Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Homosexualité : pourquoi il est si difficile de faire son "coming out" dans le milieu du sport

Le tabou de l'homosexualité reste très important dans le sport. Ainsi, alors que 10 500 athlètes participent aux JO de Londres, ils n'étaient qu'une quinzaine à avoir révélé être homosexuels.

Gays lurons

Publié le - Mis à jour le 10 Août 2012

Plus de 10 500 athlètes ont débarqué à Londres pour participer à la trentième olympiade de l'ère moderne. Parmi eux, selon les derniers comptages, ils étaient à peine une quinzaine, dont seulement trois hommes, à être ouvertement homosexuels.

 

Matthew Mitcham fait partie de ceux-là. A son niveau, cet Australien aujourd'hui âgé de 24 ans a marqué l'histoire olympique en devenant, lors des précédents Jeux à Pékin, le premier champion olympique ouvertement gay. Ce plongeur avait en effet fait son coming out dans la presse, quelques semaines avant d'obtenir la note absolue – 10 – aux épreuves de haut vol (à 10 mètres).

Dès sa descente du podium, il s'est précipité vers les tribunes pour offrir son bouquet à son petit ami. Certes, si ce n'était pas adressé à un compagnon du même sexe, ce geste serait absolument banal. Mais pour des millions de jeunes homos, il représentait une véritable lueur d'espoir, l'arrivée enfin un héros positif auquel ils puissent s'identifier, qui prouve que l'on peut accomplir des exploits en ayant la liberté d'être soi-même. Il faut se souvenir que son illustre prédécesseur, le plongeur aux 17 médailles d'or Greg Louganis, n'a fait son coming out qu'après s'être retiré de la compétition...

 

Quinze athlètes aux JO, soit 0,2% des sportifs présents, quand on estime à entre 5 et 10% le nombre d'homos dans la population… tout ceci démontre bien que des blocages existent encore. En fait, alors que l'on compte désormais des personnalités ouvertement homosexuelles connues dans pratiquement tous les domaines de la vie publique (en politique, dans les milieux artistiques ou le cercle du showbiz), deux domaines font encore figure d'exception : le monde de l'entreprise et celui du sport. Alors qu'il y a (pourquoi en serait-il autrement?), autant de gays et de lesbiennes dans les stades ou dans les conseils d'administrations que partout ailleurs.

 

Mais comment s'en étonner ? Quand on veut dénigrer l'adversaire, sur les terrains de sport comme dans les cours d'école, « pédé » est l'insulte qui revient encore le plus souvent. A force de l'entendre, et de le prendre pour eux au premier degré, les homos assimilent cette infériorité et dissimulent cette partie pourtant essentielle de leur personnalité. « On commence à accepter son homosexualité quand on cesse de la vivre comme une faute devant entraîner de la culpabilité », nous disent les psys. Dans le monde très macho de la compétition sportive, où chaque faute (toute dérogation à la règle, au code de conduite) est lourdement sanctionnée, cet écart de la norme est extraordinairement difficile à imaginer. Et on imagine les dégâts dans la tête des aspirants champions… ce qui ne peut que nuire aux résultats sportifs, comme l'a bien expliqué le rugbyman Gareth Thomas, un autre de ces rares champions à avoir dit son homosexualité avant de prendre sa retraite : « J'ai pensé au suicide, juste pour ne pas avoir à affronter l'étape » du coming out. Aujourd'hui, il se dit pourtant « incroyablement fier » de l'avoir fait.

 

Et il suffit de lire n'importe quel portrait de sportif, ces jours-ci dans les journaux, pour constater que la vie sentimentale y est presque systématiquement évoquée. Ce n'est pas, en soi, un problème, tant l'intimité d'une personne participe à son équilibre mental. Il faut seulement souhaiter qu'un jour, la vie d'un champion homosexuel soit aussi banale que celle d'un sportif hétéro. Hélas, ce jour n'est pas encore venu. Comme le déclarait la légendaire joueuse de tennis ouvertement lesbienne, Martina Navratilova : « Si beaucoup plus de gens font leur coming out, alors cela cessera d'être une grande affaire. »

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mutie - 08/08/2012 - 10:20 - Signaler un abus On s'en fout !

    Et combien ont-ils révélé leur hétérosexualité ? La sexualité est du domaine privé, et on se fout de savoir si tel ou tel est homo ou hétéro. Parler de sexe n'a jamais fait gagner des médailles.

  • Par Teo1492 - 08/08/2012 - 10:22 - Signaler un abus Censure de la liberté d'expression

    La loi française ne permet plus de nous exprimer librement sur l'homosexualité ! Donc, c'est bien difficile de réagir à cet article... même s'il y aurait beaucoup de chose à dire...

  • Par le Gône - 08/08/2012 - 10:46 - Signaler un abus Encore!!!....

    mais qui cela interesse t il de connaitre la sexualité de telle ou tel sportif? a part les gays de "têtu" !! on se demande..Un champion a t il plus de merite de l'être quand il est gay..cet article est le plus "con" que j'ai jamais lu!!

  • Par Montalte - 08/08/2012 - 12:16 - Signaler un abus Paul Parant a raison...

    ... Ca va devenir de plus en plus difficile de faire son coming out hétérosexuel. J'ai osé, et vous? Et ça continue! Après Chick-fil-A, Mika, Morano et Lalmy, maintenant les sportifs. Pas un jour, que dis-je, une demie-journée, sans qu'on nous assène la propagande homosexualiste sur les gens-cool-qui-sont-tous-gay et les-discriminations-dont-ils-sont-victimes. J'ai déjà largement détaillé sur un autre article les discriminations dont sont victimes ceux qui n'adhèrent pas à l'idéologie homosexualiste, en général parce qu'ils sont chrétiens. Puisqu'on parle de Londres, je me borne à en rappeler une: le retrait de l'agrément pour des adoptions aux associations catholiques et anglicanes qui ont refusé en Grande Bretagne d'organiser des adoptions par des couples homosexuels. ces asso, les plus anciennes sur ce terrain (ce sont les religieuses catholiques qui ont inventé les orphelinats!), reconnues pour leur professionnalisme et ayant comme objectif le bonheur de l'enfant se font juste virées au nom de leurs opinions religieuses! Ceaucescu n'aurait pas fait mieux.

  • Par Montalte - 08/08/2012 - 12:20 - Signaler un abus Une solution pour ces sportifs

    S'ils devenaient chanteurs? Parce qu'entre Mika, Lady gaga, Madonna, les Pusssy riots, la bio non autorisée de Jagger, ils devraient être à l'aise. je me demande quel artiste osera encore dire qu'il est strictement "straight". La dernière que j'ai entendu ouvertement le dire, c'est Sharleen Spiteri de Texas. C'est dire que ça commence à dater. Bravo à elle pour son courage!

  • Par Montalte - 08/08/2012 - 12:29 - Signaler un abus Dis donc, tout augmente!

    10 à 15% de personnes homosexuelles! J'en était restée aux stats de l'INSEE qui en comptait 2 à 3% pour les hommes et moins pour les femmes (10%, c'était le chiffre pour les bisexuels). Il faut dire qu'avec un matraquage pareil, commencé dès le primaire avec le Baiser de la Lune, ils vont faire du chiffre, c'est sûr! mais apparemment, personne ne risque l'hypothèse que plusieurs athélètes ne font pas leur coming out parce qu'ils ne sont pas homosexuels. Que les valeurs du sport ne sont pas celles qu show-biz ou la pub.

  • Par thymthym711 - 08/08/2012 - 13:39 - Signaler un abus Nous sommes tous Homo...

    Sapiens bien entendu ! Cela nous ramène à la connaissance et à la sagesse. Respectons la vie privée de chacun. Pourquoi serions obligés de déclarer le détail de nos relations avec une personne dès lors que nous apparaissons en public avec elle ?

  • Par scyrius - 08/08/2012 - 13:51 - Signaler un abus simple

    Question toute simple: avez-vous fait votre CO ? Moi, je l'ai fait et c'a a été le pire moment de ma vie Car j'aurai pu tout perdre, famille, amis, travail, ... Heureusement, ca n'a pas été le cas je comprend tout a fait que l'on ne veuille pas le faire

  • Par François78 - 08/08/2012 - 15:36 - Signaler un abus Et la décence ? ah oui c'est ringard ...

    Je pensais à la fierté gaie, quelle indécence ... Il ne me viendrait pas à l'ideé d'être fier d'être hétéro, fier d'avoir deux bras, ou fier d'avoir un trou du cul ...

  • Par sheldon - 08/08/2012 - 16:35 - Signaler un abus Débat trop politique

    1. quand on est de gauche on est fier d'être "gay" et d'ailleurs ceux qui ne se marient pas entre un homme et une femme vont tout faire pour le mariage "gay" 2. quand on est un "bon musulman" on mérite la flagellation, voire la peine de mort 3. quand on est de droite, rappelons nous que certains ministres ont du faire leur comint out car certaines de leurs concurrentes et "amies" de droite en avaient parlé ! Le comble de la "connerie" à mon avis est l'Amérique d'Obama où des militaires sont venus en uniforme, mains dans la mains à des gay prides. Mais là encore, pour Obama, c'est plus facile que de diminuer le chomâge et de régler la crise en Syrie ! (rendons lui néanmoins l'intelligence de ne pas se déplacer en train pour ses vacances !!)

  • Par clairvaux1706 - 08/08/2012 - 18:23 - Signaler un abus cette question de l'homosexualité

    me fatigue, vraiment. Toujours à nous bassiner avec cette sexualité qui avec ses exigences sociales, est en train de changer le visage de nos sociétés. Le seul point positif est que la natalité peut chuter. Elle devrait être obligatoire en Asie.

  • Par clairvaux1706 - 08/08/2012 - 18:26 - Signaler un abus hétéro et alors

    Hétéro et alors? Qui se préoccupe de moi, de ma petite personne qui assure la reproduction de ...l'espèce, la race? Bref de l'être humain tout seul dans mon coin avec ma moitié, sans aller chercher un ventre, un ovule ou un spermatozoïde, en aimant tout le monde, en un mot en vivant ma vie d'être humain? Oui qui se préoccupe de la majorité de Terriens?

  • Par Gilly - 08/08/2012 - 21:28 - Signaler un abus Allez, je me lance

    A mon mari, à mes enfants et à mes parents, je l'avoue : je suis hétéro. Ce n'est pas facile tous les jours mais je fais avec. Je ne sais pas encore si je vais en parler à mes collègues et à mon patron. J'hésite encore. Cependant, de nos jours, tout le monde doit savoir ce que je fais dans ma chambre. Ah ! J'oubliais ! Dans un pays laïc, je dois aussi dire que je suis catholique non pratiquante, baptisée, etc. Vous vous en fichez ? Oui, comme moi en ce qui concerne la sexualité et la religion des autres.

  • Par Montalte - 08/08/2012 - 22:21 - Signaler un abus A Catalyne24

    On ne s'en fiche pas car vous n'imagniez pas la difficulté de faire son coming out catho dans ce pays. Et les discriminations qui en découlent dans certaines entreprises: insultes des supérieurs, ricanements des collègues, prises à partie sur le Pape ou le préservatif (généralement sur les deux), promotions bloquées, mesures de rétorsions contre la personne mais aussi ses collaborateurs (fussent-ils mussulmans, donc pour rien dans l'affaire). Du coté de la famille, ce n'est pas toujours mieux: disputes, piques peu aimables, blagues de bonnes soeurs salaces etc Pour les amis, le plus instructif est de voir les copains gay qui ne vous adressent plus la parole. Certains gays chrétiens en sont victimes aussi, d'ailleurs, L'homme de théâtre Olivier Py a eu de beaux témoignages sur l'exclusion des homos chrétiens par leur "communauté". Bravo à lui

  • Par Carcajou - 08/08/2012 - 22:31 - Signaler un abus Trop dur à entendre

    Putain! Quel drame! J'en suis tout retourné. Assez de ces nouvelles qui minent le moral. Soyons gais!

  • Par QuadPater - 09/08/2012 - 01:15 - Signaler un abus Ce qui est admirable chez vous les homos

    c'est votre narcissisme inouï et l'énergie que vous dépensez dans le prosélytisme tous azimuts. Sur ce dernier point vous devriez lever un peu le pied car, que vous le vouliez ou non, vous aurez toujours besoin des couples normaux pour vous fabriquer des partenaires.

  • Par CN13 - 09/08/2012 - 06:08 - Signaler un abus J'aimerais bien savoir...

    J'aimerais savoir si les sportifs font du sport ou de la publicité sur leur homosexualité ? Je ne vois pas en quoi cela gêne d'être homo puisqu'ils font du sport... et non l'amour... sur le terrain, non ?

  • Par Montalte - 09/08/2012 - 11:40 - Signaler un abus C'est le moment de remettre ce commentaire...

    Que j'ai posté sur l'article sur Chick-Fil- A Quand les gens se révolteront ils contre la dictature homosexualiste qui s'abat dans le monde? Certains trouvent que j'exagère? Mais rappelons quelques faits: 1) comme l'explique l'article en, une chaine de fast food se voit interdire d'exercer dans certaines villes. Parce qu'elle ne respecte pas des normes sanitaires, sociales ou fiscales? Non, parce que son patron est contre le margayge 2) Après le business, la politique. Un député européen italien a été destitué il y a quelques années pour ses opinions religieuses sur l'homosexualité. Pas pour corruption, incompétence, non. Pour ses opinions. Cette année, le député Christian Vanneste a été limogé et a perdu son investiture parce qu'il a rappelé des vérités historiques confirmées unanimement par les historiens et les associations de déportés. Comme disait la grande Hannah Arendt qui s'y connaissait en totalitarismes, tout toalitarisme élimine le diseur de vérité de fait. 3) Des ONG catholiques et anglicanes britanniques ont perdu leur agrément pour les adoptions parce qu'elles refusaient d'organiser des adoptions pour des couples homosexuels.

  • Par Montalte - 09/08/2012 - 11:42 - Signaler un abus Dictature homosexualiste - suite

    4) Les écoles privées sous contrat de notre pays (donc catholiques à la très grande majorité. Mais je doute que les juives ou musulmanes ne soient pas aussi dans le collimateur) se voient menacées d'être privées de subventions car elles refusent d'endoctriner leurs élèves avec le film de propagande homosexualiste "Le baiser de la Lune" 5) On enseigne dans une grande école de notre pays la théorie du gender qui n'a aucun fondement scientifique prouvé (on sait comment le directeur de l'école est mort. Ou plus exactement, le grand public ne le sait pas). Lyssenko et sa science marxiste ne sont pas loin 6) Last but not least, les pasteurs luthériens danois, dans ce pays où le protestantisme luthérien est religion d'Etat, ont été obligés de célébrer des margayges religieux. Ce sera bientôt le camp de travail pour les réfractaires, comme les popes qui refusaient de bénir les orgues de Staline?

  • Par ヒナゲシ - 10/08/2012 - 04:08 - Signaler un abus C'est marrant, tout de même

    Quel que soit le sujet, dès qu'y figure les mot « gay », « lesbienne », ou « homosexuel », on voit accourir la même meute de Pavlov homophobe qui vient déverser sa rancœur et sa haine, toujours ± en rapport avec le sujet traité, d'ailleurs… Cet article, hélas, n'échappe pas à la règle.   Indirectement, ce déferlement de bêtise satisfaite répond à la question posée dans l'article : pourquoi est-il si difficile de faire son “coming out” dans certains milieux ? (Sportifs ou autres.)

  • Par QuadPater - 10/08/2012 - 14:32 - Signaler un abus Première contrre-attaque maladroite des homophiles

    ... ci-dessous, par pseudo 'gribouillis'. La meute attend encore l'intervenant de qualité qui lui expliquera sans l'insulter pourquoi il est si important de systématiquement mettre en avant les sexualités déviantes à n'importe quelle occasion.

  • Par ヒナゲシ - 11/08/2012 - 02:28 - Signaler un abus Parce que…

    cela relève d'une tâche « à la Sisyphe » que de corriger sans cesse les erreurs de jugement (voyez combien je suis poli !) et les distortions malveillantes qui affluent ici avec une rare densité. Par exemple : ce que vous nommez « sexualité déviante » n'est — jusqu'à preuve du contraire — qu'une *variante de la sexualité humaine*. Ou alors, il faudra parler de « latéralisation déviante » à propos des gauchers, par exemple… Ensuite, faire son “coming out”, ce n'est pas « mettre en avant à n'importe quelle occasion » sa sexualité ! C'est faire savoir à ses amis, sa famille, ses proches en général, que l'on est homosexuel. Et, dans le cas de personnalités *publiques*, comme peuvent l'être des sportifs, des acteurs, des politiques, etc., le laisser savoir au public une fois pour toute, via une interview par exemple.   Mais on sent bien que, pour vous, le seul fait de ne pas raser les murs constitue déjà une insuuuuupportable propagande « homosexualiste » (grotesque élément de langage de la fachosphère), et un exhibitionnisme outrancier. Et cætera.

  • Par QuadPater - 11/08/2012 - 11:51 - Signaler un abus Quelques rappels sont nécessaires

    Les mots ont un sens précis, pseudo "vermicelles", et vous êtes pris en flag de détournement. Le mot sexualité implique l'existence de 2 sexes différents. Dans son fonctionnement normal, non détourné de son objet originel, la recherche de partenaires se fait parmi les individus de sexe opposé. Il arrive qu'un individu hétérosexuel satisfasse ponctuellement ses pulsions autrement, que ce soit volontaire (démarche d'expérimentation) ou non (inaccessibilité des partenaires habituels). Ainsi un homme peut exceptionnellement trouver du plaisir dans ses mains, dans le rectum d'un codétenu ou dans une chèvre. En revanche, un homme qui ne PEUT PAS avoir de désir pour une femme adulte et qui préfère systématiquement un homme, un gamin ou une paire de talons-aiguilles présente une déviance. Est-ce plus clair pour vous ? Pour éviter les mauvais procès je précise que si je ne prends des exemples que chez les hommes c'est tout bêtement parce que j'en suis un. Deuxième précision : je place ma réflexion ci-dessus en dehors de toute morale et toute notion de légalité. Celles-ci sont nécessaires, mais viennent après.

  • Par ヒナゲシ - 11/08/2012 - 22:56 - Signaler un abus Vétillons de conserve (1/3)

    Les mots ont un sens précis, pseudo ❝Pet Quadra❞. Vous avez choisi de ne retenir du terme sexualité que l'acception physiologique, choix grossièrement sous-tendu par une mise en avant de la seule finalité reproductive de la sexualité. Or — mauvaise foi ou ignorance — vous méconnaissez cette autre, pourtant fort commune : [Chez l'être humain] 1. Ensemble des tendances et des activités qui, à travers le rapprochement des corps, l'union des sexes (généralement accompagnés d'un échange sycho-affectif), recherchent le plaisir charnel, l'accomplissement global de la personnalité. […] 3. PSYCHANAL. (notamment chez Freud). Ensemble des pulsions et des actes qui, dès la première enfance, tendent à obtenir des satisfactions sensuelles (autres que celles des besoins d'auto-conservation) en débordant la simple génitalité et en investissant toutes les zones érogènes. […] 4. P. méton. Caractère de ce qui exprime, évoque la vie sexuelle humaine. Source : le Centre National de Ressources Textuelles & Lexicales (www.cnrtl.fr)   ⋱

  • Par ヒナゲシ - 11/08/2012 - 22:56 - Signaler un abus Vétillons de conserve (2/3)

    Même le sourcilleux Dictionnaire de l'Académie (9e édition) définit ainsi le terme « homosexuel » : 1. Qui éprouve une attirance sexuelle pour les individus de son sexe. Subst. Un homosexuel, une homosexuelle. 2. Qui est relatif à la sexualité entre personnes de même sexe ; qui est caractérisé par cette sexualité. Des relations homosexuelles. Autrement dit, contrairement aux présupposés idéologiques que vous avez posés en axiome — dès la troisième ligne — et dont découlent des considérations nulles et non avenues, le concept de *sexualité* n'implique nullement l'existence de deux sexes et bla-bla-bla. Est-ce un peu plus clair pour vous ?   Quant à la « déviance », vous pouvez si ça vous chante lui donner le sens (purement statistique) de « comportement minoritaire », tel celui des gauchers ; le sens usuel caractérise plutôt un comportement qui s'écarte des normes sociales, sans autre jugement de valeur.   ⋱

  • Par ヒナゲシ - 11/08/2012 - 22:57 - Signaler un abus Vétillons de conserve (3/3)

    Or, que cela vous plaise ou non, nos normes sociales intègrent de plus en plus le fait homosexuel, considéré comme simple variation de la sexualité humaine… Si bien que celui-ci est de moins en moins perçu et décrit comme une « déviance » (hormis dans quelques milieux assez minoritaires et bien circonscrits…)   Cela étant dit, n'ayant pas le goût de réinventer la roue et de tout reprendre à zéro lors de chaque nouvelle discussion avec des intervenants aux idées torses, il se peut que je vous réponde ancore une fois ou deux, mais guère davantage.   P. S. : à celui qui écrit « Censure de la liberté d'expression. La loi française ne permet plus de nous exprimer librement sur l'homosexualité ! » Eh oui, mon bon monsieur, déjà qu'on n'a plus le droit de dire tout le mal qu'il faut penser des bicots, des bamboulas, des youpins et autres niakoués, voilà maintenant qu'on n'a plus le droit de traiter les pédés de taffioles… On frise crime contre l'humanité !

  • Par QuadPater - 12/08/2012 - 00:32 - Signaler un abus J'avais dit que la morale c'était plus tard

    mais vous ne pouvez pas réfléchir sans la faire intervenir, n'est-ce pas ? C'est très proche du comportement catho extrémiste. Ce n'est qu'une question d'habitude, vous vous y ferez, Vermicelle (que signifie ce pseudo illisible ?). Vous ne savez pas faire la part des choses, dommage. C'est que vous devez êtes trop impliqué. Je ne reprends pas votre semblant d'argumentation. Sexualité ça vient de sexe et des sexes il y en a deux, le masculin et le féminin. Ils sont complémentaires. Vous avez une référence qui dément cela ? Une variante, c'est une sorte de chemin différent pour arriver à la même destination. Or comme vos couples homos seront à jamais stériles, l'homosexualité-en-tant-que-mode-de-sexualité-à-vie n'est pas une variante.

  • Par ヒナゲシ - 12/08/2012 - 02:11 - Signaler un abus Morale ? Quelle morale ?

    « Sexualité ça vient de sexe et des sexes il y en a deux, le masculin et le féminin. » Certes, et cela n'implique nullement que l'exercice la sexualité fasse intervenir les deux sexes, ainsi qu'en attestent les définitions bien connues de tous que j'ai rappelées. De même qu'il existe des milliards de couleurs (j'essaie de me mettre à votre niveau, hein), cela n'implique pas qu'un tableau « coloré » les fasse intervenir toutes ensemble. Vous voyez le truc ? Eh oui, c'est fou…   « Une variante, c'est une sorte de chemin différent pour arriver à la même destination. » Si vous voulez… Et comme l'une des destinations de la sexualité est « le plaisir charnel, l'accomplissement global de la personnalité », pour reprendre les termes de la définition d'une acception déjà mentionnée, les sexualités hétérosexuelle et homosexuelle sont bien deux « variantes ». Tournez-le dans tous les sens — sauf à (tel une moule s'agrippant à son rocher) camper sur votre ridicule position qui consiste à cantonner la notion de sexualité à sa seule fonction reproductive — c'est comme ça et pas autrement ; une simple question de logique. Vous voyez de la morale là-dedans ?

  • Par QuadPater - 12/08/2012 - 12:07 - Signaler un abus (Suite de l'entretien avec Vermicelles)

    Le tournevis est conçu pour visser et dévisser, mais on peut l'utiliser pour ouvrir un pot de peinture. De même la reproduction sexuée a été inventée pour perpétuer l'espèce en mélangeant les gènes. C'est son but, son objectif final. Cependant l'espèce humaine (mais pas qu'elle) est inventive, a remarqué que c'était agréable, et passe du bon temps avec. Parmi les quelques milliards d'êtres humains qui s'adonnent à cette activité, on en observe quelques-uns qui préfèrent ls partenaires de même sexe, les poupées gonflables ou les bergers allemands. C'est leur droit après tout, je me fous de leur vie privée comme du capuchon de mon premier Bic. Ce que je n'accepte pas c'est ceux qui tiennent absolument à me tenir informé de leurs pratiques. Aujourd'hui les homos font leur coming-out et réclament le mariage. Demain qui va s'y mettre aussi ? les zoophiles ? les sado-masos ? les nécrophiles (j'imagine leurs chars lors de la Nécro-Pride, tiens...) ?

  • Par Montalte - 13/08/2012 - 11:14 - Signaler un abus On aura noté que gribouillis

    Insulte ses interlocuteurs et leurs pseudos plutôt que d'apporter des arguments rationnels. Soyons juste, reconnaissons lui qu'il fait une fois une tentative d'étayer son discours avec un argument scientifique. Il cite Freud. Rappelons opportunément que Freud a définit l'homosexualité comme une sexualité n'étant pas arrivée à maturation du fait d'une construction psychanalytique qui n'a pas atteint le stade adulte. où ai-je lu ça? Sur le site web de LGBT. Marrant, non?

  • Par ヒナゲシ - 14/08/2012 - 03:08 - Signaler un abus @ prude Qata (1)

    ☞ « Ce que je n'accepte pas c'est ceux qui tiennent absolument à me tenir informé de leurs pratiques. » À qui le dites-vous ! Rien qu'aujourd'hui, un collègue a tenu à m'entretenir des progrès de sa femme (en chimio pour un cancer du sein), et de son fils qui revient de Londres. Cette façon que les hétéros ont — depuis toujours & sans vergogne — de vous jeter à la figure leur vie de famille…   ☞ « j'imagine leurs chars lors de la Nécro-Pride » Vous ne pensez pas si bien dire pour les nécrophiles… Ça existe déjà et c'est permis par l'art. 171 du Code civil, mais attention ! uniquement pour les nécrophiles *hétéro*. Cf. http://www.atlantico.fr/decryptage/christine-boutin-mariage-et-adoption-pour-homosexuels-bombe-retardement-pour-civilisation-405307.html#comment-118047   Je lisais il y a peu, sur un site de droite (mais version rance, fielleuse, mesquine, haineuse de la modernité et de l'idée de progrès) … ➥

  • Par ヒナゲシ - 14/08/2012 - 03:08 - Signaler un abus @ prude Qata (2)

    … ➦ — grouillant d'une petite faune passéiste & réactionnaire qui se gargarise entre soi de son anti-conformisme (mais toujours à 4 pattes devant le moindre rototo du pape ou de ses nombreux sous-fifres, en revanche !) et de débusquer les « mutins de Panurge » et autres « rebellocrates » qui assiègent ce petit poulailler — l'intervention d'un homonyme à vous, figure-vous ! Mais tellement à l'opposé du personnage dépassionné, rationnel et raisonnant sans préjugé que vous êtes, que la confusion n'est évidemment pas possible ! Or donc, ce sinistre con homophobe — et légèrement raciste (ça va souvent ensemble) — écrivait, lui, des choses pas dépassionnées du tout, genre : — « Que vaut-il mieux pour un gamin ? 16 ans de DDASS ou 20 ans de cage aux folles ? » — « combien d’homos sont capables d’envisager l’arrivée d’un petit nem ou d’un négrillon à la maison? » — « Une société normale est une société hétérosexuelle. Que les pédés et les gouines restent dans leurs postures de victimes dans lesquelles ils se complaisent mais ne fassent pas chier le peuple. » http://www.causeur.fr/la-sainte-famille-au-secours-du-mariage-gay,18341 Y a de ces taches, j'vous jure…

  • Par ヒナゲシ - 14/08/2012 - 03:33 - Signaler un abus @ total neM (1)

    Il ne saurait avoir échappé à votre esprit affuté que, si j'ai cité Freud, c'est en copiant une définition issue du cnrtl qui atteste que le mot « sexualité » est usité en psychanalyse selon un sens qui a peu à voir avec la reproduction… ; ce qui, en soi, n'implique nullement que je souscrive aux thèses de Freud. Et puisque vous vous piquez de psychanalyse, je vais une fois de plus vous « insulter » (come vous dites) en soumettant à votre sagacité ce texte de Freud qu'un mien ami me fait connaître. Il s'agit de la réponse que Freud fait à une mère dont le fils est homosexuel : « Je déduis de votre lettre que votre fils est homosexuel. Je suis avant tout frappé que vous ne mentionniez pas le mot lui-même dans vos renseignements sur lui. L’homosexualité n’est assurément pas un avantage, mais elle n’est pas une chose dont on doit avoir honte, ni un vice, ni une dégradation ; elle ne peut être classée comme maladie ; nous la considérons comme une variation de la fonction sexuelle, produite par une certaine stase du développement sexuel. … ➥

  • Par ヒナゲシ - 14/08/2012 - 03:35 - Signaler un abus @ total neM (2)

    … ➦ De nombreux individus éminemment respectables de l’antiquité comme des temps modernes étaient homosexuels, plusieurs parmi les plus grands des hommes (Platon, Michel-Ange, Léonard de Vinci, etc.) (…) Ce que l’analyse peut faire pour votre fils est d’un autre ordre (que de le rendre hétérosexuel). S’il est malheureux, déchiré par des conflits intérieurs, inhibé dans sa vie sociale, l’analyse peut lui apporter l’harmonie, la paix de l’esprit, une acuité plus complète, qu’il demeure homosexuel ou qu’il change. » Quant à vous jérémiades victimaires, quelle misère ! Par exemple votre point 4. (9 à 11 h 42) : j'ignore ce qu'il en est de ce film (Baiser de la Lune), mais si les programmes disposent qu'il doit être présenté aux élèves, alors les établissement *sous contrat* doivent s'y plier comme le feront les établissements publics ! Que je sache nul ne les oblige à ce statut, et il leur est loisible, si les programmes tels qu'ils ont ne leur plaisent pas, de se déclarer « hors contrat ». De nombreux établissements scolaires fonctionnent déjà ainsi.   ↝

  • Par ヒナゲシ - 14/08/2012 - 03:36 - Signaler un abus @ total neM (3)

    De même que l'Éd. Nat. n'a pas à plier devant ces revendications de ne pas faire de sport garçons & filles mélangés, ou de ne pas se voir enseigner les théories évolutionnistes en biologie, qui émanent de certaines religions. Même genre de remarque pour vos organisations religieuses qui s'occupent d'adoption : si la loi d'un pays dispose que les couples homos et hétéros sont également éligibles à l'adoption, ne pas appliquer la loi conduit logiquement à se voir retirer l'agrément que délivrent les autorités publiques. C'est pourtant simple à comprendre. Ce serait pareil si lesdites organisations refusaient, par exemple, des parents adoptifs athées, ou noirs… C'est même le contraire qui serait choquant.

  • Par QuadPater - 14/08/2012 - 12:05 - Signaler un abus À Vermicelles (1)

    Vous avez visiblement du mal à trouver des contradictions entre les idées que j'exprime sur Causeur, sur Atlantico (ou ailleurs, cherchez bien, ça vous occupera). Donc vous partez sur la forme. C'est con, je ne vous suivrai pas ; moi j'ai envie de débattre, pas de me battre sur kikadi un gros mot. Certains invertis, certains racistomanes, certains musulmans (mes cibles préférées) libèrent leur parole quand on glisse "gouinasse" ou "négro" dans la conversation. Cela ne semble pas être votre cas. Je saurai m'adapter et n'écrirai ici plus que "homosexuel(LE)" si vous voulez, mais à la seule condition que vous vous mettiez à argumenter sérieusement sur le fond. Vous allez voir, un monde nouveau va s'ouvrir à vous. Pour vous mettre le pied à l'étrier, je fais le point sur ce que j'ai dit . L'homosexualité n'est pas une maladie, ce n'est pas non plus une forme de sexualité utile pour l'espèce. J'appelle cela une déviance, et vous une variante. parfait. Nous ne sommes pas d'accord mais sur un point de vocabulaire mineur. Plus embêtant pour vous : vous êtes fiers de votre différence et tenez à la faire connaître. [.../...]

  • Par QuadPater - 14/08/2012 - 12:11 - Signaler un abus À Vermicelles (2)

    Contradiction : comment peut-on être fier de quelque chose qu'on n'a pas choisi, qui s'est imposé à nous ? suis-je fier de la longueur de mon nez ? montè-je sur un char pour la chanter au monde ?

  • Par QuadPater - 14/08/2012 - 12:16 - Signaler un abus À Vermicelle (3)

    Autre question : pourquoi vous en prendre à moi ? parce que j'ai dit un gros mot ? je veux simplement que vous me foutiez la paix et que vous ne vous préoccupiez pas d'éduquer les gamins des autres. D'autres sont bien plus méchants et veulent vous lapider. Choisissez lucidement qui sont vos adversaires et qui sont vos ennemis mortels.

  • Par Montalte - 14/08/2012 - 12:40 - Signaler un abus A gribouillis

    Je ne sais pas à qui vous répondiez, vous vous adressez à des pseudo qui n'existent pas. Ceci dit, je vous l'accorde, la réciproque est vraie: je ne sais pas à qui j'écris non plus. On vous aura certainement dit que votre prose nauséabonde vous ravale bien en dessous de ces sites de droite que vous dénoncez. Eux, ils ont un nom et profèrent bien moins d'insultes. En revanche, je vous remercie de confirmer ce que je disais à propos de Freud sur l'homosexualité comme immaturité psychologique. je n'en espérais pas tant de vous. Vous avez raison sur un point important. L'Education nationale a raison de ne pas céder à des lobbies. Elle a donc eu profondément tort de céder au lobby homosexualiste pour endoctriner des enfants de primaire. En revanche, vous avez complètement tort sur l'école libre. La loi lui garantit de pouvoir procurer un enseignement en cohérence avec ses valeurs religieuses. Il y a eu 1 millions de gens qui ont manifesté en 1984 pour que ce droit soit respecté. De même, personne dans l'Union européenne n'a le droit de faire faire à une ONG des actes contraires à ses convictions religieuses. Les homos peuvent s'adresser ailleurs si ça ne leur convient pas.

  • Par Montalte - 14/08/2012 - 14:41 - Signaler un abus A quadpeter

    Je suis en revanche en désaccord avec vous sur un point: l'homosexualité n'est pas un déterminisme, une identité dans laquelle on est enfermé. C'est bien ce que dit Freud. Ce n'est pas une maladie. Elle implique un choix personnel, fut-il inconscient et orienté par sa propre histoire. Sinon, personne ne serait bisexuel, personne n'en changerait (dans un sens ou dans l'autre) à la suite d'un coup de foudre, d'une psychanalyse ou d'une conversion. Or des homosexuels qui deviennent hétérosexuels, j'en connais plusieurs. Hommes et femmes. C'est cela qu'annonce l'Eglise: personne n'est enfermé dans sa sexualité, tout le monde peut s'ouvrir à l'altérité et le Christ libère.

  • Par Montalte - 14/08/2012 - 21:57 - Signaler un abus Demain, prière pour la France

    Demain, fête de l'Assomption, tous les catholiques et toutes les personnes de bonne volonté qui voudront se joindre à eux sont invités à prier pour la France. Bonne fête de l'Assomption.

  • Par ヒナゲシ - 15/08/2012 - 04:39 - Signaler un abus @ Tétrapède (1)

    ① « Vous avez visiblement du mal à trouver des contradictions […] ». Je n'en cherchais pas.   ② « moi j'ai envie de débattre ». Ah ? Ça m'aura échappé. Était-ce quand vous écriviez « […] chez vous les homos c'est votre narcissisme inouï et l'énergie que vous dépensez dans le prosélytisme tous azimuts » ? (J'avais plutôt l'impression que vous cherchiez un pote qui vous paye la douzième Kro.)   ③ « vous êtes fiers de votre différence et tenez à la faire connaître ». Le ‘s’ à fier laisse penser que vous m'incluez dans une catégorie… Laquelle, et pourquoi ? À titre individuel je ne suis spécialement « fier » d'aucune « différence », du moins pas davantage que vous de votre long nez.   ④ « pourquoi vous en prendre à moi ? […] je veux simplement que vous me foutiez la paix » Faudrait savoir, espèce de girouette. C'est bien vous qui, le 10 à 14 h 32, écrivîtes : « La meute attend encore l'intervenant de qualité qui […] ». Et donc, je vous ai répondu. Puis vous avez ergoté, ridiculement ; et à n'en plus finir.   ⇊

  • Par ヒナゲシ - 15/08/2012 - 04:40 - Signaler un abus @ Tétrapède (2)

    ⑤ « j'ai envie de débattre, pas de me battre sur kikadi un gros mot. » Ah mais, ce n'est pas votre vocabulaire de corps de garde qui me défrise ! Bien plutôt le bas-de-gamme de ce que vous prétendez immodestement être des arguments. Exemple : « narcissisme inouï » ; pour moi c'est le degré zéro de la psychologie, même pas du niveau Montalte ou de « la psychanalyse pour les nuls ». Qu'est-ce que vous voulez discuter là-dessus, tellement c'est idiot ? Ou encore : « prosélytisme tous azimuts ». Si l'homosexualité se propageait par l'exemplarité, parce qu'on a lu un livre, vu un film, eu pour voisines un couple de lesbiennes bien dans leur peau, etc., ça se saurait. Une dissert. de philo ornée de tels « arguments » ça mériterait un 02/20 tout au mieux…   ⑥ « suis-je fier de la longueur de mon nez ? montè-je sur un char pour la chanter au monde ? » Si vous le faisiez, cela — pardonnez ma franchise — ne me ferait ni chaud ni froid, mais il ne me viendrait certainement pas à l'esprit de vous en tenir rigueur.   ⇊

  • Par ヒナゲシ - 15/08/2012 - 04:40 - Signaler un abus @ Tétrapède (3)

    Le fond de l'histoire est que vous m'apparaissez comme un persécuté obsessionnel, qui voit des lobbies partout, prêts à subvertir sa petite vie de Français moyen et, partant, l'univers entier… à coups d'exhibitions obscènes et de revendications extravagantes. La perspective d'un échange rationnel avec vous est donc sans grand espoir, car vous êtes bien trop dans l'affect et la subjectivité. (Parce que sinon, une phrase telle que « Ce que je n'accepte pas c'est ceux qui tiennent absolument à me tenir informé de leurs pratiques. » — qui frise le délire de persécution — est incompréhensible.) ▣

  • Par ヒナゲシ - 15/08/2012 - 04:58 - Signaler un abus Hostie

    ✞ « vous avez complètement tort sur l'école libre. La loi lui garantit de pouvoir procurer un enseignement en cohérence avec ses valeurs religieuses. » Je suppose que, dans votre novlangue de bon petit militant catholique, par « libre » vous entendez… privé ? ☞ art. L442-5 du Code de l'éducation : « Les établissements d'enseignement privés du premier et du second degré peuvent demander à passer avec l'État un contrat d'association […] Dans les classes faisant l'objet du contrat, l'enseignement est dispensé selon les règles et programmes de l'enseignement public. Il est confié, en accord avec la direction de l'établissement, soit à des maîtres de l'enseignement public, soit à des maîtres liés à l'État par contrat. Ces derniers, en leur qualité d'agent public, ne sont pas, au titre des fonctions pour lesquelles ils sont employés et rémunérés par l'État, liés par un contrat de travail à l'établissement au sein duquel l'enseignement leur est confié, dans le cadre de l'organisation arrêtée par le chef d'établissement, dans le respect du caractère propre de l'établissement et de la liberté de conscience des maîtres. » ⇊

  • Par ヒナゲシ - 15/08/2012 - 04:58 - Signaler un abus Calice

    Autrement dit : on y applique *strictement* les mêmes programmes que dans le public ; les enseignants (mis à disposition par l'État) conservent leur liberté de conscience, d'autant plus qu'ils ne sont pas liés par contrat à l'établissement, mais à l'État. En revanche, dans les établissements privés *hors contrat*, les contraintes sont bien moins strictes (cf. l'art. L442-2). Donc, j'y insiste et réitère : les établissement religieux mécontents des programmes n'ont qu'à se mettre sous le régime « hors contrat ». Personne ne les en empêche.   ✞ « personne dans l'Union européenne n'a le droit de faire faire à une ONG des actes contraires à ses convictions religieuses. » C'est possible, et il en résulte que si une organisation religieuse ne peut assurer une mission de service public — en raison de croyances particulières qui ne concernent que ses adeptes — il est parfaitement normal qu'elle en soit dessaisie ; ainsi ne sera-t-elle obligée à rien qui contrarie les superstitions auxquelles elle s'adonne, et le service sera assuré par des gens compétents. ⇊

  • Par ヒナゲシ - 15/08/2012 - 04:59 - Signaler un abus Tabernacle !

    P. S. 1 : dans la citation que j'ai faite, Freud (qui n'a pas pour moi valeur d'oracle) parle non pas d'« immaturité psychologique » comme vous aimeriez sans doute qu'il le fît, mais de « stase du développement sexuel ». P. S. 2 : à propos d'« endoctrinement des enfants » vous ne manquez pas d'air, qui défendez le décervelage et le bourrage de crâne de ceux-ci par du surnaturel frelaté à base de résurrection, d'angelots, de sorciers qui marchent sur l'eau (& autres superstitions archaïques) ! (Une expression que vous connaissez, forcément : l'Hôpital qui se fout de la Charité…) Et même chose pour les lobbies d'ailleurs, quand on constate chaque jour que le plus agité — et de loin le plus influent — a son QG au Vatican…   Et, comme pour célébrer la manman du petit Jésus (et donc les valeurs des familles où l'a une maman et deux papas), l'IFOP vient de pondre une dernière enquête qui devrait vous mettre en joie : http://www.ifop.com/media/poll/1956-1-study_file.pdf

  • Par QuadPater - 15/08/2012 - 08:32 - Signaler un abus Un débat, Gribouillis,

    c'est un échange sur un sujet donné. Les intervenants se considèrent mutuellement comme étant au même niveau et parlent du sujet. Vous, c'est de l'adversaire que vous parlez, vous cherchez à établir un diagnostic. Et qu'est-ce qu'il lit ? et quels sites fréquente-t-il ? et quelle psychopathologie se dégage de son discours ? et il vote où ? Ce n'est guère intéressant.

  • Par QuadPater - 15/08/2012 - 08:48 - Signaler un abus À Montalte

    Vous dites "Je suis en revanche en désaccord avec vous sur un point: l'homosexualité n'est pas un déterminisme, une identité dans laquelle on est enfermé." Je n'ai fait que reprendre ce que disaient d'eux-mêmes les homos encore il y a quelques années : en bref qu'ils n'avaient pas plus prise sur leur orientation sexuelle que les hétéros. Dans ce cas c'est une bonne chose qu'ils ne se sentent pas coupables, mais je ne comprends pas la démarche de le clamer publiquement. Peut-être de la pensée binaire ? "si je ne me déclare pas fier tout le monde va croire que j'ai honte" ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Parant

Paul Parant est journaliste et chef de rubrique pour le site du magazine Têtu.  Il a écrit récemment le livre osez faire votre coming out.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€