Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'étude scientifique qui montre que notre visage est incapable de dissimuler totalement un mensonge

Une étude canadienne a réussi à associer à des contractions de groupes musculaires faciaux particuliers le fait de mentir ou de dire la vérité.

Mis à nu

Publié le

Lorsque vous mentez, votre visage vous trahit... C'est maintenant un fait prouvé scientifiquement! Des chercheurs  de l'université canadienne de Colombie Britannique ont démontré que cinq groupes de muscles bien spécifiques de la face s'activent différemment lorsque chacun de nous tente de duper son entourage ou des inconnus ou, au contraire, lorsque nous sommes sincères.

L'article s'intitule "Darwin the Detective: Observable Facial Muscle Contractions Reveal Emotional High-Stakes Lies", ou encore "Darwin le détective: l'observation des contractions des muscles faciaux révèlent nos émotions lors de mensonges importants" (littéralement: gros enjeux). Il explique que ces muscles sont très difficiles à contrôler, surtout dans des situations stressantes ou lorsque qu'une concentration maximum est demandée pour rendre le mensonge crédible ou garder son sang froid.

Les muscles en question sont, par exemple, le corrugator supercilii, situé près des sourcils, ou l'anguli oris, sous la commissure des lèvres, qui sont le plus souvent contracté par les personnes sincères. A l'inverse, les menteurs sont trahis par des contractions du zygomatique majeur ou du frontalis, comme le note The Independent.

L'expérience des psychologues laisse pantois. Ils l'ont conduite à travers des extraits de télévision où 52 personnes de différents pays réclamaient le retour d'un proche porté disparu. Au final, la moitié de ces gens ont été condamnés pour avoir assassiné ce fameux disparu, avec des preuves solides de leur culpabilité, comme l'ADN. Les autres étaient sincères.

Par exemple, le Dailymail rapporte le cas de Tacie Andrews, une jeune femme qui avait poignardé son fiancé pendant une dispute en 1996 dans leur voiture. Elle avait ensuite raconté à la télévision qu'un inconnu avait fait le coup (pour finalement être condamnée pour le meurtre), et a été l'un des sujets de l'expérience.

En gros, les menteurs affichent au moment exact de la duperie, dans la partie haute du visage, toutes les caractéristiques physiques habituellement associées à la surprise, et dans la partie basse, celles associée à la joie. Et cela, particulièrement lorsque le mensonge est complexe ou associé à des émotions intenses.

Ces manifestations physiques peuvent être expliquées par le fait de simuler des émotions, comme la tristesse ou la déception. Par les mouvements, parfois imperceptibles de ces muscles, sont toujours involontaires. Il est donc très difficile de s'entrainer à masquer tressaillements.

Ainsi, ces résultats montrent que la plupart de nos mensonges... s'affichent sur notre visage! Il y avait peut être du vrai lorsque qu'a été inventée l'expression "avoir un visage d'ange"...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par LouisArmandCremet - 20/03/2012 - 02:35 - Signaler un abus Il faudrait...

    Il faudrait tester ça sur Poutine : si le test passe avec cet homme d'état aux qualités réelles, malgré ce qu'on dit en France, alors le système est opérationnel !

  • Par vangog - 20/03/2012 - 23:17 - Signaler un abus Plus intéressant: essayer le test sur nos candidats et

    voter pour celui qui ment le moins. Mais alors, nous aurions la surprise de voter pour la sincerité, c'est à dire Le Pen ou Mélenchon! Dans ce cas votons pour celui qui ment le plus, c'est moins dangereux...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€