Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les hydroliennes : exemple même des inerties qui bloquent l’industrie énergétique

L'industrie française, à la peine, pourrait profiter des recherches et du développement d'un marché d'avenir, les énergies marines renouvelables. Il est pourtant capital de ne pas brûler les étapes. Extrait de l'ouvrage de Loïk Le Floch-Prigent, "Il ne faut pas se tromper, pour en finir avec les idées reçues sur l'énergie et l'industrie", publié chez Elytel Editions (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Les hydroliennes : exemple même des inerties qui bloquent l’industrie énergétique

 Crédit FRED TANNEAU / AFP

Les hydroliennes

Les énergies marines ont fait les beaux jours de l’actualité jusqu’à laisser imaginer que dans un temps très court la Bretagne allait trouver là son autonomie énergétique. J’ai indiqué très tôt qu’il fallait faire attention car nous n’étions pas encore au niveau de maturité espéré aussi bien d’un point de vue scientifique que technique et industriel. Cela n’a pas empêché, et c’est une bonne chose, les expérimentations sur les hydroliennes. Je me suis réjoui, en particulier du projet DCNS-Edf à PaimpolBréhat et de l’installation Sabella à Ouessant.

D’autres projets existent, comme celui de Guinard Energies dans le golfe du Morbihan et on peut espérer que l’on ira au bout des essais. Les initiatives ne manquent pas sur le reste des énergies marines, et je lis avec beaucoup d’intérêt tout ce qui peut se dire et se faire sur ce sujet. Mais il faut dire et redire, en particulier aux politiques et aux commentateurs de l’actualité qu’il y a un temps pour la recherche et un temps pour l’industrie, ce domaine n’est pas encore optimisé, c’est-à-dire que l’on ne sait pas encore si les instruments évoqués seront ou non des ébauches de ceux qui seront vraiment économiques. L’industrie de l’énergie est une compétition sur les prix, on peut tordre l’économie sur les prototypes, on ne peut pas le faire très longtemps sur la généralisation industrielle. On sait dès maintenant que les éoliennes en mer prévues dans les officines françaises ne seront pas compétitives en termes de prix, c’est un risque qui a été assumé par les gouvernants français, mais ils ont oublié d’en prévenir les contribuables. Il ne faut pas se tromper si l’on veut progresser dans les autres énergies marines. 

Après avoir lancé de manière tonitruante le programme Alstom d’hydrolienne Océade 1,4 MW. Après avoir certifié que l’acheteur d’Alstom énergie, General Electric, allait poursuivre ce programme qui devait installer avec Engie le Raz Blanchard dans le Cotentin, on sait que le géant américain veut dès maintenant jeter l’éponge. Diagnostic : pas mûr même pour une expérimentation. Pendant le même temps les hydroliennes DCNS expérimentées à Bréhat ont été sorties de l’eau, problèmes de corrosion, problèmes de rendement et de raccordement au réseau électrique. Normal, nous en sommes à la phase de prototype. On annonce, de nouveau, et de manière tonitruante le marché mondial ouvert « Le marché des Energies Marines Renouvelables est en train de se structurer et est au seuil du décollage ». Mais la réalité c’est qu’il existe encore des incertitudes majeures quant à l’outil qu’il faudra retenir et que tout le monde scientifique, technique et industriel sait que personne n’est encore vraiment prêt pour dire que nous sommes arrivés à un point d’optimisation en termes de rendement, en termes de corrosion, en termes de taille de la turbine et de positionnement, et en termes de raccordement au réseau existant – en tenant compte du niveau d’intermittence – sans même parler des problèmes d’industrialisation. Après la première immersion et les premiers essais, il y a tout un travail à exécuter où le numérique peut aider à franchir rapidement les étapes, mais avant de penser à industrialiser et conquérir une part du marché mondial, il y a un chemin considérable à effectuer. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 21/07/2018 - 11:46 - Signaler un abus oui MAIS

    y a des chercheurs de subventions qui piaffent....et au nom du cocorico les payeurs consommateurs comprendront trop tard... l'Etat stratège avec son plus récent avatar Areva est là pour nous le rappeler je serai pour l'énergie verte le jour ou elle sera compétitive avec son propre financement privé donc sans subventions et ou il n' y aura ps d'obligation d rachat par EDF ....à un prix garantis hors prix du marché/ On peut rêver

  • Par tananarive - 21/07/2018 - 15:00 - Signaler un abus Avantage à l'hydrolien.

    C'est qu'avec une table de marée l'on connait les heures de production et que l'on peut anticiper la relève, contrairement aux éoliennes ou ce n'est que du vent, qui va qui vient, et au solaire ou les nuages passent. Ces deux énergies sont comme les politiques qui les soutiennent.

  • Par moneo - 21/07/2018 - 19:46 - Signaler un abus chères énergies vertes

    https://www.contrepoints.org/2017/01/16/277913-energies-renouvelables-plus-cheres-inadaptees

  • Par Anguerrand - 21/07/2018 - 21:05 - Signaler un abus Les hydrolithes oui

    Les éoliennes non. Quand je vois régulièrement des parcs éoliens ou 25% sont en panne même par grand vent, j’imagine que le KW éolien revient extrêmement cher. Les raisons de ces pannes à répétition ne sont jamais expliquées, si quelqu’un peut m’éclairer ce serait avec plaisir, ce ne sont que des moulins à vent , non ?

  • Par moneo - 22/07/2018 - 17:22 - Signaler un abus hum

    https://tpehydroliennes.webnode.fr/coût%20et%20rentabilite/ ça coûte ce prix en théorie et dans l'ignorance des coûts d'entretien.... bref nos porte feuille sont grands ouverts

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Loïk Le Floch-Prigent

Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.

Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981-1982), il devient successivement PDG de Rhône-Poulenc (1982-1986), de Elf Aquitaine (1989-1993), de Gaz de France (1993-1996), puis de la SNCF avant de se reconvertir en consultant international spécialisé dans les questions d'énergie (1997-2003).

Dernière publication : Il ne faut pas se tromper, aux Editions Elytel.

Son nom est apparu dans l'affaire Elf en 2003. Il est l'auteur de La bataille de l'industrie aux éditions Jacques-Marie Laffont.

En 2017, il a publié Carnets de route d'un africain.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€