Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 28 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

« Embedded tourism » : une nuit dans un bidonville, ça vous tente ?

Un bidonville Rom de Seine-Saint-Denis accueille désormais des vacanciers en service hôtelier. Du « tourisme embarqué en milieu précaire », explique-t-on.

Zone franche

Publié le

J’ai parfois tendance à me prendre pour un bobo de compétition, avec mes pénates rue Oberkampf, mes légumes bios made in AMAP ou le vélo qui me sert d’auto, mais je viens pourtant de prendre une sacrée leçon de vie : le bobo ultime, le dur, le tatoué, c’est désormais celui qui passe ses vacances dans un bidonville Rom du 9-3 et trouve ça tout simplement formidââble...

En apprenant, dans le Parisien d’hier, qu’il existait un truc pareil ― un hôtel en tôle ondulée dans un camp de fortune, sans eau courante (la toilette se fait avec deux bassines, l’une pour le haut du corps, l’autre pour le bas) mais à 40 euros la nuit ―, j’ai d’abord pensé à un canular du premier avril.

C’est vrai ça, les journaux aiment bien sortir des énormités dans ce genre le jour de la saint Hugues et je les en remercie généralement mais là, c’était presque trop...

Renseignements pris, ce n’est pas un poisson du tout mais bien le moyen, pour un progressiste innovant, de démontrer son ouverture d’esprit et son goût pour les chemins de traverse en testant les conditions de vie de familles misérables à quelques kilomètres du centre de Paris pour mieux s’émouvoir de leur gentillesse et de leur simplicité.

Bon, ce n’est pas exactement présenté comme ça par les initiateurs du bidule, évidemment, mais le côté « à la recherche du bon sauvage rousseauiste » est tellement gênant qu’on ne sait pas s’il faut se marrer ou se mettre en colère. Peut-être les deux. Non, en fait, c’est présenté comme un « moyen de vaincre les préjugés » et l’équivalent des « journalistes embedded qui intègrent les troupes de combat ». Des hôtels comme ça, il en existe d’ailleurs déjà trois autres en Europe, dont deux en Allemagne et un au Kosovo dans un camp de réfugiés.

Si encore le préjugé à vaincre était que vivre dans un bidonville sans eau courante dans la banlieue de l’une des métropoles les plus riches au monde, c’est acceptable, on pourrait presque adhérer au concept. Mais pas du tout : ici, on parle presque d’un mode de vie plaisant, dans un camp propre et « sans ferraille ni détritus », où les arbres sont en fleurs et les oiseaux chantent. Bruno, le client « polytechnicien » rencontré par la journaliste du Parisien, a l’air « frais, reposé et émerveillé » :

« On est à Paris, là. Vous le croyez ? J’ai rarement eu un tel accueil » sourit ce passionné de voyages qui a découvert cette adresse pour le moins insolite par un article de presse. C’est tout ce que j’aime en termes d’authenticité et de rencontres improbables avec des gens qui ont le cœur sur la main. Dire qu’un peu plus, je passais ce temps précieux dans un hôtel aseptisé, comme il en existe des centaines, des lieux sans identité ».

Formidââble, on vous dit.

A Bruno, on a envie de signaler qu’il existe aussi d’excellentes prisons-hôtels de par le monde, où l’on ne peut malheureusement toucher du doigt la réalité de la condition carcérale puisque les prisonniers véritables ont été remplacés par des serveurs et des femmes de chambres. Il y a même des agences qui organisent des voyages touristiques dans des pays en guerre, où l’on peut voir de vrais morts ou de vrais blessés. Parfois, même des Roms, d’ailleurs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jean-paul - 02/04/2012 - 07:29 - Signaler un abus vous voulez que les gens utilisent l'english?

    Merci pour le néologisme: tourisme embarqué en milieu précaire. C'est très court et facile à se souvenir. Pourquoi pas "Tourisme précaire", ou bien "Tourisme embarqué"? Et pourquoi introduire votre article avec l'expression english? Vous préférez que les gens soient dépendent de la langue des EUA pour s'exprimer? J'imagine bien que le Rom n'a pas utilisé ce mot pour décrire son entreprise. Et pourquoi la préférence du mot embedded? On dit plus embarqué pour décrire ce genre de journaliste?! Vous me dégoutez complètement franchement, vous et le reste des frenchies-foo-foos colonisés...

  • Par laurentso - 02/04/2012 - 09:20 - Signaler un abus Très troublant

    ce truc là. Etrange démarche que ce tourisme embarqué de clients "choisis" (?) par les Roms. "Vous apprendrez la vie précaire à vos dépens", précise la brochure. Mauvaise traduction ou stricte réalité ?

  • Par golvan - 02/04/2012 - 09:21 - Signaler un abus @jean-paul

    L'expression "embedded" étant mise entre guillemets signifie que monsieur Serraf utilise cette expression comme image et non comme un mot ordinaire de la langue française. N'ayez pas peur, la langue française ne disparaît pas, elle évolue comme elle toujours évolué. Pour ce qui est de l'article, je trouve rassurante la réaction de monsieur Serrat à ce genre d'énormité, réaction empreinte de bon sens.

  • Par lulu la nantaise - 02/04/2012 - 17:26 - Signaler un abus vive la crise!

    ce sont les mêmes qui vont frémir d'aise à la Bastille....en tout cas si ce sont les roms qui ont eu l'idée et qui réccoltent le fric, c'est très subversif et tant mieux si "il y a des cons pour acheter"...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste, écrivain et blogueur.

Il est notamment l'auteur de Ils sont fous ces juifs (Éditions du Moment, 2012), de L'anti-manuel du cycliste urbain (Berg International, 2010) et de Petites exceptions françaises (Albin Michel, 2008).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€