Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La cacophonie de l’ISF

Le débat sur l'impôt de solidarité sur la fortune n'en finit pas d'agiter la classe politique française. Dernier épisode en date : le vote d'un amendement UMP en commission des finances ce mercredi qui propose la prise en compte des œuvres d'arts dans l'assiette de l'ISF.

EDITORIAL

Publié le

On croyait avoir atteint le comble de la caricature dans le débat autour de l’ISF avec le compromis boiteux échafaudé à grand peine par le gouvernement. Mais un nouveau rebondissement inattendu vient de surgir à la veille du débat parlementaire, où des voix de la majorité et de l’opposition se mêlent pour réclamer, parmi les centaines d’amendements déposés, l’entrée des œuvres d’art dans la liste des biens soumis au célèbre impôt.

La soudaineté de cette proposition, qui n’avait jamais été remise sur la table depuis qu’elle avait été écartée il y a 30 ans, n’a pas manqué de surprendre. Certains y voient même un effet collatéral de l’affaire Dominique Strauss-Kahn, qui suscite des mouvements d’opinion surprenants dans les domaines les plus variés.

En l’occurrence, l’étalage de la fortune de l’épouse de l’ancien directeur général du FMI pourrait avoir inspiré certains parlementaires pour envisager une taxation au nom de la justice fiscale, au moment où la multiplication des milliardaires dans les pays émergents, en Chine, en Inde et au Brésil notamment, provoque une hausse irraisonnée des prix des objets d’art et d’une façon générale une ruée sur les valeurs refuges.

Un tabou est ainsi levé avec l’amendement rédigé par le député UMP Marc Le Fur, qui souligne le caractère improductif de ces placements pour l’économie, en vilipendant l’enrichissement qu’il procure à leurs détenteurs. Ces derniers n’ont cependant pas trop de soucis à se faire, car ce projet, même s’il était voté, serait difficilement applicable, en raison de la complexité de l’évaluation de ces biens et de la facilité de les dissimuler. En réalité, derrière cette initiative provocante apparaît de plus en plus au grand jour l’hostilité de nombreux parlementaires aux mesures jugées défavorables à l’épargne annoncées récemment par le gouvernement pour compenser l’allègement programmé de l’ISF.

Le texte de la commission des finances vise avant tout à faire accomplir à l’exécutif un pas en arrière. Mais celui-ci s’arc-boute sur une logique comptable de court terme, pour que la réforme annoncée reste neutre budgétairement et qu’en réduisant les taux de l’ISF l’an prochain, « on ne fasse pas de cadeaux aux riches ». On va  assister dans les jours qui viennent à une véritable bataille de chiffonniers, où chaque camp fera assaut d’imagination pour trouver de nouvelles recettes et l’on verra ainsi resurgir sans doute les menaces sur l’assurance-vie et des taxes supplémentaires sur les entreprises. Ce débat byzantin étonne toujours nos partenaires qui ont supprimé depuis longtemps ce type d’impôt sans aucune logique économique, au rendement dérisoire, et même négatif si l’on tient compte des capitaux qui fuient à l’étranger, tout en exacerbant les conflits internes dans l’opinion. Alors qu’il faudrait mettre en chantier une  réforme en profondeur qui encourage l’investissement et favorise l’adaptation du pays, pour ne pas se laisser distancer dans la compétition internationale.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par marie - 03/06/2011 - 15:37 - Signaler un abus isf

    l'étalage de la richessen héritée de mde strauss kahn, de tableaux montre les limites de l'égalité devant l'impot l'indécence de cet étalage montre que si on est très riche, de droite et de gauche, on est exonéré très mauvais effet pour 2012 on avait oublié volontairement que c'était mitterand, fabius, aubry, qui avait le pouvoir leurs chants sont differents de leurs actes INSUPORTABLE

  • Par marie - 03/06/2011 - 15:38 - Signaler un abus isf

    l'étalage de la richessen héritée de mde strauss kahn, de tableaux montre les limites de l'égalité devant l'impot l'indécence de cet étalage montre que si on est très riche, de droite et de gauche, on est exonéré très mauvais effet pour 2012 on avait oublié volontairement que c'était mitterand, fabius, aubry, qui avait le pouvoir leurs chants sont differents de leurs actes INSUPORTABLE

  • Par marie - 03/06/2011 - 15:37 - Signaler un abus isf tableaux

    c'est aussi une facon de speculer de ne pas payer d impot de ne pas avoir une fortune de travail de ne pas creer des emplois ce qui fait que toute horreur est classee oeuvre d art

  • Par porticcio - 03/06/2011 - 17:02 - Signaler un abus On est parti encore une fois vers un conflit long et difficile

    C’est ce que m’affirmait ma caissière dans mon petit supermarché ce matin. Tout en donnant ses derniers ordres d’achat pour un modeste Nicolas Poussin chez Christies avec son Blackberry, elle caressait les larmes aux yeux la photo de Fabius sur sa caisse enregistreuse. Saint-Laurent et sa loi pour planquer leurs œuvres d’Art est si populaire parmi les prolétaires !

  • Par porticcio - 03/06/2011 - 17:20 - Signaler un abus petites excuses et complément

    et sa loi ? avec sa loi bien sûr ... Cette loi Fabius vient d'être rebaptisée d'ailleurs "1 Monet 3 viols à New York" par les gens de la Haute du PS. Ils l'appellaient avant en France "1 Monet et tu fais ce que tu veux Pépère" ....

  • Par lecalame - 04/06/2011 - 06:28 - Signaler un abus Lucidité...

    «L’argent n’a pas de patrie; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence; leur unique objectif est le gain.» Napoléon Bonaparte Cela nous indique une des limites de la démocratie molle. Seule, peut être, une république "forte" pourrai lutter contre cette forme de délinquance insupportable.

  • Par sarlatg - 04/06/2011 - 17:41 - Signaler un abus ISF, F, de quelle fortune parle-t-on ?

    Et pendant ce temps-là, de quelle fortune parle-t-on ? De celle issue du travail de chacun, plutôt légitime, ou de celle qui provient d'une rente ? France Energies, oser un nouveau parti http://www.france-energies-2012.fr/xwiki/bin/view/Socracy/Vivre-de-son-travail-pas-de-celui-des-autres

  • Par Gaucho - 06/06/2011 - 10:42 - Signaler un abus ISF= injuste solidarité envers les plus fortunés!

    On ne dira pas mieux que sur le blog ODI http://observatoiredesidees.blogspot.com/2011/03/injuste-solidarite-envers-les-fortunes.html

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€