Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Investitures LREM : voilà qui a été payé combien pour son ralliement

La République en marche a pris la décision de ne pas présenter de candidats où des proches d’Édouard Philippe et de Bruno Le Maire étaient amenés à se présenter. Un cadeau qui concernerait entre 20 et 25 circonscriptions.

Petits arrangements entre amis

Publié le
Investitures LREM : voilà qui a été payé combien pour son ralliement

Atlantico : Au regard de la carte des candidats investis par La République En Marche, que peut-on dire des concessions qui ont pu être obtenues par Edouard Philippe dans la perspective de la formation d'un groupe parlementaire ? Selon ces résultats, dans quelle mesure Edouard Philippe et les siens ont-ils négocié habilement vis-à-vis de La République En Marche ?

Jean-Pierre Schmidt : La décision prise par LREM a été de ne pas présenter de candidats où des proches du Premier ministre et de Bruno Le Maire étaient amenés à se présenter. Dans la majorité de ces circonscriptions, on va dire que la majorité des candidats de la droite et du centre n'était pas menacée par les candidats LREM.

Le cadeau fait n'a donc pas couté cher. On peut dire qu'entre 20 et 25 circonscriptions étaient concernées, dont 16 à 18 acquises à la droite et au centre.

Parmi les candidats investis et qui ont un candidat En Marche!, peut-être que certains seront sensibles aux sirènes du Premier ministre. On pourrait ainsi finir avec 25/30 députés. 

Quelles sont les autres concessions qui ont pu être faites par LREM sur les candidats investis, et notamment sur les "circonscriptions gagnables" ?

Il faut attendre la fin du dépôt des candidatures qui aura lieu ce soir car d'ici -là, il pourrait y avoir quelques retraits ou des candidats En Marche ! qui ne déposent finalement pas leur bulletin de vote. De façon globale, là où les candidats En Marche ! n'étaient pas présents, on ne peut pas dire qu'il s'agissait de circonscriptions où les chances de gagner étaient élevées, que ce soient dans les circonscriptions de droite ou de gauche. Dans la majorité des circonscriptions de gauche, les candidats En Marche ! ne sont pas en mesure de remporter les sièges. 

Selon le dernier baromètre Opinion Way pour Les Echos paru ce jeudi, La République En Marche serait créditée de la majorité absolue, avec un nombre de députés compris entre 280 et 300, sans compter l'Outre-Mer, la Corse et les Français de l'étranger. Dans ces conditions, quels sont les principaux risques encourus par LREM au lendemain des législatives ? Quelles sont les menaces "de l'intérieur" qui pourraient peser sur le mouvement ?

Selon la projection que j'ai réalisée avant que ne sorte ce dernier sondage, j'obtenais 170 circonscriptions pour la droite, 10 pour le Front national, 220 pour En Marche !, la gauche et la France insoumise confondus, et 170 incertaines parmi lesquelles 70 étaient plus qu'incertaines, sans que je puisse voir qui pourrait être qualifié pour le 2d tour. Dans la centaine incertaine, vous avez souvent un candidat socialiste ou En Marche ! face à la droite, où le rapport de forces peut évoluer. Il conviendrait de connaître l'offre politique en intégralité pour savoir si certaines de ces circonscriptions incertaines vont voir s'affronter un candidat de droite face à un candidat Front national, un candidat En Marche ! face à un candidat Front national, où une triangulaire avec la France insoumise, En Marche !, et la droite. Il peut y avoir différentes configurations dans ces circonscriptions, qui font que cela peut faire basculer 10,15 ou 20 circonscriptions dans un camp ou dans un autre. Encore une fois, sans connaître l'offre politique dans son intégralité, les choses sont incertaines.

Pour revenir à votre question, tout dépendra du résultat. Dans le cas où En Marche! finirait, par exemple, avec 337 députés, il n'y aurait pas de gros risques. En revanche, si le mouvement finit avec 297 députés, automatiquement, cela aura une incidence non négligeable. Sur ces 297 députés, vous avez 31 députés Modem, cela veut dire que ces derniers peuvent peser "lourd" au sein de cette majorité, même s'ils ne représentent que 10%.

Je pense que beaucoup de députés ayant été élus le doivent essentiellement au président de la République. Ainsi, je ne suis pas trop inquiet sur la solidité globale. Cela n'exclut pas qu'il puisse y avoir quelques difficultés face à un texte, dans la mesure où, majoritairement, les candidats En Marche ! penchent tout de même à gauche. Sur les 300 députés potentiels, 150 pourraient venir du PS, 30 à 35 du Modem, 25 ayant une sensibilité de droite, les autres étant de la société civile. Il est intéressant de se demander ce que sera le comportement de ces derniers en fonction du vote des textes. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Patrick LOUVET - 19/05/2017 - 08:28 - Signaler un abus Merci messieurs les journalistes

    A vous entendre , il vaudrait mieux que le vote n'ait pas lieu puisque tout est dejà joué d'avance. Merci de la (de-) informations je n'en attendais pas moins de vous

  • Par vangog - 19/05/2017 - 09:11 - Signaler un abus Le recyclage des mauvais!

    Ceux qui ont échoué à réformer la France dans le bon-sens se sont mis en marche vers la gamelle Macron, vaste entreprise de recyclage de la nomenklatura gauchiste (sens large) médiocre qui cherche à faire oublier ses échecs...à force d'oublier son passé, et de croire à l'avenir radieux du gauchisme sous une nouvelle étiquette, la France s'enfonce dans le marécage...seule solution pour avoir une chance de sortie: élire des députés patriotes en nombre convenable et en cohérence avec le premier parti de France...un parti qui n'a pas besoin de se recycler, ni d'instrumentaliser la Justice et les medias, pour convaincre les bobos, lui!

  • Par raslacoiffe - 19/05/2017 - 15:45 - Signaler un abus Article intéressant sur la stratégie de la bande à Macron.

    L'auteur dit tout surtout que le gros rang des députés LREM seront de gauche. La droite et le centre sont encore en train de se faire n....r. D'ailleurs voilà Cambélis tout revigoré pour hurler partout que ce gouvernement est de droite et ainsi mobiliser les troupes socialistes et LREM bien sûr surtout. L'auteur ne cite pas le nombre de circonscriptions gagnables pour les socialistes dans lesquelles il n'y a pas de candidat LREM. La droite et le centre doivent quant à eux quasiment affronter les candidats LREM dans toutes les circonscriptions. Quelle arnaque!!! Merci au chiraquien Delevoye mais sûrement qu'il n'avait pas la main sur cette partie du dossier gérée par Ferrand.

  • Par lafronde - 19/05/2017 - 22:19 - Signaler un abus Nuisance présidentielle

    Les élections Législatives sont le seul scrutin national fiable et représentatif. Elles devraient être placées en tête du calendrier électoral sanctionnant le quinquennat. La présidentielle s'est avérée être un scrutin manipulable, et cette année insincère faute de garantir les libertés publiques. Le Président de la République a trop de pouvoir, puisque le titulaire sortant s'en est servi pour rompre avec l'impartialité de l'Etat et favorisé son Ministre et successeur. N'oublions pas qu'à cause d'un régulateur laxiste, le CSA, la Presse audiovisuelle a pu se dispenser de sa déontologie professionnelle et des ses obligations contractuelles pour donner libre cours à son tropisme progressiste et partisan. Il est probable que la Presse nous fasse le même numéro, au prétexte que Macron et son parti sont à la mode. Avec cette demi-alternance au Centre progressiste, le citoyen est en train de payer l'absence d'Opposition pugnace de l'UMP durant le quinquennat échu. L'acceptation par l'UMP puis LR d'une Presse audiovisuelle entièrement acquise au camp progressiste, est un renoncement incompréhensible ! ... sauf si l'UMP était déjà progressiste ! Ce qu'elle est pour la moitié de ses élus.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Schmidt

Jean-Pierre Schmidt est expert en financements et en investitures au sein des partis politiques. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€