Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'idée d'un protectionnisme européen finira-t-elle par s'imposer ?

En présentant ses 32 propositions chiffrées Nicolas Sarkozy a dévoilé sa « Lettre au peuple français ». Le président-candidat prône une politique plus stricte quant à l'ouverture des frontières européennes. Mais cette idée pourrait-elle être entendue ?

ProtectiUEnnisme

Publié le

Le protectionnisme a franchi les limites de la querelle d’initiés pour s’inviter dans la campagne présidentielle. Peu nombreux sur la place publique avant l’automne dernier, ses thuriféraires de longue date tels Jacques Sapir, Jean-Luc Gréau, Hervé Juvin, Emmanuel Todd ou encore Hakim El-Karoui, sont aujourd’hui rejoints par de nouveaux ralliés de tous horizons, à commencer par Nicolas Sarkozy. En défendant le principe de la réciprocité dans l’ouverture des frontières, le président-candidat vient en effet d’enfreindre un tabou vieux d’un quart de siècle. Aucun dirigeant français ne s’était jusqu’alors aventuré à remettre en cause l’ouverture quasi-totale des frontières européennes aux biens et services venus du reste du monde.

Le discours dominant sur le protectionnisme est bien connu : il serait un instrument au service des égoïsmes nationaux et du repli sur soi, il ne pourrait servir qu’à nuire aux efforts de compétitivité auxquels les Européens doivent s’astreindre. Rien ne remplacerait un libre-échange symbole d’ouverture et de tolérance entre les peuples et instrument d’une mondialisation bénéfique aux pays en développement…Plusieurs éléments sont pourtant venus assombrir ce tableau idyllique.

Avec 500 000 emplois industriels perdus entre 2000 et 2010, la France perd ses usines en masse et ne parvient pas à recaser une main d’œuvre peu qualifiée vivant dans des territoires où les nouveaux gisements d’emplois sont des plus rares. Les odes à la compétitivité et à l’innovation n’ont guère de chance de toucher des quinquagénaires qui ont fabriqué des jeans ou des vélos pendant 30 ans. Pris en charge par un Etat Providence aujourd’hui exsangue, ces anciens ouvriers désespérant de retrouver un nouvel emploi se sentent abandonnés par un pouvoir politique qui ne peut rien changer sur le fond. Les règles commerciales édictées par Bruxelles restent fondées sur le même crédo du libre-échange en dépit d’un manque évident de réciprocité de la part des grands pays exportateurs, à commencer par la Chine.

De quoi s’agit-il au fond lorsque l’on évoque un retour du protectionnisme ? Les défenseurs du « juste échange » ne prônent pas le retour de barrières tarifaires étanches pour barrer la route aux importations de produits à bas coût. L’idée est d’imposer une forme de réciprocité entre les pays industrialisés et les pays émergents en s’attaquant aux différentes formes de dumping pratiquées. Car les coûts de production dérisoires ne sont pas seuls en cause. La Chine par exemple pratique une sous-évaluation du Yuan qui équivaut à une subvention massive de ses exportations ; ses normes sociales et environnementales d’une exigence dérisoire comparées aux nôtres diminuent davantage encore ses coûts de production. Tout est fait en revanche pour dissuader les produits étrangers de pénétrer le marché chinois : règlementation tatillonne, préférence nationale dans les appels d’offres sans oublier l’inconvertibilité d’une monnaie qui oblige ceux qui la détienne à ne l’utiliser que pour acheter ou investir…en Chine

Les défenseurs du protectionnisme considèrent dans de telles conditions qu’il est légitime de rétablir une certaine équité dans les échanges, en instaurant des droits de douane sur les marchandises produites dans des conditions sociales, environnementales ou fiscales jugées déloyales. Des pays bafouant les normes de l’Organisation Internationale du Travail ou ne respectant pas les limites d’émissions de CO2 se verraient ainsi taxés leurs produits à l’entrée de l’Union européenne. Reste à savoir ce qui serait fait du produit de ces droits de douane…De manière logique, cet argent devrait remplir les caisses de l’Etat concerné qui a en bien besoin par les temps qui courent. Plus audacieuse est l’idée de réaffecter le produit de ces droits de douane, soit aux organisations internationales chargées de faire appliquer les règles d’équité (notamment l’OIT), soit auprès d’organisations multilatérales vouées à l’aide au développement (programme alimentaire mondiale, PNUD, ONG…[1])

Quelle que soit la forme choisie, cette régulation des échanges doit de toute façon passer un obstacle de taille : la lourde procédure communautaire. La mise en place de ces barrières douanières ne requiert pas, il est vrai, l’accord unanime des 27 pays membres de l’Union Européenne ; une simple majorité qualifiée suffirait à faire adopter une telle mesure. Cela signifie tout de même une majorité d’Etats représentant 65 % de la population de l’UE. Rien d’impossible donc, en théorie, mais le chemin menant à ce protectionnisme européen version soft promet d’être bien long…

[1] Ce protectionnisme social est mis en avant par 3 journalistes économiques, Franck DEDIEU, Benjamin MASSE-STAMBERGER et ADRIEN de TRICORNOT, dans leur ouvrage paru en décembre dernier aux Editions Gallimard, Inévitable protectionnisme 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par golvan - 16/04/2012 - 10:32 - Signaler un abus Des échanges de posts

    Des échanges de posts intéressants ont déjà été effectués au sujet de l'article sur les transferts de technologie le 14 04. Le sujet est quasiment le même cette fois-ci. Personne de censé n'a jamais cru à l'imposture de la déréglementation, baptisée pompeusement mondialisation. Le mythe de la supériorité de la RD occidentale permettant de rester devant le monde entier et compensant la désindustrialisation de l'Europe est une idiotie. Le chômage de masse européen rend inéluctable le rétablissement de droits de douane quels que soient leur appellation pour ne pas choquer les chastes oreilles de nos "partenaires commerciaux". Car le chômage de masse va balayer tout le modèle social européen. C'est la bourgeoisie européenne qui est responsable de ce désastre, celle de droite par sa cupidité à court terme, celle de gauche (voir Pascal Lamy)pour avoir oublié les prolétaires européens au profit des prolétaires lointains et exotiques (et moins moins dérangeants localement), prolétaires qui finissent par voter Le Pen ou Mélenchon. Dernier point: il n'y a pas que des cinquantenaires à la recherche d'emplois, de nombreux jeunes peu ou pas formés, n'ont aucune chance de trouver un emploi

  • Par golvan - 16/04/2012 - 10:48 - Signaler un abus (suite et fin)

    dans un modèle de société totalement utopique où il n'y a de place que pour les gens brillants et formés à l'innovation perpétuelle. Il suffit de voir la France (mais c'est pareil ailleurs en Europe) pour se rendre compte que seule la production de biens manufacturés localement permettra d'insérer des populations dont c'est la seule chance d'obtenir un travail. En France le mépris pour le travail manuel a fortement contribué au mensonge du "tout intelligence", le mythe d'une société sans usine ayant été gobé sans broncher par la bourgeoisie de gauche rêvant d'une société d'employés de la fonction publique, et par la bourgeoisie de droite, chantre de l'élitisme et de l'excellence académique et de l'innovation perpétuelle qui devaient nous maintenir en tête du combat économique mondialisé. Tout ça a fait un gros plouf, et il faut se résoudre à l'idée que nos sociétés ne sont pas uniquement composées d'ingénieurs et de chercheurs, et que collectivement, un modèle qui fait travailler le plus grand nombre de citoyens coûte infiniment moins cher, même si le fameux écran plat emblématique des bienfaits du commerce mondialisé coûtera plus cher.

  • Par cqoiqéqon - 16/04/2012 - 18:36 - Signaler un abus @ golvan

    décidément, sans savoir qui vous êtes, j'aime assez vos commentaires en plein dans le mille. @ l'auteur: vous pouvez donc vous rassurer, ça ne sera pas long!!! d’après Golvan et je le pense aussi, nous aurons tellement de choses à faire rapidement, genre cultiver des patates pour bouffer, que ça va nous faire du plein emploi assez rapidement. Et puis dans ce cas, pourquoi s'emmerder à se protéger, doit on craindre une importation sauvages de navets? Vive le l'ultra libéralisme... pour ceux qui savent perdre uniquement...les baisés comptez vous! eh oui, fallait pas laisser votre banquier faire mumuse avec vos économies d'abord parce qu'il ramasse plus que vous ensuite parce que ce que vous avez prit ailleurs, la rendu indisponible pour d'autres...la roue tourne et c'est heureux.

  • Par Equilibre - 16/04/2012 - 19:16 - Signaler un abus Ou court...

    "...le chemin menant à ce protectionnisme européen version soft promet d’être bien long..." Il faut juste convaincre l'Allemagne, trois fois rien. Et plein d'autres pays, surement. Bref, le neuro aura le temps de s'écrouler et de nous ruiner avant qu'une quelconque forme de mesure allant dans ce sens soit votée. Le plus marrant, c'est que tout le monde en fait, d'une manière ou d'une autre, sauf nous ou presque. J'ai comme l'impression de jouer à un jeu dont les règles sont différentes pour les autres joueurs. Que d'idéologie pourrie là-dedans. CKIKAFAIT cette UE pourrie? @Golvan: très beau commentaire effectivement.

  • Par cqoiqéqon - 16/04/2012 - 21:05 - Signaler un abus les gouvernements depuis 40

    les gouvernements depuis 40 ans, donc les peuples! un coup à droite, un coup à gauche...ce qui tempère un peu la dénonciation de Golvan à l'endroit de l'aristocratie... qui n'est coupable celons moi que de nous avoir vendu un modèle démocratique à la con,tout simple, qui consiste à diviser pour mieux régner là où les gouvernements ont pour mission fondamentale d'impliquer et de réunir les forces et les compétences...;gnagnagna je vous épargne mon couplet stochocratique pour ce coup là!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Julien Winock

Après avoir travaillé dans l'édition et dans l'internet culturel, Julien Winock a fait partie de plusieurs cabinets ministériels.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€