Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 19 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hommes (et femmes) au bord de la crise de nerfs : pourquoi les policiers et les militaires français n'en peuvent plus

Jeudi 24 septembre, France Info dévoilait le nombre d'heures supplémentaires non payées réalisées par les fonctionnaires de police. Le décompte est impressionnant : pour son seul corps d'élite, l'Etat doit plus d'un million d'heures. Ce chiffre témoigne de l'état dans lequel les forces de sécurité françaises se trouvent aujourd'hui et s'avère très parlant sur le rapport que notre société entretient avec elles, dans une période de crise et de danger terroriste.

Ras-le-bol !

Publié le
Hommes (et femmes) au bord de la crise de nerfs : pourquoi les policiers et les militaires français n'en peuvent plus

Les milieux policiers et militaires font face à des conditions de travail de plus en plus difficiles. Crédit Reuters

Atlantico : Les milieux policiers et militaires font désormais face à des conditions de travail de plus en plus difficiles, entre les heures supplémentaires impayées, l'extension du plan vigipirate… Quel diagnostique peut-on faire aujourd'hui ? Dans quel état se trouvent nos forces de polices ? Souffrent-ils plus que par le passé ?

Jean-Paul Mégret : Il faut savoir que depuis le mois de Janvier et les événements qu'on connaît,  depuis qu'on réalise que la menace terroriste ne va pas aller en diminuant, les forces de police sont totalement mobilisées.

C'est également le cas des gendarmes, néanmoins, les forces de police sont plus concernées en raison de leur présence renforcée dans le milieu urbain. Concrètement, cela signifie que les effectifs ont été portés à leur maximum. En parallèle, les droits aux congés sont réduits au minimum. On demande donc aux fonctionnaires de police de faire plus d'heures que ce qui est prévu, le tout sans poser de récupération. On a donc des stocks d'heures (qui se chiffrent en millions) qui s'accumulent. C'est, malheureusement, une situation ancienne qui se développe depuis le phénomène des 35h. Bien évidemment, les policiers continuent à travailler sur des rythmes plus importants, mais disposent de jours RTT qui se cumulent avec leurs autres jours de récupération. Ce système typique français, qui consiste à accorder des récupérations en temps aux fonctionnaires est aujourd'hui à l'agonie. Dans la majorité des autres pays, c'est une rémunération qui est accordée et qui indemnise les heures supplémentaires. C'est le cas pour toutes les polices modernes, et il faudra un jour passer à un système équivalent à celui d'autres pays comme la Hollande ou les Etats-Unis, en dépit des clivages idéologiques qui justifient ou « condamnent » les heures supplémentaires.

Aujourd'hui, puisque mobiliser des fonctionnaires de police n'est pas couteux (sauf dans le cadre des CRS qui, en raison de l'IJAT sont rémunérés en heures supplémentaires après 8h de travail et dont les unités coutent), on a tendance à le faire sur d'énormes durées. Il s'agit, bien sûr de services légitimes, publics et d'ordre. On a des agents très présents spécifiquement pour ce service-là mais qui vont, logiquement, manquer ailleurs. Il y a donc le risque de n'avoir que très peu de fonctionnaires par moment et à d'autres occasions des pics de présence. Ce phénomène est actuellement couplé au plan vigipirate qui relève du choix politique, quand bien même il est fait en résonance avec les événements de Janvier. Concrètement, il a été décidé de mobiliser des fonctionnaires de police sur tout un ensemble de points fixes. Un point fixe, c'est une garde de 24h sur 24. Il a donc fallu mobiliser l'ensemble des forces de police. En région parisienne, par exemple, on en compte par centaine. On se retrouve dans une situation où la police n'est plus capable d'assurer son rôle de protection. Il n'y a plus de police de proximité, de police du quotidien. Dans l'urgence, des centaines de points fixes et de gens (qui s'estiment menacés) à protéger ont fait surface. Par conséquent, les forces de polices commencent à tirer la langue : la situation ne saurait se régler à moyen ou à long terme et il va falloir s'y adapter.

Certes, la police apparaît comme plus appréciée de la population aujourd'hui. Pour autant, il faudra que la police réforme ses doctrines d'emploi. Cela correspond à une demande que nous avons déjà formulée au Ministère de l'intérieur : dans l'urgence il est possible de réaliser certaines choses, néanmoins l'urgence ne relève pas de la stratégie. Nous sommes actuellement en guerre, contre le terrorisme. Le rôle des dirigeants n'est par conséquent pas (uniquement) de palier aux problèmes et aux dangers du quotidien mais aussi et surtout de faire de la stratégie. Cela revient donc à économiser les troupes, militaires comme policières. 

Or, celles-ci sont épuisées aujourd'hui. A la fois physiquement et moralement. Cet épuisement physique est dû aux heures qui se cumulent, à l'équipement qu'il convient de porter (en été, un gilet pare-balles paraît d'autant plus pesant et d'autant plus chaud qu'en hiver) tout en restant fixés sur des points précis sans mener de mission précise. Sur le plan moral, nous nous rendons bien compte d'une évidence assez déprimante : ce qu'on nous demande de faire, c'est très visible. Mais cela ne sert pas à grand chose : le rôle d'une sentinelle c'est de mourir en faisant le plus de bruit possible. Il s'agit de retenir et de donner l'alerte tout en nourrissant l'espoir que d'autres forces arrivent à temps pour interrompre l'attaque. Les militaires réalisent pertinemment qu'ils font un travail qui n'est pas celui pour lequel ils s'étaient engagés. Ils se sont engagés pour défendre la République en dehors des frontières et se retrouvent à devoir surveiller des points-écoles... ! Tous ces éléments remettent en cause la vocation de plusieurs hommes, d'autant plus quand ils sont moqués ou provoqués par les populations. C'est quelque chose de neuf pour eux et ils ignorent comment y répondre de façon graduée. Et pour cause : ils ne se sont pas engagés dans la police, mais bien dans l'armée. Fondamentalement, on fait jouer à tous les acteurs des rôles qui ne sont pas les leurs. Aux militaires on demande d'être des policiers et aux policiers d'être des militaires. Eux qui, culturellement, ont intégré qu'il ne fallait pas riposter, ne pas tirer plutôt que d'avoir blessé sans être dans le cadre de la légitime défense... C'est à eux qu'on demande maintenant de faire face à la menace en se servant des armes. Il faut refaire l'ensemble de la culture de nos forces de polices.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pb15 - 25/09/2015 - 07:57 - Signaler un abus le titre est trompeur

    il n'est question que des policiers qui ont besoin de reconnaissance (c.a.d des sous !!!) disent les représentants syndicaux.

  • Par JLH - 25/09/2015 - 10:06 - Signaler un abus quand l'armée maintient l'ordre...

    Ce n'est pas le métier d'une armée de maintenir l'ordre, et quand on sollicite trop une armée pour remettre de l'ordre à l'intérieur, il arrive qu'elle le fasse pour son propre compte. Çà s'appelle un coup d'Etat. La vacuité du pouvoir est tentatrice. Pas demain certainement, mais on en parle dans les dîners privés entre militaires de hauts rangs. En fait toute l'armée en a ras le bol.

  • Par joke ka - 25/09/2015 - 10:21 - Signaler un abus je crois que nos dirigeants

    je crois que nos dirigeants tirent de plus en plus sur la corde ...les militaires ne sont pas fait pour jouer les plantons devant les écoles et les monuments religieux ...le budget militaire est réduit à peau de chagrin depuis des décennies,idem pour les personnels ,le matériel est obsolète(les gilets pare balles sont payés par leurs propres deniers ceux fournis par le ministère des armées étant dépassés ) les policiers ne sont plus respectés ,la justice préfère les criminels aux victimes

  • Par brennus - 25/09/2015 - 10:28 - Signaler un abus brennus

    ceux dont la stratégie,validée au plus haut niveau,consiste a épuiser physiquement,moralement et financiérement les démocraties par un harcellement permanent mais de faible intensité ,doivent se réjouir en lisant ces lignes.Ils avancent,et ce n'est pas fini.

  • Par DANIEL74000 - 25/09/2015 - 11:43 - Signaler un abus Force doit rester à la Loi

    La Justice Française est en dessous de tout en protégeant les criminels au lieu des représentants de la Loi. Toute agression à l'encontre d'un représentant de la loi doit être passible des assises. C'est le seul corps régalien qui est surveillé et contrôlé alors, qu'il soit respecté. D'autre part la suppression du service militaire est une erreur aussi grande que les 35 heures. D'autre part,selon notre constitution la force publique ne doit pas être au service de ceux dont elle dépend. Que les hauts fonctionnaires et les ministres ne jouissent pas plus de protection que tout citoyen, privilégiés qui doivent utiliser les transports en commun et les voies ouvertes à tous (exception des pompiers et de la force publique en service)

  • Par pasdesp - 25/09/2015 - 12:00 - Signaler un abus Cet article fait froid dans

    Cet article fait froid dans le dos. Des forces de l'ordre si mal employées. Y a t il un pilote dans l'avion? pour Pb 15 Tout travail merite salaire! et ces heures sup non payées est une veritable honte pour nos dirigeants successifs

  • Par tubixray - 25/09/2015 - 12:26 - Signaler un abus Mal aimés

    Policiers et gendarmes sont méprisés par une certaine partie de la gauche, certains "français" anti républicains habitant souvent dans des quartiers "défavorisés" et par les magistrats du mur des cons. Ce n'est évidement pas ce gouvernement qui changera quoi que ce soit (missions, armement, permis de tir, places de détention, peines fermes suivies d'incarcération).

  • Par fredibus - 25/09/2015 - 12:35 - Signaler un abus Vigipirate mobilise tellement

    Vigipirate mobilise tellement de fonctionnaires de Police qu'ils n'ont plus les moyens de faire face à leurs missions premières. Des villes de région parisienne n'ont plus un véhicule disponible pour gérer les affaires courantes car tous les effectifs sont en garde statique devant les synagogues, les écoles confessionnelles et les mosquées. Les malfaiteurs et autres cambrioleurs vivent des jours heureux, les victimes attendent cette police sensée les protéger et les servir qui n'en peux plus et à laquelle on demande de plus en plus. Les militaires n'ont pas vocation à faire les plantes vertes, mais heureusement qu'ils sont là sinon nous n'aurions plus de force de l'ordre du tout dans nos rues.............................

  • Par mado83@free.fr - 25/09/2015 - 12:59 - Signaler un abus policiers, miltaires et gendarmes

    on devrait leurs tresser des couronnes, car rester impassibles devant les quolibets, les insultes et les coups, il faut être un saint.. Ce Gouvernement socialo est en dessus de tout, les quartiers sensibles où les lois républicaines ne sont pas respectées sont protégées à cause des bulletins de votes "achetés"..et toute autorité est caillassée, huée, C'est une honte.. ce"s jeunes haineux, condamnés et punis devraient travailler dans des casernes sous surveillance pour les Sces publics qu'ils dégradent partout.. Mais enfin, on a un Etat , oui où non ?où seulement des Sces sociaux La faiblesse est nocive et moquée par ces populations!! Les Français en ont ras le bol de cette mollesse hollandiste.. et le discours de M.Valls (qui essaie de se dépêtrer de la glue socialo) n'y changera rien. la colère gronde et pas seulement au F.N !!

  • Par Deudeuche - 25/09/2015 - 13:38 - Signaler un abus Que représente un policier ou un militaire

    Pour un responsable politique de gauche; pas grand chose, uniforme et cheveux courts, discipline et respect de l'autorité (20 ans en 68). Pour un responsable politique de droite; le gendarme c'est mieux il fait pas chier avec son syndicat. Pour un français modeste à la recherche de la routine, de la stabilité et du zéro risque; pas grand chose, mutations et confrontation au danger, exercices et contraintes sportive et physique, (quoi partir plusieurs semaines, mois, années, monter des services ça va pas la tête?) . Pour un français ambitieux d'argent et de confort; pas grand chose, petites soldes, et salaires, collectif primant sur l'individuel, danger physique et contrainte opérationnelle peu rémunérée, cohésion/promiscuité sociale. Pour un français bac +5 et faible revenu (Homo educationalis), pas grand chose, mutations fréquentes, uniforme et pas de droit de grève. Et tous ces bons français ont la larme à l'œil en voyant les uniformes des "vestales" de la république. Il va falloir peut être demander aux ci devants citoyens de se mettre en uniforme, moyennant entraînement et volontariat (garde nationale) pour laisser et policier/gendarmes et militaires faire leur métier.

  • Par zouk - 25/09/2015 - 14:08 - Signaler un abus Police et heures supplémentaires, efforts imposés à l'Armée

    En clair incapacité totale de l'Etat à gérer les personnels donc les problèmes de sécurité. Là aussi, le système est périmé. Quelle solution en trompe l'oeil sortira de la logorrhée qui caractérise notre gouvernement?.

  • Par jurgio - 25/09/2015 - 15:07 - Signaler un abus Une bonne solution

    augmenter le nombre de fonctionnaires ! Hein ?

  • Par zouk - 25/09/2015 - 15:13 - Signaler un abus Police et plus généralement forces de l'ordre

    Les demandes exprimées sont parfaitement raisonnables: elles commencent par une claire définition d'une politique de sécurité, et j'ajoute efficace càd sans laxisme à l'égard des délinquants. Cela continue par une claire définition du rôle de tous les agents; il est impossible d'être à la fois au bureau à des tâches administratives, sur le terrain en enquête ou maintien de l'ordre, en garde statique (personnes ou lieux), donc nécessité d'adapter les effectifs aux buts souhaités. Au passage, ne peut-on imginer de doter chaque commissariat de quelques secrétaires formé(e)s à cet effet pour décharger les agents de terrain? Nous devons absolument restaurer le respect des agents des forces de l'ordre. Au passage, je rappelle à Deudeuche que les gendarmes sont des militaires

  • Par Marie-E - 25/09/2015 - 16:52 - Signaler un abus je voudrais dire tout le bien

    que je pense de Vigipirate. Parfois je me demande ce qu'ils pourraient faire en face de plusieurs djihadistes déterminés et armés. Mais en tout cas ils sont là et je jour de Kippour ils ont été là (avec relève) de 8 h00 à 21h00. Alors oui ils ont eu leur café et leurs petits gateaux (plus que d'habitude) et ils nous ont remercié avec des grands sourires. Mais c'était à nous de les remercier de leur présence rassurante pour beaucoup et ils nous ont dit que c'était normal. Au moins une chose est sûre, nous on s'entend bien avec eux dont la plupart paraît très jeune

  • Par Deudeuche - 25/09/2015 - 17:30 - Signaler un abus @zouk

    Les gendarmes sont des militaires pas des soldats. Tout l'intérêt de ce statut est l'absence de syndicat, le devoir de se la fermer, pardon de réserve. C'est parce que les gendarmes sont des militaires que la confusion qui consiste à utiliser les militaires (les vrais, les soldats ceux qui vont à la guerre, Terre Air Mer) comme policier auxiliaire ne gêne personne (à part les militaires en question).

  • Par Deudeuche - 25/09/2015 - 17:35 - Signaler un abus @Marie-E

    Ils sont jeunes et sympas et ce n'est pas leur job de garder des épiceries des synagogues, des église et des mosquées. Aorès le sourire ils décident de ne pas rengager à cause de cette mission de m.... 100000 policiers et 100000 gendarmes, la France le pays le plus fliqué d'Europe doit détourner ses militaires. Quel est le problème?????

  • Par paolo manzi - 25/09/2015 - 19:17 - Signaler un abus Vite...

    à droite, toute ..!

  • Par Marie-E - 25/09/2015 - 22:09 - Signaler un abus @Deudeuche

    Nous essayons seulement d'être gentils avec eux. Ce n'est pas de notre faute si en France depuis l'affaire Merah les gouvernements ont peur pour les juifs. Personnellement je m'habitue mais si'il n'y avait plus Vigipirate, cela ne m'empêcherait pas d'aller à la synagogue mais certains avec les enfants oui et je peux comprendre. Nous ne sommes plus en sécurité alors que proposez vous ? Je peux vous assurer que cette année j'ai passé 5 semaines en Israël et là bas je respire et je visà 5 Kms de la frontière libanaise. C'est comme cela depuis janvier, cela ne nous amuse pas. Mais vous avez l'air d'oublier ou de ne pas connaître la période des années 80-90 avec les attentats à Paris. Ce n'était pas tellement mieux à part qu'aujourd'hui on a l'impression qu'avec les fiches S et la propagande de Daech on n'est pas sorti de l'auberge.

  • Par Deudeuche - 25/09/2015 - 22:52 - Signaler un abus @Tout le monde

    Un soldat au Mali, en Afghanistan, dans un camp de Champagne, en permission, en Ecole militaire, dans le ciel du Tchad, dans l'océan indien est à sa place, pas dans les rues piétonnes de France ou les gares. Il suffit de mettre les 200 000 flics (1/7eme de l'Educ Nat) de France dans la rue et d'arrêter de vouloir se rassurer avec les frimousses de gars de 20 ans qui ont autre chose à foutre que de suppléer à une police trop vieille (et oui c'est mieux physiquement de rester sois disant otage de tâches administrative) et trop syndiquée pour porter des gilets par éclats.

  • Par Anguerrand - 27/09/2015 - 08:06 - Signaler un abus Les policiers en ont marre de prendre des risques pour rien

    Pourquoi prendre tant de risques ( leur vie) quand après une arrestation les délinquants sont systématiquement laissés en liberté, merci Taubira) non sans avoir fait un bras d'honneur aux policiers qui les ont arrêté. Sans compter qu'ils ont des ordres pour ne pas intervenir contre les " gens du voyage " ces voyous qui ne foutent rien et ont des exigences, et se permettent de couper l'autoroute A 1 devant la police a qui on interdit d'intervenir. Il y a de quoi etre écœuré devant le laxisme des socialos.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Zagrodzki

Mathieu Zagrodzki est politologue spécialiste des questions de sécurité. Il est chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales et chargé de cours à l'université de Versailles-St-Quentin.

Voir la bio en entier

Jean-Claude Delage

Jean-Claude Delage est secrétaire général d'Alliance Police Nationale. Il est membre de la confédération syndicale : CFE-CGC.

Voir la bio en entier

Jean-Paul Mégret

Jean-Paul Megret est secrétaire national du Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€