Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Irving Penn" : Superbe expo, pour un grand

Atlanti-culture

Publié le
"Irving Penn" : Superbe expo, pour un grand

EXPOSITION                                           

IRVING PENN

INFOS RESERVATIONS

Grand Palais, Galeries nationales

Réservations : www.grandpalais.fr

Jusqu'au 29 janvier 2018. 

Du jeudi au lundi de 10h a 20h, mercredi jusqu'à 22 H. fermé le mardi Tous les jours

RECOMMANDATION

EN PRIORITE

THEME 

Le Grand Palais présente, en partenariat avec le Métropolitan Muséum de New York,  la première grande rétrospective consacrée en France, depuis sa mort,  au célèbre photographe américain Irving Penn.

A travers un parcours à la fois chronologique et thématique, l’exposition retrace, en onze chapitres, soixante dix années de sa carrière.

POINTS FORTS

L’exposition  offre une vision complète de l’ensemble des sujets de son travail ( la mode, les natures mortes, les portraits, les nus, la beauté, les cigarettes..) au travers de  235 photos principalement en noir et blanc, et d’une sélection de dessins et de peintures.

Les tirages photographiques présentés ont tous été réalisés du vivant de l’artiste et de sa main.

Irving Penn se voulait peintre avant de devenir photographe et ceci se ressent dans ses premières photos de natures mortes, dés 1943, notamment avec «After-Dinner Games » qui rappelle l’ambiance d’une partie de cartes. Avec humour, il donne à ses clichés un véritable sens de la composition.

Il révolutionne les photos de mode avec un  style graphique raffiné et sobre. Son travail en noir et blanc s’inspire du dessin, mais la technique du hors champs qu’il utilise, vient du monde de la publicité.

Irving Penn réalise lui même ses tirages, comme ses recherches sur la maitrise du procédé de platine palladium qui lui permettra à partir d’un même cliché de créer des atmosphères vraiment différentes.

 

Lors de son voyage au Pérou en 1948, il réalise des portraits des habitants de Cuzco, dans lesquels il fixe les principes visuels fondamentaux -la composition des figures par rapport à l'espace et non par rapport au rectangle photographique- qui vont définir les séries de portraits ethnographiques qu’il réalisera à travers le monde au cours de sa carrière. Ils  seront rassemblés dans le recueil «World in a Small Room». Certains clichés pris au Maroc, en Guinée et au Dahomey sont présentés dans cette exposition.

J’ai personnellement beaucoup aimé l’étude photographique  sur « Les Petits Métiers ». Initiée pour Vogue,  à Paris en 1950, elle est complétée à Londres et  à New York.

Telle une série de gravures, il photographie des artisans avec leurs outils et des vendeurs de rues avec leurs marchandises. Il utilise le même fond neutre (le rideau peint) et la même lumière que pour les photos avec les mannequins ou les célébrités. On découvre ainsi le vendeur de peaux de chamois, le rémouleur, le vitrier etc. posant tous avec fierté, voir émotion comme des stars de cinéma.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Virginie Romefort pour Culture-Tops

Virginie Romefort est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€