Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Industrie : vous avez aimé le plombier polonais ? Vous allez adorer les entreprises d’Europe de l’Est inspirées du modèle allemand

On a aimé le plombier polonais ou les travailleurs détachés, on va adorer les entreprises industrielles nées à l’ombre du modèle allemand…

Business

Publié le
Industrie : vous avez aimé le plombier polonais ? Vous allez adorer les entreprises d’Europe de l’Est inspirées du modèle allemand

 Crédit OLIVIER MORIN / AFP

Si la France a perdu le plus clair de son industrie, c’est bien sûr à cause des délocalisations dans des pays à faible coût de main d’œuvre. Les industries textiles sont parties au Maghreb et aujourd’hui vers l’Asie. Idem pour une grande partie des fabricants d’électroménager ou d’automobile. On parle bien évidemment de baisser les charges et le coût du travail ou alors il faudrait que le consommateur accepte de payer le prix d’un contenu produit en France. Le secteur français du luxe a réussià relever ce défi, les champions français sont là.

L‘agroalimentaire commence à entrer dans cette logique de présenter une offre haut de gamme, non sans succès. Mais le gros de l’industrie française, la grande part des entreprises toutes tailles confondues, est à la peine. D’où le déficit commercial abyssal qui mesure notre retard en compétitivité hors coût.

Sur le terrain des ETI, c’est à dire les entreprises de taille intermédiaire,ni grandes, ni petites, de 250 à 5000 salariés, c’est particulièrement criant.

On en dénombreen Francemoins de 5.800, contre 12.500 en Allemagne selon les derniers chiffres de l’Institut Montaigne. Et depuis quelques années, la part d’exportation des ETI françaises, signe de leur présence sur les marchés internationaux, se réduit comme une peau de chagrin. Signe de quoi ? D’une concurrence grandissante.

Ce qui est le plus spectaculaire c’est que cette concurrence provient désormais des anciens pays de l’est qui, pour la plupart appartiennent à l'Union européenne et dont les entreprises ne répliquent finalement que le modèle allemand. La concurrence ne porte plus sur le cout du salaire horaire, la concurrence porte sur la qualité.

La Pologne compte déjà plus d’ETI que la France et la République Tchèque à peine moitié moins, pour une population dix fois moins élevée.

Et si ces pays réussissent à pénétrer des secteurs aussi industriels, c’est qu’ils ont emprunté les logiciels qui ont réussi en Allemagne. Le Mittelstand allemand, cette faculté de faire naître et croître des entreprises industrielles très compétitives, a contaminé une grande partie de la bordure est de l’Europe, grâce notamment à quatre leviers.

D’abord, spécialiser l’entreprise sur une activité. « Le plus souvent, les entreprises du Mitteland ont une stratégie se concentrant sur une gamme précise de produits et de services dits de niche. Au sein d’une gamme étroite, ces entreprises cherchent à développer une production présentant un niveau de qualité extrêmement élevé » selon Gérald Lang, professeur à Hedge Business Schéol. Et c’est d’autant plus judicieux à faire pour la production industrielle, où les marchés sont bien définis et assez hermétiques.

Ensuite, deuxième levier, l’actionnariat y est majoritairement familial. Ce sont souvent des entreprises qui se sont transmises et dont la famille a gardé une partie du capital. Les actionnaires sont durablement présents et voient l’activité de l’entreprise sur le long terme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ajm - 23/06/2018 - 12:22 - Signaler un abus Qualité mais aussi coûts bas.

    Je ne pense pas qu'Oknoplast ait la même charge salariale per capita que ses concurrents Allemands ou Français Il offre de la qualité sans doute mais il a aussi un avantage de coût important, donc de prix et/ ou de marge superieure ( donc investissements et meilleure qualité. ...).

  • Par vangog - 23/06/2018 - 12:41 - Signaler un abus Contraintes d'économies d'énergie??????

    Les gauchistes (sens large) ont détruit l’industrie françaises, par soumission à un très bête et très rétrograde écologisme de façade ...outre la dégradation prévisible du système social français, le résultat de cette délocalisation dans les pays plus adaptés à la mondialisation, est une augmentation exponentielle de la consommation en hydrocarbures, pour acheminer les composants de ces productions délocalisées. Pour contrecarrer cette dérive mortelle pour la France, il faut relocaliser d’urgence nos industries, en copiant la méthode Donald, si les ÉNARQUES ne savent pas faire...Si la France ne réagit pas très vite, elle sera soumise à la montée de tous les communautarismes organisés par la gauche sectaire, et « en marche » vers la guerre civile...très vite!

  • Par Ganesha - 23/06/2018 - 14:23 - Signaler un abus Comique malfaisant

    Comme d'habitude, mr. Sylvestre nous raconte des carabistouilles et il cherche à nous entuber ! De façon absurde, il nie l'importance décisive de la différence des coûts salariaux entre la France et la Pologne. Évidemment ce comique malfaisant sait que s'il défendait la loi scélérate (Directive Bolkestein), un esclavagisme moderne qui fait vivre des travailleurs sur des salaires polonais, tout en payant leur nourriture et leur logement au tarif français, il provoquerait l'hilarité ou les insultes. Il préfère se conduire en traître à son pays en décrivant ses compatriotes comme étant des incapables et des idiots. La seule solution réaliste pour freiner les drames du chômage et de la désindustrialisation est d'instaurer des droits de douane jusqu'à ce que les niveaux de vie soient harmonisés.

  • Par Benvoyons - 23/06/2018 - 15:03 - Signaler un abus Le problème Français est l'obligation des seuils que n'ont pas

    les autres pays Européens ce qui freinent fatalement l'envie car même si tu as l'envie & l'envie d'exporter, elle & elle seule ne suffit pas à te garantir la réussite de tes investissements. Dans beaucoup de pays de l'UE tu peux te permettre de mettre un spinnaker car tu sais que tu pourras l'enrouler de suite si tu as un problème. Heureusement il y a la modification sur les seuils qui va se mettre en place sans les enlever vraiment.Il eut été préférable de les enlever complètement en laissant l'entreprise & ses salariés la gestion pleine & entière des choix de son organisation social & au rythme avec lequel ils doivent le faire. Mais cela est mieux même beaucoup mieux que de rester sans modification.

  • Par vieux croco - 23/06/2018 - 15:38 - Signaler un abus et aussi

    dans notre culture élitiste avec des concours de sélection à 10-15% dans toutes les filières , les ingénieurs et "ingénieuses" ne veulent pas (il y a des exceptions ) aller se morfondre dans des ETI à Montluçon ou ailleurs ,c'est pas "classe" . C'est un des gros problèmes qui nous pénalisent avec l'Europe Centrale dont la frontière se situe dés la Suisse .

  • Par pale rider - 23/06/2018 - 17:41 - Signaler un abus Le problème de la France est qu elle

    est devenue communiste alors que les autres pays (Pologne Tchequie ) en sont sortis . Et comme les mêmes causes produisent les mêmes effets ....

  • Par Anouman - 23/06/2018 - 19:05 - Signaler un abus Polonais

    Tiens Sylvestre nous apprend que les Polonais ont les mêmes coûts salariaux et sociaux que la France. Ca c'est de la fake-news où je ne m'y connais pas.

  • Par pierre de robion - 23/06/2018 - 22:05 - Signaler un abus Moi pas comprendre!

    Peut-on m'expliquer le sens de cette phrase sans queue ni tête? "Beaucoup produisent et même en France – Lapeyre pour le groupe Saint Gobain, des entreprises de menuiserie spécialisées comme Art et fenêtres ou Tryba." ‹

  • Par pierre de robion - 23/06/2018 - 22:41 - Signaler un abus "Ben voyons", évidemment!

    Un exemple: un gardien d'immeuble prend sa retraite. Son poste n'est pas supprimé et on envisage de le remplacer. On aimerait bien un CDD renouvelable pour voir si la personne fait l'affaire. Impossible, sur tout poste vacant, mais existant, on ne peut embaucher qu'en CDI avec un préavis de 2 mois. Et si au bout de 3 mois ça foire, on se le garde (c'est le cas de le dire ) jusqu'à la retraite. Je suppose que vous connaissez l'histoire du chat du Conseil Général, sinon je vous la raconterai. Et on s'étonne de la frilosité à l'embauche!

  • Par ajm - 24/06/2018 - 10:26 - Signaler un abus Progression rapide des salaires en Pologne.

    Ceci dit les salaires en Pologne augmentent très vite (+7% en 2017). Le smic Polonais est d'un peu plus de 500 euros par moi et le salaire moyen de 1100 euros.

  • Par Deneziere - 24/06/2018 - 10:29 - Signaler un abus Sélafôtaleuro, sélafôtaucoudutravail

    Personne ne nous demande de travailler au coût du Polonais. Le coût du Suisse n’est pas le coût du Polonais. Ce qu'on nous demande c'est d'avoir des productions en rapport avec nos coûts. La réalité est tranchante : le Français aujourd'hui est trop cher par rapport à la qualité de ce qu'il produit, secteur privé et public confondus, grosse entreprise et artisans confondus. Aucune monnaie ou loi de financement de la protection sociale ne nous permettra de traîner 6 millions de fonctionnaires et une protection sociale au coût exorbitant, tout en produisant de la daubasse. Si encore il n'y avait que des fenêtres... Parlons des 2/3 des missiles qui ne se sont pas déclenchés en Syrie par exemple...

  • Par Benvoyons - 24/06/2018 - 11:04 - Signaler un abus Denezièrz vous avez aussi raison

    mais Il ne faut pas oublier nos autres Fonctionnaires https://www.associatheque.fr/fr/guides/creer/etat_secteur_associatif.html car cela est aussi payé par l’État & Collectivités à 95%

  • Par moneo - 24/06/2018 - 11:09 - Signaler un abus @DENEZIERE

    j opine du chef

  • Par zelectron - 24/06/2018 - 11:26 - Signaler un abus 6 millions de fonctionnaires

    @Deneziere dont 1 à 2 millions sont inutiles et donc à expurger dans les 10 ans qui viennent (coût d'un ponx = 3.5 millions €uros en moyenne du début de sa carrière à la fin de sa& retraite, non compris la pension de réversion)

  • Par guy bernard - 24/06/2018 - 11:39 - Signaler un abus la gestion reprend le dessus sur l'illusion.

    Cette analyse, pourtant couramment acceptée, est fausse : c'est l’échec du compromis fordien, du modele banque entreprise et la gouvernance des Etats qui en est la cause ; pour preuve l'Allemagne et le Japon. la période d'inflation des années 70/80 a ruiné nos entreprises et notre production si bien qu'on n'a pu que constater leur faillite dans un partage de la VA trop favorable aux salaires. les pays des PECO offraient des dettes à reconvertir en investissements à bon marché et de bas salaires, pendant que les Etats poursuivaient leur stratégie de croissance de la demande dans un welfare à crédit. c'est la gestion qui reprend le dessus sur l'illusion.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€