Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Interdictions de circulation : Paris outragé, Paris paralysé, Paris déserté, mais un jour…

La transformation à marche forcée de Paris par Anne Hidalgo n’est pas anodine. Au fur et à mesure que la maire érige une véritable muraille entre la capitale et sa banlieue, la vie intramuros s’étiole.

Liberté chérie

Publié le
Interdictions de circulation : Paris outragé, Paris paralysé, Paris déserté, mais un jour…

Une nouvelle salve d’interdictions de circuler promet de resserrer un peu plus l’étau sur la vie parisienne. Après le choc de la fermeture des voies sur berges, les quais seront à leur tour fermés aux voitures dans le centre, les 3ème et 4ème arrondissements seront intégralement piétonnisés et on roulera rue de Rivoli dans les deux sens. Côté rive gauche, l’avenue du Général Leclerc devrait au contraire être convertie en sens unique[1] pour casser l’axe de l’autoroute du sud. Cette transformation à marche forcée n’est pas anodine. Au fur et à mesure que la Maire érige une véritable muraille entre la capitale et sa banlieue, la vie intramuros s’étiole.

Certes, des quartiers résistent.

Les bars bondés – aux terrasses littéralement rackettées : +500% de taxes municipales en 5 ans -  ne manquent pas, mais les restos sont de moins en moins remplis et les commerces tirent la langue. Le tourisme plonge à cause de la dégradation générale de l’image de Paris. Quant aux habitants de banlieue, pourquoi viendraient-ils dans une ville qui ne veut pas d’eux ? La qualité de vie recule rapidement pour les Parisiens eux-mêmes, piégés dans leur propre ville refermée sur elle-même. Car inversement, quitter Paris est le même enfer pour les Parisiens qui envisagent de passer un week-end à la campagne, de dîner chez des amis en banlieue ou d’aller à un simple vide grenier. Résultat, Paris se vide inexorablement, pressée par la main de fer dans un gant de fer d’Anne Hidalgo. Sans étude préalable ni débat. Presque 14.000 habitants de moins en 5 ans, l’équivalent d’une ville comme Fontainebleau. La tendance n’est pas près de s’inverser.

Autre conséquence, Paris est loin d’être une ville attirante dans une carrière d’expatrié. A la 21ème place au classement « Expat Explorer Survey »[2], il apparaît nettement que la qualité de vie attendue – fantasmée, on l’a vu - ne suffit plus à compenser l’absence de liberté économique et la faiblesse des rémunérations après impôt aux yeux des cadres étrangers. Auxquelles il faut ajouter le sentiment de paralysie – justifié - et d’insalubrité grandissant. Au moment où Londres – ville où le péage urbain, moins hypocrite que la politique du bouchon, a plutôt bien réussi - menace de se vider de ses banquiers au fort pouvoir d’achat, Paris a perdu l’essentiel de son pouvoir de séduction. La finance ira ailleurs, à Francfort peut-être.

Mais de quelle qualité de vie parlons-nous ? La HLMisation ruineuse remplace peu à peu l’exode des classes moyennes. Pour habiter Paris, il faut être soit suffisamment aisé pour se payer un foncier exorbitant, soit suffisamment défavorisé pour accéder au logement social… ou alors être copain des élus parisiens aux quotas de logements discrétionnaires. Le premier fléau de Paris, c’est sa mairie et son mauvais penchant : mener une lutte implacable contre tout ce qui anime la vie de ses « sujets ». La « nightlife » évoque Berlin, Barcelone ou Londres, plus du tout Paris où la guerre contre l’agitation nocturne et le bruit fait rage.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/01/2017 - 10:02 - Signaler un abus Paris n'était pas un problème, avant socialisme...

    il en est devenu un, grâce à la khmer rouge Hidalgomygode, et son idéologie répressive. Cette façon de créer des problèmes ex nihilo est caractéristique de la gauche, et leur permet d'éviter de s'attaquer aux vrais problèmes. Un conseil aux bobos qui ont élu Delanoë et Hidalgomygode: restez à Paris! Ne venez pas détruire nos villes de province...

  • Par zouk - 11/01/2017 - 10:08 - Signaler un abus Futur de Paris avec A. Hidalgo

    Un exemple éclalant de lé conception PS de la démocratie: la DICTATURE Prions Dieu pour que les Parisiens en soient conscients (qui osera les informer?) et d'en souviennent lors des prochaines élections municipales

  • Par zouk - 11/01/2017 - 10:08 - Signaler un abus Futur de Paris avec A. Hidalgo

    Un exemple éclalant de lé conception PS de la démocratie: la DICTATURE Prions Dieu pour que les Parisiens en soient conscients (qui osera les informer?) et d'en souviennent lors des prochaines élections municipales

  • Par Alain Proviste - 11/01/2017 - 10:16 - Signaler un abus EXCELLENT ARTICLE

    C'est la première fois que je lis une réflexion que je m'étais faite : sous prétexte de nous sauver des méfaits de la circulation, quel est le coût sanitaire des bouchons et autres gênes causés délibérément ? J'ai déménagé de Paris il y a plus de 10 ans et je n'y retourne en voiture que quand je ne peux pas faire autrement. Il y a une impression de déliquescence générale, outre le fameux remplacement qu'on ne peut pas ne pas voir, il faut dire que la saleté est abondante. Par exemple le tunnel entre la station RER Auber et la station de métro Opéra est répugnant, les murs portent des traces de saleté façon diarrhée géante, il est incompréhensible que la RATP ne fasse rien. Châtelet est bien crado aussi... ça doit conforter les étrangers qui pensent que nous sommes sales. Pourtant l'architecture de Paris est exceptionnelle et, dans ce domaine comme dans d'autres, l'excellence est à portée et on a une impression de gâchis.

  • Par VV1792 - 11/01/2017 - 21:09 - Signaler un abus Tres bon article. En tant que

    Tres bon article. En tant que provincial de base monte pour faire ses etudes a Paris dans les annees 90, j' avais deja trouve Paris foutraque, sale, et rempli de tares au m2 plus eleve que partout ailleurs.. Je n' y vis plus, heureusement, mais vu la tronche des decharges sauvages, les tunnels/connexions autoroutes plus eclairees, des protections antibruits souillees et detruites, etc..on se pose la question si ce n'est pas irreversible..J' admire la fin optimiste de l' article, j' ai qd meme qq doutes, car le bobo et l ' immigre ont ete eleves a la mamelle socialiste..comme tout le reste tend a se sauver de cette ville degueu, la mere hidalgo peut sevir encore longtemps.. 100% d' accord avec le commentaire de vangog..

  • Par lepaysan - 12/01/2017 - 16:31 - Signaler un abus Idéologie, quand tu nous tiens

    Que du politiquement correct et ses conséquences désastreuses

  • Par Deneziere - 12/01/2017 - 20:41 - Signaler un abus Comment faire baisser le nombre de bagnoles en ville ?

    Quelles sont vos solutions ? Et si Hidalgo annonçait un péage urbain, quels seraient vos commentaires ?

  • Par desabuse - 13/01/2017 - 11:30 - Signaler un abus changement d air ?

    je vais finalement remercier la Kommandatur de Paris ... nous allions presque tout les WE intra muros , maintenant c'est tout au mieux 1 fois par mois et plutôt par nécessité contrainte .Donc merci de nous avoir fait avancer dans notre projet de départ ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aurélien Véron

Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la liberté. Un projet qui pourrait se concrétiser par un Etat moins dispendieux et recentré sur ses missions régaliennes ; une "flat tax", et l'ouverture des assurances sociales à la concurrence ; le recours systématique aux référendums ; une autonomie totale des écoles ; l'instauration d'un marché encadré du cannabis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€