteste et veut conquérir le monde entier de gré ou

    de force. À cause d'excès de Trump que je considère sur le fond honnête, pas comme le FN, est traîné plus bas que terre car mal pensant. Les USA sous tres peu d'années ( moins de cinq ans sera minoritairement blanche ). Nous, nous laissons accepter les islamistes en acceptant l'immigration qui sera aussi majoritaire sous 2 ou 3 décennies ( ce n'est pas loin) et nous laisserons aux générations à venir un monde fou celui de l'islam, celui de Mahomet qui a dit qu'un bon musulman etait un djihadiste. N'attendons rien d'une secte dite islam et pensons aux generations à venir. Déjà les lois actuelles se sont " adaptées à l'islam " comme la cruauté du halal, qui fait souffrir une vache 20 min en souffrant jusqu'à la mort. Islam religion de cruauté qui a 6 siècles de retard et n'a surtout pas évolué et ne veut pas.

  • Par lasenorita - 12/03/2016 - 18:23 - Signaler un abus Cet article est censé et bien écrit...

    contrairement à ce que disent certains commentateurs...j'ai noté: ''Il n'y a pas de raison qu'une religion ne soit pas critiquable''....''l'islam ne pouvant être ridiculisé ou insulté tandis que le christianisme peut l'être impunément'' dit monsieur Alexandre Del Valle...en effet, si des humoristes se moquent de la religion catholique, de Jésus et du pape...les Chrétiens ne tueront pas ces humoristes.....Je suis aussi d'accord avec Malik Bezouh quand il reproche à monsieur Trump de ''faire du monde musulman un bloc homogène...''..je connais des musulmans ''bien intégrés'' et ''modérés''...mais les islamistes les obligent à ''faire le carême'', aux femmes à ''porter le voile'' sinon ils les battent ou leur démolissent leur boutique...le roi du Maroc a condamné à la prison 2 jeunes hommes qui avaient bu une orangeade pendant le carême, au mois d'août, l'été dernier...je ne vois pas Hollande emprisonner un catholique qui aurait mangé de la viande pour le Vendredi Saint...en Arabie Saoudite un homme a été fouetté et mis en prison pour avoir déclaré ne pas ''croire en Allah''...beaucoup de nos compatriotes devraient être mis en prison en commençant par les gauchistes ''au pouvoir''

  • Par Baleine91 - 12/03/2016 - 18:39 - Signaler un abus Vae Victis

    Arrêtons de chercher de la logique la ou il n'y en a pas. Il s'agit de deux mondes différents qui n'ont rien en commun. La réunion de ces diversités ne peut pas bien se passer. C'est le message de l'histoire, c'est pour quoi nos politiciens n'aiment pas qu'on y fasse allusion. Une caste décérébré par les enseignants et ensuite entretenu dans ses errements par les médias télévisés dirige tout en Europe. Cela ne peut que mal se terminer.

  • Par hmrmon - 12/03/2016 - 18:56 - Signaler un abus Détestation de l'Occident.

    C'est quand même paradoxale, que cette civilisation arabo-musulmane qui imprègne intégralement, + ou - un 1/3 de la surface du globe n'a pratiquement rien enfanté au plan du développement scientifique, technologique et surtout économique, (sauf rente pétrolière) au point que si l'Occident abaissait complètement ses frontières, ces régions se videraient d'une très grande partie de leurs populations, guerres ou pas. À ce titre, on peut supposer, qu'une bonne partie des réfugiés, partis suffisamment tôt pour pouvoir entrer facilement en Europe, considèrent la guerre civile dans leur pays, au plan personnel, non comme une tragédie mais plutôt comme une bénédiction leur ayant permis de rejoindre l'Occident facilement.

  • Par vangog - 12/03/2016 - 20:52 - Signaler un abus Il faut bien désigner l'adversaire, si on veut lutter!

    Et Trump ne fait qu'assigner un terme générique à un adversaire qui ne cesse de pousser ses pointes et ses attaques dans le cul tendu de l'autruche occidentale ensablée...les éternelles digressions sémantiques, chères aux intellos archaïques français, sont le signe de la lâcheté et de l'absence de lucidité. Huntington, lui, a été parfaitement lucide, en dénonçant le choc de civilisations, qui est aussi un choc d'histoire. Les musulmans qui ont réussi à franchir le fossé de 5 siècles qui sépare l'islam de l'Occident, n'appartiennent plus vraiment à l'islam, ils ne voilent plus ni ne battent leur femme, ne se réfèrent plus au Coran, et s'habillent à l'occidentale, où qu'ils habitent. D'ailleurs, les journaleux qui n'en sont plus à une incohérence près, disent d'eux qu'ils sont "occidentalisés"...cela signifie-y-il qu'ils sont desislamisés? A cet égard, l'analyse de Del Valle est particulièrement fine et pénétrante, comme d'habitude.

  • Par Anguerrand - 12/03/2016 - 21:39 - Signaler un abus A vangog

    Dans quel monde vivez vous, dans quel ville pour considérer que les musulmans " n'appartiennent plus vraiment à l'islam". Vous me semblez bien candide, allez dans le 9-3 ou les arrondissements du nord ouest de Paris les banlieues ou toute les grandes villes et vous verrez si les musulmans n' abhorrent pas des signes religieux de leur appartenance à l'islam, leur nombre est exponentiel, et notre civilisation n'arrête pas de reculer devant eux, voire de les financer. Ou avez vous vu que l'islam a franchi 5 siècles ( en realité 6) ?

  • Par vangog - 12/03/2016 - 22:05 - Signaler un abus @Anguerrand vous m'avez mal compris!

    J'évoque ceux parmi les musulmans qui ont réussi à franchir les cinq siècles de retard de l'islam sur la globalisation et qui se sont "assimilé"....car c'est bien d'assimilation qu'il s'agit, n'est-ce pas? Ils sont malheureusement très rares, ces assimilés qui n'ont plus rien de l'islam, car les UMPS ont ouvert en grand les pompes aspirantes de l'immigration, depuis quarante ans...et maintenant qu'ils sont là, des inassimilables, des aigris, des générations perdues, vouées aux zones de non-droit, qu'est-ce qu'on fait?

  • Par Frangipanier123Paris - 13/03/2016 - 00:39 - Signaler un abus Il ne faut pas dire qu'une assertion est fausse ...

    ... seulement parce que c'est D Trump qui l'a dite !!! Honnêtement A Del Valle nous a habitué à mieux (je ne connais pas son co-auteur). D Trump a parfaitement raison de dire que "l'islam hait l'Occident" parce que c'est vrai. J'ai sillonné quasiment tous les pays majoritairement (et le plus souvent intégralement) musulmans entre 1975 et 1992; c'était une période encore relativement apaisée et pourtant, haine et envie suait par les pores d'un grand nombre de mes interlocuteurs face aux

  • Par Frangipanier123Paris - 13/03/2016 - 00:41 - Signaler un abus fin du message

    Européens. C'est bien pire aujourd'hui: pensez aux dizaines de terroristes islamo-fascistes que nous côtoyons chaque jour dans les métros et RER franciliens !!

  • Par kaprate - 13/03/2016 - 10:58 - Signaler un abus Musulmans non pratiquants

    Ayant vécu dans le 93, je ne peux ignorer la montée du salafisme et du communautarisme. Les Imams radicaux doivent être expulsés, les mosquée surveillée, la laïcité défendue partout, les signes et manifestations de l Islam exclus de l espace public, la sécurité et la justice renforcée face aux phénomènes de radicalisation... Mais que faites vous des millions de musulmans non pratiquants? Que faites vous des musulmans qui se sont intégrés, qui ont même réalisé de vrais mariages mixtes, qui ont eu des enfants qui participent à la société française et qui partagent ses valeurs? Est-il si facile de parler des musulmans en général? On doit reconnaitre le danger mais le manque de distance et de mesure de certains posts ne sont pas rassurants quant à notre capacité à identifier clairement les problèmes et à y répondre de façon efficace et réaliste. Une nouvelle croisades est elle une solution? Un génocide? Quelles réponses au delà des réactions épidermiques compréhensibles mais irrationnelles et parfois haineuses, comme celles des musulmans qui nous détestent...

  • Par Eugénie - 13/03/2016 - 12:50 - Signaler un abus Les oppossants de D. TRUMP

    Sont des nuisibles et des violents comme le sont les antifas en FRANCE ! Venir empêcher les autres de choisir leur camp n'a rien de démocratique et c'est la faute des dirigeants actuels mondialistes qui veulent imposer leur vision aux peuples, au lieu de les écouter, qui fait que les peuples sont excédés et se tournent vers des candidats qui pensent comme eux !! C'est un soulagement pour les peuples indigènes d'avoir des candidats qui pensent comme eux !! Les dirigeants actuels auraient pu ne pas être aussi nuls s'ils n'avaient pas instaurés l'injustice face aux indigènes qui ne veulent pas voir changer leur us et coutumes pour accueillir les étrangers !! La migration doit se faire sur plusieurs décennies et conserver aux peuples accueillants leur façon de vivre !!! Quand on va chez les autres, on respecte les coutumes ou on tourne les talons !!

  • Par jurgio - 13/03/2016 - 14:10 - Signaler un abus Un musulman non pratiquant est-il encore un musulman ?

    Il existe aussi, et sans doute plus nombreux, des chrétiens non pratiquants mais avec ces derniers une majorité se reconnaissent, malgré tout, dans les mêmes valeurs morales. Ce que, d'ailleurs, la laïcité imposée par la Gauche et les athéistes, tend à éteindre complètement puisqu'elle ne veut reconnaître que les lois. En parlant de musulmans, qu'ici on dira « assagis », ayant eu progéniture avec une 'souchienne', mangeant et buvant comme « nous », j'en ai justement connus qui, me laissant éberlué, voulaient partir défendre Sadam Hussein ! Cela fait penser au film : « Espion lève-toi »... On occulte tout le temps que le mahométisme a des racines nationalistes, voire racistes. On les appelait autrefois les sectateurs de Mahomet et « vouant une haine féroce à l'égard des chrétiens ». Une prétendue religion, dictée en arabe, qui a vocation à devenir un État, ne l'oublions pas.

  • Par Anguerrand - 13/03/2016 - 17:45 - Signaler un abus A kaprate

    L'intégration dans une civilisation comme la notre est déjà une belle étape franchie. Mais les français demande d'aller plus loin; l'assimilation. L'assimilation consiste à se fondre dans la population c.-à-d. De ne plus porter de vêtements ostentatoires; voiles, burqa, , de ne pas fermer des rues à l'heure de la prière, ( je pourrais le dire aux juifs qui portent la burqa dans la rir) tout autres signe d'appartenance à l'islam comme le font les chretiens. Je trouve ouvert, àlors ce n'est pas compliqué de s'assimiler et surtout de montrer que l'on aime la France ( on ne siffle pas la Marseillaise, on apprend le français) dans ces conditions le racisme anti musulman disparaîtrait. Encore une chose on n'attend plus tout de l'état qui ne sont pas autre chose que nos impôts. Bravo à votre ouverture d'esprit si vous pouviez convaincre les autres musulmans sinon une guerre civile n'est pas à exclure.

  • Par jurgio - 13/03/2016 - 18:02 - Signaler un abus À Anguerrand

    C'est comme l'eau dans le pastis : on peut en verser un peu mais pas trop.

  • Par kaprate - 13/03/2016 - 23:08 - Signaler un abus A Anguerrand

    D accord avec les exigences que vous avez s agissant d assimilation. Et certains, nombreux même, sont assimilés et on n en entend plus parler, on ne les voit pas, tout juste tique t on lorsque nous apprenons leur patronyme. Beaucoup souffrent de la montée du salafisme. Et je pense qu il va falloir que ceux là se manifestent, il est important que les musulmans eux mêmes luttent et le montrent, contre la menace islamiste. Ce mouvement nous donnerait des raisons d espérer et nuancerait notre perception.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan), Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan)

Son dernier ouvrage, La statégie de l'intimidation (Editions de l'Artilleur) est paru en mars 2018

 

 

Voir la bio en entier

Malik Bezouh

Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol) et France-Islam le choc des préjugés (éditions Plon). Physicien de formation, Malik Bezouh est un spécialiste de la question de l'islam de France, de ses représentations sociales dans la société française et des processus historiques à l’origine de l’émergence de l’islamisme.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€