Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Infertilité masculine : pourquoi il est urgent de prendre en compte la souffrance des hommes concernés

L'institut britannique, Fertility Network UK a interrogé les hommes sur la prise en charge de leurs problèmes d'infertilité. Les soins sont encore très majoritairement destinés aux femmes. Le sujet est tabou dans la société.

Tabou

Publié le
Infertilité masculine : pourquoi il est urgent de prendre en compte la souffrance des hommes concernés

Atlantico : Le réseau de charité Charity Network UK a sondé des hommes concernant les soins qu'ils recevaient pour traiter leurs problèmes d'infertilité. Les résultats montrent que les hommes se sentent exclus des soins qui, ces derniers sont principalement orientés pour les femmes. Comment expliquer que les hommes ne ressentent pas cette écoute dont ils ont besoin de la part des services de santé ? Ce manque d'écoute est-il répandu en France notamment ?

Michelle Boiron : On revient de très loin concernant les problèmes d’infertilité du couple. Il n’est pas éloigné le temps où c’était forcément un problème venant de la femme. Aujourd’hui la stérilité n’est plus la maladie de la femme ou de l’homme mais celle du couple. Les examens de contrôle sont quasiment systématiquement fait des deux côtés ce qui permet d’éviter de stigmatiser l’un ou l’autre avant de connaître les résultats et aussi de gagner un temps précieux eu égard aux traitements qui seront longs et difficiles.

Quand le couple s’inscrit dans cette démarche d’aide médicale à la procréation il s’engage dans un parcours du combattant auquel ils ne sont pas préparés. On parle “d’aide” alors que parfois cela va jusqu’à la substitution du spermatozoïde ou de l’ovocyte. Le bilan médicale pour l’homme se résume le plus souvent par un recueil de spermatozoïdes. Deux épreuves : la première, les conditions de recueil du sperme dans une petite pièce aidé par des images qui sont censées accélérer l’émission du sperme. La deuxième le résultat. S’il montre une défaillance de la qualité du sperme sur le nombre, la mobilité ou la vivacité, dès lors l’homme éprouve un sentiment qui affecte sa virilité. Il se sent souvent honteux, coupable et la confiance en eux est atteinte. Le tabou de l’infertilité masculine reste hélas souvent connectée à l’impuissance masculine. C’est pourquoi le couple garde souvent ce secret pour lui après avoir longuement réfléchi aux conséquences sur le regard de leur entourage. Nombre de familles et d’amis ne sont pas au courant. Dans le cas de don de spermes les conséquences sur l’enfant à venir en terme de génétique est à questionner. On voit dans nos cabinets de thérapie de couples un petit nombre d’hommes qui viennent seuls pour être aidé dans cette épreuve. La plupart du temps il faut reconnaître que ce sont plutôt les femmes qui nous sont adressées par les gynécologues. C’est le travail du thérapeute de convoquer le couple et aussi l’homme seul selon le cas.

Les hommes étant les premiers concernés par ce problème, comment peuvent-ils être améliorés. Que peuvent faire les médecins et les personnels hospitalier pour progresser sur cette prise en charge des hommes ?

Le traitement de l’infertilité des hommes reste encore un sujet moins médiatisé que l’infertilité des femmes. Le sujet reste tabou. Pour les hommes on évoque plutôt une responsabilité extérieure notamment de l’environnement autour des perturbateurs endocriniens. Néanmoins eux le vivent dans leurs corps. Le spermogramme est déterminant pour la suite des protocoles et le sujet reste volontairement flou dans le monde médical pour l’homme. Il sera ensuite dans une position plutôt passive pendant la suite des traitements pour la PMA. Il serait donc vraiment très important de leur expliquer ce qui se passe réellement pour leur laisser prendre une part active dans ce projet de grossesse qui semble leur échapper. On peut noter un surinvestissement des femmes qui se mobilisent pour accélérer et réussir le projet d’enfant alors que l’homme reste un peu à l’écart. La sexualité du couple est souvent mise à mal ou bien considérée comme stérile... une fois le diagnostic prononcé si c’est l’homme qui s’avère porter le symptôme. Lorsque la femme est fertile c’est elle qui va subir toutes les interventions et les traitements qui vont être très lourds. Se rajoute une prise de poids qui va à ses yeux la rendre moins désirable. On voit que le couple est dans une grande souffrance. Il est impératif que l’homme soit aussi aidé psychologiquement pour ne pas perdre ce qui le constitue comme être virile dans les croyances depuis la nuit des temps. Le projet d’enfant ne doit pas anéantir la sexualité du couple pendant cette longue période. On a vu des miracles se produire et une femme tomber enceinte alors que le diagnostic d’infertilité était avéré. La thérapie peut aider le couple à ne pas renoncer à faire l’amour pour se laisser une chance. Les hommes viennent beaucoup consulter seul pour des problèmes liés à la sexualité en revanche beaucoup moins pour l’infertilité. Précisément parce que le sujet reste tabou. Il faut lever le voile sur l’infertilité masculine et leur proposer une aide. Pour certains d’entre eux ce n’est pas un luxe! 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 14/11/2017 - 09:12 - Signaler un abus Les perturbateurs endocriniens sont un crime contre l'Humanité !

    En voyant le titre de cet article, je craignais le pire ! Mais, malgré tout, en cherchant bien, je trouve en haut de la page 1, et en haut de la page 2, deux petites phrases qui reconnaissent que ce problème est dû aux perturbateurs endocriniens qui ont été introduits dans notre alimentation depuis 40 ans. Ce qui est vraiment désolant, ce sont les commentaires débiles des vieux croûtons d'Atlantico à chaque fois qu'un article traite d'écologie. Et ceux qui prétendent que lutter contre les crimes de l'industrie agricole et alimentaire serait une menace contre la croissance économique ! Il faut certes aider les hommes les plus atteints, mais il faudrait surtout de grandes campagnes d'opinion pour faire cesser cette infamie !

  • Par edac44 - 14/11/2017 - 09:54 - Signaler un abus L'infertilité masculine : un sujet qui fout les "boules", non ??

    et c'est un vieux "croûton" qui vous le dit !... :-)

  • Par assougoudrel - 14/11/2017 - 10:09 - Signaler un abus Que dire de nos politiciens et

    de nos bien-pensants qui n'ont pas de couilles au cul, sauf quand on les leur prête.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michelle Boiron

Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles notamment sur le vaginisme, le rapport entre gourmandise et  sexualité, le XXIème sexe, l’addiction sexuelle, la fragilité masculine, etc. Michelle Boiron est aussi rédactrice invitée du magazine Sexualités Humaines

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€