Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Iliade et Odyssée" : pour le spectacle, pas pour certaines intentions

Atlanti-culture

Publié le

THEATRE

Iliade et Odyssée

inspirées d'Homère

Mise en scène, adaptation, scénographie : Pauline Bayle

Avec la Compagnie A Tire-d'aile

INFORMATIONS

Théâtre de la Bastille

76 rue de la Roquette 75011 Paris

ATTENTION: dernière, le 3 février

Spectacle en alternance (1h30): 

Iliade les 23, 25, 30 janvier et le 1er février à 19 h précises

Odyssée les 24,26 et 31 janvier et le 2 février à 19 h

Intégrale le samedi  27 janvier et le 3 février à 19 h

Réservations : 01.43.57.42.14

www.theatre-bastille.com

RECOMMANDATION

EXCELLENT         

THEME

L'Iliade et l'Odyssée, évidemment !  Faut-il en dire plus ?

La notice de présentation affirme que l'adaptation s'appuie sur les traductions de Victor Bérard et Leconte de Lisle (chronologiquement, ce serait plutôt l'inverse...).  Et pour ceux qui ignoreraient le contenu de ces épopées, un résumé le rappelle.

POINTS FORTS

Le spectacle donne une idée juste du foisonnement du texte grec.  Même si on se doute que certains dialogues, d'un ton très contemporain, ne figure pas chez Homère, d'autres passages en sont manifestement extraits. L'humour n'est pas absent, tant mieux ! Les récits de combats sanglants sont réalistes et bien rendus.

Les énumérations (la liste des bateaux, les guerriers engagés) respectent bien la manière d'Homère. Les comédiens ont du mérite de citer de mémoire tous ces noms grecs !

Bonne initiation pour qui ne connaîtrait pas ces chefs d'oeuvre et voudrait les aborder de manière plus ludique. La moitié de la salle était d'ailleurs composée de jeunes.

La mise en scène minimaliste surprend (les bras trempés dans des paillettes dorées suggèrent une armure, ou dans la peinture rouge, le sang). Le début se fait dans le hall d'entrée quand, soudain, alors qu'on est tous debout, attendant l'ouverture des portes, un acteur vient résumer la situation des forces armées en présence.

Les 5 comédiens (Charlotte van Bervesselès, Florent Dorin, Alex Fondja, Vickoria Kozlova, Yan Tassin) ont du métier, sont sympathiques, prometteurs, compétents.

POINTS FAIBLES

Comme ils ne sont que 5 pour la multitude de personnages, amis-ennemis, Grecs-Troyens, combattants, dieux de l'Olympe, etc... il ne faut pas manquer l'instant où chacun est obligé de rappeler le rôle qu'il joue : "Moi, Achille" ou "Moi Zeus,  et ainsi de suite. Seuls quelques éléments de costumes aident à les repérer : Zeus porte en pendentif un éclair, Poséidon une casquette à trident, Aphrodite une perruque blonde... Heureusement, un panneau dans le fond du décor, dresse en partie la liste des Grecs et celle des Troyens, on s'y retrouve !

Que la jeune femme metteur en scène tienne, dans le dépliant de présentation, un discours de féministe militante, c'est son droit. Mais on suppose qu'elle n'ignore pas  que faire jouer un rôle féminin par un homme n'est  pas une nouveauté, il ya belle lurette que le théâtre, antique ou classique, en faisait autant. L'inverse est sans doute plus rare... Aussi Hector, comme Achille, sont-ils tenus par de jeunes comédiennes (courageuse celle qui joue Achille d'ailleurs, quand elle reçoit des seaux d'eau censés figurer la colère du fleuve). Quant à Héra, jouée par un homme qui porte un soutien-gorge rouge, cela ressort du comique, et pourquoi pas ? Mais qu'elle nous affirme péremptoirement (c'est écrit dans la note d'intention) :  "En faisant jouer un rôle d'homme par une femme, on peut concrètement voir qu'une femme peut avoir en elle de la rage, de la colère et qu'elle a les épaules pour mener une armée. A l'inverse, on est témoin de la douceur et de la compassion dont peut témoigner un homme à l'égard de quelqu'un d'autre. Finalement, j''attends du théâtre qu'il vienne questionner et faire évoluer des conceptions toutes faites afin de se familiariser avec une nouvelle vision du monde, neuve et surprenante"... c'est tout de même un peu prétentieux, non ?

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hélène Renard pour Culture-Tops

Hélène Renard est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€