Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Honneur au courage malheureux : Anne Hidalgo a capitulé concernant la sépulture de Michel Déon

L'écrivain va enfin pouvoir avoir une tombe au cimetière du Montparnasse. La mort dans l'âme, la maire de Paris a cédé.

Pitié pour elle

Publié le
Honneur au courage malheureux : Anne Hidalgo a capitulé concernant la sépulture de Michel Déon

Paris outragé… Paris brisé… Paris martyrisé… Et Paris assassiné… En ce sombre mardi, Anne Hidalgo a fait recouvrir d'un voile noir la façade de l'Hôtel de Ville. Les employés de la mairie ont été priés, sous peine de sanction, de venir travailler avec un brassard de deuil. Elle avait même demandé à l'archevêque de Paris de faire sonner  le glas de Notre-Dame. Et ce perfide ecclésiastique lui avait répondu : "Seulement quand vous mourrez, madame. Mais encore, ça n'est pas sûr". Nous tenons ici à nous associer au deuil d'Anne Hidalgo.

D'autant plus que, avec une chronique odieuse, nous nous sentons un peu responsable de sa détresse.

Comme la chèvre de Monsieur Seguin, elle s'était battue nuit après nuit, jour après jour pour que Michel Déon n'ai pas de tombe à Paris. Pensez donc, les cendres d'un réac, d'un royaliste, d'un maurassien, enfouies dans le sol parisien, cela aurait pu corrompre une terre qu'elle voulait garder pure de toute souillure…

Dans son combat, Anne Hidalgo guettait désespérément de sa fenêtre l'arrivée de renforts. Des manifestants progressistes éclairés, criant "Déon ne passera pas". Des délégations outrées des familles des défunts enterrés au cimetière de Montparnasse venus dire qu'ils n'accepteraient pas qu'un homme de droite repose auprès des leurs.

Rien. Personne. Le désert. Grande était la solitude de Mme Hidalgo. Elle attendait Grouchy, et c'est Blücher qui vint. Sous la forme d'une pétition, signée par plus d'une centaine d'écrivains et d'éditeurs, la plupart classés à gauche. Ils demandaient fermement qu'une sépulture soit accordée à Michel Déon. Et Anne Hidalgo, à bout de force, capitula.

Elle avait perdu une bataille. Et aussi la guerre. Il nous faut ici lui témoigner notre compassion attristée. Mais nous devons aussi nous interroger sur les temps que nous vivons. Une déplorable  époque où il faut que l'intelligentsia française se mobilise contre une furie sectaire pour obtenir que soient respectés la décence la plus élémentaire, l'intelligence et le talent. Il n'y a pas de quoi être fier des années d'aujourd'hui.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 20/02/2018 - 13:30 - Signaler un abus Michel Deon au Panthéon!

    Ben quoi?...il a vaincu l’intolerance socialiste! C’est devenu un grand homme français, qui y aurait plus sa place que le mari de Simone Weil, malgré tout le respect que j’ai pour lui...

  • Par Liberte5 - 20/02/2018 - 17:19 - Signaler un abus En ces temps pas très joyeux, enfin une bonne nouvelle...

    deux même pour le prix d'une. Une sépulture pour M. Déon dans Paris et une défaite en rase campagne pour cette idéologue sectaire A. Hidalgo..

  • Par Mario - 20/02/2018 - 21:13 - Signaler un abus yesssss......

    yesssss......

  • Par ELIED - 20/02/2018 - 21:23 - Signaler un abus Il faudrait

    la forcer à abdiquer plus souvent et même complètement!!!

  • Par KOUTOUBIA56 - 21/02/2018 - 00:09 - Signaler un abus lui mettre des baffes est un

    lui mettre des baffes est un plaisir et la elle vient d'en prendre une

  • Par ISABLEUE - 21/02/2018 - 10:29 - Signaler un abus cette insupportable idiote ferait mieux de faire nettoyer Paris

    et pas qu'aux abords de "sa" mairie... A croire qu'elle ne vient jamais marcher dans les quartiers de Paris... Quelle honte, quand on arrive dans cette ville; on a honte d'être français.. Après Marseille, la ville la plus sale de France.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€