Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"L’humiliation, le Moyen Âge et nous" : l'humiliation, un héritage essentiel du Moyen Age

Dans son dernier livre, le grand historien Michel Zinc explique comment, à travers le christianisme, l'humiliation et l'humilité, telles que nous les concevons aujourd'hui, ont trouvé leurs racines au Moyen Age. Une démonstration qui se révèle capitale pour comprendre le fonctionnement de notre société.

Atlanti-culture

Publié le
"L’humiliation, le Moyen Âge et nous" : l'humiliation, un héritage essentiel du Moyen Age

LIVRE

L’humiliation, le Moyen Âge et nous 
de Michel ZINK
Editions Albin Michel
272 pages

RECOMMANDATION

EN PRIORITE

THEME

La civilisation médiévale ne craint rien plus que l’humiliation. Pourtant cette « civilisation de l’honneur » adhère avec le christianisme à une religion dont le moment fondateur est une scène d’humiliation : la crucifixion du Christ. Cette contradiction écartèle la société de ce temps. Le christianisme va faire de l’humilité une vertu, idée révolutionnaire qui est étrangère à la morale antique. Le Christ va devenir, dixit Saint-Augustin, doctor humilitatis, un maître d’humilité ; c’est par une inversion des valeurs que l’humiliation de l’humilié va se transformer en gloire de l’humilité.

La dernière des Béatitudes ne dit pas autre chose : « heureux êtes-vous si l’on vous insulte à cause de moi… Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux. »

Sentiment douloureux et ambivalent, l’humiliation telle que nous la concevons aujourd’hui trouvent ses racines au Moyen Âge. C’est à cette époque, où se met en place une société modelée par le christianisme, que la civilisation occidentale doit sa capacité à s’identifier aux humiliés.

POINTS FORTS

Un cours d’histoire, façon Collège de France, s’offre au lecteur en moins de 300 pages. D’une clarté et d’une érudition rare, le propos de Michel Zink est remarquablement intéressant en ce qu’il allie à l’histoire proprement dite une analyse d’anthropologie culturelle qui nous renvoie à des caractères contemporains. Nous guidant, au fil de sa thèse, à l’aide d’exemples allant de Saint Thomas d’Aquin à Rutebeuf en passant par François Villon et la Chanson de Rolland, l’historien établi une typologie des humiliations et soulève les ambiguïtés et les racines d’une notion qui influent toujours sur nos comportements.

POINTS FAIBLES

Je n'en vois pas.

EN DEUX MOTS

Si « la recherche, parfois extrême et exaltée, de la mortification et de l’ascèse est une constante du sentiment religieux au Moyen Âge » (p. 83) n’en va-t-il pas de même, dans une moindre mesure, pour nous ? Ne sommes-nous pas souvent contrits ou dans une logique de flagellation vis-à-vis de notre passé historique ou régulièrement pris de compassion pour l’humilié que l’on voit sur nos écrans, pris soudain par l’impérieux besoin de faire pénitence ? C’est à la lumière de l’histoire médiévale que notre société peut être éclairée ; Michel Zink, grâce à sa connaissance du Moyen Âge, ce moment dont on a prétendu à tort qu’il était obscur, nous révèle cet héritage marqué par l’idée d’abaissement, dont on ne peut plus douter qu’il est encore vivace sous de nouvelles formes.

UN EXTRAIT

« La civilisation médiévale, féodale et chevaleresque, est comme toute civilisation de ce type, une civilisation de l’honneur, qui redoute et abomine l’humiliation plus que tout. Mais sa religion, le christianisme, est une religion de l’humilité. […] Cette contradiction le Moyen Âge nous l’a légué. La féodalité et la chevalerie ont disparu. La société d’aujourd’hui ne voit plus dans le christianisme la mesure et le sens de toute chose. Mais l’ambivalence de l’humiliation demeure. Nous la redoutons et nous l’évitons, car la sanction sociale de l’honneur et de l’infamie à pour nous un sens. Mais nous ne condamnons pas l’humilié. C’est au contraire à lui que spontanément nous nous identifions. Sans hésitation nous faisons nôtre sur ce point la tradition judéo-chrétienne. »

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JLH - 08/09/2017 - 13:22 - Signaler un abus j'achète immédiatement

    on ne passe jamais à coté d'un livre de M. Michel Zinc, génial narrateur et 'réhabilitateur" (je n'aime pas trop ce mot) sur la route de Jacques Le Gof, celui par qui le moyen âge méprisé par la doxa post révolutionnaire est redevenu une part essentielle de ce qui fonde notre civilisation qui tend à l’universel.

  • Par jurgio - 08/09/2017 - 18:47 - Signaler un abus Aujourd'hui, on appelerait ça

    un dégonflage de melon.

  • Par Sedona - 08/09/2017 - 22:38 - Signaler un abus J'ai lu

    Et je confirme

  • Par Sedona - 08/09/2017 - 22:39 - Signaler un abus J'ai lu

    Et je confirme

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Boespflug pour Culture-Tops

Thomas Boespflug est chroniqueur pour le site Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€