Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’identité nationale enfin embrassée par la gauche, seul bénéfice concret de la polémique sur la déchéance de nationalité

Alors que le débat sur la déchéance de nationalité s’impose actuellement à toute la classe politique française, la gauche est particulièrement animée par des questions qu’elle n’a pas toujours maîtrisées. Identité nationale, patriotisme, nation… Autant de concepts davantage liés à la droite ces dernières années, mais que la gauche semble se réapproprier aujourd’hui. Et c’est une bonne nouvelle.

Volte-face

Publié le
L’identité nationale enfin embrassée par la gauche, seul bénéfice concret de la polémique sur la déchéance de nationalité

Atlantico : La gauche a souvent crié au loup quand on parlait d’identité nationale, de nationalité ou de crise identitaire. Le débat actuel sur la déchéance de nationalité est-il le signe d’un changement de paradigme à gauche, comme en 1983 sur le plan économique ?

Michel Lacroix : On constate évidemment une inflexion du corpus idéologique de la gauche, mais qui est en fait un retour aux sources. Traditionnellement, sous la Révolution française, puis au 19e siècle, notamment pendant la IIIe République, la gauche a incarné le patriotisme et l’idée nationale. Vous avez des gens comme Léon Gambetta et Jules Ferry qui étaient des hommes de gauche et de grands patriotes. Ce souci de l’identité nationale et de la nation, c’est pour la gauche un retour à son héritage culturel, c’est en quelque sorte son code génétique qu’elle retrouve.

Elle retrouve son logiciel profond après la grande parenthèse de l’internationalisme et parfois même de l’antipatriotisme. On ne peut que se réjouir de voir la gauche revenir dans le giron de l’identité nationale et ne plus considérer la patrie comme un objet suspect.

Pensez-vous que la gauche a vraiment pris la mesure de la crise identitaire que vit la France en ce moment, avec la question des migrants, de la place de l’islam dans la société française, etc. ?

Tout dépend de quelle gauche nous parlons. Je pense qu’il y a une prise de conscience différente selon les courants. Nous avons une gauche qui est en train d’ouvrir les yeux sur la réalité, et une autre qui a encore des œillères et qui voit la réalité comme elle aimerait qu’elle soit et non comme elle est vraiment. On ne peut pas répondre de façon univoque. Il y a des hommes de gauche qui sont, à mon avis, très conscient du danger que nous traversons et de la situation critique dans laquelle nous nous trouvons. De l’autre côté, il y a une gauche qui est plus irénique et qui est encore dans l’utopie du multiculturalisme.

Plusieurs personnalités de gauche semblent se convertir depuis peu à la question identitaire. Jean-Vincent Placé souhaite étendre la déchéance de nationalité à tous les Français, et pas seulement les binationaux. Idem pour Bruno Le Roux et Jean-Christophe Cambadélis, qui était pourtant contre au début et qui a fait volte-face ce lundi. Ségolène Royal soutient aussi la mesure proposée par François Hollande. Selon vous, ces nouveaux positionnements politiques sont-ils sincères, ou seulement animés par des calculs politiciens ?

Il y a tout d’abord la prise de conscience que l’opinion française est résolument favorable à la déchéance de nationalité, et le propre d’un gouvernement est de tenir compte de l’opinion. En second lieu, je pense qu’il y a pour beaucoup d’entre eux un acte sincère, un acte authentique. Ils sont en train de retrouver leur vocation traditionnelle d’être une gauche patriotique. Encore une fois, c’est la gauche qui a apporté le patriotisme sur les fonts baptismaux sous la Révolution Française et au 19e siècle. Et la gauche actuelle est en train de renouer avec cela. Moi je crois à l’authenticité et à la sincérité de cette position. Ce n’est pas une posture hypocrite, je crois vraiment que c’est authentique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par REVERJOVIAL - 08/01/2016 - 10:14 - Signaler un abus la gauche et le patriotisme

    La coupure entre gauche et patriotisme c'est fait par le mouvement communiste qui l'a remplacé par l'internationalisme dans les années 20 au bénéfice d'abord de Lénine et de Staline ensuite qui à trouvé la un levier idéologique puissant pour diriger en sous main les partis de gauche à ses intérêts dans les pays européens. On voit ces méfaits dans toute la sphère gauchiste qui est pour l'ouverture totale des frontières aux migrants en niant les aspects culturels, religieux et sociaux des peuples européens en manipulant ce concept de l'universel pour imposer ces migrations et paradoxalement défendre ensuite une fois installées, la singularité de ces cultures religieuses moyenâgeuses à l'opposées de leur idéologie athée ou laïque.

  • Par cloette - 08/01/2016 - 13:50 - Signaler un abus C'est de l'opportunisme

    s'étant rendu compte que le vent tourne, de la stratégie électorale , la preuve Taubira est gardée, ils n'ont pas peur de dire tout et le contraire de tout , la claque sera forte et sans doute inattendue pour eux !

  • Par perceval - 08/01/2016 - 20:00 - Signaler un abus Même si ce n'est pas le but de cet article...

    Où l'on voit que, finalement, dans l'esprit de beaucoup ce ne sont pas les mots ou les concepts qui comptent mais ceux qui les profèrent ou les élaborent (finalement si l'on demande l'heure, la réponse de l'un sera plus crédible que celle de l'autre en fonction de son oreille). L'auteur de ces propos est manifestement de "gauche" et il se délecte qu'elle puisse apparaître présentable. Le fait est qu'il y a et qu'il restera des différences immenses entre gauche et droite, même si au final les objectifs avoués sont supposés être les mêmes, les façons d'y parvenir sont totalement opposées. La gauche privilégie le groupe, la société souvent au détriment de l'homme; la droite (la vraie, pas les sociaux démocrates qui la composent majoritairement), elle, privilégie l'homme.

  • Par vangog - 08/01/2016 - 22:35 - Signaler un abus Ces revirements spectaculaires des gauchistes

    prouvent leur opportunisme et leur manque total de convictions. Ils pourraient avoir le courage de conserver leurs croyances internationalistes, mais ils sont submergés par les conséquences de leur mauvaise politique, et les plus lâches et opportunistes en profitent pour prendre la poudre d'escampette de l'idéologie gauchiste: Cambadelis, Placé, Le Roux, Flamby-le-menteur, Royal...les moins convaincus de tous par l'idéologie...si le vent tournait de nouveau à gauche, ces vermines seraient les premières à revenir sur la déchéance de nationalité...

  • Par Texas - 09/01/2016 - 21:03 - Signaler un abus " Ce n'est pas une posture hypocrite "....!!?

    Entre cet article et l' éloge de Mitterrand un peu plus loin , vous avez fait ma journée ! .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Lacroix

Michel Lacroix est philosophe et écrivain, il a publié de très nombreux livres notamment le dernier Eloge du patriotisme, 2011, Robert Laffont.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€