Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Inégalités : comment la mondialisation nous a refait basculer dans un univers de rentiers

Dans un article publié par "Global Dialogue", l'économiste suédois Göran Therborn montre que l’origine sociale est en train de redevenir plus importante que Ia nationalité pour déterminer nos destins économiques et sociaux.

Renversement

Publié le
Inégalités : comment la mondialisation nous a refait basculer dans un univers de rentiers

Dans un article publié par "Global Dialogue", l'économiste suédois Göran Therborn révèle un tournant historique concernant les inégalités. Alors que les inégalités dépendaient à 80% de la nation dans laquelle vivent les individus en l'an 2000, le déterminant prépondérant serait en passe d'être celui de la classe sociale. Dans quelle mesure ce tournant historique peut il déjà se mesurer par les bouleversements politiques qui traversent la planète ? 

Rémi Bourgeot : Ce résultat est le fruit d’une longue évolution avec pour faire simple, d’un côté, l’explosion des inégalités dans la plupart des pays et, de l’autre, une réduction des écarts entre pays développés et pays en développement.

La lecture par les inégalités est tout à fait importante, mais elle est néanmoins loin d’être suffisante pour comprendre la logique politique et économique à l’œuvre.

Les statistiques de Göran Therborn sont intéressantes, et il analyse correctement la dynamique qui a conduit à l’explosion des inégalités dans les pays développés, dans le cadre de la mondialisation en particulier. Il ignore cependant des phénomènes fondamentaux, comme le caractère désormais mondial de la désindustrialisation qui touche même les grands pays émergents, notamment la Chine… Il se trompe ainsi sur la portée réelle de la dynamique sociale dans les pays émergents, en réduisant les déterminants de l’évolution économique et des inégalités à la lutte des classes et à un jeu de vases communicants.  En suivant une approche qui s’apparente à de l’horlogerie sociologique, la dynamique industrielle et technologique actuelle lui échappe. Pour faire simple, ça n’est pas qu’une histoire de parts de gâteaux… comme en témoigne l’atonie de la productivité dans le monde.

En ce qui concerne les bouleversements politiques dans le monde développé, les mouvements populistes ont évidemment tendance à viser précisément les populations reléguées, dissociées de l’évolution économique nationale. Cette articulation est particulièrement visible dans les cas français, britannique ou américain, qu’il s’agisse des populismes de droite ou de gauche. Mais la dynamique populiste est plus complexe, dans son contenu idéologique, ne serait-ce que sur les questions économiques. Le cas allemand est assez révélateur à cet égard puisque l’AfD qui prospère au sein des couches sociales les plus pauvres, en particulier à l’Est, s’inscrit, sur le plan économique, dans une approche très proche de celle des partis traditionnels, qui ne semble guère favorable aux couches populaires.

Plus généralement, les Etats s’orientent depuis quatre décennies vers une forme de vide politique, fondé notamment sur la croyance superstitieuse dans le caractère organisateur des plateformes de négoce de titres financiers, en lieu de leur traditionnel accompagnement des avancées technologiques. A cet assèchement les mouvements radicaux en tous genres substituent d’autres obsessions, en général monothématiques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 23/10/2017 - 18:05 - Signaler un abus Husson tjs très bon

    C'est tjs un délice de profondeur d'analyse! Son copain devrait faire l'effort de clarifier ses concepts:!Beaucoup de buée sur la pare-brise!

  • Par Ganesha - 24/10/2017 - 07:33 - Signaler un abus Rages folles

    D'après la liste fournie par Atlantico, cet article fait partie des ''plus lus''. Mais un seul commentaire ! En fait, j'ai déjà pu constater par moi-même, que les ''papys-Atlantico'' se mettent dans des rages folles, lorsqu'on leur rappele que la pauvreté et les inégalités, cela existe !

  • Par vangog - 24/10/2017 - 10:22 - Signaler un abus L’enjeu est la réduction de la pauvreté, contrairement

    a la réduction des inégalités gauchistes, qui a toujours nivelé par le bas et contribué à l’appauvrissement physique et moral, dont peuvent faire preuve certains « penseurs », après abus de pensée unique....

  • Par jurgio - 24/10/2017 - 15:18 - Signaler un abus Nous avons plein d'experts qui ont une solution

    Mais à quoi cela nous sert-il ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio en entier

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€