Jeudi 17 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Instagram : vraie réussite ou nouvelle bulle Internet ?

Facebook a mis sur la table un milliard de dollars pour absorber cette petite société. Une somme mirobolante pour une application gratuite et sans publicité, mais qui risquait de faire de l'ombre au réseau social de Mark Zuckerberg.

Souriez, vous êtes achetés

Publié le 11 avril 2012
 

Le rachat par Facebook d’Instragram, application de partage de photos sur mobile, créée voici 18 mois et ne réalisant pas de chiffre d’affaires, fait le buzz. Cette acquisition au prix fort a été annoncée hier sur la page Facebook de Mark Zuckerberg.

Instagram, start-up de 13 personnes, a connu une croissance impressionnante, l’objectif étant de disposer rapidement d’une masse critique d’utilisateurs. On dénombre à ce jour plus de 30 millions d’utilisateurs sur iPhone. L’application disponible depuis peu pour Android a connu un nombre de téléchargements impressionnant : 1 million d’utilisateurs en 1 semaine.

Facebook a déboursé 1 milliard de dollars pour cette petite société, soit ses bénéfices estimés pour 2011. On peut s’interroger sur les raisons de cette décision qui paraît irrationnelle. D’une part, cette somme ne représente que moins d’1 % de la valorisation attendue de Facebook lors de son introduction en Bourse en mai prochain (plus de 100 milliards de dollars sont escomptés).

D’autre part, la décision est avant tout stratégique. Il s’agit pour Facebook d’être présent sur le secteur stratégique du mobile qui tire la croissance du Web (l’application Instagram concurrençant d’une certaine manière Facebook sur mobile où la publication de photos est reine).

Enfin, il s’agit pour l’application phare des réseaux sociaux aux 850 millions de comptes de garder une longueur d’avance face à Google+ et Twitter et rester à la pointe des enrichissements fonctionnels sachant que par ailleurs, le réseau social Pinterest – service de curation permettant d’épingler et de partager des photos, vidéos et autres informations glanées sur le Web – connaît la plus grosse croissance sur le Web sans compter le service Path sur smartphone.

Concrètement, une telle offre ne pouvait être refusée par les fondateurs d’Instagram alors que dans les esprits figurent les refus de Twitter de se faire racheter et notamment les offres avortées de Facebook (500 millions de dollars en 2008) et de Google. La conséquence est qu’aujourd’hui Twitter est un concurrent d’une certaine manière de Facebook.

L’enjeu de Facebook sera d’intégrer Instagram à Facebook et aussi de monétiser le service.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Harmaggedon - 11/04/2012 - 13:37 - Signaler un abus l'exemple même...

    d'une entreprise qui sans grand investissement, a réussi non seulement un bon produit, mais aussi une bonne affaire.
    Comme quoi, pas toujours besoin de milliards de subvention pour réussir...
    Où est la France, là-dedans ?
    Aux USA, en Angleterre, ce sont des ingénieurs informatique indiens qui apportent leur savoir ou savoir-faire... et chez nous, que nous apportent l'immigration non sélective ? Des bénéficiaires de CMU, chômage....

David Fayon

David Fayon est directeur de projets SI au sein du groupe La Poste et membre de l'association Renaissance Numérique. Il est l'auteur de Web 2.0 et au-delà (Economica, 2è éd., 2010) et Facebook, Twitter et les autres... (avec Christine Balagué, Pearson, 2010), de Réseaux sociaux et entreprise : les bonnes pratiques (avec Christine Balagué Pearson, 2011) et de Développer sa présence sur Internet (avec Camille Alloing Dunod, 2012).

Il vient de publier Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le monde ? aux éditions Economica.

Il anime enfin le site davidfayon.fr, sur l'actualité du Web et du numérique.

Voir la bio en entier

Fermer