Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Intégration des demandeurs d’asile : attention à l’effet semi-légalisation

Dans un rapport sur l'intégration, le député LREM Aurélien Taché a fait 72 propositions pour améliorer l'accueil et l'accompagnement des réfugiés en France.

Rapport Taché

Publié le
Intégration des demandeurs d’asile : attention à l’effet semi-légalisation

Jusqu'à quel point l'image que se font les migrants des pays d'accueil tel que la France (ou l'Angleterre (cf Calais) est-elle déterminante dans le choix des migrants de se rendre dans tel ou tel pays ? Comment l'Etat peut-il prendre en compte cette donnée ? 

 
Les migrants, dont les demandeurs d’asile, dans leur grande majorité, ne se dirigent pas au hasard vers un nouveau pays d’accueil, mais ont fait, assez logiquement étant donné les difficultés de la migration, leur choix de destination finale en amont, avant d’entamer leur long périple. Il s’ensuit que s’il existe des effets d’opportunités liés à des changements législatifs dans les différents pays d’accueil, en l’absence d’une politique d’ouverture totale, comme ce fut le cas temporairement à l’été 2015 pour les réfugiés syriens en Allemagne, le choix et l’image du pays d’accueil reposent sur d’autres critères : la connaissance de la langue, l’existence de liens historiques, la présence d’une communauté de congénères déjà bien établie (en particulier ayant des liens familiaux), le niveau de richesse, le marché de l’emploi… En conséquence, certaines nationalités auront tendance à privilégier certaines destinations au détriment d’autres.
On le voit bien, par exemple, avec les irakiens et les soudanais, originaires d’anciennes colonies britanniques, qui veulent absolument se rendre au Royaume-Uni, alors que les algériens ou les congolais, anciennes colonies françaises, souhaitent s’installer préférentiellement en France.
 
L’Etat français doit donc s’interroger sur la pertinence d’essayer de fixer sur son territoire des demandeurs d’asile, qui n’en ont pas fait leur destination finale, pour se concentrer sur l’accueil de demandeurs qui ont choisi la France.
 

Dans son rapport sur l'intégration, le député LREM Aurélien Taché veut permettre aux demandeurs d'asile de travailler plus vite et plus facilement. Et ce, avant même d'être fixé sur leur sort. En quoi ce type de mesure peut-il influer sur l'image qu'ont les migrants du pays où ils choisissent de migrer ? 

 
Comme nous venons de le voir, les évolutions législatives ne jouent qu’un rôle marginal concernant le choix de la destination finale pour la grande majorité des migrants, dont les demandeurs d’asile. Cependant, pour la minorité de migrants indécis, qui souhaitent juste trouver un pays d’accueil européen, quel qu’il soit, la possibilité de travailler plus vite et plus facilement peut éventuellement faire basculer la balance vers la France, ou, tout du moins, donner l’envie d’y rester plutôt que de poursuivre son périple vers le Royaume-Uni. L’image de l’accueil réservé aux demandeurs d’asile s’en verra donc un peu améliorée, mais il ne faut pas surestimer la connaissance précise des évolutions législatives dans chaque pays européen chez les migrants. C’est beaucoup plus la « publicité » qui leur est faite dans les médias de masse qui a le plus grand impact.
 

N'y-a-t-il pas un risque de renvoyer une vision idéalisée du pays et, in fine, de provoquer une forme appel d’air pour les migrants ?

  
Il y a donc peu de risques que l’application des préconisations du rapport du député Aurélien Taché conduise à renvoyer une vision idéalisée de notre pays, pour la simple raison, qu’elle est déjà très largement préexistante, et que le reste du projet de loi Asile-Immigration est perçu très négativement par les « défenseurs » des demandeurs d’asile. Le risque d’un appel d’air de l’ampleur qu’a pu le connaître l’Allemagne à l’été 2015, est donc peu probable, d’autant que les arrivées aux portes de l’Europe se sont grandement ralenties au deuxième semestre de l’année 2017. Rappelons que c’est la « publicité » véhiculée par les médias de masse qui renforce ou atténue l’attractivité d’un pays pour les demandeurs d’asile, or, la couverture médiatique de la loi Asile et Immigration a tendance à donner l’image d’une France moins ouverte que par le passé à l’immigration, rendant plutôt le pays moins attractif.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Stargate53 - 20/02/2018 - 08:20 - Signaler un abus Et cela continue !

    Est ce la priorité actuelle des français d'améliorer l'accueil des migrants pour contrebalancer la loi immigration qui sera présentée le 21 février en conseil des ministres ? Tout cela pour tenter d'amadouer toute la "bien pensance" associative hypocrite qui milite pour l'accueil inconditionnel en France de toute personne étrangère en souffrance d'où qu'elle vienne ! Un vrai délire d'esprits dopés à l'inconséquence ! C'est peine perdue car ces gens là (perdus dans leur croyances peu ancrées dans la réalité d'aujourd'hui) sont trop intoxiqués dans leur trame de bons sentiments aveugles et ne veulent pas voir que la France ne peut pas absorber toute la misère du monde avec un déficit budgétaire et un endettement aussi sclérosants économiquement ! on peut y ajouter 9 millions de français pauvres, 10% de taux de chômage, un sytème de retraites déficitaires, des services publics à réformer, un territoire à réorganiser, etc.... Il y a donc des priorité plus urgentes que de créer un appel d'air en annonçant une réforme positive de nos conditions d'accueil de toute personne désirant migrer chez nous !

  • Par winnie - 20/02/2018 - 09:35 - Signaler un abus C'est la dessus.....

    que Macron et sa clique va perdre son quinquenat, c est la principale preocupation des francais avec le chomage et le pouvoir d achat. Car surse sujet ce sera comme d habitude de la fausse fermete en permetant toujours plus d'immigration. Gare aux europeennes!

  • Par vangog - 20/02/2018 - 09:37 - Signaler un abus La démocratie française réclame la fin de l'immigration sauvage!

    la très grande majorité des Français réclame, dans le désert, que son avis soit pris en compte, et rencontre le mépris de la faschosphère médiatico-associative, de plus en plus minoritaire, et de plus en plus inaudible! Ces nouveaux inquisiteurs, devront prendre la responsabilité des graves désordres communautaires qui ne manqueront pas de survenir en UE, et en France gauchiste, particulièrement

  • Par Djib - 20/02/2018 - 11:29 - Signaler un abus Les belles âmes se soucient de "mieux accueillir les migrants"

    alors qu'une majorité de Français redoute un tsunami migratoire. Ce gouvernement semble encore une fois avoir succombé aux tartufferies du parti de l'autre. On assiste à un concours Lépine de la proposition démagogique la plus délirante: donner du travail aux immgrés demandeurs d'asile, ce qui reviendra à immédiatement légaliser leur séjour, ou encore accorder des éxonérations fiscales à ceux qui accueillent des immigrés. On pourrait en rire si on n'avait pas envie de pleurer.

  • Par ajm - 20/02/2018 - 14:46 - Signaler un abus Marcher sur la tête.

    La question n'est pas de rendre la France plus ouverte et accueillante â l'immigration, sauf cas particuliers, mais, au contraire, de la rendre la plus inhospitaliere possible. Sinon, on ira droit sur une guerre interne que je ne définirais pas comme civile puisqu'une grande partie de ses protagonistes ne seraient pas ou ne se sentiraient pas Français.

  • Par gerint - 20/02/2018 - 22:59 - Signaler un abus Ni more no more no more

    Or at least so few!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€