Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Immigration, quels effets sur l’économie ? L’étude britannique qui sème le doute quant aux résultats des études françaises sur le sujet

Les études françaises soulignent à la quasi-unanimité l'impact positif de l'immigration sur la croissance. Même si cet impact semble indéniable, il ne vient pas de manière directe et majoritaire de la valeur ajoutée du travail des immigrés.

Pas si simple...

Publié le
Immigration, quels effets sur l’économie ? L’étude britannique qui sème le doute quant aux résultats des études françaises sur le sujet

La plupart des études françaises quantifient un apport positif de l'immigration.

Atlantico : La plupart des études françaises quantifient un apport positif de l'immigration. Mais un long rapport du Migration Advisory Committee anglais (voir ici) ouvre la voie à une analyse différente : au Royaume-Uni, les immigrés (et notamment les non-Européens) occupent des postes correspondant souvent à des emplois répondant à des besoins faibles, à des salaires très bas, et peu générateurs de richesses réelles.

L'apport en PIB/hab est donc proche de zéro. Cette analyse peut-elle au moins en partie se vérifier dans le cas français ? En quoi les études sur l'impact économique de l'immigration sont-elles biaisées ?

El Mouhoub Mouhoud : Cela dépend évidemment si vous considérez les récents flux d’immigration, ou les stocks totaux d’immigration. Si vous prenez l’intégralité de tous les migrants de France qui se sont succédés, vous allez avoir un niveau de qualification relativement bas que la moyenne nationale. Ceux qui sont arrivés dans les années soixante sont venus en France pour occuper des emplois dans des secteurs nécessitant une forte main d’œuvre, ils avaient pour la plupart un niveau de qualification très faible. Les cohortes récentes d’immigration sont en revanche beaucoup plus qualifiées. Mais si vous regardez dans l’ensemble, on se retrouvera avec une configuration d’immigrés occupant globalement des emplois peu qualifiés dans l’industrie et les services.

Les vagues récentes (à partir des années quatre-vingt-dix) ont tendance à occuper des emplois plus qualifiés. Et si ce n’est pas le cas, on est souvent dans une logique de déclassement, avec une productivité supérieure à ce qui est nécessaire dans les emplois où ils exercent. Les frais pour émigrer sont devenus prohibitifs et supportés par les migrants. Auparavant, les coûts pour immigrer en France étaient souvent pris en charge par les entreprises. L’immigration est maintenant autonome. Et plus vous êtes qualifié, plus vous avez de chances d’émigrer. La plupart des études économiques le montrent. Cela amène même une incitation dans les pays d’origine à s’éduquer pour pouvoir ensuite émigrer.

Olivier Marteau : Le point de départ de toute analyse de l’immigration doit se baser sur sa nature, qui biaise souvent les études. L’immigration en France part d’abord d’une volonté de l’Etat, qui est responsable de ce phénomène. C’est une immigration de peuplement "étatique" et non pas de travail "capitalistique".

La nature des emplois occupés par les immigrés, et leur faible qualification, est la conséquence de la raison d’être de cette immigration. Comme elle est de peuplement et qu’elle n’a pas été pensée dans une optique de travail, on n’a pas forcément exigé des immigrés qu’ils aient des qualifications. L’immigration avait plutôt pour but de donner du travail aux services publics. L’INSEE indique qu’il y a environ 180 000 immigrés rentrés en France chaque année sur la dernière décennie ; 85% proviennent de l’immigration familiale (et 15% pour le travail). 90% sont d’origine africaine et asiatique (ce qui signifie surtout la Turquie), et 10% originaires de l’UE. D’après l’INSEE, là encore, seuls ces 10% ont un niveau de qualification au moins équivalent aux autochtones…

En France, que sait-on des activités occupées par les immigrés, en termes de secteur et de qualification ? Quels emplois l'immigration contribue-t-elle à créer ?

El Mouhoub Mouhoud : D’abord, à court ou moyen terme,  même avec un taux de chômage de 10 % les employeurs ont besoin d’immigrés pour répondre aux difficultés de recrutement dans certains secteurs. Certaines régions sont aussi en difficulté de recrutement et les chômeurs restent dans les régions à fort taux de chômage car la mobilité du travail entre les zones d’emplois est très faible en France et coûteuse pour les personnes peu qualifiées. L’immigration  remplit aussi ce rôle de combler les déséquilibres sectoriels et régionaux de demande de travail par les employeurs. Globalement on trouve les métiers dits "en tension". Ce sont aujourd’hui beaucoup les services aussi bien non qualifiés (aide aux ménages, garde d’enfants, prise en charge de personnes âgées…) que qualifiés (comme l’enseignement, médecins, infirmiers). Il y a bien sûr le BTP qui reste un pourvoyeur massif d’emplois pour ces immigrés. Les difficultés de recrutement sont souvent liées dans ces métiers à une carence durable qui résiste à toutes les campagnes de promotion. Il ne s’agit toutefois pas de confier à la politique d’immigration le rôle de gérer à long terme les problèmes structurels du marché du travail. Mais à court terme, il est évident que les besoins sont importants.

Olivier Marteau : Comme l’immigration est le fait de l’Etat, on peut dire qu’ils ont surtout contribué à la création d’emplois publics : logements publics, éducation, services régaliens… Il y a un lien direct entre les deux.

Comme on a fait venir les immigrés avec des qualifications faibles, avec une immigration extra-européenne depuis 1974 dans une optique de peuplement, on les a fait surtout venir pour donner du travail à d’autres, notamment la sphère publique et parapublique (type EDF, eau, télécom qui a profité d’une population croissante). Conséquence, donc, le chômage (selon l’INSEE, les immigrés africains et asiatiques ont un taux de chômage de 27%, deux fois et demie celui de la moyenne nationale).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 11/07/2014 - 07:47 - Signaler un abus Différence de résultat normal entre les 2 pays

    En France les immigrés pour la plupart, deviennent vite des Français avec la même carte d'identité que vous et moi,ils sortent donc des chiffres puisque devenus français, mais ils continuent à envoyer de l'argent au bled. Depuis 2 ans les régularisations ont doublé pour en faire de bon électeurs socialistes assistés et sortent des chiffres de l'immigration.

  • Par evy - 11/07/2014 - 07:53 - Signaler un abus On fait venir des chomeurs

    Comme si nous n'en avions pas assez. Ces personnes n'ont rien d'autre à faire que de repeupler du matin au soir. Les maternités sont pleines . Au Mali les soldats ont trouvé des feuilles d'allocations chez des rebelles. Une France socialiste avec un peuple presqu'entièrement au chômage, voilà le futur que vous préparez . Réfléchissez pauvres politiciens . Vous faites pitié !

  • Par vangog - 11/07/2014 - 08:41 - Signaler un abus Excellente analyse de Marteau,

    qui s'écarte enfin des préceptes de la pensée unique ( après trente ans, il était temps...) Avec Mouhoud, on est dans l'archaïsme total du vieux discours angélique gauchiste, la récitation béate des versets de la pensée unique, les bienfaits de l'immigration d'allocation...nul!

  • Par Fredja - 11/07/2014 - 09:05 - Signaler un abus Au moins, c'est clair

    Les auteurs évoquent le Canada, mais le Canada fait uniquement une immigration de travail, et exige le plus souvent une double compétence pour pouvoir rebondir si la compétence primaire n'offre plus de travail. Si la France faisait pareil, on n'en serait pas là aujourd'hui. Tant que ces socialo angéliques continueront à arroser de subventions, allocations, primes "quéquette" nos immigrés Africains et à les régulariser dans la foulée, on ne s'en sortira pas...

  • Par zouk - 11/07/2014 - 09:46 - Signaler un abus Immigration

    Beaucoup de bon sens dans cet article ainsi que beaucoup de langage convenu, mais j'aurais apprécié une comparaison détaillée ou au moins une critique approfondie du rapport britannique.

  • Par celajun - 11/07/2014 - 09:57 - Signaler un abus Ce Mouhoud peut-il être objectif ?

    Comment peut-on être à la fois juge et parti ? Demander son avis à quelqu'un qui est lui-même immigré ou issu de... donnera forcément des commentaires favorables à l'immigration. Interroger ce monsieur n'a aucun intérêt. Il serait plus intéressant d'avoir un commentaire autour de "Les Français ruinés par l’immigration" de Gérard Pince, éditions Godefroy de Bouillon, commenté ici : http://www.delitdimages.org/les-francais-ruines-par-limmigration/et qui fait la différence entre immigration européenne et extra-européenne qui amène du regroupement familial (d'ailleurs non contrôlé, ce qui permet de faire venir petits-enfants, cousins, neveux, voisins même, avec des faux certificats de naissance -des gaillards de 15 ans s'en voyant atttribué 10 et que rentrent les allocs ; combien de fois l'ai-je constaté dans mon poste prédcédent en zone sensible ?)

  • Par celajun - 11/07/2014 - 10:05 - Signaler un abus Emplois refusés par les français et autres fables

    Les emplois occupés par certains/une majorité d'immigrés correspondent donc à des postes que "les Français ne souhaitent plus prendre" ? Encore une affirmation démentie par l'ouvrage de Gérard Pince : Les emplois occupés par certains/une majorité d'immigrés correspondent donc à des postes que "les Français ne souhaitent plus prendre" ? Contrairement à une antienne récurrente, les étrangers extra-européens n’occupent pas tous les emplois pénibles dont les natifs ne veulent plus ; si 11% d’entre eux travaillent dans la construction (6% des autres), ils ne sont par contre que 1% dans l’agriculture (3% des autres) et 10% dans l’industrie (14% des autres). Enfin 80% des étrangers non-européens occupent des emplois souvent mal payés du tertiaire mais il en est de même pour les natifs peu qualifiés. "

  • Par celajun - 11/07/2014 - 10:07 - Signaler un abus l'autre fable

    Quant à la richesse générée par le regroupement familial c'est de l'intox pure et simple. Il n' ya que des coûts : écoles, hôpitaux, logement, transports (il faut construire de nouvelles places d'accueil et créer de nouveaux emplois mais le coût est totalement pris en charge par la collectivité donc pâr les impôts. "la facture est salée parce que le coût annuel de la présence de ces quelque 8,1 millions de personnes se monte à 115 milliards d’euros selon Gérard Pince, soit le double du déficit budgétaire de l’Etat ! Leur présence coûtait 2.000€ par an en 2011 à chacun d’entre nous soit 8.000€ par an pour une famille de quatre personnes. La dette de la France qui approche les 2.000 milliards d’euros semble donc être, pour l’essentiel, une conséquence d’une immigration insensée qui ne nous enrichit pas, bien au contraire." Qui nous dira enfin la vérité, sans discours compassionnel parasite, et quand ?

  • Par Benvoyons - 11/07/2014 - 10:54 - Signaler un abus 1) Un émigré éduqué vient en France normalement puisque

    la famille a pu subvenir à son éducation. Ils travaillent rapidement car Médecin et autres. 2) l'immigration par filière est la plus importante et elle est faite par les pauvres non éduqués.. Bilan l'immigration( 2) représente 86% de l’immigration. 3)Ce qui est dit par et ce qui n'est pas dit par les services des Affaires Sociales sur l'immigration. Les immigrés un fardeau pour le budget social de la France?FAUX Les immigrés sont une excellente affaire pour l’Etat français : ils rapportent une grosse douzaine de milliards d’euros par an ... ils reçoivent de l’État 47,9milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards. Autant dire un solde positif de 12,4 milliards d’euros pour les finances publiques. ( Ce qui est totalement faux puisque pour le calcul il est pris les prestations versées par l’État alors que pour se qu'ils reversent l'analyse tien compte de ceux qui travaillent et donc cotisent mais aussi de la TVA pour l'ensemble) Donc tout est faux et bilan du solde est parfaitement négatif quand vous prenez que le remplissage par les cotisations. Comme quoi les services des Affaires Sociales ont reçu l'ordre de faire du positif.

  • Par ISABLEUE - 11/07/2014 - 11:16 - Signaler un abus ecoles hopitaux logements.... tout cela sous

    subventions.. et on veut nous faire croire que c'est un bien !! On ne sait si on doit en rire ou en pleurer.. l'immigration qui nous enrichirait... ha ha ha ha on en a tout les jours des exemples.. Notre pauvre école....les hopitaux où le personnel est insulté;. et l'état des "logements"... QUEL BIENFAIT !!!

  • Par 2bout - 11/07/2014 - 11:21 - Signaler un abus On est obligé de lier immigration

    et politique publique d'essor démographique, l'immigration étant estimé comme un placement sur le long terme, et comme tout investissement, une charge sur le court terme. Reste à savoir comment réduire ces charges sur le court terme afin qu'elles entraînent pas par leurs volumes une émigration, et pour cela, il y a des leviers, la politique familiale.

  • Par Mario - 11/07/2014 - 11:23 - Signaler un abus de plus

    De plus des Français immigrés depuis au moins une génération demandent eux aussi que l'on ferme les frontières.Ils commencent à avoir peur pour l'avenir de leurs propres enfants en France. C'est dire.....

  • Par nabuccolm - 11/07/2014 - 12:08 - Signaler un abus Les études montrant un solde positif sont biaisées...

    Car elles ne regardent que la différence en marginal entre les cotisations payées et les transferts sociaux reçus par les immigrés. Or en réalité, il faudrait d'abord regarder comment cette différence se compare avec celles mesurées pour la moyenne nationale et pour les autres segments de population... Ensuite, elles ne prennent pas en compte les coûts généraux induits par la présence accrue de populations (souvent défavorisées) sur le territoire: coûts plus élevés pour la santé, l'éducation, les infrastructures, la police, la justice... Elles ne tiennent pas non plus compte des effets négatifs induits sur les coûts de logement (en pénurie, donc plus élevés), les temps de transport.... Au final, cela ramène à une observation simple : dans un pays où tous les comptes publics et sociaux sont en déficit, et où le commerce extérieur est négatif (ce qui tue l'argument de la création de richesse par la demande), il n'y a économiquement aucun sens de vouloir augmenter l'immigration. L'immigration peut être une bonne chose, mais uniquement dans des pays prospères, en excédent, et où la demande en capacité de travail est forte. La France est très loin de satisfaire ces critères là.

  • Par yeneralobregone - 11/07/2014 - 12:21 - Signaler un abus el mouhoud et marteau parlant de l'immigration ! un gag ?

    plus sérieusement ... approche interressante de marteau ( qui n'est certainement pas marié avec une faucille , vu la thèse qu'il défend ... ) qui nous dit que c'est grosso modo la sphère public qui a pris la décision de faire venir l'immigration africaine pour ce créer une clientelle . il y a 15 ans en arrière, alain soral prétendait que c'était au contraire la droite classique qui les avaient fait venir pour tailler des croupières au PC dans les banlieux industrielles ... finalement, on ce demande pourquoi "ils sont venu, ils sont tous la ... "

  • Par yeneralobregone - 11/07/2014 - 12:27 - Signaler un abus @mario

    exacte : je connais une française marié avec un algérien de la première immigration ( celle du travail dans les années 50 ) , trés bien intègré , le fils portant un nom bien français ( et mème biblique ... ) . je l'ai entendu dire que si ça n'allait pas en france, c'était parce qu'il y avait trop d'etranger ... etrange non ?

  • Par LouisArmandCremet - 11/07/2014 - 13:58 - Signaler un abus Très amusant..

    Il est toujours très amusant de lire, même ici, les poncifs éculés récités par M El Mouhoub Mouhoud. Les faits démontrent que c'est entièrementr faux, M Marteau expique exactement l'inverse, mais ça n'est pas grave. Enfin, si M El Mouhoub Mouhoud parle du Canada comme d'un exemple, je propose d'appliquer dorénavant les mêmes méthodes de sélection que le Canada. Aux denières nouvelles, le pays a fait une liste assez courte, de métiers hautement qualifiés (ingénieurs, managers, etc) ou spécialisés. Si on est en dehors de cette liste, le dossier n'est même pas examiné, sauf si on est en couple avec quelqu'un ayant un métier sur cette liste. Par exemple, j'ai un amis ingénieur qui postule, donc son dossier va être examiné (et réellement sélectionné et non comme en France où on prend plusieurs années pour au final tout accepter). Sa femme est fait des études de psycho. Eh bien sans son mari, ça ne servait à rien qu'elle dépose un dossier...

  • Par sheldon - 11/07/2014 - 14:56 - Signaler un abus Le problème n'est pas là ! Ils changent la nature de la France !

    Ce n'est pas un problème économique, c'est un changement insidieux, inexorable, de la nature même de la France et des Français ! Il faut être volontairement aveugle pour ne pas voir, déjà (et qu'est ce que ça sera dans 10 ans), que la France commence à vivre au rythme de la culture musulmane. Il y avait hier sur C dans l'air une émission très intéressante sur les au moins 1000 Français partis faire le jihad et la peur de leur retour en France. Certes sociologiquement c'est intéressant de voir comment évolue une invasion "pacifique" dans un pays différent culturellement, mais dès que l'on dépassera les 15 % de population musulmane (ce qui mettra peu de temps du fait de la différence du taux de natalité), ces personnes seront en droit d'exiger que l'on tienne compte de leurs particularité.

  • Par assougoudrel - 11/07/2014 - 18:53 - Signaler un abus Pour moi, la France est une mère

    marâtre. Elle s'occupe d'abord des immigrés avant ses enfants? J'ai travaillé 8 ans à lyon et j'ai connu tous les quartiers chauds. J'ai habité 4 ans ans à Pontoise et j'ai connu d'autres villes. A chaque mutation, j'étais obligé de mettre mes enfants dans le privé, tant le niveau des écoles étaient bas à cause de l'immigration. Pour trouver un logement (surtout en Ile de France), quand j'allais dans une agence, j'étais trop pauvre. A la fin, je tentais les HLM et là, j'étais trop riche. A la préfecture, au bureau logement, il n'y avait que des africains, tous prioritaire sur les français. Dans une administration, s'il manquait un chiffre sur le document de ces derniers, on les renvoyait le rectifier. Or les agents remplissaient ceux des immigrés qui ne savaient ni lire ni écrire. Je ne pouvais pas envoyer mes enfants aux centres aérés, car je n'étais pas prioritaire. Des bus entiers emmenaient leurs enfants. Un collègue avait réussi à envoyer sa fillette, en payant le prix fort. Il s'en est mordu les doigts. Sa fille, petite blonde s'est fait tabassée, tirer les cheveux, manger son repas. Elle était la seule blanche. traumatisée.

  • Par Liberte5 - 11/07/2014 - 19:11 - Signaler un abus Une réalité qui ne plus être masquée.

    Depuis 30 ans le problème de l'immigration se pose. Il a été étouffé pour éviter que la cruelle vérité n'apparaisse. Tous ceux qui voulaient aborder le débat se trouvaient traités de racistes ou de fascistes. Et le pire c'est que cela a fonctionné. Aujourd'hui les faits ne pleuvent plus être niés. G. Pince a fait une étude qui démontre que l'immigration était ruineuse pour la France. Il n'est pas le seul d'ailleurs. Au delà du coût économique , se posent des problèmes d’identité,de civilisation. Des communautés se sont mises en place et beaucoup d'immigrés et leurs enfants rejettent la France.Nous allons vers une libanisation du pays. Sans refaire la liste de toutes les conséquences négatives de cette immigration massive , il y aujourd'hui un rejet fort de la population Française de cette immigration africaine. Et cela ne peut plus être évacué d'un revers de main. L’analyse exprimée par O. Marteau est pertinente.

  • Par assougoudrel - 11/07/2014 - 19:17 - Signaler un abus Suite

    Combien de foyers hébergeaient des africaines qui avaient plus de 30 ans, avec au moins un enfant et qui étaient soit-disant étudiantes. Pas un contrôle. Des hommes polygames. Leurs femmes habitaient plusieurs logements, chacune ayant plusieurs gosses. Ils tenaient les cordons de la bourse des allocs. Certains allaient faire les courses, arrivés à la caisse, ils payaient avec de l'argent donné par la municipalité. D'autres allaient pleurer à la mairie, car ils ne pouvaient pas payer les traites de leurs monospace. Et la mairie payait. Les associations leur apprend toutes les ficelles pour toucher des aides. Contrairement aux français, ils savent où et comment obtenir ces aides. Actuellement, les caisses d'allocs leur donnent des sous pour acheter des meubles chez BUT. Même le paiement de la camionnette est payé par elles. Les vacances payées. J'arrête. Ce n'est que quelques exemples. Multipliez tout ça depuis plus de 30 ans. Alors dire que l'immigration en France est bénéfique!? Oui elle l'est, mais pour tous ces parasites et qui c'est qui paie? Le français. Si on est dans la m.. jusqu'aux yeux, c'est en grande partie à cause de nos dirigeants qui ont voulu ça. Et ça continu encore

  • Par adroitetoutemaintenant - 11/07/2014 - 19:18 - Signaler un abus Etudes serieuses?

    Contribuables Associés et Valeurs Actuelles avaient publiés la seule étude un peu sérieuse et le résultat était catastrophique. Sans tenir compte des dépenses judiciaires, les immigrés nous coutent 30 millions d'euros par an. En considérant que les immigrés représentent plus de 60% de la population carcérale le cout annuel s'élève à 100 millions! Le droit de sol doit être aboli et les cotisations accessibles seulement après 15 ans d'emploi, comme au Danemark.

  • Par yeneralobregone - 11/07/2014 - 19:45 - Signaler un abus @sheldon

    " dés qu'ils dépasseront 15% , il faudra qu'on tienne compte ... " je ne sias pas combien de % ils sont, mais il y a longtemp que l'on tient compte de leur particularité : dans les années 80 , les horaires de l'usine renault de boulogne ont été aménagés pour le ramadan... actuellement, 75% des bovins abattus en france le sont rituellement, sans que grand monde ne le sachent , si des associations de défences des animaux se plaignent , les multiculturalistes les traiteront de racistes ... j'ai fait mon armée en 91, les jeunes magrhébin étaient souvent agressifs, mais curieusement , les engagés , souvent des petits facho qui revaient de se battre contre les " rouges " ne leur disaient rien , pour moi , ils avaient recu des ordres de ne pas faire de vague ... ont pourrait multiplier les exemples à l'infini, non seulement les élites ont ruinés le pays, mais en plus, ils se comportent comme des traitres envers leur propre peuple.

  • Par assougoudrel - 11/07/2014 - 21:06 - Signaler un abus yeneralobregone

    J'ai connu cette période (sous Mitterrand), où le militaire ne devait rien dire aux magrhébins, sinon l'Imam n°1 teléphonait directement au gouverneur militaire, voir le ministre et ça rafalait ensuite vers le bas. Même si le militaire avait mille fois raison, il risquait d'être muté comme "chien au dépot de munitions". Beaucoup, pour ne pas faire 10 mois de service en France, faisaient 23 mois d'armée en Algérie, puis revenaient se mettre au chômage. On a jamais vu d'écrit, mais, le commandement avait ordre de donner le permis de conduire aux jeunes magrhébins de la banlieu, afin qu'ils le reconvertissent une fois dans le civil. Même s'il était inapte à la conduite. A Noël, pas question de mettre un à la garde ou à la permanence, alors que c'est une fête chrétienne. Il fallait, coûte que coûte, les engager dans la marine. Ils refusaient de se réveiller le matin et on a vu comment, à cause d'eux, ça a dégénéré sur le porte-avion Charles de Gaulle un peu plus tard. Tout ça pour dire que ces gens étaient intouchables. Alors, le militaire, ne s'occupait pas d'eux. Lâches étaient nos dirigeants et plus lâches ils le sont aujourd'hui.

  • Par assougoudrel - 12/07/2014 - 10:31 - Signaler un abus J'ai oublié de dire

    que toutes ces "manoeuvres" dans le milieu militaire etait orchestré par madame Mitterrand. A cette époque, elle a fait dissoudre le seul régiment du Train qui était à 30 km au sud de Lyon. A la place, ils ont mis un escadron du train dans Lyon. Les bâtiments étaient prévus pour des Kurdes. Elle et son assiociation "France-Liberté", nous a coûté très cher. Seulement, la première guerre du Golfe a empêché ce projet. Pendant des années, ce quartier s'est retrouvé dans un bel état de délabrement. C'est le maire et les habitants de la ville de Vienne qui ont dû être contents. Un régiment rayé d'une petite ville, sale coup pour l'économie. En plus il était prévu de les coller des Kurdes. Tous ces abus mis bout à bout, je suis persuadé que ça a contribué à mettre le pays dans la mouise. Tous ces dirigeants sont où à présents. Ils ont encore des bureaux, des gendarmes de garde devant chez eux, des moyens de l'Etat. Les autres n'ont plus leur tête ou sont morts.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

El Mouhoub Mouhoud

El Mouhoub Mouhoud est professeur d'économie à l'université Paris Dauphine, et directeur du Groupement de recherches international du CNRS DREEM (Développement des recherches économiques internationales méditerranéennes). 

Voir la bio en entier

Olivier Marteau

De formation universitaire franco-britannique, Olivier Marteau a occupé diverses fonctions commerciales (grand compte et direction de filiale) au sein de PME et de sociétés multinationales dans plusieurs pays européens. Il est actuellement consultant export. Olivier Marteau met à disposition des lecteurs le blog http://echoalpha.fr/ qui reprend toutes les sources, articles et documents des quatre parties de son livre, L'étrange défaite de la France dans la mondialisation, paru sur Atlantico éditions

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€