Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Investitures LREM à Paris : les calculs d'apothicaire d'Emmanuel Macron

Bouh! les vilains calculs à l’ancienne! On s’attendait à voir Emmanuel Macron investir 577 candidats aux législatives… il en manque encore près de 150! sachant que, officiellement, En Marche n’investira que 576 noms. Le manquant permettra à Manuel Valls de ne pas être mis en difficulté. La liste des “trous” permet de savoir sur quels ralliements Macron compte encore pour boucler les investitures.

Apothicaire

Publié le
Investitures LREM à Paris : les calculs d'apothicaire d'Emmanuel Macron

Vers un Premier Ministre de droite

Premier point: plusieurs dizaines de députés socialistes sortants font encore la queue pour être investis. Le nouveau Président attend que leurs homologues de droite se décident pour faire une opération unique qui lui évitera l’accusation d’être le recycleur de la gauche. Or, les juppéistes et autres amateurs de l’énarchie orléaniste ont indiqué qu’ils ne se rallieraient qu’après une nomination d’un Premier Ministre de droite.

Selon toute vraisemblance, Édouard Philippe sera donc nommé Premier Ministre mardi prochain, ouvrant la voie à des ralliements express. Le calcul est dangereux mais habile. Reste à voir si les Français apprécieront la méthode, qui fait quand même très IVè République.

Quelques trous significatifs. Quelques calculs d’apothicaires

Pour comprendre les calculs tordus qui se déroulent en coulisses, on retiendra donc quelques exemples significatifs.

À Paris, plusieurs circonscriptions sont gardées au chaud :

la 1ère circonscription, actuellement détenue par Pierre Lellouche (LR), qui n’est pas candidat à sa propre succession. Celle-ci pourrait donner lieu à l’investiture de Jean-Baptiste de Froment… conseiller d’État.

la 4ème circonscription, actuellement détenue par Bernard Debré (LR), qui n’est pas candidat à sa propre succession. C’est Brigitte Kuster, maire du 17è arrondissement, qui est investie sur cette circonscription.

la 6è circonscription, actuellement détenue par Cécile Duflot. Il s’agit d’une circonscription majoritairement à gauche qui peut être assez facilement gagnée par un candidat macronien, à moins que Cécile Duflot ne se rallie à En Marche…

la 7è circonscription, actuellement détenue par Patrick Bloche, réinvesti par le PS, mais qui pourrait s’accommoder d’une étiquette En Marche.

la 9è circonscription, actuellement détenue par Anne-Christine Lang, mais dévolue à son tête de liste historique, Jean-Marie Le Guen. L’intéressé, investi par le PS, a annoncé son ralliement à Macron.

la 10è circonscription, détenue par Denis Baupin (EELV), sur laquelle le Parti Socialiste n’a pas investi de candidat.

la 11è circonscription, détenue par le socialiste frondeur Pascal Cherki, réinvesti par son parti.

la 12è circonscription, détenue par le Républicain Philippe Goujon, réinvesti par son parti et fermé à toute collaboration avec En Marche.

la 15è circonscription, détenue par George Pau-Langevin, réinvestie par le Parti Socialiste.

la 17è circonscription, détenue par Daniel Vaillant, tenté par En Marche, et où le Parti Socialiste a finalement investi Colombe Brossel.la 18è circonscription, détenue par Christophe Caresche, où le Parti Socialiste a investi Myriam El-Khomri.

Dans cet ensemble, il est donc clair qu’Emmanuel Macron et son boys band attendent jusqu’à la dernière minute pour investir des ténors.

Les contrariantes fâcheries avec le Modem

Enfin, on notera que, ce soir, Bayrou a rendu public son désaccord avec la première liste d’investitures arrêtée par Jean-Paul Delevoye (qui apparaît désormais comme le maillon faible de l’équipe). Bayrou revendiquait initialement 90 circonscriptions pour son parti. Dans la procédure retenue, on n’y voit plus très clair…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 12/05/2017 - 15:33 - Signaler un abus Une liste en manteau d'Arlequin

    L'élu sans parti doit maintenant composer avec les partis. Il va s'ingénier à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, à savoir des briscards roués de la politique pour des citoyens ingénus et enthousiastes. Macron se bricole une majorité avec les rebuts des partis et les retourneurs de veste, et il espère que ça va marcher.

  • Par Helveticosuisse - 13/05/2017 - 06:50 - Signaler un abus La politique autrement!

    On fait table rase du passé, on invente une nouvelle façon de faire de la politique. En effet avant on se battait pour conserver son pré carré, maintenant c'est faire du puzzle. Pour lui donner une belle facade de nouveauté on passe un couche de LREM et le tour est joué. Macron le finaud ne s'est pas rendu compte que l'on devine ses pensées et objectifs tant la ficelle est trop grosse. Cela me fait penser à cette expression: "voir la semelle de ses souliers avant qu'il ne lève le pied" . Lors de sa marche "triomphale" je ne voyais que la semelle de ses souliers, tout de noir vêtu et des semelles blanches comme son programme.

  • Par Doulou - 13/05/2017 - 08:41 - Signaler un abus Tambouille

    Ce n'est plus de la cuisine électorale. On est dans une gargote qui sert de la tambouille.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€