Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hubert Védrine : "La supériorité de l'Occident sur le reste du monde est de plus en plus illusoire"

Si l'on a pu croire après la chute du bloc soviétique que les valeurs occidentales rayonneraient sur l'ensemble du monde, les années 2000 et les conflits de l'ère Bush ont démontré qu'il n'en serait rien. Face à l'émergence de nouvelles puissances, et au retour de certaines, il est temps de revoir un logiciel diplomatique déjà dépassé afin de défendre nos intérêts à la juste mesure de nos moyens.

Enjeux

Publié le
Hubert Védrine : "La supériorité de l'Occident sur le reste du monde est de plus en plus illusoire"

L'ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine (ici, en 2008). Crédit Reuters

Atlantico : Peu après la Syrie, le théâtre ukrainien semble révéler les limites d'une diplomatie occidentale qui ne saurait considérer un seul instant le recours aux moyens militaires pour défendre ses prérogatives. Comment expliquer une telle prudence, voire une certaine paralysie ?

Hubert Védrine : Il faut tout d’abord rappeler que, chaque fois que l’Occident intervient, il ne prétend pas le faire au nom de la défense de ses « prérogatives », mais au nom de la communauté internationale. On entend souvent dire que cette dernière est indignée par le comportement d’un chef d’Etat comme Vladimir Poutine, mais une communauté internationale sans la Russie n’a déjà plus de fait un caractère si international que cela. Cette forme  d’abus de langage est typique d’une vision qui oscille sans arrêt entre le fait de traiter avec le monde, autrement dit d’exercer la diplomatie telle qu’elle a toujours été exercée, et la volonté de le changer.

L’on parlait aux siècles passés d’une « évangélisation » du globe, et c’est d’une certaine manière l’extension des valeurs des Droits de l’homme qui a repris le flambeau aujourd’hui. Plus précisément, c’est une partie de l’Occident, notamment les Etats-Unis et la France,  qui considère actuellement qu’elle a un rôle particulier à jouer dans le concert des nations, (exceptionnalisme, universalisme)

Cette logique de l’intervention au nom d’un ensemble de valeurs ne date certes pas d’hier, mais elle s’est particulièrement renforcée avec la fin de l’Union soviétique, la chute du dernier rival de Washington laissant présager, du moins le croyait-on, l’arrivée d’un monde global sur fond de triomphe de l’Occident. La théorie de la « Fin de l’histoire » qui se popularise au même moment dessine ainsi l’émergence d’un unilatéralisme qui marquerait la dernière étape d’un processus historique continu et linéaire. Dans un climat aussi favorable, il devenait en tout cas bien plus facile pour les puissances occidentales d’intervenir sur différents points de la planète sans déclencher de risques géopolitiques majeurs. Si certaine de ces ingérences ont reçu l’assentiment du Conseil de Sécurité, comme pour la première Guerre du Golfe en 1991, l’intervention de 2003 en Irak était bien l’illustration de la volonté d’une puissance contre l’avis d’autres nations. On voit néanmoins aujourd’hui que les opinions occidentales sont fatiguées de cette longue période d’interventions, notamment suite à l’affaire d’Afghanistan. 

Chacun sait ainsi que Barack Obama a justement été élu essentiellement pour mettre fin à ce que l’on considérait comme les guerres de l’ère Bush dont l’impopularité est allé croissante au fil du temps. Cet épuisement s’illustre notamment par une capacité de plus en plus faible à générer l’assentiment populaire ainsi que par une difficulté toujours plus grande à faire pression sur les gouvernements afin d’emporter l’aval des organisations internationales. Le fait que plusieurs de ces interventions n’aient pas atteint leurs objectifs initiaux, combinée à l’émergence de problèmes internes à l’Occident ont par ailleurs rendu la « gestion du monde » de plus en plus complexe, d’où la perte d’enthousiasme constatée actuellement. En vérité, les Occidentaux, bien qu’ils conservent la puissance et la richesse, ont déjà perdu depuis plusieurs années le monopole de la conduite des affaires du globe, les cas de la Syrie et de l’Ukraine n’étant clairement pas les éléments déclencheurs d’une telle tendance.

Bob Corker, sénateur républicain, a récemment affirmé que la politique de soutien de Washington arrivait "toujours un jour trop tard et un dollar trop court" pour appuyer le gouvernement provisoire de Kiev. Peut-on dire que l’on a encore les moyens de nos ambitions à l'Ouest ?

Il s’agit là avant tout de commentaires conjoncturels. Plus largement, on peut dire que la perte relative d’influence de l’Europe et des Etats-Unis résulte mécaniquement de l’émergence de nouvelles puissances. Rappelons que lors de la création des Nations-Unies le 24 octobre 1945, on ne comptait « que » 49 Etats-membres contre 193 aujourd’hui. Plusieurs de ces nouvelles nations, que l’on a longtemps baptisé « pays en voie de développement » par politesse, ont ainsi commencé à émerger sur la scène planétaire, d’abord avec les fameux « dragons » asiatiques (Japon, Corée du Sud, Taïwan…) puis avec des géants comme la Chine et l’Inde. Perçu comme un phénomène « pittoresque » dans un premier temps, ce développement de nouvelles puissances a fini par devenir un réel défi pour les Occidentaux, ces derniers réalisant petit à petit que d’autres pays allaient vouloir partager le leadership mondial avec eux. 

Quant à savoir si nous disposons encore des « moyens de nos ambitions », il faudrait préalablement définir ce que ces dernières doivent être. Si notre logique, comme je le disais précédemment, est de traiter avec le monde extérieur au mieux de nos intérêts (sécuritaires, économiques, culturels…) il est évident que nous en avons tout à fait les moyens aujourd’hui, et quand bien même ce ne serait pas le cas il n’y aurait aucune raison de baisser les bras devant les difficultés. La perte du monopole mondial de puissance ne doit pas nous entraîner dans une sorte de déprime qui aboutirait à ce que nous ne défendions même plus nos intérêts stratégiques. 

Si à l’inverse les Occidentaux continuent d'être inspirés par une logique d’hégémonie totale, tant sur le plan économique que militaire et moral, cette illusion sera de plus en plus contestée par les nouveaux acteurs. Si cette supériorité a toujours été illusoire (personne n’a réussi à faire de la Chine ou de la Russie un « gros Danemark » sur le plan de la démocratie et des Droits de l’homme) ce serait un paradoxe de continuer à y croire aujourd'hui. L’enjeu est donc de dépasser les croyances simplistes et de jouer intelligemment les cartes qui sont les nôtres. 

Depuis 1945, on s’est mis à théoriser l'idée que la démocratie libérale était forcément liée à la croissance économique, ce système étant d'une certaine manière appelé à s'imposer aux destins des peuples. L'émergence de puissances de premier plan comme la Chine ne vient-il pas remettre en cause ce constat aujourd'hui ?

Il est vrai que la théorie selon laquelle un pays sous-développé ne pouvait atteindre la prospérité qu’à travers la démocratie a été en vogue dans les année 1990, après la fin de l'URSS et donc la victoire du capitalisme sur le collectivisme. Se croyant les maîtres du monde, certains ont fabriqué une théorie rétrospective et historiquement inexacte : on ne peut pas dire que l’essor de la révolution industrielle en Europe ait été lié à l’émergence des démocraties telles que nous les définissons désormais. Le démarrage économique de la plupart des pays du monde s’est fait sans démocratie, (mais déjà avec un début d'état de droit). Le lien nécessaire entre ce type de régime et la croissance n'a été article de foi que dans une courte période (les 15 ans qui ont suivi la chute de l’URSS) et dans un espace délimité (les pays Occidentaux).

Cela ne revient pas à dire pour autant que les régimes autoritaires sont les plus capables de développer l’économie, le cas de la Chine étant particulier. La réalité est plus subtile. Il y a des phases où pour continuer à continuer à croître, il est nécessaire de favoriser l'initiative, l'individu, la décentralisation, une meilleure sécurité juridique. Des actes que permet effectivement, à un instant précis de l’histoire d’une nation, la démocratisation. Affirmer que le développement ne peut commencer qu'avec la démocratie n’en relève toutefois pas moins de la croyance. C'est itératif.

Avons-nous finalement eu tort de croire que l'Europe était définitivement sortie de l'histoire depuis la chute du Mur? Notre grille de lecture géopolitique est-elle finalement dépassée ?

La vraie date n’est pas tant la "chute du Mur" en octobre 1989 mais la dissolution de l’URSS fin 1991. A partir de là, l’Occident adopte une politique désinvolte et incohérente, considérant que Moscou et ses revendications pouvaient être négligés. C’est dans cette période qu’ont été prises une série de décisions et de projets qui, du point de vue des Russes, pouvaient être considérées comme des agressions, mais cette perception ne comptait pas pour les Européens comme des Américains. Nous avons cru que l’effondrement du système soviétique déboucherait quasi automatiquement sur la démocratie. Cette théorie, l'Occident y a cru à l’époque de Dmitri Medvedev, juriste qui se disait favorable à la libéralisation du pays. Sans disculper l’actuel dirigeant du Kremlin, dont la stratégie opportuniste et aventuriste mériterait d'être dissuadé plus fermement, on peut donc affirmer que les diplomaties occidentales n’ont pas été les plus intelligentes vis à vis de la Russie. Détester Poutine n’est pas une politique en soi ! Je pense depuis longtemps, avec d'autres, qu’il faut traiter Moscou en prenant en compte une histoire très différente sous de nombreux rapports de celles des démocraties d’Europe occidentale. Une logique de dialogue aurait peut-être permis de limiter voire d’éviter les déchirements que l’on observe en Ukraine actuellement. Il n'y a pas de solution miracle pour régler la crise, mais une mise en perspective historique serait utile pour mieux gérer la suite. 

L'Occident et plus particulièrement l’Europe, doivent-ils finalement apprendre à retourner dans l’Histoire après en être sortis dans les années 1990 ?

La formule est tentante, mais dans les faits les gouvernements européens ne sont jamais que la représentation des sociétés dont ils sont issus. Aucun dirigeant n’a explicitement affirmé que nous étions sortis de l’Histoire, ce sont les opinions européennes qui l’on intériorisé, et ce depuis 1945 avant-même que l’historien Fukuyama ne développe cette théorie. Les Européens ont voulu croire à la fin des rapports de force, à un monde "post-tragique" à l’émergence d’une "communauté" internationale capable de tout réguler, ainsi qu’à la société civile et aux ONG comme outils de stabilisation politique.

Si l’on veut que l'Europe se réveille, sorte de sa léthargie stratégique, il faut commencer par réveiller les opinions publiques en les alarmant, sans les paniquer pour autant, sur la situation de l'Europe dans le monde tel qu'il est. Or, si nous sommes toujours compétitifs sur le plan des valeurs, nous ne le sommes plus sur le plan psychologique, la déprime et l’autocritique permanente étant envahissante chez nous Mais un tel changement de mentalité ne peut pas seulement résulter d'une décision politique, par exemple d'un Conseil européen, ce doit être plus vaste. Cela nécessite une clarification des attentes envers l'Europe, que l'on en attende pas tout et n'importe quoi, que sa valeur ajouté soit mise en évidence, que l'on dissipe ce qui est anxiogène, (le flou sur qui fait quoi, le flou sur les limites géographiques, le flou sur ce que doit être l'Europe dans le monde). Sursaut français et clarification européenne sont liés.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par taramis - 27/04/2014 - 10:10 - Signaler un abus Hubert Védrine :'' Il faut

    Hubert Védrine :'' Il faut tout d’abord rappeler que......'' ++++++++++ Moi je voudrais rappeler que les chiens ne font des chats et que Mr Védrine est le fils du directeur de cabinet de Pétain et donc que son avis ne m'interresse en aucune maniére.Ainsi que Mde Tasca,Mitterrand etc etc.....

  • Par yavekapa - 27/04/2014 - 10:27 - Signaler un abus Même choix qu'en 1939

    1939: la France déclare la guerre à l'Allemagne après l'invasion de la Pologne, et reçoit une raclée monumentale, due à une armée dépassée et affaiblie par le front populaire de 1936, et au chancre bolchévique. 2014: la Russie envahit l'Ukraine; que peut-faire la France en totale décomposition : RIEN, sous peine de recevoir une autre raclée monumentale, Fabius en premier.

  • Par Gringo Nedromi - 27/04/2014 - 10:37 - Signaler un abus Je crois que ce que Mr Vedrine veut dire

    est que pour gerer aux mieux (des interêts européens) les relations avec la Russie, il faut sortir des affrontements idéologiques ou le bien serait forcément du côté de l'occident et le mal chez le voisin. Sortir de la logique chérie de Mr Bush, ou le monde était divisé entre les amis des US et les états voyous. J'avais comme je suppose beaucoup d'autres, espéré que Mr Obama s'avérerait meilleur que son prédécesseur dans ce domaine. Il n'en est rien. Il est tout aussi va-t'en-guerre, mais il va en guerre avec plus de subtilité, d'autre diront de manière plus vicieuse, que son prédécesseur en donnant un semblant de légitimité à ses actions. En ce sens, Mr. Obama, Bombama pour les intimes, est bien plus dangereux que son prédécesseur...

  • Par Anguerrand - 27/04/2014 - 10:38 - Signaler un abus Bientôt on nous explique

    que les générations qui ont fait ce qu'est la France n'est rien et notre civilisation d'origine chrétienne n'est plus rien Au fait quelle civilisation est plus avancée? L'islam, la Chine et son cortège d'esclaves communistes?

  • Par cronos - 27/04/2014 - 10:53 - Signaler un abus Hubert Védrine

    vient seulement de s'apercevoir que l'occident n'est pas aussi fort qu'il nous l'à fait croire pendant des années..? A sa mort..faudra le mettre au Panthéon...(la station de métro)...!

  • Par pave777 - 27/04/2014 - 11:05 - Signaler un abus La supériorité de l'Occident .

    Le papa d'Hubert avait été décoré comme Mitterrand de la Francisque, un rêve d'ordre de nouveau Hubert ? tout fout le camp ! rédemption ! l'Europe appartient aux nouveaux marchands du temple de la City et de Wall Street ! chante Hubert chante ! pas trop fort quand même ! les murs ont des oreilles . Nous luttons pour notre idéal, Faïlala Pour un monde nouveau et national, Faïlala Et à l’heure dernière Nous quitterons la terre Au rythme des hauts tambours des lansquenets C'était le bon temps, Hubert, mais c'est terminé ! place au business !

  • Par lucuis - 27/04/2014 - 11:20 - Signaler un abus L'occident s'est endormi sur des lauriers immérités !

    Le problème d'une certaine forme de culture occidentale, c'est qu'elle ne s'est jamais remise en question. Elle a cru remporter une victoire sur le communisme mais le communisme était déjà affaiblit par l'ineptie qui faisait que son propre système n'était pas viable et que beaucoup de choses reposaient sur la propagande même si la puissance militaire était présente Les occidentaux sont surement responsables d'avoir accélérer la chute du communisme mais en aucun cas d'être la cause de sa chute. Je trouvais BUSH dangereux, car trop va-t'en-guerre, j'a vu arrivé OBAMA avec encore plus de méfiance. Personnage flou par excellence, enfance traumatisante avec une famille disloquée, l'enfance restant les fondations de la personnalité de l'adulte. converti très jeune à un Islam très radical par l'intermédiaire de son beau-père puis changement radical pour se convertir au catholicisme OBAMA représente très bien cette nouvelle Amérique. Joli discours en apparence, mais secrètement très arrogante comme l'ancienne et surtout indéfinissable car très floue. Je pense au contraire que les USA sont sur le déclin et que c'est pour cela que d'autres pays émergent, mais c'est un déclin qui est lent.

  • Par biturige - 27/04/2014 - 11:27 - Signaler un abus situation étrangement similaire

    bonjour yavekapa,ne trouvez-vous pas que nous nous trouvons dans une situation qui rappelle à s'y méprendre celle de 1939 :Les Socialistes au pouvoir ,donc :assistanat -laxisme -déliquescence des mœurs -armée de métier réduite -industrie inexistante etc.... Inconvénient aggravant ;présence sur notre sol d'ethnies nuisibles ,peu sûres ,revanchardes voir anti-françaises .

  • Par Ravidelacreche - 27/04/2014 - 11:52 - Signaler un abus "La supériorité de l'Occident sur le reste du monde est de plus

    en plus illusoire" La dernière fois qu'on a vu la Lumière c'est vers fin 1789.

  • Par jurgio - 27/04/2014 - 11:57 - Signaler un abus Ce qui est sûr

    est que Védrine n 'est pas un Barras et Hollande un Bonaparte.

  • Par darabouche - 27/04/2014 - 12:10 - Signaler un abus REPONSE A TARAMIS (sensué ?)

    Savez-vous que le Grand père du maire de Lourmarin, Blaise Diagne" (ils portent le même nom...).a été le premier "Noir"" ministre de la République colonisatrice... mais c'était sous LAVAL.....D'ailleurs ironie du sort... le père du maire actuel avait pour prénom Adolphe....mais en fait pour des raisons qui n'ont rien à voir avec LAVAL pourtant...on aurait pu croire....

  • Par brennec - 27/04/2014 - 12:46 - Signaler un abus L'europe n'est pas (ou peu) l'occident.

    Bien sur Monsieur Ve'drine, si l'on considère que les valeurs occidentales sont la domination économique et la puissance militaire, conditions nécessaires pour imposer son point de vue, il est vrai que l'occident n'en a plus l'exclusivité. En revanche les vraies valeurs de l'occident: la liberté, le droit naturel et les droits de l'homme qui en découlent sont des valeurs qui sont en expansion et dont l'expansion ne se fait pas au détriment de l'occident. En ce qui concerne l'europe et la guerre, le syndicat des vaincus de la dernière guerre (ie l'europe des six) a dit 'plus jamais ça' et est tombé dans une sorte d'angélisme universel, accusant les états nations d'être responsables et en conséquence oeuvrant a leur destruction. Les vainqueurs, deux états nation sur trois, union soviétique puis son héritière la russie, les anglais et les états unis n'ont pas adhéré a ce genre de conception et ont continué a défendre leurs intérets avec vigilance. A noter que l'empire soviétique n'a pu survivre face a la détermination nazie qu'en mobilisant le nationalisme de sa population.comportement d'état nation.

  • Par brennec - 27/04/2014 - 13:00 - Signaler un abus commentaires de commentaires

    @ravidelacrèche "La dernière fois qu'on a vu la Lumière c'est vers fin 1789." rien ne dit qu'on ne la reverra pas. Ce qui importe c'est d'éviter 1993. @lucuis "Le problème d'une certaine forme de culture occidentale, c'est qu'elle ne s'est jamais remise en question." ça c'est surtout vrai de nos élites politiques. @yavekapa il est faux de dire que la france était surpassée militairement: en 1940 la france et ses alliés avaient plus de chars et de meilleurs qualité que les allemands, même chose pour l'aviation. Les allemands n'avaient pas de canons antichars et étaient inférieurs en nombre. (lire a ce sujet la somme de Adam Tooze: le salaire de la destruction), simplement les allemands en bons analystes des guerres napoléoniennes ont réussi a imposer ponctuellement un ratio de 3/1. contrairement aux idées reçues (et même a l'appel du 18 juin) la défaite française est due au manque d'imagination de l'état major français formé de vieux croutons bureaucratiques. Mais bien entendu leurs successeurs, nos élites bureaucratiques, ont tout intéret a maintenir le mythe de la supériorité allemande et de la responsabilité du front populaire.

  • Par Gilles - 27/04/2014 - 14:28 - Signaler un abus Précision complémentaire

    Et celle de la France quasiment nulle.

  • Par coucou.cmoi35 - 27/04/2014 - 15:08 - Signaler un abus Je suis incompétent en diplomatie internationale.

    Mais s'accord sur la conclusion. il ya beaucoup trop de déprimés, d'alcooliques, d'oisifs, de défaitistes en France. Dans mon milieu ils pullulaient, j'ai dû prendre mes distances avec mes groupes sociaux d'origine pour pouvoir m'en sortir. Personnellement je pense qu'on aurait dû s'entraider mais on ne peux pas forcer à boire un âne qui n'a pas soif. Alors je m'en suis sorti tout seul. Vae Victis.

  • Par réel79 - 27/04/2014 - 15:13 - Signaler un abus Et les politiques UMPS y ont bien contribués!

    Mais ce sont les politiques français et l'Union européenne sans droits de douanes et sans stratégie qui ont aboutit à la situation désastreuse de la France, d'endettement, de désindustrialisation. L'euro et l’Europe libérale allaient soit disant apporter croissance et emplois. Que de fautes stratégiques, aujourd'hui on est rachetés par la Chine et il faudrait en plus s'en féliciter. On ne demande pas une quelconque supériorité, on voudrait juste l'égalité et ne pas sombrer.

  • Par GBCKT - 27/04/2014 - 15:23 - Signaler un abus La raison d'être d'un étât: la sécurité à long terme.

    L'essence du Gaullisme est là: La sécurité à long terme de l'ensemble des citoyens. Pourquoi la force nucléaire de dissuasion, et la composante "pré stratégique d'ultime avertissement"? Parce que les Etats-Unis pouvaient préférer perdre la bataille face à l'URSSpour ne pas courir le risque de destructions sur leur territoire. En clair le Général mettait crûment en lumière que les intérêts vitaux des USA divergeaient des intérêts vitaux des européens. Alors que la fin de l'Urss offrait aux européens l'occasion à coûts réduits de prendre une large autonomie, les dirigeants nous ont précipités vers une plus grande dépendance des USA. En cela les dirigeants européens depuis 1990 on trahis leurs peuples. Monsieur Védrine l'écrit ils sont à la remorque des opinions publiques. Depuis sont concernés tous les facteurs de l' autonomie stratégique Défense, énergie, monnaie, économie, information, réglementation, organisation de l'Europe. L'affaire Ukrainienne le démontre encore une fois: notre devenir peut actuellement dépendre des foucades du prochain Bush-Obama.

  • Par Gringo Nedromi - 27/04/2014 - 15:45 - Signaler un abus @lucius

    D'accord sur le lent déclin des US, déclin freiné par la force de frappe économiques de ses multinationales et par le fait que le $ est la seule monnaie internationale. Que ce déclin soit l'unique raison de l’émergence d'autres nations me parait un rien extrême. Nieriez vous aux autres les talents qui permettent de progresser? Toutes les nations/civilisations ont des cycles. Rome à fini par s'écrouler, et avant elle Akkad et Sumer et j'en passe. Un excellent livre sur le sujet: "the collapse of complex societies" de Tainter Joseph.

  • Par lucuis - 27/04/2014 - 17:23 - Signaler un abus @ Gringo Nedromi

    Non, je ne nie pas le talent des autres pays. Le déclin des USA a seulement permis aux pays de s'imposer plus facilement car le si les USA avaient été aussi puissants qu'ils le furent, ils auraient empêcher (même si ils tentent toujours de le faire) l'émergence de certains pays. Dans les années 70 est apparu un groupe de personne comme Brzezinski, des gens qui œuvrent dans l'ombre des dirigeants américains. Leur doctrine est simple. Pour garder le leadership, les USA doivent abattre leurs ennemis. C'est lui qui eu l'idée d'armer les islamistes pendant la guerre d'Afghanistan qui affaiblit l'URSS et c'est toujours lui qui 35 ans plus tard conseilla OBAMA pour l'Ukraine. Mais je trouve que les USA d'Aujourd'hui n'ont plus le pouvoir de diriger le monde à leur guise, d'où mes commentaires. Je pense que les Etats Unis sous leurs forme actuelle vive leur crépuscule. Je suis pleinement conscient des cycles des civilisations comme Rome, la Grèce ou l'Egypte. Je pense néanmoins que les sociétés actuelles ne sont plus comparables. Je pense que les USA peuvent s'écrouler, mais aussi renaitre dans 20 ou 30 ans en modifiant leur société de fond en comble, mais ce n'est qu'une hypothèse...

  • Par prochain - 27/04/2014 - 17:37 - Signaler un abus Pour avoir de l'influence il faut avoir l'air froid, sévère ...

    ...marcher vite avec un dossier épais sous le bras ... mouliner avec les bas, balancer la tête à gauche à droite devant le prompteur et les caméras.

  • Par prochain - 27/04/2014 - 17:40 - Signaler un abus Pardon...

    J'oubliais l'index pointé.

  • Par lucuis - 27/04/2014 - 18:10 - Signaler un abus @ Gringo Nedromi : a propos des cycles de civilisations

    je pense que les cycles de l'ancien temps ne sont plus valables car les sociétés atteignait un paroxysme, puis une sorte de décadence pour finir par s'effondrer. Mais ces sociétés antiques partaient de niveaux de connaissance faibles, elles devaient créer un maximum de chose par elles mêmes et une fois dans le cycle de décadence, il était très difficile d'inverser la tendance. Aujourd'hui on est sur des cycles plus courts car une économie peut s'effondrer et repartir au bout de 10 à 15 ans J'ai été pour la première fois en 2002 en Russie, a Moscou, Nijni Novgorod ou Ekaterinbourg. Le pays n'était pas riche, même si cela commençait, et portait encore les stigmates de la société soviétique. Je reviens en 2007 à Ekaterinbourg. Première chose qui me choque, les Lada et Volga caractéristiques de la société soviétique avaient presque disparues ( alors qu'il y en avaient encore beaucoup en 2002) Le pays s'est enrichie à une vitesse vertigineuse, les classes moyennes commençaient déjà a avoir de l'argent et à voyager, beaucoup de familles avaient leur voiture et parfois une deuxième comme en occident. Mais la Russie a privatisé son économie passant du communisme à une économie semi-privé.

  • Par yavekapa - 27/04/2014 - 19:09 - Signaler un abus à brennec

    certes les français en 1940 avaient quelques matériels meilleurs, mais aussi Gamelin et quelques généraux qui étaient en retard d'une guerre, plutôt défensive, mais les allemands savaient bien mieux s'en servir, en les combinant pour faire des percées décisives et rapides, contribuant aussi au désastre psychologique.

  • Par Parousnik - 27/04/2014 - 19:40 - Signaler un abus Védrine sur un nuage

    Car pour ce qui est des valeurs occidentales. Merci. Depuis l’agression us via son larbin Pinochet j’observe… et je n’ai assisté depuis qu’a quasi que des guerres de pillages de pays qui ont la malheur d’avoir des sous sols riche en ceci ou en cela…. L’argent de l’occident est rouge du sang de millions de bougres noir jaune rouge, et cela depuis des siècles… En France nous ne sommes que dans une démocratie d’opérette…comme ailleurs du reste.. puisque l’Etat ne gouverne qu’au profit des multinationales et autres rentiers parasites de la spéculation boursière. Nous l’avons vu en 2005 avec le non au référendum, nous l’avons vu en 2008 avec la faillite des banques et nous le voyons aujourd’hui avec une France de dix millions de chômeurs etc, etc. Vos valeurs c’est la France négrières, la France colonisatrice… la France du mensonge permanent.

  • Par Lam - 27/04/2014 - 19:51 - Signaler un abus Un jeu de mots qui n'a plus sa place

    Une telle interview de portée considérable eût mérité d'être mieux prise en charge, pour dissiper la confusion regrettable parsemant l'ensemble du texte en le rendant parfois illisible. D'autre part, je constate à regret que Védrine, comme ses collègues cultivant toujours l'esprit de dominateurs pour régenter le monde à leur façon, continue de laisser accroire que la communauté internationale se résume à l'Europe et aux États-Unis. Or, aujourd'hui la Chine, en particulier, qui tient solidement son second rang économique mondial, a certes sa place au Conseil de sécurité mais elle ne figure jamais au nombre des États de premier plan qui sont consultés avant de déclarer à sa place qu'elle partage la position de la soi disant communauté internationale. D'autres pays émergents comme l'Inde et le Brésil, dont la population globale représente près d'un quart de celle de toute la planète n'ont pas même de siège dans cet organe privilégié du "machin" qu'on refuse toujours de leur accorder. Cessons donc d'arborer à tout bout de champ, pour justifier les outrances de l'Occident, la soi disant communauté internationale dont les contours se limitent en vérité aux seuls USA et à ses alliés!

  • Par antoine s - 27/04/2014 - 20:28 - Signaler un abus Un peu bete...

    ... de condamner Vedrine car son pere servait sous Petain... Est ce que votre arriere arriere grand pere a servi sous Napoleon III? Ouh lala, commennt osez vous alors jeter la pierre a Hubert?

  • Par clclo - 27/04/2014 - 20:58 - Signaler un abus pour darabouche

    le depoprovera est un moyen de stérilisation TRANSITOIRE arrêtez de faire du scandale à bon compte

  • Par pave777 - 27/04/2014 - 21:03 - Signaler un abus @ antoine s

    Hubert est surtout un franc maçon opportuniste, il a bien sucé la roue de Mitterrand, il aurait pu choisir un autre bord ? mais Mitterrand était son maitre à penser, décoré comme son père de la plus haute distinction maréchaliste. Hollande son papa était pro OAS , ça doit être curieux les réunions de famille chez ces gens là, surtout qu'ils ne manquent pas de donner des leçons de morale aux vilains populistes d'aujourd'hui !

  • Par GL57 - 27/04/2014 - 21:41 - Signaler un abus Il a raison

    Nous occidentaux, supérieur en crétins congénitaux poliques tel que ce fils de collabo, il en sait quelque chose. L'Orient est a l'origine de la civilisation cultivée. La supériorité de la nullité est bien occidentale . Médecine, mathématique, arts, architecture, etc etc, orientale et asiatique . La seule supériorité de l'Occident, c'est la décadence, il suffit d'écouter cet idiot parler.

  • Par un_lecteur - 27/04/2014 - 21:44 - Signaler un abus Analyse intéressante.

    Analyse intéressante, qui change du prêchi-prêcha prêcha habituel et de la prétention de l'occident à dire le bien et le mal.

  • Par Ben hayat - 27/04/2014 - 21:53 - Signaler un abus Un de plus

    Tous les prétentieux veulent marquer de leur sceau la fin de l'histoire, leur liste s'allonge et rien ne finit mais tout recommence.

  • Par Serpantar - 27/04/2014 - 22:24 - Signaler un abus @ GL57

    Vous déconnez complètement ou quoi ? Eh bien, certains se retrouvent en pleine crise de repentance et de complexe occidental... L'Occident pullule de chef d'oeuvres et de créativité. Il suffit d'un bon remède de cheval (le libéralisme avec un forme d'autorité) pour remettre l'Occident à bloc. La Russie est en train d'ailleurs de rebooster l'Occident, contrairement aux Etats-Unis qui nous envahissent de produits culturels hédonistes et complètement simplistes. Les Russes sont mille fois plus intelligents et profonds que les Américains et que nos élites ouest-européenne pleutres. On commence à craindre une guerre avec les Russes, c'est bon signe, ça nous prépare à la guerre, au combat, ça va décider de qui est lâche devant la guerre et qui ne l'est pas.

  • Par jirem - 27/04/2014 - 22:25 - Signaler un abus en bref...

    l Europe est une continuite ideologique creait de toutes pieces par les states... apres la 2nde guerre mondiale... son bras arme... cette Europe est morte..

  • Par Serpantar - 27/04/2014 - 22:28 - Signaler un abus Rajout à mon commentaire précédent

    Je dis ça, c'est une pure hypothèse bien sûr. Mais on sent que Poutine en veut aux Américains et à nos dirigeants. Et avec la Russie, ça peut être extrêmement rapide et bref. Le temps que les Russes retrouvent une complète santé au point de vue de la natalité, de l'économie et de la technique, et il faudra clairement les craindre.

  • Par Serpantar - 27/04/2014 - 22:34 - Signaler un abus Le point faible de l'Occident...

    Ce n'est ni les Etat-Unis ni la Russie : c'est l'Europe clairement.

  • Par GL57 - 27/04/2014 - 23:58 - Signaler un abus @ serpantar

    Mon droit de réponse : Je ne crois pas ' déconner ' comme vous dites ! Il est clairement démontré que la civilisation occidentale est fille de l'Orient et de l'Asie. Chine culture et système sociétal 5000 ans. Mésopotamie idem . Égypte , que dire ! Occident est un sous-produit , voir une pâle copie que des aventuriers tel les grands navigateurs nous ont fait connaître et mal recopier. Nous occidentaux dont je suis ne sommes que des plagiaires immoraux. Hubert, l'andouille de service et ses officionados font vraiment preuves d'inculture. Il faut lire autre chose que le crétinisme pour les nuls. Il n'est pas non plus question de repentence. Pourquoi parlez des russes et des US. Occident n'existait tout simplement pas quand l'est était déjà au zénith de la civilisation . Bonne lecture dans autre chose que Tintin au Congo ... Lisez donc du Anton Park . Par exemple.

  • Par Aquoibon - 28/04/2014 - 07:52 - Signaler un abus Oui mais...

    Admettons un instant que la civilisation occidentale soit dans une impasse, encore que... Existe t'il une civilisation africaine ? L'islam qui est effectivement une civilisation en expansion se meurt de ne pouvoir imposer son système politique qui débouche sur un fixisme dans l'incapacité d'évoluer et pétri de divisions irréconciliables par dogmatismes. Bien sur, la Chine dont le modèle est inexportable et systématiquement surévaluée par ses concurrents... L'occident va certes mal mais la question est de savoir quelle civilisation va dans le sens de l'histoire ?

  • Par Aquoibon - 28/04/2014 - 07:56 - Signaler un abus multiculturalisme

    Le principal point faible de l'occident réside dans son obsession a voir son avenir dans le multiculturalisme qui le détruit de l'intérieur.

  • Par gliocyte - 28/04/2014 - 08:09 - Signaler un abus Démocratie versus essor industriel

    Aucun lien, c'est une évidence, le dire et le faire ne sont pas liés. Quand une démocratie devient une super démocratie où les minorités ont plus de droits que les minorités, quand les fonctionnaires ont plus d'avantages que les salariés du public on bascule dans l'anti démocratie. Faire toujours plus de lois n'a jamais nourri son homme, au contraire, cela a conduit à faire de moins en moins de produits manufacturés. Les économistes ont-il réalisé des courbes qui le démontre? La France n'exporte plus que son slogan liberté, égalité, fraternité; elle n'a plus que ça à vendre et tout le reste du monde rit sous cape, quand il voit comment elle se comporte avec son peuple (gazage des enfants, arrestation arbitraire des veilleurs, premier prisonnier oolithique avec Nicolas) Quand les français se sentent, et pire, sont réellement les plus mal-aimés par leurs dirigeants; les plus vilipendés, comment voulez-vous qu'ils soient positifs? C'est le monde à l'envers. La Russie n'est pas un super Danemark? La France non plus et alors, d'ailleurs. Il serait intéressant de connaître "l'étiquette" que met Védrine sur la Russie...

  • Par gliocyte - 28/04/2014 - 08:11 - Signaler un abus Erreur .

    Il fallait bien sûr lire : Quand les minorités ont plus de droits que la majorité.

  • Par xenophon - 28/04/2014 - 09:59 - Signaler un abus Restons simples

    Poutine a réintroduit la menace par la force militaire au moins dans les relations intra-européennes, peut être plus largement. Cette vision très ancienne des relations inter-étatiques pose de nouveau la question des dépenses militaires en Europe. Le désarmement est-il justifié ou imprudent?

  • Par Ory-Nick - 28/04/2014 - 10:13 - Signaler un abus @GL57 - 27/04/2014 - 23:58

    AInsi, je suis un "plagiaire immoral" ? Diantre... je vais me pendre de ce pas ! Je déconne, naturellement. Je crois que -de ma (jeune) vie- je n'ai jamais rencontré personne avec autant de sournoise culpabilité à être occidental... Je ne sais quel émotion arboré. Très cher, les populations ont migré. Et je ne vais pas culpabilisé pour les fautes morales des aïeux, de mes aïeux, de mes aïeux, de mes aïeux... Et sans parler du fait que ce que nous pouvons trouver inadmissible aujourd'hui était parfaitement acceptable jadis. Et réciproquement. Alors votre repentance systématique et permanente, gardez-la pour vous. Que vous vous y étouffez en silence.

  • Par zouk - 28/04/2014 - 10:22 - Signaler un abus La supériorité PASSEE de l'Occcident

    Le commentaire de Taramis est le type même de l'imbécillité politique. Chacun n'aurait-il que la même opinion que son père? Ceci dit, H. Védrine a raison. Nous devons impérativement chercher le moyen de renouer le dialogue avec la Russie, c'est la condition sine qua non d'une Europe apaisée, donc de son poids dans le monde.

  • Par Serpantar - 28/04/2014 - 13:07 - Signaler un abus @ Aquoibon

    Oui, le multiculturalisme en effet. Mais c'est déjà un acquis chez les plus jeunes, ils écoutent tous du rap américain et banlieusard, ils n'ont aucun intérêt pour la culture supérieure européenne. On voit bien que l'islam devient aussi une religion trendy en Europe chez les jeunes générations, les débats interminables sur l'islam à la télé et à la radio où on discute des concepts islamiques sont la preuve de tout cela. On a une pénétration des autres cultures, et la spécificité française et européenne devient ringarde. Seuls quelques mouvements comme les Identitaires ou les catholiques ont encore conscience de la défense de notre culture, mais c'est bien les seuls.

  • Par Mani - 28/04/2014 - 15:24 - Signaler un abus La Russie de Poutine se moque

    La Russie de Poutine se moque éperdument du "dialogue". Le principe est un peu plus cru : tout ce qui rapporte du fric et du pouvoir à Poutine est bon ; tout le reste est mauvais. . Poutine, c'est l'homme qui multiplie son salaire par 2,5 pendant que les salariés de la Poste russe, même ceux qui gagnent moins de 250 euros par moi, voient leur salaire diminuer régulièrement. . Mais bon, il paraît que c'est un grand dirigeant...

  • Par xenophon - 28/04/2014 - 15:58 - Signaler un abus @ Mani

    D'accord avec vous. Les longues tirades savantes ne changent rien à l'affaire. Poutine se comporte comme un caïd de banlieue; si tu mouftes, taouar ta gueule! Son entreprise actuelle a une petite odeur de déjà vu avec l' affaire des Sudètes et l' agit-prop qui l'a accompagnée. Intéressante analogie. On sait où ça nous a mené! Cette brutalité reste efficace, il faut croire! C' est cela qu'il faut prendre en compte. Pour les palabres pleins de scrupules, on sait faire. Et attention. Cette attitude brute de coffrage peut faire école dans certains pays d'Europe centrale.

  • Par ciceron - 28/04/2014 - 16:01 - Signaler un abus Védrine.............

    A tout le moins la supériorité de Védrine n'est pas clairement défini.................... que nous apprend wikipédia ? Grand ministre chambellan sous différentes magistratures de gauche, ce môsieur se recase chez LVMH et est membre du Siècle (think tank à l'opposé de terra nova pourtant de gôche immigrationniste.....). Hubert, vous reprendrez bien de ce caviar.... il est amusant !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hubert Védrine

Hubert Védrine fut ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Lionel Jospin de 1997 à 2002.

Il fut également conseiller diplomatique de François Mitterrand et a créé en 2003 une société de conseil en stratégie géopolitique.

Il a récemment publié la "France au défi" aux éditions Fayard (février 2014)

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€