Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Interdit aux pauvres ? Quand passer le permis en ville devient un luxe

Des écoles de conduite proposent des cours "en accéléré" pour les candidats de zones où les délais s'allongent. Un service qui a un prix : de 3000 à 5000 euros.

Plaisir de conduire

Publié le

Atlantico : Des écoles de conduite proposent désormais de passer le permis de conduire de manière « accélérée » pour 3000 à 5000 euros. Elles jouent ainsi sur le ras-le-bol de candidats au premier sésame, qui attendent parfois depuis des mois un créneau pour le passer. Pourquoi l'examen du permis de conduire est-il si long et compliqué à passer dans certaines régions ?

 

Patrice Bessone : Certaines régions souffrent d'une différence entre l'offre et la demande.

De plus en plus de gens souhaitent obtenir le permis. Or, si certains secteurs disposent du nombre d'inspecteurs nécessaires pour organiser le nombre de journées d'examen qu'il faut, ce n'est pas le cas ailleurs. Tout le travail, qui se fait depuis des années, est donc de mettre l'offre et la demande en adéquation et de trouver des examinateurs supplémentaires.

Or, la crise systémique que nous vivons fait que les budgets sont mis ailleurs, ce qui ne permet pas d'embaucher un nombre suffisant d'examinateurs. Pour y remédier, on tâche de jouer sur ce maillage territorial et de rajouter des dates d'examen, par exemple le samedi, ce qui ne se faisait jamais avant. Cela ne suffit pas : il y a toujours des secteurs en pénurie par rapport à d'autres. On a donc mis en place un système de réserve : les départements qui ont beaucoup d'inspecteurs envoient des journées aux départements les plus pauvres, pour éviter qu'il y ait une escalade des prix et que certains surfent sur ce problème lié aux places d'examens.

 

Cette pénurie peut donc s'expliquer et n'est pas constante dans le temps, ni dans la durée. Souvent, elle intervient quand quelques inspecteurs partent en arrêt maladie ou en formation. Une des solutions pourrait donc être qu'en cas de pénurie, on puisse faire passer l'épreuve théorique générale – c'est-à-dire le code – par d'autres agents que les inspecteurs du permis de conduire, et qu'on concentre les inspecteurs sur l'épreuve pratique.

 

J'en souris parce que ça paraît simple, mais on n'arrive pas à le faire admettre ou le faire comprendre aux syndicats du permis de conduire, qui pensent qu'ils vont perdre la possibilité d'inspecter l'épreuve théorique. Mais ça ne serait mis en place que de manière ponctuelle, pour qu'il n'y ait plus besoin de 6, 7, 8 mois pour passer son permis de conduire. C'est pragmatique, et on sait que ça fonctionnerait.

 

Par ailleurs, on sait que les inspecteurs du permis de conduite passent beaucoup de temps à faire de la prévention, dans les collèges par exemple. Est-ce un problème ?

 

Oui, le CNPA œuvre depuis 2 ans sur le fait de recentrer l'inspecteur du permis de conduire sur l'examen en lui-même. Aujourd'hui, un inspecteur passe 50% de son temps de travail à faire passer des permis. Si on faisait passer ce chiffre à 70 ou 80%, cela réglerait le problème. Le système n'est pas malade, on a tout pour qu'il puisse fonctionner. Il suffit qu'il soit regardé avec une vue plus pragmatique.

 

On a parlé de durée, qu'en est-il du prix ? Est-il normal qu'une entreprise fasse payer 3000 euros le permis ?

 

Je ne pense pas que quelqu'un trouve cela normal. Comme vous me l'avez dit, cela fait suite à un dysfonctionnement dans d'autres départements. Cette auto-école surfe sur cette situation en disant qu'elle a la possibilité d'être rapide. Si on ne veut pas arriver, au fil du temps, à des exagérations, il faut qu'on règle la question de l'accès à l'examen, qui est le problème principal, l'accès à la formation se faisant simplement. Régler ce problème de durée réglera ce problème de coût.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par thymthym711 - 08/09/2012 - 10:42 - Signaler un abus La bonne blague !

    Les professionnels qui pratiquent des prix "qui appauvrissent" leurs contemporains ont toujours de "bonnes excuses". Mon permis m'a coûté 500,00 francs (75,00 euros), c'est à dire même pas la moitié d'un mois de salaire d'une personne payée au smic de cette année-là. Aujourd'hui le permis coûte un mois et demi de salaire payé au smic et pour certaines personnes beaucoup plus, jusqu'à trois fois le smic mensuel.

  • Par boblecler - 08/09/2012 - 12:22 - Signaler un abus Il suffit à l'Etat de baisser

    Il suffit à l'Etat de baisser les exigences du permis de conduire

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrice Bessone

Patrice Bessone est président du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), branche formation des conducteurs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€