Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

A son image, de Jérôme Ferrari : la photographie, au cœur trouble de nos vies

Comment le métier de reporter-photographe, si révélateur de l'état d'une société, peut laminer une vie? Un roman intelligent, profond, juste, émouvant.

Atlanti-Culture

Publié le
A son image, de Jérôme Ferrari : la photographie, au cœur trouble de nos vies
LIVRE
A SON IMAGE
de Jérôme FERRARI
Edition Actes Sud
219 pages
19 euros
 
 
RECOMMANDATION
            EXCELLENT
 
 

THEME

Ce livre se développe dans une double perspective:

1-LE ROMAN commence par la mort accidentelle d’Antonia, jeune photographe corse, en aout 2003, sur une route corse, au volant de sa voiture. La suite est racontée selon le plan du rituel de la messe des morts, avec à chaque partie de l’office religieux (Requiem...Dies Irae...) l’association d’une photographie de reportage d’Antonia (guerre de Yougoslavie, autonomistes corses cagoulés...). L’office est célébré par un beau spécimen de prêtre, oncle et parrain d’Antonia, qui nous dit toute sa tendresse pour sa filleule dont la grande passion aura été la photographie.

2-DES REFLEXIONS sur la photographie, et plus précisément le photojournalisme, entrecoupent ce récit. La pensée fondamentale de cette “philosophie de la photographie” est que : tantôt insoutenable, tantôt futile, la photographie renvoie sans cesse le photographe de l’obscénité à l’insignifiant, alternative qui forcément finit en échec.

 
 

POINTS FORTS

Il y en a beaucoup:

1-Une belle “composition”. Le roman est bien construit, son architecture a été pensée, l’agencement des souvenirs est intimement lié à la liturgie d’une messe et à l’évocation de photographies lourdes de sens.

2-Des portraits avec beaucoup de présence. Jérôme Ferrari  “tire le portrait” de personnages non fictifs, bien réels; ça sonne juste. J’ai adoré le prêtre, si ému et si humain, la mamma corse si intolérante, le militant indépendantiste si psychorigide et Antonia si entière, si fragile mais si libre aussi. Je me suis senti très proche d’eux.

3-Les Réflexions de Jérôme Ferrari, prof de Philo, sur les rapports de la photographie avec :

- le Temps:  “Ce que la photographie montre est figé dans la permanence du temps pour toujours et pourtant a déjà disparu dès le déclenchement de l’obturateur

- la Réalité: ”La photographie rend visible ce que personne ne veut voir ...cet instant arraché à la caducité... Elle lutte contre le confort de l’ignorance”.

D’où sa puissance. Mais les désillusions arrivent, la photographie peut aussi être:

- Obscène: “Les massacres sont brutalement arrachés à la sphère de l’intime pour être exposés en pleine lumière". (Les pendus de Tripoli)

- Futile: “Des photographes donnent de l’importance à des sujets futiles, pire encore, ils fabriquent de la futilité

- Ephémère voire inutile et par conséquent injustifiable: “Il n’y avait au fond que deux catégories de photos professionnelles, celles qui n’auraient pas dû exister et celles qui méritaient de disparaitre, si bien que l’existence de la photo était évidemment injustifiable.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pale rider - 10/10/2018 - 08:07 - Signaler un abus ’homme que nous décrit ici Jérôme Ferrari

    ne ressemble plus du tout à Dieu' : pas au nôtre c'est sûr. Mais peut-être resemble t il a l'image que s en fait M Ferrari. Je trouve donc ce point de vue intéressant et donc aussi un point fort du livre . Il pose la question de dieu face du mal .

  • Par pale rider - 10/10/2018 - 08:08 - Signaler un abus Face au évidemment

    .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marie Halmenschlager

Jean-Marie Halmenschlager est chroniqueur pour le site Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€