Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’imbroglio SFR, épisode 72 : coup de gueule contre le capitalisme français

Les multiples rebondissements du rachat de SFR n'en finissent pas d'alimenter un certain ras-le-bol des pratiques du monde des affaires en France.

Assez !

Publié le
L’imbroglio SFR, épisode 72 : coup de gueule contre le capitalisme français

Les multiples rebondissements du rachat de SFR n'en finissent pas d'alimenter un certain ras-le-bol des pratiques du monde des affaires en France. Crédit Reuters

Atlantico : Entre la pression du gouvernement sur les épaules de Numericable et les révélations du site Mediapart sur Jean-René Fourtou, président du conseil de surveillance de Vivendi, qui aurait soutenu la candidature de Numericable pour des convenances personnelles, quelle vision cela donne-t-il du capitalisme français ?

Sophie de Menthon : Je crains que cela ne donne l’impression aux étrangers que la France a des pratiques dignes d’une république bananière.

Premier dysfonctionnement : l'ingérence d'un ministre en exercice qui donne le résultat d’un appel d’offre d’ordre privé et se mêle des négociations puis un deuxième ministre vient à la rescousse pour en rajouter annonçant celui qui a remporté l’appel d’offres devrait subir un contrôle fiscal et prendre la nationalité française…

Deuxième rebondissement, Mediapart fait des révélations très préoccupantes  qui ne semblent intéresser personne ! C'est soit faux, soit scandaleux !  Dans les deux cas qu'on le dise et vite, on attend encore la réaction de Vivendi s'indignant contre ce qui serait diffamatoire si c'est inexact ? En dehors de Colette Neuville (présidente de l’Association de défense des actionnaires minoritaires) qui a posé quelques questions au nom des petits actionnaires, questions "light " qui n'expliquent pas vraiment ce dont il s'agit... qui réagit ? Or ,on a clairement affirmé  que Numericable aurait acheté le vote du Conseil d’administration avec des promesses d'actions à la hauteur de 135 000 000 d'euros, notamment au profit de M. Fourtou pour qu'il emporte le choix de Numericable . Que fait l'Autorité de Régulation des Marchés, elle ne lit pas Mediapart ? Que font les organismes surveillant le bon déroulement des opérations ? Un membre du Conseil d’administration de Vivendi que j’ai appelé moi-même était stupéfait d'apprendre les révélations de Mediapart, il n’était pas au courant, doit-on comprendre qu’au sein même du conseil de Vivendi les administrateurs n'avaient pas le même traitement?

Troisième élément du feuilleton : l’entrée en jeu de la Caisse des dépôts, le bras armé économique du gouvernement, poussé à se positionner. Et n'y a t il pas conflit d'intérêt car la caisse est actionnaire d'Orange et donc valorisé ainsi son portefeuille ?  L’Elysée se défend d’avoir mobilisé son "bras exécutant", mais après l’intervention des  différents ministres on en doute fortement. Pourquoi la Caisse des dépôts ne s’est elle pas prononcée avant la décision ? Quid de l'indépendance des marchés ,du respect des petits actionnaires ?de la  probité mise en doute publiquement des membres du conseil d'administration ? Le comité éthique du  Medef ne devrait il pas avoir un rôle de vigie, et le fameux comité des sages ?

Que Bouygues ait décidé de proposer une nouvelle offre, alors même que la décision en faveur de Numericable a déjà été prise, est-ce normal ?

Quand on est un véritable entrepreneur et le patron de Bouygues en est un, iĺ est légitime de tout actionner pour sa survie, ce n'est pas lui qu'il convient de critiquer... le problème est celui de l’intervention de l’Etat alors qu'il n'y a aucun plan social et celui de l enchaînement des anomalies dans  l'indifférence générale .

Qu’est-ce que cela dénote de la situation du climat des affaires en France ?

Le climat du monde économique ressemble de plus en plus au climat politique. Nous perdons confiance à juste titre dans la Justice, dans les instances de régulation, dans les mécanismes économiques, dans le secret de l’instruction, dans le secret des négociations...Mediapart fait office de juge d'instruction dans tous les domaines, c'est invraisemblable ! Et si je suis un investisseur étranger je ne vois qu’un imbroglio de magouilles, l'exception culturelle française? En qui peut-on avoir confiance  si l'on veut investir en France ? Certes toute l'actualité récente n'a rien a voir avec cette affaire mais le climat délétère se propage : personne n'est a sa place, nos élites ne sont plus ni respectables ni respectées, la confiance s'érode, l'image de la France s'en ressent gravement et la presse étrangère dénonce des dysfonctionnement que notre presse ne signale même pas !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Salaudepatron - 22/03/2014 - 10:35 - Signaler un abus C'est vrai que depuis deux ans,

    Tout ce qui devait être moralisé par notre cher président est devenu un grand bordel généralisé ! Tout le monde se mêle de tout, il n'y à plus aucun secret de l'instruction juridique, les journaux de gauche font la loi et décident de ce qui doit être porté en place publique... Bref, il n'y à plus aucun chef, c'est l'anarchie complète. De la part du grand moralisateur qu'est Hollande, ça fait franchement désordre et il a beau critiquer le fonctionnement de son prédécesseur, le sien est très largement pire ! Le simple fait qu'il s'acharne, avec autant de hargne, sur un Sarkozy qui n'est sûrement pas tout blanc, montre bien qu'il ne se sent vraiment pas à l'aise dans ses baskets...

  • Par mutie - 22/03/2014 - 10:55 - Signaler un abus Ah, enfin...

    Enfin un article qui rappelle que l'Etat est actionnaire d'Orange, un concurrent de Bouygues et SFR. Le ministre Montebourg parle-t-il au nom des intérêts d'Orange ? Auquel cas il a effectivement intérêt à voir disparaître un opérateur sur les quatre. Ce qui se passe dans cette affaire est tout simplement hallucinant.

  • Par Stef41 - 22/03/2014 - 11:52 - Signaler un abus surprenant!

    On pouvait déjà être consterné par l'immixtion du gouvernement dans le choix du repreneur de SFR, bien qu'à part la menace d'un contrôle fiscal, il ne peut rien dire.... Mais s'il est exact que l'on peut tenter "acheter" certains membres d'un conseil d'administration, sans qu'il y ait déclenchement immédiat d'une enquête, en France, je ne vois pas que ce que l'on alors peut reprocher aux dérives russes....

  • Par elvin - 22/03/2014 - 15:53 - Signaler un abus des moeurs de voyou

    Par expérience personnelle, j'ai pu constater que la plupart des politiques et des hauts fonctionnaires pensent que le secteur privé est une jungle où les patrons sont des voyous sans foi ni loi. Donc quant eux-mêmes y prennent des responsabilités, ou quand ils y interviennent à quelque titre que ce soit, ils croient qu'ils doivent eux-mêmes se comporter comme des voyous sans foi ni loi.

  • Par ignace - 22/03/2014 - 20:39 - Signaler un abus Je na savait pas que Sophie, voulait racheter SFR ?

    ou alors, elle a un oeil intéressé sur le beau Mont de bourg...coquine mais bon tout le monde sait que c'est le sexe qui mène le monde

  • Par Claudie - 22/03/2014 - 20:57 - Signaler un abus ben, ça se comprend

    Quand on 's'appelle "Fourtou" on a une revanche à prendre sur la vie et avec 135 000 000 € d'action c'est plus facile!!! Mdr!!!

  • Par HerveLE - 22/03/2014 - 23:16 - Signaler un abus ca s'appelle

    ca s'appelle le CAPITALISME DE CONNIVENCE..

  • Par l'enclume - 23/03/2014 - 10:15 - Signaler un abus Ma p'tite entreprise connaît pas la crise

    Claudie - 22/03/2014 - 20:57 Avec vous, médiapart à gagné la partie, car il est évident que le PDG de Vivendi s'est mis 135 millions à l'abri. C'est du grand n'importe quoi, petite appartée, Jouyet l'actuel responsable de la Caisse des dépôts, n'était-il pas auparavant à la tête d'un organisme de surveillance de la bourse, et par un harard surprenant le meilleur ami de "Fanfan la teinture", n'y aurait-il pas matière à conflit d'intérêts??????. Vous avez dit bizarre, comme c'est bizarre

  • Par 2bout - 23/03/2014 - 12:29 - Signaler un abus Je rappelle aussi que Vivendi,

    c'est avec le Crédit Lyonnais, une banque aux mains des politiques, l'épisode catastrophique de MGM sous le règne de Mitterrand. Conflits d'intérêts et distorsions de concurrence aboutissent à des dérèglements économiques, le capitalisme à le française régulé par des politiques incompétents. L'exemple récent le plus frappant, c'est le subventionnement d'Amazon en Saône-et-Loire de Montebourg avec l'argent des contribuables dont notamment celui prélevé aux petits libraires.

  • Par aviseur - 24/03/2014 - 09:11 - Signaler un abus La mathématique

    .... symbolique au service de l'anti-capitaliisme primaire, secondaire et tertiaire. Mon dieu épargnez nous l'attente du 1728 éme épisode pour voir la fin de l'affaire câblée et "câblabe".... http://aviseurinternational.wordpress.com/2014/03/24/la-une-de-keg-du-24032014-a-39-de-vote-blanc-les-francais-exigent-que-les-politicards-les-respectent-exit-labstention-on-ouvre-sa-gueule-pour-une-fois/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)

Elle est aussi l'une des personnalités qualifiées membres du Conseil Economique, Social et Environnemental.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€