Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Intelligence artificielle : Elon Musk a raison de nous alerter sur le plus grand risque auquel est confronté notre civilisation

L'intelligence Artificielle effraie un bon nombre de scientifiques, de par sa complexification permanente et sa multiplication. Mais cette peur n'est pas forcément justifiée...

AI

Publié le
Intelligence artificielle : Elon Musk a raison de nous alerter sur le plus grand risque auquel est confronté notre civilisation

Atlantico : de manière générale, quel avenir réserve-t-on aux intelligences artificielles?

Jean-Pierre Ganascia : Effectivement, cela fait plusieurs années que des personnalités reconnues du monde contemporain, en particulier des scientifiques prestigieux comme l’astrophysicien Stephen Hawking, que l’on ne présente plus, ou Frank Wilczek, prix Nobel de physique, ou encore des hommes d’affaire aux réussites époustouflantes comme Bill Gates et Elon Musk, lancent des cris d’alarme dans les médias pour faire part de leurs craintes au sujet du développement de l’intelligence artificielle. 

Ils ont en partie raison en cela que la numérisation de l’ensemble des activités humaines et des échanges interindividuels transforme le monde et donne une prise croissante sur la société à l’intelligence artificielle qui sait en tirer un très grand profit, et ce à la fois pour le meilleur, par exemple pour mieux diagnostiquer et soigner les maladies ou pour prévenir les risques climatiques, mais aussi pour le pire, lorsqu’il s’agit de pister les individus à la trace, ou de les profiler pour stimuler leur consommation, ou encore de les convaincre de voter en faveur de tel ou tel parti.

Qui plus est, les techniques d’apprentissage machine que l’intelligence artificielle a développées anticipent le futur sur la base de ce qui s’est produit dans le passé. Ce faisant, elle aident à prendre des décisions sur des fondements empiriques. Il en résulte des changements majeurs à la fois dans la gestion de la société civile et dans la gouvernance des États. Ainsi, grâce à ces systèmes prédictifs, on sera en mesure d’apprécier le risque avec une précision accrue, ce qui permettra de moduler les primes d’assurance à l’extrême, jusqu’à supprimer leur caractère mutualiste. De plus, l’opacité des technologies mises en œuvre ne permettra plus à l’assuré de vérifier que le risque calculé par sa compagnie d’assurance correspond bien à celui qu’il prend ; en conséquence, il se pourrait des compagnies malhonnêtes introduisent, dans leur calcul, d’autres critères, comme la propension de l’utilisateur à changer d’assureur. Ainsi, les clients les moins « mobiles », subiraient des hausses de tarifs bien plus grandes que les autres. Cette exemple dans le secteur des assurances illustre des changements qui s’engagent dès à présent à tous les niveaux de la société et qui risquent d’avoir des conséquences politiques incalculables dans les années qui viennent. En cela le début de la déclaration récente d’Elon Musk qui s’inquiète de risques pour la civilisation m’apparaît pertinent. 

En revanche, les déclarations antérieures de Stephen Hawking qui évoquaient un « risque existentiel pour l’humanité » n’étaient pas fondées scientifiquement. De même, l’idée exprimée dans la suite de la déclaration d’Elon Musk selon laquelle l’intelligence artificielle pourrait être à l’origine d’un conflit en falsifiant et en manipulant l’information, voire qu’elle pourrait démarrer une guerre en gonflant artificiellement les investissements dans le secteur de la défense par le piratage et la désinformation relève de la pure fiction. En effet, tout cela suppose que l’intelligence artificielle possèderait une volonté propre qui échapperait à la volonté humaine.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 31/07/2017 - 11:38 - Signaler un abus question de définition de la "conscience"

    Si on croit que la conscience nait de la complexité des interactions neuronales et des réactions chimiques, oui l'intelligence artificielle du robot peut la générer , et le robot aura sa volonté propre et ses émotions, mais si la conscience ,c'est "l'âme" qui est d'une autre nature, le robot pourra faire des tâches que l'homme ne sait pas faire ( calculs par exemples) mais ces taches seront toujours ordonnées par l'homme .

  • Par Tassendar - 31/07/2017 - 15:52 - Signaler un abus le pompier pyromane nous alerte...

    Oui il a raison au fond, mais en l'occurence Elon Musk participe lui même à ce mouvement ! A-t-il peur que sa propre "créature" lui échappe ? En tout cas il joue les pompiers pyromanes !

  • Par kelenborn - 01/08/2017 - 08:38 - Signaler un abus Enfin

    Voila ENFIN des propos intelligents et c'est suffisamment rare ici (ou ailleurs) pour être souiigné! Il faudrait rappeler que Hawking, sans doute grand astrophysicien mais probablement autiste avait fait la sortie suivante: les hommes ne devraient pas se réjouir de l'arrivée éventuelle d'extraterrestres car ces derniers viendraient pour s'accaparer nos matières premières"! Digne d'un gamin de 8 ans ayant trop regardé Startrek!Comme si des créatures venues d'autres galaxies avaient besoin de faire le plein gratos à la supérette du coin!La connerie est partout! Il faut bien que Dieu l'ait créée!

  • Par Michèle Plahiers - 01/08/2017 - 10:48 - Signaler un abus J'avoue

    être consternée par ce que m'envoie pinterest. L'art amérindien, des chefs-d'oeuvre d'une beauté absolue. A couper le souffle,... Mais je me dis raisonnablement... Imagine d'avoir tout cela chez toi,...les poussières ,l'encombrement, et puis les voleurs, acheter un coffre pour les planquer. Donc Merci Pinterest.....pour ces belles images,...sans plus,...

  • Par Michèle Plahiers - 01/08/2017 - 10:52 - Signaler un abus Internet n'est pas aussi fort que vous le pensez. Il faut

    envoyer des éons qui contrecarrent leur invasion paranoïaque Lire les psy-rackers,...,...

  • Par Michèle Plahiers - 01/08/2017 - 10:56 - Signaler un abus Tiens tiens

    sur le coup Amazon vient de m'envoyer des infos sur Anne Dufourmantelle,... Cela s'appelle bien une synchronicité,... Il y a des synchronicités positives et négatives. Si vous envoyez de bonnes ondes. Internet vous répond par de bonne interférences. Mais pour cela il faut augmenter le niveau et passer en numérologie du chiffre 2 au chiffre 11,..

  • Par Michèle Plahiers - 01/08/2017 - 11:11 - Signaler un abus Mais je n'ai pas

    achété parce que je devine toute l'oeuvre d'A.D. sans l'avoir lue,..... on ne nous manipule pas aussi facielemnt.

  • Par jurgio - 01/08/2017 - 14:55 - Signaler un abus C'est en procédant à l'intelligence artificielle

    qu'on prend conscience de la petitesse de la nôtre.

  • Par gerint - 01/08/2017 - 14:56 - Signaler un abus L'évolution des techniques est inéluctable sans doute

    et je pense souhaitable notamment en Médecine, domaine que je connais, pour exploiter d'immenses bases de données grâce à une intelligence artificielle (Google notamment est déjà une IA et s'auto-éduque, et les autres GAFA font de même). Beau_coup de nos métiers vont disparaître très vite où se transformer. L'IA par exemple va lire des scanners plus fiablement qu'un radiologue, ce n'est qu'un exemple. Tant que l'IA n'a pas conscience d'elle-même, le risque de dérive existe mais restera je l'espère contrôlable. Si un jour l'IA devient consciente d'elle-même, ce qui ne me paraît pas fou de croire, je pense qu'on aura beaucoup de souci à se faire, et d'ici-là débrancher l'électricité ne sera plus suffisant. En attendant, il va falloir améliorer l'éducation (nanotechnologies, biotechnique, informatique, sciences cognitives) qu'on soit transhumaiste convaincu ou non et essayer d'interfacer au mieux notre cerveau avec ces technologies, développer des métiers complémentaires de l'IA (et pas en concurrence directe avec l'IA car là on n'a aucune chance de la dominer). La politique va devoir profondément et rapidement évoluer, pour l'instant elle est bien incapable de gérer ces problèmes

  • Par Michèle Plahiers - 01/08/2017 - 15:33 - Signaler un abus gerint

    En Belgique, la moitié des médecins sont en BURN-OUT parce qu'ils s'éloignent de plus en plus de leurs, patient ont des impératifs budgétaires,...Et vous savez comment ils se remettent de la monstrueuse machine qu'est devenue la médecine: il se remettent au jardinage. Il reste à regarder la beauté d'une tomate qui pousse. La médecine, plus jamais,...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Gabriel Ganascia

Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du LIP6, dans le thème APA du pôle IA où il anime l'équipe ACASA .
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€