Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’immigration, grande oubliée de la politique de la ville version Macron

Le discours sur la politique de la ville prononcé à Tourcoing par Emmanuel Macron conforte dans l'idée que le président n'a pas prévu de révolution à ce niveau là.

Discours

Publié le
L’immigration, grande oubliée de la politique de la ville version Macron

Atlantico : Emploi francs, resserrement des territoires prioritaires aux quartiers prioritaires, soutiens aux crèches... Le plan de politique de la ville présenté par Emmanuel Macron mardi 14 novembre à Tourcoing correspond-il aux besoins du terrain ?

Laurent Chalard :  Le plan de la politique de la ville présenté par Emmanuel Macron n’apporte rien de bien nouveau par rapport à ce qui se faisait auparavant, étant loin d’être « révolutionnaire », contrairement aux ambitions affichées par le Président de la République dans d’autres domaines, en particulier sur le plan économique. En effet, Emmanuel Macron, qui à sa décharge n’est pas du tout un spécialiste du sujet, a choisi de ne pas changer de paradigme, en continuant de dépenser massivement de l’argent dans une politique que la majorité des experts juge inefficace, plutôt que de s’attaquer au fond du sujet, qui est la question de la gestion de l’immigration extra-européenne, dont les quartiers paupérisés des grandes métropoles sont le principal réceptacle.

Continuer de mener une « politique de la ville » sans parler d’immigration, c’est l’assurance de la pérennité des problèmes. Or, l’immigration est une question, qui n’est pas insurmontable, mais, tout à fait, gérable, sous réserve que l’on commence par appeler un chat un chat.

Le discours sur la politique de la ville d'Emmanuel Macron à Tourcoing (ville dont son ministre Gerald Darmanin a été maire) propose de concentré les aides aux zones les plus concernées et préoccupantes. Si dans le fond, cette proposition semble louable, ne faut-il pas craindre qu'elle soit inopérante car en retard ? En effet, les données utilisées pour désigner les quartiers populaires datent de 2014 et semblent négliger la mobilité urbaine ? Ne serait-il pas souhaitable de faire des plans qui prennent en compte l'évolution prochaines des villes plutôt que de se contenter d'une politique correctrice ?

Concentrer les aides financières vers les quartiers les plus prioritaires évite effectivement le saupoudrage de l’argent public, qui conduit traditionnellement à ne pas faire grand-chose partout. Cependant, le problème de toute politique territorialisée est qu’elle a tendance à plus se consacrer au territoire en lui-même et ses spécificités géographiques qu’aux moteurs de la pauvreté, qui, eux, ne sont pas spécifiques à un territoire particulier, mais à des individus, en l’occurrence dans les quartiers concernés, une large part de populations issues de l’immigration extra-européenne. 

Concernant l’interrogation sur la mobilité urbaine, l’Etat a tendance à avoir une vision fixiste des territoires, comme si les territoires les plus problématiques le demeuraient pour toujours. Or, l’analyse des évolutions socio-démographiques sur le moyen-terme montre que les territoires les plus prioritaires à un instant T, ne le sont plus forcément la décennie suivante car les politiques massives de destruction de logements dans le cadre des programmes ANRU a réduit leur population et donc la surconcentration de populations problématiques. Un bon exemple est la commune de Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne, où la cité Balzac, de sinistre réputation du fait de l’affaire Sohane en 2002, en partie rasée et largement reconstruite depuis, a vu son profil socio-démographique se « normaliser » dans le contexte local, c’est-à-dire qu’il est passé de catastrophique à mauvais, alors que d’autres quartiers de la commune se sont corrélativement appauvris du fait de la dispersion de la population à problème sur l’ensemble du territoire communal. La cité Balzac n’est plus le « quartier chaud » de Vitry-sur-Seine, mais d’autres ont pris le relais. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tiopere 1 - 15/11/2017 - 15:50 - Signaler un abus encore des milliards qui vont partir en fumée

    pour que le plan de Macron puisse réussir , il faudrait d'abord que les immigrés d'origine extra européenne souhaitent acquérir une culture française , donc qu'ils fassent des efforts lors de leurs cursus scolaires et qu'ils cessent de s'identifier a des terroristes du proche orient .( pour mémoire , 38% des Tunisiens souhaitent l'instauration de la charia )

  • Par lasenorita - 15/11/2017 - 17:35 - Signaler un abus Macron encourage l'immigration musulmane!

    Macron veut faire une autoroute(à sens unique)entre l'Algérie et la France...Macron a été élu par 8 millions de ''Français'', or nous avons plus de 15 millions de musulmans, chez nous.. ces musulmans qui ont le ''droit de vote'' en France et qui ont voté pour Macron...Macron leur est reconnaissant!.. ces musulmans qui ont tué et torturé des ''civils innocents'' pour être ''indépendants''..1)Le 20.8.1955:à Philippeville,71 Européens et 100 musulmans sont tués par le F .L.N....2)en février 1956:un car tombe en embuscade à Sakarmody, une femme, sa belle-mère et une fillette de 7 ans sont violées et égorgées....3)en 1957:à Melouza,504 habitants musulmans sont massacrés, les hommes sont émasculés, les femmes et les fillettes éventrées, yeux arrachés, gorges ouvertes, mains tranchées à coups de serpe.....et... après les ''Accords d'Evian'' (le 19 mars 1962)les fellouzes ont profité que nos soldats étaient rentrés en Métropole pour enterrer vivants les harkis ''désarmés'', pour enlever 3.000 non-musulmans et les torturer, pour tuer 5.000 habitants de la ville d'Oran(le 5 juillet 1962)...c'est notre tour de dire aux musulmans: ''La valise ou le cercueil''!...

  • Par winnie - 15/11/2017 - 17:57 - Signaler un abus toujours le déni

    Pour endiguer tout le mal de ces banlieues islamisees il faut d'abord arrêter toute immigration musulmane et essayer que ceux qui sont chez nous s'assimilent; c'est primordial.

  • Par JG - 15/11/2017 - 19:19 - Signaler un abus @Iasenorita

    en 1940, 90% de collabos et 10% de résistants....ce sont quand même les résistants qui ont gagné finalement, avec l'aide des américains bien sûr. Nous sommes dans la même situation : 90% de collabos (hommes politiques, journaleux et juges de gôche, enseignants, etc, etc...) et 10 à 20% de lucides prêts à résister. Armez vous, apprenez à tirer, choisissez un territoire "naturellement de souche" pour ne pas être isolée et préparez vous à la "reconquista" Bon, je ne vois pas qui va jouer le rôle des américains (les russes et les pays de l'Est ???sacré renversement historique) Ne perdons pas espoir.

  • Par Olivier62 - 17/11/2017 - 10:41 - Signaler un abus Pour Macron l'immigration est un impératif

    "il serait souhaitable qu’il s’attaque au moteur du problème, qui est l’existence de flux migratoires continus d’origine extra-européenne depuis plusieurs décennies" Certes, mais pour les élites mondialistes l'immigration n'est pas un "problème" mais une stratégie délibérée de remplacement ethnique. C'est pour cela que non seulement la classe politique ne s'est jamais attaqué à l'immigration, mais l'a toujours au contraire favorisée, quitte à s'accommoder avec un cynisme criminel du terrorisme islamique qui va avec. Leur meilleur allié en la matière est la stupidité incurable du français moyen et sa servilité envers les médias du système...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€