Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Illettrisme : 8 points pour comprendre le lourd défi auquel fait face la France

Alors ministre en 2014, Emmanuel Macron avait fait sensation en pointant un peu hâtivement la situation des ouvrières des abattoirs bretons de GAD. Devenu président de la République, il faut former le vœu qu'il fasse prendre des initiatives en cette matière délicate qu'est l'illettrisme.

Illettrisme

Publié le
Illettrisme : 8 points pour comprendre le lourd défi auquel fait face la France

L'incapacité à déchiffrer les éléments d'un texte, même simple, est un défi individuel autant qu'un gâchis collectif qui est, au total, un incinérateur de productivité.

Pour l'homme ou la femme qui ne sait pas lire, il faut savoir se raccrocher à des pictogrammes, à des codes couleurs ou à des photos des aliments qui décrivent le contenu d'une boîte de petits pois ou d'un paquet de pâtes.

1) L'incertitude sur les chiffres de l'illettrisme.

L'illettrisme est un fléau social qui ne se laisse pas appréhender aisément et qui fait peser une incertitude sur sa quantification. En se rapportant à une récente étude de l'INSEE, il ressort que 7% de la population française âgée de 18 à 65 ans ( et ayant été scolarisée en France ) est hélas illettrée. Plus de 3,1 millions de personnes sont par conséquent dans cette délicate situation. Evidemment comme toute forme d'exclusion sociale, ce phénomène est protéiforme. Ainsi, 53% des illettrés sont âgés de plus de 45 ans tandis que ce handicap professionnel concerne un peu plus de 10% des demandeurs d'emploi.

En 2004, 9% de la population était touchée, la France pourrait se contenter de ce léger mieux ( passage de 9 à 7% ) mais est-ce suffisant ? La réponse est d'autant plus négative que bien des incertitudes demeurent sur l'exhaustivité du recensement des illettrés qui, par définition, tentent de le masquer : à leur employeur, à la médecine du travail, à leurs proches. Convenons donc que le chiffre de 3 millions de personnes est un socle minimum qui ne nous garantit pas la présence possible de mauvaises surprises.

2) La question insolite du bornage : 18 à 65 ans.

Franchement, nous restons surpris à l'idée que le décompte soit ainsi tenu par un bornage qui n'a que peu de véritable pertinence. Il faut détecter – pour mieux tenter de l'endiguer – l'illettrisme avant 18 ans. De même, en respectant la traditionnelle césure entre troisième et quatrième âges, pourquoi devrions-nous accepter de vivre dans un pays où un homme de 70 ans est condamné à ne pas savoir lire son billet de train qu'il se nomme inOui au lieu de TGV. Très posément, nous estimons qu'un bornage 13 à 70 ans donnerait un reflet plus précis de ce gâchis social sans pour autant alourdir la machinerie statistique.

3) Le plafond de verre à front renversé :

L'expression du plafond de verre vient de la grande difficulté des femmes à accéder à des postes de hiérarchie élevée. De surcroît, à revenus équivalents à celui des hommes. Or, dans le cas de l'illettrisme, nous sommes face à un phénomène qui s'exprime à front renversé : ce sont 39% des illettrés qui sont des femmes et donc 61% qui sont des hommes. Peu d'études convergentes donnent une explication à cette situation : il n'y a pas de consensus explicatif.

4) Une grande cause nationale 2013 sans portée réelle :

Force est de constater que la grande cause aura vu de l'argent investi ou seulement dépensé mais n'aura pas déclenché de déclic salvateur. Des associations méritantes et sérieuses ont fédéré certaines actions, de grands groupes de renom ont réalisé des actions ponctuelles mais au total la grande cause n'a que peu mobilisé l'opinion. Pour caricaturer, les pièces jaunes sont connues là où cette opération d'Etat est restée sous les écrans radars de l'intérêt de la grande opinion. Il y a eu dissipation d'énergie et c'est regrettable. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par totor101 - 19/06/2017 - 11:22 - Signaler un abus PROBLEMES !

    1) l'école est obligatoire ! . 2) 7% de la population française âgée de 18 à 65 ans ( et ayant été scolarisée en France ) est hélas illettrée. . 3) il y a donc un problème au niveau de l'enseignement. . DONC si on enlevait une tranche de ludique et des cours parasites pour s'axer sur le FONDAMENTAUX le problème se réglerait ! ! ! !

  • Par essentimo - 19/06/2017 - 12:06 - Signaler un abus C.Q.F.D

    rien à ajouter.

  • Par Anouman - 19/06/2017 - 18:43 - Signaler un abus Illetrisme

    Il est clair que si on attend que les gens aient 45 ans pour déceler l'illettrisme c'est un peu tard. Mais pour des gens scolarisés cela devrait être détecté au plus tard à la fin du primaire. Quant aux immigrés il suffit d'exiger qu'ils sachent lire et écrire le Français pour les laisser entrer, comme ça pas de mauvaise surprise pour eux.

  • Par lexxis - 20/06/2017 - 05:55 - Signaler un abus UN BEL ARTICLE

    Un article profondément humaniste et qui montre que la maîtrise des chiffres n'exclut pas une profonde empathie avec ce public qui mérite notre aide et non pas comme trop souvent notre mépris. Une grande cause nationale avec comme objectif d'abord de recenser précisément le mal (allons, l'INSEE, on se bouge un peu?), puis de le diviser par deux en trois ans, par quatre en six ans. Déduction fiscale intégrale des sommes versées à cette cause dans la limite de 1% des revenus imposables. Mise en place d'un maillage régional et départemental du territoire avec des concours bénévoles, qui ne sauraient manquer, parce que la solidarité, ce n'est pas seulement de l'argent, c'est du temps donné et de l'attention à ceux qui n'oseront jamais venir nous solliciter, mais qui souffrent d'une forme particulièrement sournoise d'exclusion.

  • Par vangog - 20/06/2017 - 21:41 - Signaler un abus "Il faut former le vœu qu'il fasse prendre..."

    J'ai pas compris...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€