Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’incroyable pétition pour maintenir les cloches aux cous des vaches des alpages

Mais pourquoi diable vouloir imposer ses règles lorsque l’on s’installe à la campagne ? Dans la petite commune de Le Biot en Haute-Savoie, se joue en ce moment un conflit symptomatique de l’incompréhension ville-campagne, celui du maintien, ou non, des cloches aux cous des vaches.

La vache !

Publié le
L’incroyable pétition pour maintenir les cloches aux cous des vaches des alpages

D'autres précisions sur WikiAgri

Pétition contre pétition ! D’un côté, 12 propriétaires (dont 11 en résidences secondaires) ont fait parvenir leur pétition au maire de Le Biot (546 habitants au dernier recensement) pour faire cesser le bruit du tintement des cloches de vaches. De l’autre, les éleveurs mécontents ont lancé leur propre pétition en ligne, pour réclamer le maintien des cloches, et obtiennent en ce moment des dizaines de milliers de signatures ! Le prochain conseil municipal de la commune, le 13 octobre, promet d’être chaud...

Cette affaire fait grand bruit, à la fois localement et sur les réseaux sociaux. Localement, tout le monde comprend qu’il y va de la survie du monde rural, et de ses pratiques pastorales. Mais les réactions ne viennent pas forcément de là où les attend ou espère. Politiquement, seul un élu du Front National, Dominique Martin, a réagi : n’y aurait-il que le FN pour s’offusquer des atteintes aux valeurs du monde rural ? C’est sans doute dommage de laisser ce champ-là à cet unique parti, car derrière cela revient aussi à risquer de se désintéresser durablement de la ruralité au prétexte que le FN y est positionné...

Sur les réseaux sociaux, ce sont les éleveurs et agriculteurs qui font suivre le lien vers la pétition réclamant le maintien des cloches. Et cela, partout en France. Ils participent ainsi grandement à l’ampleur que prend cette pétition, qui grandit si vite qu’il est impossible de donner un chiffre de signataires, forcément devenu obsolète au moment où vous lirez ces lignes. Cela se compte en dizaines de milliers, le chiffre des 100 000 devant être franchi ce dimanche matin, et explosera ensuite.

Quel est l’enjeu ?

Ces dernières années, les attaques envers les pratiques agricoles ou rurales se multiplient. Bien souvent, c’est le tribunal direct ; dans le cas de Le Biot, au moins, on passe par une étape intermédiaire, une pétition remise au maire. Ce n’est pas la première fois que le tintement des vaches est ainsi attaqué et, tenez-vous bien, les jurisprudences existent dans les deux sens ! La loi autorise donc tout aussi bien à conserver les cloches qu’à les retirer. Le chant matinal des coqs a également fait l’objet d’un invraisemblable débat, de même que le coassement des grenouilles dans une mare. On peut citer également le bruit du cliquetis d’un arroseur à céréales, posé une jour par an seulement à moins de 100 mètres de l’habitation du plaignant... Et cette liste est loin d’être exhaustive.

De plus en plus, la ville s’étale et rejoint la campagne. Ou alors, des citadins recherchent « la tranquillité » de la campagne, et se montrent prêts à tout pour l’obtenir et la conserver. Cette « tranquillité », pour eux, signifie le silence total. Il ne leur serait jamais venu à l’idée d’attaquer leur propriétaire en justice parce leurs murs d’appartements urbains laissent passer les sons émis par leurs voisins. En revanche, ils attaquent les éleveurs, présents sur les lieux depuis des générations pour la plupart, et dont les pratiques sont aussi garantes de l’entretien paysager qui les attire en ces lieux, et au moindre coût écologique.

La pétition de réaction correspond donc à un ras-le-bol face à cette attitude de colons. Les exemples sont trop nombreux et, pris un par un, laissent l’opportunité aux plaignants anti élevage ou autres pratiques agricoles ou rurales de gagner du terrain. Oh, bien sûr, certains éleveurs aussi doivent faire des efforts, mais davantage par rapport à ces incommodantes bouses de vaches que pour leur avoir laissé des cloches autour du cou. Mais dans cet autre cas (qui n’est pas celui de Le Biot), où donc les vaches doivent traverser le village entre ferme et pâturage et laissent derrière elles leurs déjections, le plus souvent des solutions existent en terme de territoire, à voir avec des élus municipaux compréhensifs. Heureusement, ils existent !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MOI MOI MOI - 10/09/2017 - 11:18 - Signaler un abus Ne pas céder

    Non monsieur le Maire il ne faut pas mettre des cloches plus petites car il y aura toujours quelqu'un pour trouver qu'elles sont trop sonores. Il ne faut pas céder d'un pouce (et en France ce n'est pas le seul domaine où on constate des revendications de plus en plus nombreuses et ubuesques) Pour citer Lino Ventura (sauf erreur dans les tontons flingueurs) :" les cons ça ose tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnaît"

  • Par assougoudrel - 10/09/2017 - 12:06 - Signaler un abus Les banlieusards ne sont les

    bienvenus en ville (Ile de France), par contre, ces citadins viennent foutre la merde dans les campagnes. Le feraient-ils en Corse? La seule solution est de leur pourrir la vie en foutant le feu dans leurs résidences secondaire, car leurs assureurs les laisseront tomber. Je paris que le gueulard qui crie le matin et le soir pour la prière ne les gène pas.

  • Par Mario - 10/09/2017 - 12:07 - Signaler un abus je suis vachement d'accord!

    je suis vachement d'accord!

  • Par eva - 10/09/2017 - 12:10 - Signaler un abus amsallem

    Les citadins nous em..dent avec leurs revendications débiles , qu'ils fichent donc la paix au monde rural dernier bastion des vraies valeures françaises .

  • Par eva - 10/09/2017 - 12:13 - Signaler un abus amsallem

    PARDON ! valeurs bien sur .

  • Par A M A - 10/09/2017 - 12:30 - Signaler un abus Il serait intéressant de

    Il serait intéressant de savoir pour qui ces douze propriétaires ont voté aux dernières présidentielles. On peut le deviner. Question d'état d'esprit.

  • Par Gémap - 10/09/2017 - 13:12 - Signaler un abus Moi j'ai 10 vaches dans un

    Moi j'ai 10 vaches dans un pré mitoyen à mon domicile. J'ai dit à mon amis éleveurs en boutade que je l'attaquerai en justice s'il ne remettez pas les cloches à ses vaches qu'il avait retiré de peur de m'importuner. Je viens de la ville. Les cloches des vaches c'est merveilleux elles sont le symbole de nos campagnes. Nos vaches sont très fières de les porter. Les cloches ne sont pas celles qu'on pense.

  • Par padam - 10/09/2017 - 13:14 - Signaler un abus Rassurez-vous les bobos campagnards!

    La solution est simple: déplacer la campagne au centre des villes, de sorte que les bruits parasites du genre cloches des vaches soient couverts par le brouhaha permanent de la rue. Comme l'avait déjà suggérer, dans le sens inverse, le grand "écologiste" avant l'heure, Alphonse Allais.

  • Par JLH - 10/09/2017 - 13:34 - Signaler un abus c'est cloche !

    voilà confirmé par dix imbéciles que la bêtise humaine est sans limite

  • Par Freddy AND - 10/09/2017 - 15:46 - Signaler un abus Le bruit peut devenir un fléau

    J'ai en face de chez moi, de l'autre côté de la rue, deux voisins qui ont un balcon, au niveau de mes fenêtres. J'ai le privilège de travailler à la maison, mais pas celui d'avoir l'air conditionné. L'été je vis donc, fenêtres ouvertes. Mes deux voisins laissent leur petits chiens sur leur balcon, toute la journée. L'un en a deux, l'autre un seul. Ils se mettent à aboyer à l'unisson lors du passage d'un cycliste, d'un passant, d'une mouche où de la chute d'une feuille... Pour résumer ils aboient toute la journée sans discontinuer. C'est éreintant. Il y a de quoi devenir fou, ou une brute sanguinaire. Bien sûr, mes voisins, malgré mes invitations à plus de sens civique m'ont envoyé bouler. La liberté des uns s'arrête où commence celle des autres, lorsqu'on vit en société. Donc je comprends un peu les gens qui sont dérangés par un continuel tintamarre fusse de motos, de chiens, d'ivrognes ou de cloches. S'ils vivent à la campagne, ils contribuent aussi à éviter la désertification des provinces. Conclusion : privilégiez le dialogue, que tout le monde fasse un petit effort et nous vivrons tous mieux les uns avec les autres...

  • Par belette - 10/09/2017 - 16:58 - Signaler un abus Bouse de vache ?

    C'est un excellent engrais A récupérer vite fait sur la chaussée pour la mettre sur son tas de compost.

  • Par adroitetoutemaintenant - 10/09/2017 - 17:10 - Signaler un abus @ Freddy AND

    Plaignez-vous à la SPA pour mauvais traitement d'animaux, surtout celui qui est seul ! La deuxième manœuvre est de les enregistrer et d'aller à 3 heures du matin leur planter le dictaphone à plein tube devant leurs portes ou bien de faire comme moi j'ai fait : aboyer devant leurs portes à 3 heures du mat. Leurs clébards se mettront à aboyer et vous pouvez repartir tranquillement. J'ai fait ça à la concierge qui tient son putain de clébard enfermé maintenant.

  • Par kelenborn - 10/09/2017 - 17:30 - Signaler un abus je m'étonne

    Je m'étonne que l'auteur n'ait pas cité l'acteur essentiel de cette pitoyable mascarade: le loup!!! le loup, bien sûr qui ne croque pas d'agneaux mais se contente de veiller sur Mère Grand pour lui éviter de partir à la maison de retraite, le loup que les bobos invitent chaque année à la fête de la musique locale et dont on reprend en choeur le couplet "qui craint le grand méchant loup, en tout cas c'est pas nous";le loup désormais défendu par Brighelli car il ramene son âne de l'école ... Bref! que les pétitionnaires passent un coup de fil à Brighelli! Il va sonner la cloche pour signifier la fin de la récré et les vaches vont sagement rentrer en classe pour réciter leur table de multiplication!

  • Par kelenborn - 10/09/2017 - 17:34 - Signaler un abus Oh Assou

    Si t'existais pas faudrait t'inventer "Je paris que le gueulard qui crie le matin et le soir pour la prière ne les gène pas" On a compris que le gueulard était ....parisien...Dis donc, t'as pas peur d'être reconnu ?

  • Par vangog - 10/09/2017 - 18:08 - Signaler un abus "Le champ au Front National"

    "C'est toujours dommage de laisser le combat de la ruralité à cet unique parti, Le Front National". Et pourquoi donc, Monsieur Jeandey?...Pourriez-vous expliquer les raisons de votre accès de sectarisme contre Le FN? Soyez un peu tolérant, bon sang, si vous croyez écrire un article sur la tolérance! Sinon, à quoi bon? Et si seul parti avait été le frontdegauche, auriez-vous été plus tolérant?....

  • Par assougoudrel - 10/09/2017 - 18:28 - Signaler un abus Bonjour Kelenborn!

    Content de vous lire. Le gueulard me réveillait le matin à Djibouti.

  • Par Deneziere - 10/09/2017 - 18:34 - Signaler un abus Quelqu'un sait-il où se trouve la pétition pour les éleveurs ?

    Merci

  • Par belette - 10/09/2017 - 18:53 - Signaler un abus la pétition se trouve...

    https://www.petitions24.net/laisser_les_cloches_aux_vaches . Pas facile à trouver. Ils auraient du mettre le lien dans l'article. Que les vaches aient leurs cloches ! Et que l'église de mon village sonne toutes les heures. C'est mieux que le RER.

  • Par Piwai - 10/09/2017 - 19:21 - Signaler un abus attention belette

    Celle ci date de 2012, il s' agit de la même histoir mais d'un autre combat...

  • Par cloette - 10/09/2017 - 20:34 - Signaler un abus Le jour où les cloches se tairont

    cloches des vaches et cloches des églises, s'en sera fini de la douce France dont le cheptel aura été remplacée par des ruminants sans clochettes et génétiquement modifiés donnant triple de lait , et dont les sonorités du dimanche remplacées par l'appel à la prière du vendredi , entre autre détails visuels ,gustatifs et odorants qui auront changé aussi .( Ce sont les cinq sens finalement qui sont liés à la géographie )

  • Par Anguerrand - 11/09/2017 - 07:12 - Signaler un abus Quand les cloches se tairont

    Cloches de vache ou d'église, chant du coq ou autres, disparus que deviendra la Campagne ? Peut être ces bruits seront remplacés par les 5 appels à la prière dont celui du vendredi qui dure 1 h 30. Elle sera belle notre France. Ces bobos sont inqualifiables, ils veulent que des traditions millénaires disparaissent simplement pour leur importante personne. J'espère que les locaux feront tout pour les faire partir ( bousses de vaches, clakson au passage, voire une manif de malvenue !

  • Par Shebear88 - 11/09/2017 - 17:16 - Signaler un abus Bêtes à cornes avec cornes

    Il me paraît important pour la santé des bêtes de ne pas les amputer de leurs cornes, comme l'usage a commencé à s'en répandre dans certains pays voisins (la Suisse). Par comparaison, l'enjeu des clarines est peut-être moins significatif, même si je n'en méconnais pas le poids symbolique. Merci de votre attention.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.

Voir la bio en entier

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€