Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 30 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Irak, une guerre de religions ? Non, pardon… La guerre d’une religion

Nous savons tous qui tue qui en Irak. Nous savons tous au nom de quelle religion. Mais la nommer est si difficile pour le Journal du Dimanche qui titre "La guerre de religions", comme s'il y en avait plusieurs.

Un "s" qui change bien des choses

Publié le - Mis à jour le 14 Août 2014
Irak, une guerre de religions ? Non, pardon… La guerre d’une religion

Des versets du Coran. Crédit Reuters

Le titre était alléchant : Irak : "guerre de religions". C’est donc avec une avidité curieuse que nous nous sommes précipités pour acheter le Journal du Dimanche dont la "Une" était si vendeuse. Hélas, il nous a fallu déchanter. Dans les pages intérieures, il n’était question que d’une seule religion en vertu de laquelle on massacrait les fidèles d’autres religions. Les guerres de religions en France on connaît bien. Ce que les catholiques firent aux protestants lors de la Saint-Barthélemy fut une sanglante abomination. Et ce que les protestants firent aux catholiques dans les villes dont ils avaient la maitrise n’était pas mal non plus. 

Alors pourquoi ce titre ?

Pourquoi ce "s" ? Scandaleux pensera-t-on. Même pas. C’est pire, il s’agit d’une paresseuse concession à l’air du temps particulièrement pesant en France. Et pour apprécier sa densité étouffante il faut s’adresser au seul climatologue qui vaille la matière, à savoir M. Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris, très bien informé de la comptabilité exacte de ceux qui pratiquent la même religion que lui. La presse anglaise qui n’a pas nos pudeurs dit que ceux qui assassinent en Irak constituent "la synthèse la plus achevée d’Hitler, des Khmers rouges et d’Al Qaida".

On ne va quand même pas écrire des choses pareilles dans la presse française. On se contentera – c’est déjà bien non ? – de s’apitoyer sur le sort des chrétiens égorgés et des yézidis crucifiés par les tenants fanatiques d’une foi partagée par environ un milliard d’individus sur la planète. Un milliard c’est évidemment à prendre soigneusement en considération. 

Si par hypothèse, des juifs fondamentalistes et fanatiques s’en allaient, au cri de "Yahvé est grand !", mettre à mort des musulmans il y aurait des centaines de milliers de Juifs dans les rues pour crier leur dégout. Si, supposons toujours, une secte catholique baptisée par exemple "les croisés du Sacré-Cœur de Jésus" enlevait des centaines de jeunes musulmanes pour les convertir et les marier de force à de bons chrétiens, il y aurait des millions de chrétiens dans les rues pour condamner et vomir ces croisés. Mais là, curieusement, s’agissant de l’Irak, le milliard ne bouge pas trop.

Il y a de cela des millions d’années lumières (c’est-à-dire en 2006) le pape Benoît XVI prononça à Ratisbonne un discours qui eut un retentissement mondial. Le Saint-Père, qui avait dû certainement forcer sur le vin de messe, rappela ce qu’un empereur byzantin avait dit à un envoyé des Ottomans. "Montre-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Et tu ne trouveras que des choses méchantes et inhumaines comme son ordre de diffuser par le moyen de l’épée la foi qu’il professait".

Dans le monde musulman la colère gronda. Des églises furent incendiées ici et là. Une bonne sœur assassinée. Les gouvernements arabes réclamèrent des excuses. Et Benoît XVI fit amende honorable. Il expliqua que ses propos avaient été mal interprétés. Et in fine les retira. Car le pape n’ignorait pas qu’on tuait les Coptes pour moins que ça en Egypte. Et que les chrétiens d’Orient pouvaient payer un prix sanglant pour ses propos.

L’Islam a très certainement du bon. Faut chercher. Et en cherchant, on y trouve une disposition intéressante. La fatwa. C’est une sorte d’excommunication qui retranche le (la) coupable de la communauté des croyants et vaut condamnation à mort. Des fatwas il y en a tous les jours qu’Allah fait. Contre des blasphémateurs. Contre des convertis au christianisme. Contre des écrivains qui ne veulent pas comprendre qu’Islam veut dire "soumission". Mais il n’y en a pas contre les monstres qui, à l’abri de l’étendard du Prophète, transforment l’Irak ou la Syrie en abattoir, contre les jihadistes de Boko-Haram. Pourquoi ?

Atlantico a certainement les moyens de se renseigner sur la question auprès d’un théologien musulman. En attendant ces souhaitables éclaircissements, rappelons que les tribunaux français ont très fréquemment l’occasion, sur plainte du Conseil français du Culte musulman, de juger de cas d’islamophobie. L’écrivain Houellebecq poursuivit pour avoir dit que "l’Islam est la religion la plus con" fut, le chanceux, acquitté. Mme Tasin, malchanceuse, a été condamnée pour avoir crié : "l’Islam est une saloperie !". Comme nous ne savons pas à quel tribunal nous vouer nous nous contenterons de souscrire aux propos de Benoît XVI à Ratisbonne. On ne va quand même pas condamner un pape ! 

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JLH - 11/08/2014 - 08:55 - Signaler un abus Amour et Islam

    Dieu est Amour, Dieu des chrétiens. Il y a bien une opposition fondamentale entrel'Islam et le Christianisme : l'Amour (agapè). l'Amour de Dieu pour l'humanité qu'il a créé, est l'objet des plus belles pages du Nouveau Testament, alors que je défie quiconque de trouver le mot amour, avec ou sans majuscule, Amour divin ou amour entre les hommes, soit dans le Coran, soit dans les Hadiths, dans la Sunna (d'ailleurs les Sunnas) plus généralement. Arrêtons de rechercher les points communs quand les bases sont totalement opposées. Il y a guerre de religion entre le Christianisme et l'Islam, sauf que les Chrétiens n'ont pas l'air de le savoir, sauf les Chrétiens d'Orients qui le savent trop.

  • Par cloette - 11/08/2014 - 09:08 - Signaler un abus L'islam des lumières est il un mythe?

    Il y a dans un Marianne de 2013 un article ainsi intitulé, mais je n'ai pas tout compris, il faudra que je le relise à tête reposée .

  • Par assougoudrel - 11/08/2014 - 09:36 - Signaler un abus @- Anguerrand

    Bonjour. Hier vous vous demandiez quel journaliste à filmé les atrocités faites par les djihadistes. Le seul journal français qui l'a fait, il y a un an en Syrie, c'est le Journal du Siècle. C'est même écrit interdit aux moins de 18 ans.Je vous avais donné l'adresse du site. La voila à nouveau. http://lejournaldusiecle.com/2013/08/26/syrie-le-regne-de-la-terreur. Bonne journée.

  • Par assougoudrel - 11/08/2014 - 10:19 - Signaler un abus Quand ce monsieur

    Boubakeur, en public, dira tout le mal qu'il pense de ces atrocités que subissent les chrétiens d'Irak et autres communautés, je changerai mon fusil d'épaule. Personnellement, j'ai vu, juste avant la 1ère guerre du Golfe, les militaires de carrière d'origine maghrébine, se réunir entre eux, lançant de regards furtifs, en chuchottant. De part ma couleur de peau, j'ai pu les approcher sans qu'ils se taisent de suite. Ils étaient tous pro-Saddam. Longtemps, je me suis posé cette question: "pourquoi des gens qui saluent le Drapeau français tout les jours, on pu faire un tel choix"? Ils étaient modérés. Je comprends à présent que la religion, pour eux, était plus forte que tout. Plus forte que les drapeaux, le patriotisme. D'abord la religion. Entre gens de la même religion, on se comprend, on se serre les coudes et on fait front. Dans toute la communauté, c'était pareil. Oublié la France (mère marâtre), oublié les allocations familiales, oublié l'Armée qui leur donnaient leurs examens, ne sachant ni lire ni écrire, leur fournissant un bon salaire, engendrant une bonne retraîte quand ils retourneront, riches, dans leur pays d'origine. Pour moi, aujourd'hui, c'est pareil. On fait front.

  • Par vangog - 11/08/2014 - 10:27 - Signaler un abus Lorsque Benoit XVI a revelé...

    "Montre-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Et tu ne trouveras que des choses méchantes et inhumaines comme son ordre de diffuser par le moyen de l’épée la foi qu’il professait" et que des églises furent brulées, une bonne soeur assassinée...il aurait du insister: "Vous voyez comme j'avais raison!..." A la place, il a baissé la soutane...

  • Par Benvoyons - 11/08/2014 - 10:54 - Signaler un abus Les Hommes Athées et les Hommes des Religions ont tous, à un

    moment ou à un autre donnés dans le génocide,dans la barbarie,dans la tuerie. Mais Mr Rayski qui en fait la remarque avec les paroles du Pape Benoit XVI rappelant des paroles plus anciennes; que la Religion Musulman est la seule qui dès sa création par Mahomet, donne le droit de tuer, non pas pour se défendre, mais pour faire accepter la domination de sa religion sur tous les hommes de la terre.( Heureux les extra-terrestres il n'a pas pensé à eux). C'est la seule religion ou si un homme de cette religion tue un autre homme sans ou avec une autre religion cela est parfaitement légale et même vivement préconisé pour aller au paradis. Ce qui n'est pas le cas des autres religions ni chez les Athées. Hier je suis aller sur le site du CFCM pour voir se qu'ils en pensaient de la situation des Chrétiens, des Kurdes,etc.. et bien je confirme, et bien ils n'en pensent rien! il n'y a rien sur le sujet sur le site,du moins hier. Ils auraient pu profiter aussi des manifestations d'hier pour Gaza pour en parler et dire tout le mal qu'ils en pensaient du "Califat" du détournement de la religion Musulman par ce Califat. Rien! et oui! s'ils le faisaient, ils blasphémeraient le Coran de Mahomet.

  • Par Benoit 2011 - 11/08/2014 - 10:57 - Signaler un abus Van Gog

    Vous n'avez pas entièrement tort. Mais que voulez-vous le Saint Père n'est pas un prédicateur islamiste......

  • Par Benvoyons - 11/08/2014 - 11:32 - Signaler un abus Bien évidemment comme le rapporte l'Evêque de St Etienne qui

    est sur place, il y a des Musulmans qui s'opposent à cela( il parle par exemple d'un professeur Musulman qui s'est interposé et qui a été bien évidemment trucidé). Mais ce que je trouve dommage sur le site du CFCM c'est que Monsieur Boubakeur qui dans un long article sur Gaza et bien lui , ne parle pas, que sur Gaza, les églises Chrétiennes sont ouvertes pour prodiguer l'aide aux familles Musulmanes.

  • Par Karg se - 11/08/2014 - 11:34 - Signaler un abus Amalgame douteux

    Il est difficile de nier la violence du Coran. Néanmoins les milliers de combattants qui luttent contre les islamistes en Syrie, notamment les volontaires libanais, iraniens et irakiens démontrent que l'absence de réaction est loin d'être totale chez les musulmans.

  • Par Benvoyons - 11/08/2014 - 11:53 - Signaler un abus JLH 11/08/2014 - 08:55 Tu as tort bien évidemment dans le Coran

    de Mahomet il a mis aussi des paroles d'Amour même vers son prochain et même qu'une personne qui est chez toi dans ta maison et bien tu dois la protéger. Le problème du Coran fait par Mahomet (un psychopathe)ne l'a fait que assurer son pouvoir et donc tu trouves aussi le contraire de l'Amour du prochain, comme le fait n'importe quel Dictateur. Je te donne un autre exemple: Mahomet un jour qu'il était amoureux (avait une envie) et que les hommes de sa tribue lui disent mais maître dans tes sourates il n'a jamais été possible de prendre femme avec une fille non pubère de 9 ans.================== Et bien le lendemain car la nuit a porté conseil a Dieu, Dieu pendant la nuit lui a dit qu'il le pouvait. Ainsi la sourate magique était née! Comment Dieu (créateur de tout dans le Coran) pourrait s'abaisser à la demande de Mahomet juste pour un besoin (de pure circonstance humaine). Malheureusement l'homme bon n'existe pas. Merci! il y a parfois des hommes qui s'en approchent mais généralement il n'y a pas beaucoup de monde pour les écouter, (l’Orgueil, Ego, Pouvoir), rend sourd et aveugle.

  • Par adroitetoutemaintenant - 11/08/2014 - 12:01 - Signaler un abus L'islam à visage découvert

    "ceux qui assassinent en Irak constituent "la synthèse la plus achevée d’Hitler, des Khmers rouges et d’Al Qaida"." Ceux-là sont simplement l'islam à visage découvert. Et ils sont les dignes descendant de Al Husseini, grand mufti de Jérusalem et oncle d'Arafat, copain d'Hitler et créateur de la division SS musulmane responsable de 350 000 morts et déportés.

  • Par Leucate - 11/08/2014 - 14:30 - Signaler un abus Jugement politiquement incorrect

    C'est celui que porta sur l'islam un général turc, un pacha de la première partie du XX° siècle (décédé en 1938), dont le nom était Mustapha Kemal plus connu sous le nom d'Ataturk, le père des turcs, que lui donnèrent ses partisans et ses soldats. ""Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d’un vieux cheik arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies."" Sa dépouille repose aujourd’hui dans le mausolée dit de l’Anıtkabir près d'Ankara et n'a pas encore été profanée.

  • Par Leucate - 11/08/2014 - 14:53 - Signaler un abus le "printemps arabe"

    Ataturk inspira de nombreux imitateurs chez les officiers arabes et non arabes tel le colonel des cosaques perses Pahlavi qui s'intronisa Shah d'Iran puis Nasser et les officiers baassistes de Syrie, d'Irak et de Libye. C'est ce qu'un intellectuel français, Benoist Mechin, appela dans un livre célèbre des années 1950 le "Printemps arabe". Malheureusement aucun de ces officiers, en Perse et ailleurs, n'osa aller aussi loin que le fit Ataturk en Turquie dans l'attaque frontale contre l'Islam. Les régimes progressistes qu'ils instaurèrent furent progressivement renversés ou violemment contestés en Iran, en Egypte, les américains se chargèrent de détruire le Baas irakien, nous le régime libyen et le Baas syrien est attaqué par les islamistes. Le régime progressiste Destourien fut également renversé en Tunisie C'est que des journalistes appelèrent le nouveau Printemps Arabe. Seules subsistent les monarchies arabes progressistes dont les rois sont plus ou moins protégés par leur rattachement à la famille de Mahomet (le roi du Maroc) ou leur ancienne fonction de Gardien des Lieux saints (le roi de Jordanie)

  • Par Gilly - 11/08/2014 - 17:39 - Signaler un abus Comment est-ce possible ?

    "Selon une enquête menée par Christophe Bertossi, de l’Institut français des relations internationales (IFRI), et Catherine Wihtol de Wenden, les effectifs de l’armée française comptaient entre 10 et 20 % de soldats musulmans en 2005, pour la plupart d'origine maghrébine." Wikipédia Ces soldats sont autorisés à pratiquer le ramadan. Comment se sentir en sécurité lorsque, au sein même de l'armée qui doit protéger la France de ses ennemis, on dénombre une telle proportion de potentiels djihadistes ?

  • Par Benvoyons - 11/08/2014 - 18:55 - Signaler un abus Gilly 11/08/2014 - 17:39 Gilly Gilly Gilly! mais il faut savoir

    que l'armée Américaine a beaucoup de Musulmans en son sein. Il faut croire qu'après le 11 septembre ils auraient pu avoir le même raisonnement que toi et pourtant il n'en est rien. De même pour l'UK etc...

  • Par Ganesha - 12/08/2014 - 10:23 - Signaler un abus Sunnites

    Une information essentielle que mr Rayski n'ose pas nous donner et que beaucoup de lecteurs et de commentateurs ne connaissent probablement pas : en France, nos immigrés sont sunnites !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoit Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€